Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

37 articles avec best of 2011-2014

Dieu, le monde, et l'homme.

Publié le par Miteny

Il faut que j'en sache plus sur Dieu : c'est quand même mon boulot sur ce blog. En outre, c'est une question vraiment intéressante. Voilà pourquoi je me permets, une fois de plus, grâce à ce nouvel article, de proposer quelques hypothèses transcendantes à décorner les bœufs. Tant pis si parfois je me trompe : avant de trouver, il faut chercher. Bon... L'année dernière en décembre, dans l'article Être cause de soi, j'écrivais : « On pourrait penser que d'un point de vue extérieur, celui que Dieu est censé adopter, toutes les consciences humaines se valent et que le plus important est le destin de la communauté humaine dans son ensemble. Apparemment non, donc... Ou en tout cas, pas exactement, car leurs deux sorts, celui de l'humanité et celui de l'incarnation, restent intimement liés. »

Il faut que je développe ce point plutôt obscur. C'est clair, il faut que je développe, ne serait-ce que parce que le sujet est passionnant. Revenons d'abord sur le nom de Dieu, lequel reflète sa ''personnalité'' si je puis dire.

I. Je me révélerai être.

Dieu, Dieu.... Qui c'est ce type finalement ?? On ne sait pas grand-chose sur lui à part qu'il est Tout-Puissant.... Dans l'article Être cause de soi, j'ai expliqué que sa principale caractéristique était d'être cause de lui-même et qu'elle se manifestait par une capacité particulière : celui de pouvoir engendrer le langage, le Verbe. Car le Verbe permet de décider de la complexité de sa nature. Je ne vais pas revenir là-dessus mais l'univers est un langage, comme le serait un programme informatique. Avec son ''pouvoir'', Dieu a créé l'univers. Certes. Mais pourquoi ?

Parce qu'il ''veut'' se révéler ! Dieu possède en lui un potentiel immense, un potentiel sans doute infini, au regard de ce qui fait qu'il est Dieu, à savoir la cause de soi. Mais ce potentiel doit être révélé, vous comprendrez aisément pourquoi : il est bien plus intéressant d'être un génie du football que d'être potentiellement un génie du football.... Par exemple. Dieu n'est pas un type qui a son bureau dans les nuages et qui aurait fait le monde parce qu'il en avait marre de perdre aux échecs contre lui-même, ou ''par amour'' comme le disent certains religieux aussi niais que stupides. Ça ne veut rien dire du tout. C'est ridicule. En fait, cela va même plus loin : quand on analyse le pourquoi de la nécessité de l'existence d'une entité cause d'elle-même, on ne trouve pas que cette entité ait forcément une conscience au départ. Et pour cause !! Jusqu'à preuve du contraire, pour avoir une conscience, il faut un corps matériel : le corps ne suffit pas, mais il est nécessaire. Et oui !! Mais Dieu veut se révéler : c'est son objectif en quelque sorte. Autrement dit, il veut savoir qui il est. Pour cela il lui faut acquérir l'outil qu'il n'a pas a priori, la conscience. Ainsi, ce que disent certains rabbins serait vrai : Dieu n'est pas en dehors du monde, comme un spectateur au cinéma le serait. Non, il est dans le film, au cœur de l’histoire, il est vraiment impliqué. Comme dirait l'autre, « le monde fut créé pour que Dieu puisse y trouver une demeure ». C'est dingue comme histoire !

Dingue, oui. Mais c'est ce que pensait Hegel. Dans son livre Leçons sur les preuves de l'existence de Dieu, que je lisais dans ma jeunesse à la place de Pif Gadget, il écrit : « ce n'est pas la raison humaine qui connaît Dieu, mais l'esprit de Dieu en l'homme ». L'esprit de Dieu !! C'est à dire sa conscience !! Bien sûr, avec cette expression, on pense aussitôt au christianisme. On a parfois accusé Hegel de se prendre pour Dieu, mais il ne faisait que reprendre un raisonnement vieux de 1800 ans exactement : celui du Christ. Jean, oui celui qui a écrit l'Apocalypse, le disciple que Jésus aimait, le dit bien dans son évangile : « AU COMMENCEMENT était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était dieu. Il était au commencement auprès de Dieu. C’est par lui que tout est venu à l’existence, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui. »

Puis un peu plus loin, verset 14 : « Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père. » La première citation se comprend : le Verbe est ce qui permet la création car le monde n'est rien d'autre qu'un langage, un programme. Je rappelle que l'on est en train de découvrir que le composant fondamental de la matière est la lettre, le mot... C'est à dire une convention de langage. Mais la deuxième citation va plus loin : le Verbe, ou plus exactement la capacité à produire un langage structuré, dont Dieu se sert pour créer le monde et qui est directement engendré par lui, s'est incarné dans un homme. Cela signifie, nous le verrons plus loin, que l'esprit de Dieu, c'est à dire sa conscience et sa compréhension du monde, c'est l'esprit de Jésus-Christ. Voilà bel et bien ce que dit Jean : on comprend pourquoi Jésus l'aimait...

Cette idée a été, comme souvent dans le christianisme, directement repris du judaïsme. J'en veux pour preuve la vidéo de l'article Le dessein de Dieu, où le rabbin explique que, selon la Torah, le nom véritable du Machiah, messie en hébreu, est « l'esprit de Dieu planant sur la surface des eaux ». L'esprit de Dieu !! Encore !! Autrement dit, le CS, ou lien métaphysique, de l'homme Jésus-Christ ou de l'homme Machiah, est celui de Dieu. J'ai envie de dire : « wahou !! ». Tentons de développer un peu.

II. Le fils unique de Dieu.

Voilà donc ce que l'on peut affirmer pratiquement avec certitude :

  • - Engendrer le Verbe, un Verbe parfait pour être plus précis, est le principal et premier pouvoir de Dieu, Substance ultime cause d’elle-même.

  • - Dieu veut acquérir une conscience : c'est un de ses objectifs. Plus ou moins inconscient donc...

Or il faut savoir une chose : pour fabriquer de la conscience, le corps est nécessaire mais il ne suffit pas. Il faut autre chose, que j'ai appelé lien métaphysique (LM) ou concept S (CS). Voir démonstration ici (un million d'euros à gagner : mieux que le Bingo). De plus, j’ai déjà expliqué que la finesse et l’intensité d’un LM dépendait directement de la compréhension, de la conscience, qu’a son porteur du monde qui l’entoure. En d'autres termes, de son Verbe, ou Logos. Et plus particulièrement en ce qui concerne l’insuffisance du corps et Dieu. Cela fonctionne également dans l'autre sens : la compréhension qu'un homme pourra avoir des choses de l'esprit dépendra directement de la qualité de son lien métaphysique. Bref, il y a égalité : conscience = Logos = LM. Bien.

Or Dieu, pour avoir une conscience, doit se choisir un corps, mais aussi un lien métaphysique, bien sûr. Les deux sont nécessaires. Au niveau du lien métaphysique, il va prendre le top, c'est clair. T'es le patron de la baraque, tu prends pas le produit du magasin qu'est pourri. Non. Ce top LM si j'ose dire (oui, je me permets quelques abréviations) va inspirer à son porteur une compréhension du monde très aiguisée ou, tout du moins, un immense intérêt pour la recherche de la vérité. Celui-ci va incarner le Verbe parfait c'est à dire la seule chose directement engendrée par Dieu. Et donc aussi Sa conscience car conscience = Logos = LM.

Il sera à la fois esprit de Dieu et incarnation du ''Fils'' unique de Dieu, engendré dès l’origine du monde et nécessaire à sa création. Il est alors logique qu’un de ses noms soit « l'esprit de Dieu planant sur la surface des eaux » c’est-à-dire celui du machiah, du messie. On prouve ainsi que ce que nous raconte la tradition judéo-chrétienne est assez logique même si cela s'explique difficilement. Très difficilement même. Jésus-Christ, fondateur du christianisme, venu sur Terre pour racheter nos péchés, a peut-être été ce messie, en tout cas pour un temps, assez court du reste. À son époque, il a incarné l’esprit de Dieu et donc le fils de Dieu. Mais il n'est certainement pas né d’une vierge : cette histoire me paraît particulièrement ridicule.

Un petit mot sur ce rachat de péchés : ne vous êtes vous jamais demandé ce qu'il pouvait signifier ? Il faut bien avouer que c'est obscur. On sait que le péché vient du mensonge, père de tous les crimes, contraire de la vérité. Racheter le péché, c'est l'effacer, même s'il faut payer un prix pour cela : or on efface un mensonge en montrant ce qu'est la vérité. Et la vérité, c'est que le royaume de Dieu n'est pas un royaume terrestre. C'est un royaume des cieux, pas physiques mais métaphysiques, c’est-à-dire un royaume du lien métaphysique,un royaume de la conscience. Dieu a créé le monde pour se révéler à lui-même, pour comprendre le Mystère qui est caché au plus profond de sa nature, celui du concept S, celui du lien métaphysique. Et il a besoin de l’homme pour ça.

Pour Dieu ce qui importe ce n'est pas la force matérielle, mais bien la qualité de la conscience de ses créatures. Et il faut qu’il leur montre en acceptant le sacrifice ultime, le sacrifice du corps qui porte SA conscience. Le sacrifice qui est en plus un acte d’amour désintéressé, et ça compte, nous le verrons par la suite : «  Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son fils unique afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. »

Celui qui croira au royaume de la conscience aura la vie éternelle. Voilà d'ailleurs pourquoi la résurrection du Christ intervient ensuite. Pour montrer que ce ne sont pas les caractéristiques matérielles, au sens large du terme, contingentes devrais-je dire, qui vont constituer l'identité de quelqu'un. C'est là le sens du christianisme, à mon humble avis en tout cas...

 

III. Où je reparle du centre serveur métaphysique.

Mais on pourrait se demander pourquoi Dieu a besoin que les gens se tournent vers lui. Si vraiment son but est de se révéler à lui-même, il peut a priori le faire seul, dans son coin, dans une grotte en haut d’une montagne par exemple... Évidemment, cette question est absurde : Dieu a besoin de tout le monde, ne serait-ce que pour faire un monde digne de ce nom. Mais pas seulement.

Dans cet article de l'année dernière, j'expliquais qu'il est bien probable qu'une bonne part de la révélation finale soit accomplie lorsque non seulement Dieu mais aussi la conscience de Dieu aura plus ou moins accès à toutes les consciences. Ou au moins à celles qui sont d'un certain niveau, via ce que j'ai appelé de façon relativement maladroite ''le centre serveur métaphysique''. Ce qui signifie que Dieu souhaite que les consciences se rapprochent, s’unissent, se comprennent. S’aiment. D’ailleurs Dieu n’est-il pas amour selon la Bible ?

On éprouve de l’amour pour quelqu’un lorsqu’on a su se mettre à sa place. On a alors considéré, de façon plus ou moins consciente, que sa vie à lui est aussi, voire plus, importante que la nôtre. C’est-à-dire que l’on transcende sa condition pour se placer d’un point de vue extérieur, divin presque. En faisant cela, on sort de la matérialité pour s’orienter vers une recherche de sens supérieur. Et c’est justement ce que Dieu souhaite que l’on fasse ! Ce comportement est tellement inscrit dans le programme humain si j'ose dire que beaucoup d'individus cherchent un sens transcendant à leur vie sans vraiment comprendre pourquoi ils le font. Je pense par exemple aux communistes ou aux écologistes. La majorité d'entre eux sont athées et refusent donc de voir que leur idéalisme est, dans le cadre du matérialisme, totalement irrationnel. Aveuglés par les dogmes supra-débiles, ils refuseront à jamais de voir le souffle qui les anime : une propension pratiquement programmée à faire la volonté de Dieu.

L'homme est un animal qui court, mais aussi et surtout un animal religieux : il a été créé pour Dieu. Ce qui est parfaitement logique puisque Dieu est son créateur. Et le plaisir de la créature est de faire la volonté de son créateur, bien évidemment. Or je rappelle que le but de la vie sur Terre et dans l’univers est la révélation, c’est-à-dire l’amélioration de la qualité des LM. Voilà pourquoi il faut s'éloigner de la matérialité pour chercher à s'identifier de plus en plus à son lien métaphysique. Est-ce que cela permettra l’avènement de ce que l’on peut appeler la conscience de Dieu révélé ?? À mon avis, oui.

En effet, puisque l’existence des choses se révèle par la conscience qu’on en a et que la conscience c’est le Logos et le LM, alors l’amélioration de ceux-ci va permettre à une conscience divine de se révéler de plus en plus au cours de l’histoire, jusqu’à atteindre, juste par sa très fine compréhension des choses, le centre serveur métaphysique. Là ça fume !!

L’insuffisance du corps est un mystère incompréhensible mais c'est justement grâce à cela que la conscience est possible et que la révélation sera un événement formidable. Malgré la difficulté extrême de toutes ces questions abstraites, le dévoilement de la vérité est à terme inévitable. L'humanité avance vers la connaissance, le progrès, de façon irrémédiable. La société ne peut éternellement rester dans l'obscurantisme en faisant semblant de penser que l'existence du soleil (NDLR l'insuffisance du corps) n'est qu'une croyance. Du coup, le lien métaphysique de Dieu, l'esprit de Dieu, ne peut que venir sur Terre un jour ou l'autre. Ou revenir, si on pense que Jésus-Christ a incarné à son époque le messie. À mon humble avis, on ne pourra être sûr que ce sera le cas que lorsqu'on verra un type trouver la clé pour accéder à cette hypothétique centre serveur métaphysique. Voir ma petite série sur le messie de l'année dernière pour les détails. En même temps, je suis peut-être naïf, c'est mon côté Star Wars... ''La Force est avec lui''. Je n'ai aucune preuve de ce que j'avance là. Néanmoins si je n'ai pas raconté trop de bêtises dans cet article et dans ceux de l'année dernière, et si les promesses de résurrection sont vraies, alors, moi je dis... Pourquoi pas ?

Dit d'une autre manière, je ne crois pas à la résurrection de la chair, mais je me permets l'audace folle de croire à une résurrection dans la chair. Et que lorsque celle-ci sera possible, on pourra alors dire que l'esprit de Dieu s’est véritablement révélé à lui-même. Attention, je reprécise bien le contexte : il s’agit bien là de croyances et non de démonstrations. Je propose des hypothèses et non des preuves, en tout cas pour ce paragraphe. Quoiqu'il en soit, si tout ceci est possible, ce le sera par la compréhension de la nature intime de Dieu et non par le pouvoir de je ne sais quelle magie. Vous voulez une autre petite équation ?

Logos atteint un certain niveau d'explication=> Dieu révélé => pouvoir de résurrection. N'oublions pas d'ailleurs que Existence = Conscience = LM = Logos. Tout ça se tient. Ouais... Intéressons nous maintenant à ce Logos, ce Verbe.

 

III. De l'importance du Logos.

Je l'ai dit des milliers de fois : la conscience, l'existence, qui n'est que conscience de l'existence, sont des phénomènes éminemment mystérieux. Ils ne sont pas reproductibles physiquement ou même mathématiquement ; ce serait bien trop facile. Ils ont en eux un mystère inconnaissable que j'ai tenté de formaliser sous le nom pompeux de ''lien métaphysique'', ou de ''concept S'' ; je ne peux pas expliquer ce qu'est un concept S parce que par définition il est ce qu'on appelle ''non réductible''. Le concept S (CS) renferme le mystère de l'existence. Sans lui, rien n'existerait, par définition du mot ''existence''. C'est donc la qualité de son CS qui importe le plus pour un être humain. Le corps n'a finalement que peu d'importance : physiquement, nous sommes tous à peu près pareils. Quel intérêt a-t-il ?

Il détermine peu la qualité de notre conscience, de notre appréciation de la vérité. Le plus important pour la vie, c'est le lien métaphysique. D'ailleurs Jésus appelle enfant de Dieu celui qui s'identifie davantage à la qualité de son esprit qu'à son enveloppe charnelle. Je trouve particulièrement choquant ceux qui ne s'intéressent qu'à la mort physique et qui cherchent par tous les moyens à prolonger leur vie terrestre. Quelle misère ! En réalité, ils n'ont rien compris à rien : ce sont des ânes stupides sans âmes. Je dirais même plus : ce sont des crétins incapables de piger l'insuffisance du corps. Ce qui fait le ''moi'', ce n'est pas que ''mon corps'', bordel, je n'arrête pas de le répéter. « Un autre, d'entre les disciples, lui dit : Seigneur, permets-moi d'aller d'abord ensevelir mon père. Mais Jésus lui répondit : Suis-moi, et laisse les morts ensevelir leurs morts. »

Le plus grave c'est bien d'avoir un lien métaphysique ridicule, c'est à dire d'être complètement ignare et hermétique aux choses de l'esprit : bref d'être mort. Ceux qui n'ont qu'un CS tout riquiqui n'existent pas car ils ont un niveau de conscience nul et donc sont morts. Ils sont morts mais bougent encore suffisamment pour faire chier le monde avec leurs pleurniches débiles et leur acharnement thérapeutique qui coûte un fric fou. Bon voilà je m'énerve. Je ne devrais pas... En tout cas pas avant d'essayer expliquer ce qu'il faut faire et le faire moi-même...

 

IV. Le monde sera plein de la connaissance de Dieu.

Sans lien métaphysique, je n'existe pas, on est d'accord. Je dirais même plus : mon corps étant parfaitement quelconque, ma mémoire étant également assez quelconque, ce n'est finalement pas très important qu'ils disparaissent. La mort telle qu'on la connaît, qui est la mort du corps et donc de la mémoire personnelle qui va avec, n'est donc pas si grave. Ce qui paraît plus grave, c'est perdre son lien métaphysique : heureusement, celui-ci ne dépend absolument pas de la matière. Au contraire, on a toutes les raisons de penser qu’il est éternel, tant qu’il a les caractéristiques qui plaisent à Dieu. En effet, Dieu garde sans doute les liens métaphysiques les plus riches, les plus précieux peut-être dans son frigo ou, plus probablement, au niveau de ce que j’ai appelé le centre serveur métaphysique. Les autres, ceux qui sont à l'état de traces, comme celui de cet abruti de ''Justicier'', existent à peine.

Aucune raison d'y prêter attention : il est de toute façon impossible de les préserver, ils sont aussi périssables qu'une glace vanille-fraise au soleil de Ouagadougou. Comment sauver quelqu'un qui ne s'identifie qu'à ses caractéristiques matérielles et qui va jusqu'à nier l'existence du lien métaphysique ? C'est impossible : il périra avec sa vie matérielle puisque selon lui, il n'est que sa vie matérielle, et rien d'autre. Il se tire une balle dans le pied tout en étant bien trop stupide pour s'en rendre compte. Par contre, ce n'est pas le cas de celui qui préfère s'identifier au lien métaphysique. C'est d'ailleurs peut-être ce que veut dire Jésus dans son sermon sur la montagne lorsqu’il explique : « Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où la teigne et la rouille détruisent, et où les voleurs percent et dérobent ; mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où la teigne et la rouille ne détruisent point, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent. Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur. »

Il ne parle évidemment pas là du ciel physique, où il y a peu de trésors en dehors de l'ISS, de toute façon très difficile à revendre, mais du ciel métaphysique. C'est à dire du lien métaphysique entre l'homme et Dieu. C'est lui qu'il faut cultiver car seul lui peut échapper à la cruauté d'un monde physique sans pitié et sans scrupules. Nous n'avons pas grand-chose à espérer de la vie matérielle de notre époque. Surtout moi d'ailleurs. Il est de toute façon plus intéressant d'essayer de cultiver son lien métaphysique, destiné à être éternel... La plupart d'entre nous vivons en intégrant dans notre schéma mental la durée de notre vie finie. Chacun cherche à faire le mieux possible pour être heureux durant ce court laps de temps, de manière quasiment instinctive, un peu comme le font les veaux, vaches, cochons, limaces...

Mais je trouve que l’on oublie trop souvent d’une part que cela n'a guère de sens et d’autre part la perspective d'une autre vie, après la mort. Évidemment, si le corps suffit, si le lien métaphysique n'existe pas, je ne suis que mon corps et je disparaîtrai quand celui-ci aura disparu : aucun problème là-dessus. Heureusement, c’est faux : le corps ne suffit pas, il y a autre chose. Nous avons en nous cette étincelle divine, cette petite part de l'intimité de Dieu qu’est le lien métaphysique. La seule chose susceptible d'être éternel chez moi, chez lui, chez elle, (chez nous, quoi), c’est le lien métaphysique. Plus j'essaierai de m'identifier à ce lien, plus je pourrai croire que la mort ne m’affectera que provisoirement et donc intégrer dans ma vision de la vie une possible résurrection. Évidemment, confondre son ''moi'' avec ses caractéristiques physiques, culturelles, ethniques, financières ou je ne sais quoi de contingent a l’effet inverse : elle le rend contingent évidemment, et donc mortel.

Si tu choisis d'être ton lien métaphysique, tu es un truc éternel ! Si tu choisis d'être ton corps, au sens large du terme, tu es un truc mortel ! Si ton pseudo est ''Justicier'', tu es une limace !! À toi de voir...

Mais alors comment faire pour mettre toute son âme dans le lien métaphysique ? Je vois a priori trois-quatre exercices :

1. Tenter d'être heureux pour les autres. C'est ce que je disais quelques paragraphes plus haut : être capable de comprendre que le bonheur d'autrui a autant d'importance que le sien, c'est un acte de foi, un acte transcendant qui permet de se détacher de la matérialité animale et donc de fortifier son lien métaphysique. Je rappelle que l'animal est fondamentalement égoïste, sauf par instinct. Par contre l'homme aurait tendance à être religieux, à vouloir un sens à l'existence, un but : comme le disent souvent les croyants, cette pulsion vers la transcendance est inexplicable, sauf si on met Dieu dans l'équation. Dieu a mis Sa volonté de sens dans son plus bel instrument : l'espèce humaine. Alors oui, aimons nous les uns les autres pour renforcer nos liens métaphysiques. Ce n'est pas pour rien que le premier et principal commandement de Dieu dans le christianisme est la règle d'or : aime ton prochain comme toi-même. Je ne suis pas bien placé pour donner ce genre de conseils. Mais je les donne quand même car j'en connais qui sont encore moins bien placés que moi...

2. Vivre en se croyant éternel. Lorsque dans la vie le moment arrive de prendre des décisions, et c'est assez régulier, il faut bien le dire, je pense qu'il n'est pas inutile de se souvenir que le choix de l'éternité est le meilleur à faire. Autrement dit qu'on aura probablement une seconde chance et qu'il n'est peut-être pas si grave de rater quelque chose pour soi ici et maintenant. La contingence n'est qu'un passage, mieux vaut s'attarder à fortifier ce qui en nous est éternel. Mieux vaut penser en personne distante vis-à-vis de la matérialité... Ta vie est pourrie ? Ta vie est ratée ? Tu n'as pas d'avenir ? Fais le pari de Pascal : ton lien métaphysique est le seul truc qui te relie à l'éternité, fortifie-le. Et tu auras alors une autre chance, c'est obligatoire. Une autre chance, dans un monde plus évolué, avec une vraie vie. Et avec de moins de cons à supporter : n'est ce pas génial ?!! Le fait de faire l'effort de choisir de s'identifier à son lien métaphysique en priorité change beaucoup de choses dans la vie.

3. Bien choisir ses priorités. La vie n’est souvent qu’une question de priorités. Lorsqu'on décide de ce qui est important pour soi, on oublie souvent que nous sommes aussi un lien métaphysique, une petite part de Dieu. Alors pourquoi ne pas faire ce choix-là puisque de toute façon c'est bien ceux qui font ce choix que Dieu préfère ? À mon avis, on rate sa vie lorsqu'on ne parvient pas à réaliser nos objectifs ou alors quand ces mêmes objectifs se révèlent être absurdes. Pour réussir sa vie, il faut y voir le plus clair possible, de sorte à faire les bons choix. Et pour y voir clair, il faut intégrer tous les paramètres, y compris et surtout le... LM. Ce n'est pas très clair, mais je me comprends.

4. Affiner sa connaissance du lien métaphysique. Souvenez-vous de l'équation : LM = Logos. Le lien métaphysique se détecte et se cultive par l’intellect, l’analyse et la compréhension que l’on a de sa nature. Pour enrichir le lien métaphysique, il faut donc affiner son entendement du fonctionnement de tout cela. Prier ? Je ne vois pas trop à quoi ça sert. Mais chercher à comprendre ce qu'est Dieu, c'est renforcer son Logos donc son lien métaphysique. Tout simple... Commencez par soutenir l'évidente insuffisance du corps en vous inscrivant à la newsletter de dieuexiste.com !! À mon très humble avis, ces quatre exercices pratiqués de façon régulière peuvent permettre de se connecter à Dieu, de se relier au Tout-Puissant. Et de ''relier'' à ''religion'', il n’y a qu’un pas... J’espère que vous commencez à comprendre l’importance de cette évidence logique, scientifique, physique, philosophique et métaphysique qu’est l’insuffisance du corps : un monde où chacun d’entre nous est convaincu de l’importance du lien métaphysique est un monde forcément différent, avec bien plus d'amour entre les gens. Un monde où il est plus important de s'enrichir spirituellement que de s'enrichir financièrement devient à terme un paradis terrestre !

J'ose ainsi affirmer que sauver le monde, c'est faire en sorte que chacun prenne conscience qu'il faut choisir la voie du lien métaphysique : la voie de la réussite, ce n'est pas l'impasse qui mène à la banque, mais le petit chemin bucolique qui mène à la révélation éternelle. Or c'est une promesse d’Isaïe : « le monde sera plein de la connaissance de Dieu ». Voilà pourquoi, je le répète encore et encore : le corps ne suffit pas. Il faut faire connaître la vérité au maximum pour qu'enfin nous puissions sortir des ténèbres. L'insuffisance du corps est bien plus importante que n'importe quel discours politique. Surtout si à la clé, il y a possibilité de résurrection.

Voilà.

Pour finir en beauté cet article transcendant fait à l’arrache, mais qui a fait le boulot annoncé, une petite chanson, encore... Oui les mauvaises langues, ça a un rapport avec le sujet : Jésus, le dernier messie connu, a priori, et dont j'ai souvent cité la pensée ici, n'a-t-il pas demandé en rendant son dernier souffle « Père, pourquoi m'as tu abandonné ? », soit en langage plus trivial, « Papa, où t’es ? ». D'une certaine manière, je lui rends hommage avec cette œuvre de Stromae. Dis-moi où es tu caché !! Ouais... Non clairement, le rapport avec Dieu est ÉVIDENT. 

Partager cet article

Repost 0

Le souffle de Dieu planait sur la surface des eaux.

Publié le par Miteny

Maintenant, ne nous cachons rien, nous savons tous que le corps ne suffit pas. Je le sais, vous le savez, je sais que vous le savez, vous savez que je le sais, je sais que vous savez que je le sais et inversement... Alors arrêtons l'hypocrisie !!

 

Au lieu de jouer à cache-cache ou à plus menteur que moi tu meurs, qui est un jeu quand même très dangereux, tentons plutôt d'avancer ensemble sur le chemin de la connaissance. Essayons de spéculer, d'inventer, d'imaginer, quelles pourraient être les conséquences multiples et sans doute fascinantes de cette fabuleuse vérité : non, le corps ne suffit pas, oui, le lien métaphysique existe. Je l'ai déjà fait et je veux le refaire encore avec cet article. Mais cette fois-ci en traitant du délicat sujet de l'apparition de la vie...

Nous savons maintenant que la substance divine peut se connecter de mille et une façons à la matière... Sinon la conscience n'existerait pas. Et nous savons aussi, toujours grâce à cette histoire de conscience, que cette connexion se fait au niveau de la matière vivante. Cependant, il fut un temps, il y a de ça des milliards d'années, où la matière vivante n'existait pas. Mais comme le dit la Bible de manière romancée, le souffle de Dieu planait néanmoins au-dessus de la surface des eaux... Sans doute à la recherche d'une molécule digne de recueillir son ''énergie vitale''. Je divague ? Pas forcément...

En mai 2012, j'avais essayé de poser le problème en mettant en évidence d'une part le fait que la frontière entre le vivant et le non-vivant est bien plus floue qu'on ne le pense, et d'autre part que les scientifiques ne sont toujours pas parvenus à recréer la vie à partir des molécules de base que sont les acides aminés. Des faits apparemment contradictoires. En effet, d'un côté il semble clair que dans certaines conditions physico-chimiques, l'apparition de la vie soit spontanée : lente mais spontanée. C'est souvent ce j'ai plus ou moins eu tendance à penser d'ailleurs ; Dieu aurait juste fait en sorte qu'un monde capable d'engendrer spontanément des organismes vivants existe.

Mais, mais, mais, d'un autre côté... Ne serait-il pas possible qu'une infime intervention surnaturelle soit absolument nécessaire ? Une intervention infime mais elle aussi lente et continue... Vous vous doutez bien que je n'ai pas les compétences pour fournir une réponse définitive à la question. Quoique... Permettez-moi de vous livrer ici le fruit de mes réflexions, vous jugerez ensuite.

Les lecteurs assidus de dieuexiste.com auront tous compris que le lien métaphysique est nécessaire à l'existence des qualia, c'est à dire de la douleur, du plaisir, de la faim, des émotions, etc... Autrement dit, sans un contact entre la ''force active'' de Dieu et la matière vivante, les qualia n'existent pas : c'est bien ce que j'ai prouvé avec ma démonstration de l'insuffisance du corps. Nous savons que les qualia existent chez les êtres humains. Mais existent-ils chez les animaux ?

Comme vous probablement, j'aurais tendance à répondre oui : quand on regarde un chien, un éléphant, un gorille, un dauphin, un perroquet ou un moineau dans les yeux, on sait bien au fond de nous que l'on a devant soi un être vivant capable de ressentir des émotions comme la souffrance, ou la joie. Par contre, on a plus de mal à arriver au même genre de conclusion avec la limace, la fourmi, la méduse, ou la plante verte : sans doute parce que leurs yeux sont beaucoup plus difficiles à trouver... Pourtant même ces êtres vivants primitifs doivent être capables de ressentir une forme de douleur quand on les agresse : une forme sans doute très basique mais néanmoins suffisante pour les inciter à se défendre ou à fuir. Si c'est le cas, cela signifie qu'ils sont eux aussi reliés à la Substance divine, de façon très simple, par un lien extrêmement ténu ; mais bien réel puisque, je le rappelle pour la énième fois, l'existence d'une douleur implique l'existence d'un lien métaphysique.

La question qu'il faut maintenant se poser est la suivante : à partir de quelle complexité de forme de vie ce lien métaphysique a-t-il commencé à exister, à agir ? Peut-être dès le tout début en fait, à savoir dès l'apparition de la vie...

Cela impliquerait que Dieu a eu une part ''active'' non seulement dans l'évolution des êtres vivants capables de ressentir mais aussi dans la création de la première cellule vivante : de quoi troubler nombre de scientifiques. Alors bien sûr, je ne peux pas connaître les détails, je ne peux pas savoir quand, comment et à quel niveau moléculaire cela a dû se passer. Tout bêtement parce que je ne sais pratiquement rien sur le lien métaphysique, comme, par exemple, sa taille, son intensité, sa variabilité... Mais pourquoi pas ?

On sait que la vie a des ressources incroyables, des capacités d'adaptation insoupçonnées, une inventivité hallucinante. Presque impossible à concevoir sans intervention divine : c'est en tout cas ce qu'un grand scientifique spécialiste de l'évolution de la vie comme Yves Coppens, pas réputé croyant, a l'air de penser de plus en plus. Voir à ce sujet cet article de 2012. Il est donc fort possible, voire probable que, comme le dit la Sainte Bible, la force active de Dieu planât au-dessus de la surface des eaux dès le tout début, de sorte à insuffler le souffle de vie à quelques molécules organiques traînant de-ci de-là. À la vue de cette phrase frappée au coin du bon sens, mes lecteurs en général peu enclins à la sympathie et à la raison vont se mettre à pousser des hurlements d'orfraie. Pourtant c'est pratiquement une démonstration que je viens de livrer un peu plus haut. Si, si, relisez... Bon, pour que ce soit bien clair entre nous et puisque c'est tout de même important, je vais quand même rappeler les étapes de mon raisonnement en précisant les points décisifs :

1. Nous pouvons être certains que le lien métaphysique, c'est à dire le contact entre Dieu et la matière vivante, existe BEL ET BIEN. Nous pouvons en être totalement convaincu puisque ma preuve de l'insuffisance du corps, répétée sur ce blog des dizaines de milliers de fois, a fait ses preuves. Si je puis dire..

2. Ce contact ne peut pas ne concerner que l'être humain. Nous savons tous que les animaux sont capables d'émotions. En outre le contact entre un Dieu éternel et une matière âgée de près de quatorze milliards d'années ne peut pas dater d'hier... Forcément.

3. Il est donc totalement certain que ce contact entre Dieu et la matière vivante a commencé dès que les êtres vivants ont commencé à ressentir des qualia, même très primitifs. Cela est aussi certain que l'insuffisance du corps à produire des qualia.

4. On ne peut a priori pas savoir quelle a été la première espèce capable de ''ressentir''. Il n'est même pas sûr que cette capacité soit liée à l'apparition d'un système nerveux. Mais pourquoi fournir un peu de sa Substance divine à la limace, la méduse et pas aux plantes vertes et aux bactéries ? Ce ne serait pas logique, d'autant que tous ces êtres sont génétiquement assez étroitement liés... En fait.

5. Par conséquent, la probabilité que ce fameux contact entre Dieu et la matière vivante ait débuté dès l'apparition de la vie est tout de même assez forte. D'autant plus forte que les scientifiques ne sont toujours pas parvenus à recréer la vie à partir des molécules de base que sont les acides aminés, ce qui est logique puisqu'il leur manque la possibilité d'utiliser quelque lien métaphysique... Il y a encore bien des choses inexplicables dans le fonctionnement des espèces vivantes même aussi rudimentaires que les plantes vertes : c'est un indice fort en faveur de ma théorie.

Les implications de l'insuffisance du corps sont donc multiples... et majeures ! Pas étonnant que cette évidence logique soit autant combattue, malheureusement. Grâce à ma démonstration, nous pouvons être convaincus que Dieu est en relation continue avec la vie pratiquement depuis le début. C'est d'ailleurs ce que je disais en 2011, non pas à partir d'un raisonnement sur les qualia, mais en considérant la redoutable efficacité de l'algorithme génétique qu'est l'évolution de cette si merveilleuse vie : « Autrement dit, il n'est pas absurde d'envisager que Dieu, puisqu'il est partout, [...], s'amuse également à régler en temps réel les paramètres de l'algorithme génétique ''évolution de la vie'' ».

1697evolution-cycle.gif

Justement, parlons-en de cette évolution, parce qu'il y a des choses à dire : en effet, pratiquement chaque année, des chercheurs méritants nous apportent des éléments de compréhension vraiment intéressants. Prenons par exemple la thèse controversée de la fameuse paléoanthropologue Anne Dambricourt. Cette femme explique avec force arguments qu'il est bien possible que l'évolution de l'homme soit aussi fondée sur des processus génétiques contraints ; si l'environnement a un rôle, celui-ci ne serait pas suffisant. Autrement dit, selon elle, tout changement anatomique ne viendrait pas exclusivement des mutations hasardeuses du code génétique dues aux radiations par exemple, mais aussi d’une mémoire contenue dans le patrimoine héréditaire, laquelle stockerait des ''programmes d'évolution''. L'évolution de l'homme serait également le résultat d'une logique interne à son ADN.

Étonnant.

Comme vous pouvez le comprendre en regardant la vidéo suivante, il est au moins indéniable que le code génétique contient la mémoire de son évolution : comme si toutes les étapes avaient été enregistrés. À moins qu'elles aient été pré-enregistrés. Alors est-ce un enregistrement post-évolutif ou au contraire un enregistrement pré-évolutif et initiateur de l'évolution ?

De façon surprenante, la deuxième réponse semble être la bonne. En effet, le taux de mutations dues au hasard est grosso modo continue, il ne saurait en être autrement. Si donc ces mutations constituaient le seul moteur de l'évolution, celle-ci devrait être continue, c'est logique. Or Anne a remarqué que l'évolution n'était pas linéaire mais progressait au contraire par paliers - fait admis par la majorité des paléoanthropologues.

Comme si à un moment donné, celui du palier, quelque chose avait boosté l'algorithme génétique : et si ce n'est pas externe, c'est interne, donc dans l'ADN. Il y aurait ainsi une sorte de fonction qui, exécutée, provoquerait une forte accélération de l'évolution, de l'homme en l'occurrence. Mais exécuté par qui ou par quoi ? Là est toute la question... Plusieurs réponses sont possibles : d'abord il est envisageable de penser que lorsque l'environnement stresse une espèce, celle-ci réponde en accélérant son évolution. Pourquoi pas ? La vie s'est dotée de tant de moyens de défense, de tant de façons de s'adapter à l'environnement hostile, qu'il n'est absolument pas absurde de penser que celui-ci en fasse partie. D'autre part, il est aussi possible que l'ADN de l'espèce humaine possède en lui une sorte d'horloge interne capable d'intégrer de très grandes échelles de temps et de ''lancer'' des programmes d'accélération de l'évolution à des dates bien précises. Pourquoi pas ??

Je ne délire absolument pas : c'est bien ce que dit Anne Dambricourt, notamment dans cette vidéo. Si c'est vrai, et cela semble bien être vrai, alors on a là pratiquement une preuve irréfutable de l'existence d'un dessein intelligent. (Pour les dessins intelligents, voir ici). En effet, on aurait alors la confirmation que l'ADN, avec son exécutable l'ARN, est un programme de fabrication d'une espèce, l'homme, avec l'existence d'étapes dans la production, d'un planning et même.. de dates de livraison !! Pour Erectus 2.0, lancer l'exécution 950 000 ans après Habilis 3.1.... Incroyable.

Vu comme ça, on comprend que les prophéties s'accomplissent : 2520 ans après Daniel 1.0, lancer Apocalypse 2.1... Je vais sans doute un peu trop loin, mais il ne faudrait pas oublier à quel point la vie est quelque chose de prodigieux. Considérez simplement le fait que l'ADN est le procédé de stockage de l'information le plus efficace qui soit : un million de gigabits par centimètre cube, soit une densité inégalable. L'homme fait des millions de fois moins bien.

Dans ces conditions, il est normal que l'évolution de la vie soit le procédé le plus ingénieux qui soit. Cet algorithme génétique est si extraordinaire, souple, puissant, riche qu'on ne peut qu'être béat d'admiration devant ses capacités encore largement méconnues. Alors certes, la thèse Dambricourt n'est pas prouvée à 100%, mais, puisqu'il est certain que Dieu s'investit dans l'évolution via le lien métaphysique, alors nous devons admettre que sa véracité est très fortement probable. Je le disais il y a un mois : il est dans la nature de Dieu de s'acharner à enrichir sa création, pour la rendre la plus complexe, la plus élaborée, la plus belle possible. N'est-il alors pas normal et logique qu'il dégote les moyens de faire évoluer ses créatures ?

Avec l'évolution, l'ADN devient de plus en plus sophistiqué. Peut-on vraiment penser que seules les mutations hasardeuses soient à l'origine de toutes les innovations de cet incroyable code génétique ?? Quelques-unes de ces fameuses mutations ne pourraient-elles pas être initiées par une mystérieuse force présente partout et s'acharnant à trouver le moyen d'encore améliorer son œuvre ? Je ne pense pas que sans l'action de Dieu la vie irait naturellement vers le plus complexe. Faites tourner un algorithme génétique : celui-ci va certes apporter rapidement la solution optimale, mais il ne va pas se mettre à innover en rajoutant des chromosomes au programme que VOUS avez développé... Pas si on ne lui dit pas de le faire en tout cas. Et c'est ce qu'a ''fait'' Dieu : il s'est arrangé pour que des innovations soient possibles. Même si je ne sais pas comment, ce que nous apprend Dambricourt ne peut que nous convaincre de cela.

Cette évolution des êtres vivants a quelque chose de vraiment fascinant, tant et si bien que je ne me lasse pas d'en connaître les détails.D'ailleurs, puisqu'il s'agit a priori de l'œuvre presque ''direct'' de Dieu, c'est quasiment un devoir d'avoir ne serait-ce qu'une idée de ses principales étapes. Rien que pour se rendre compte à quel point des êtres comme le champignon, la limace, l'homme ou la fourmi sont génétiquement proches. Voilà pourquoi j'aimerais partager maintenant avec vous quelques-unes de ses caractéristiques.

Comme vous le savez, au fur et à mesure de l'évolution, les espèces se diversifient et donc s'éloignent génétiquement les unes des autres. Pour retrouver cette histoire, l'histoire de l'algorithme génétique de l'évolution de la vie sur Terre, il faut recourir à ce qu'on appelle la classification phylogénétique. Il s'agit d'un système de taxinomie dont l'objectif est de rendre compte des degrés de parenté, c'est à dire la distance génétique, entre les espèces et qui permet donc, comme je le disais, de comprendre leur histoire évolutive, ou phylogénie. Elle ne reconnaît pas certains groupes comme les reptiles ou les poissons, contrairement à la classification classique. En fait, pour elle, la première grande division évolutive partage les êtres vivants en trois grandes catégories : les bactéries, les archées et les eucaryotes.

Phylogenetics-french.jpg

 

Nous sommes des EUCARYOTES. Les eucaryotes sont soit des bicontes, c'est à dire des plantes, soit des unicontes. On va trouver parmi ces derniers les améobozaireset les ophistocontes, lesquels sont principalement les champignons et les métazoaires. Ces derniers sont constitués de plusieurs clades d'éponges ainsi que des eumétazoaires. Nous sommes déjà bien avancés dans le gigantesque arbre phylogénétique du vivant et les eumétazoaires sont bien plus cousins entre eux que ne le sont l'ensemble des bactéries entre elles. Mais que sont les eumétazoaires ?

On les divise en deux clades : les radiaires et les bilatériens. Ces derniers se caractérisent par une symétrie bilatérale, une bouche et un anus... Les radiaires quant à eux sont principalement les coraux, les anémones et les méduses. Maintenant vous DEVEZ retenir ceci : les bilatériens sont composés des protostomiens et des deutérostomiens. Il s'agit là d'une division importante dans la grande famille des êtres vivants !! Donc ne l'oubliez pas...

Les protostomiens sont constitués par les lophothrocozoaires, c'est à dire les vers et les mollusques - la pieuvre est un mollusque -, d'une part et les ecdysozoaires - nématodes, tardigrades et arthropodes - d'autre part : des animaux très familiers donc. Je rappelle que dans les arthropodes il y a les myriapodes et les pancrustacés, dont font partie les insectes. Les deutérostomiens sont quant à eux les échinodermes, à savoir les oursins et étoiles de mer, et les cordés, enfin... Cela signifie que l'araignée, le crabe ou la pieuvre ont plus d'ADN en commun avec nous les êtres humains qu'avec les anémones de mer ou les méduses. Que les champignons ont plus d'ADN en commun avec nous qu'avec les plantes vertes. Que les étoiles de mer ont plus d'ADN en commun avec nous qu'avec les pieuvres !! Si vous n'avez pas compris cela, vous n'avez rien compris à la classification phylogénétique... Ce qui, entre parenthèses, ne m'étonnerait pas vraiment.

Voilà. Intéressant, non ? Vous savez désormais où placer les plantes, les champignons, les éponges, les radiaires et les bilatériens. Et vous savez que ces bilatériens sont composés des protostomiens et des deutérostomiens. À apprendre par cœur pour rendre hommage à la fabuleuse ''ingéniosité'' de Dieu... Ou du programme qu'il a mis en place et que l'on appelle Nature, à vous de choisir. Évidemment, ensuite, les ramifications continuent, et il n'est pas simple de se souvenir de tous les clades qui divisent les cordés pour arriver jusqu'aux tétrapodes, notre famille proche en quelque sorte.

C'est pourtant ce qui est le plus intéressant pour les gens puisqu'on y trouve une classification plus précise qui enlève tout son sens aux mots ''poisson'' ou ''reptile'. Je n'en parlerai pas pour le moment, pour ne pas surcharger cet article beaucoup trop long. Commencez donc à assimiler les informations que je viens de vous apporter, ce sera largement suffisant pour briller en société... Ou trouver un truc à dire aux repas de famille. D'ailleurs, si votre beau-frère ne vous a pas encore signifié qu'il préférerait que vous vous taisiez pour de bon et qu'on ne l'avait pas mis au courant qu'il allait participer à un dîner de cons, vous pouvez toujours enchaîner en lui parlant de l'autre extrémité du grand arbre phylogénétique qui mène à homo sapiens et dont voici un petit schéma :

H-family1.png

Bon, cette fois-ci, je me tais. J'arrête... Je la ferme. Jusqu'à la semaine prochaine.

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>