Être cause de soi.

Publié le par Miteny

Aujourd'hui je vais vous parler de la nature intime de Dieu. Alors attention, cela va être ardu... Car oui, rien n'est plus abstrait que Dieu. Cette entité, si on peut l'appeler ainsi, est si abstraite, si transcendante, qu'il est bien difficile d'en dire ne serait-ce que quelques mots. C'est en outre un sujet bien délicat : même en partant de la simple différence douleur/pas douleur, on arrive à créer des tensions et des haines qui n'ont aucun sens rationnel. C'est pathétique... Mais bon, passons. Ce qui va m'intéresser ici c'est la principale caractéristique d'une entité se voulant suprême : la cause de soi. Car tel est bien le cœur du problème. Tout ce qui existe a une cause, et tout ce qui a une cause extérieure à soi ne peut être qualifié de divin. Au contraire, Dieu est Dieu parce qu'il est cause de lui-même : c'est là la différence fondamentale, je dis bien fondamentale, entre lui et le reste du monde.

En 2012 dans cet article, j'avais montré que, du fait de cette caractéristique, Dieu alias la Substance existe d'une manière extrêmement puissante car extrêmement nécessaire. Puis dans cet autre article, j'en avais déduit qu'il n'est limité que par lui-même : rien ne peut contraindre son pouvoir d'être quelque chose si ce n'est lui-même. Autrement dit, il doit pouvoir être à peu près ce que bon lui semble. Lui seul décide de la complexité de sa nature. Ce qui implique par exemple l'existence du temps car, comme je l'avais montré à l'époque, sans le temps, pas de possibilité d'évolution vers quelque chose de plus élaboré. Tout serait non seulement statique mais également a priori sans aucune complexité. L'apprentissage, la révélation, et donc la prise de conscience de soi, seraient impossibles. Ce qui est exactement la définition du néant, le contraire de la complexité.

Être ce que l'on veut, décider de la complexité de sa nature, est un pouvoir vraiment extraordinaire. Et quand on l'a, peut-on faire autre chose que l'utiliser à fond et donc... de tout essayer ? Autrement dit d'envisager toutes les possibilités, de voir toutes les formes que peut revêtir le concept d'Existence, y compris et surtout les formes plus élaborées. Quitte à séparer ensuite le bon grain de l'ivraie. Un point important qu'il faut d'ores et déjà préciser : ce que Dieu va décider d'être sera sa création. En d'autres termes, sa création sera une part de lui. Et tout ce qui existe fait partie de cette création puisque dès l'origine, il n'y a rien d'autre que Dieu. Attention, ce n'est pas du panthéisme : je ne dis pas ici que l'univers et Dieu se confondent, mais que l'univers n'est bien qu'une partie de son ''être'', comme mon pied gauche est une partie de moi sans que moi je ne sois que mon pied gauche. Surtout qu'il n'y a pas que l'univers qui ait été créé. En effet, le concept d'Existence peut avoir plusieurs définitions, plusieurs formes : comme je l'expliquais il y a 15 jours, il peut être soit un concept S, c'est à dire quelque chose qui ne peut se réduire à un nom, aussi précis soit-il, soit un concept L, c'est à dire un nom.

L'avantage avec les codes, les notations, les noms, c'est que l'on peut imaginer des relations entre eux, des formules et ainsi inventer un langage mathématique qui sans doute au tout début n'est constitué que par 0 et 1, mais qui, par la suite, s'enrichit à l'infini. Non seulement il s'enrichit à l'infini mais il devient ''réel'' : en effet, selon l'hypothèse la plus raisonnable scientifiquement, tout ce que l'on peut imaginer mathématiquement doit exister quelque part. C'est la seule façon d'expliquer l'existence de notre univers si parfaitement adapté à l'émergence de la vie, j'en avais parlé en 2012. Autrement dit, le plus raisonnable est de penser que la ''réalité prise absolument'' - laquelle ne correspond pas à la définition officielle du mot réalité, attention - contient tout ce qu'il est possible d'imaginer mathématiquement. C'est à dire que ce qui existe correspond à ce qu'une entité toute puissante et cause d'elle-même aurait logiquement fait. Incroyable, non ? C'est ce que j'avais illustré en 2012 dans l'article avec cette image :

multivers-ao

Il s'agit d'un dessin peut-être un peu simpliste de ce que Tegmark appelle le multivers de niveau 5, dont notre univers est une toute petite partie, et qui est formé par tout ce qui est mathématiquement possible d'imaginer. Selon ce scientifique, ce multivers de niveau 5 correspond à ce que Claude Tresmontant appelait ''l'univers pris absolument'', à savoir le Grand-Tout, c'est à dire tout, tout ce qui existe. Et que tout ce que existe corresponde à tout ce que la physique peut se permettre est tout de même une ''coïncidence'' extraordinaire, vous ne trouvez pas ?? Il ne vous est jamais arrivé de vous demander pourquoi l'univers était si incroyablement riche et vaste ?

Non seulement chaque galaxie contient des centaines de milliards d'étoiles, mais l'univers contient des milliards et des milliards de galaxies. Cela donne tellement le vertige que même les scientifiques ont eu du mal à croire ce qu'ils voyaient lorsqu'ils ont découvert l'existence de ces ''univers-îles'' : cela paraissait bien trop fantastique. Pourquoi une telle profusion dans la création ? Sincèrement, c'est dantesque de créer tout ça. D'autant que, comme je viens de l'expliquer avec Tegmark, notre univers n'est semble-t-il qu'un univers quelconque dans la multitude d'univers de notre multivers de niveau 1, lequel n'est qu'un multivers de niveau 1 quelconque dans la multitude de multivers de niveau 1 de notre multivers de niveau 2, lequel n'est... Etc, etc, etc... Pourquoi une telle orgie d'existence ? Pourquoi tout ce qui existe ne se résume pas à un proton et à un électron par exemple ? Pourquoi ??! Hein ?? Pourquoi ?? Eh bien je vous l'ai dit pourquoi : parce que Dieu est cause de lui-même. Il décide de ce qu'il peut créer. Et logiquement, il a décidé de créer... TOUT. C'est la seule façon d'expliquer la coïncidence évoquée plus haut. Or je le répète, que TOUT existe ne va pas de soi : cela aurait pu être RIEN, ou pas grand-chose. Entre rien, pas grand-chose, pas mal de choses, presque tout et tout, les différences sont énormes...

ic1396_060201_p_0.jpg

Les concepts S sont sans doute eux aussi riches à l'infini. Mais ils ont l'inconvénient de ne pas pouvoir se combiner pour former un langage. Par contre, ils peuvent, au contraire des concepts L, créer des réalités, cette fois ci selon le sens officiel du terme, et donc permettre à la conscience de soi d’apparaître. Ils sont inconnaissables mais très puissants : on ne peut pas tout avoir... Concept L, concept S... Existe-t-il d'autres sortes de concepts ?

A priori, oui. Autant que possible, toujours selon le même principe qui veut que Dieu ait TOUT créé. Le célèbre philosophe Baruch Spinoza avait, à son époque, lui aussi compris la puissance extraordinaire que devait avoir une Substance cause d'elle-même. C'est pourquoi il affirmait qu'une telle entité se devait d'avoir une infinité d'attributs, même si nous ne pouvions qu'en connaître deux qu'ils nommaient l'esprit et l'étendue. Je dis la même chose, mais avec un peu plus de rigueur. Chez moi, les attributs correspondraient aux types de concept imaginables par une Substance : L, S et pourquoi pas T comme temps. L'esprit, comme je l'ai rageusement expliqué des milliers de fois, est une combinaison de concepts L et de concepts S, et T, bien sûr : on ne peut donc le considérer d'emblée comme un attribut originel. Après, je ne sais pas s'il y a une infinité d'attributs au sens quasiment spinoziste du terme, c'est à dire une infinité de types de concept. En tout cas, il y en a le plus possible...

Je suis loin d'avoir tout dit à ce sujet, bien sûr. Il y aurait tant à investiguer sur le concept S, bien mystérieux. Il semble, comme je le disais il y a 15 jours, être capable d'exister par lui-même, tout comme Dieu. Est-il l'essence de la ''cause de soi'' ?? Je ne sais pas. Je ne suis même pas sûr que cette phrase ait un sens... Je n'y répondrai donc pas pour l'instant, je préfère continuer à enquêter sur le formidable potentiel de création de Dieu.

Comme je le disais plus haut, cause de lui-même, Dieu est seul à décider de sa nature et donc de sa complexité. Et j'ai également dit qu'il se devait d'utiliser le temps. Ce qui implique que la complexité qu'il veut obtenir, qui est son objectif naturel si j'ose dire, il ne peut l'obtenir qu'avec le temps. Encore une fois, si le temps n'existait pas, rien ne serait possible. En fait, la Substance utilise le temps pour complexifier sa création qui est, d'une certaine manière, ce qu'il veut être, ce qui le fait exister, ce qui le révèle...

Il va ainsi en faire quelque chose de toujours plus grandiose. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si le nom de ce Dieu unique a été dès le début ''je serai'', ''je me révélerai être''. Car oui, comme je l'écrivais en 2007, le nom donné par Moïse est "èhyèh ashèr èhyeh". "èhyèh" vient du verbe hébreu "hâyâh" qui exprime principalement l´idée de venir à l'existence, arriver, devenir, revêtir, entrer dans un nouvel état... Dans ce contexte, le plus juste serait de traduire le nom de Dieu par ''je serai'' ou ''je me révélerai être'' plutôt que par ''je suis''. Et d'après ce qui est écrit plus haut, cela correspond tout à fait à la caractéristique principale du seul Dieu qui existe vraiment : la cause de soi. En effet, ce nom sous-entend que Dieu vient à l'existence petit à petit, qu'il se révèle, comme s'il s'enrichissait avec le temps.

Entre parenthèses, je me demande si tous ceux qui répètent bêtement le ''Notre Père'' savent tout ça. Je me doute que non. Pourtant ils disent : « Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel ». Comment pourraient-ils sanctifier un nom qu'ils ne connaissent pas ? Ils feraient mieux de se taire, du coup... D'autant que, du fait de leurs dogmes statistiques, leur comportement est exactement inverse à celui qui serait inspiré par la sanctification d'un nom qui signifie ''je me révélerai être''. C'est carrément une profanation du nom de Dieu, un crime mortel dans leurs religions. Le comble de la bêtise. Pathétique. Mais bon, je préfère passer... Sinon je n'en aurai jamais fini de dire du mal des cons.

Revenons plutôt à nos moutons : si Dieu cherche donc à complexifier, enrichir sa création, il devrait faire en sorte que sa création se complexifie et soit la plus riche, la plus élaborée possible, c'est une lapalissade. C'est ce qu'il a fait au niveau des multivers et de chaque univers de ces multivers : ils sont riches, complexes, d'une variété hallucinante. C'est sans doute aussi ce qu'il doit faire pour ce fascinant phénomène qu'est la vie : j'en reparlerai bientôt dans un autre article, tellement ce point est intéressant. On peut même penser que, puisqu'il est connecté à chaque être humain via le lien métaphysique, il agisse d'une certaine manière dans le déroulement de l'Histoire, notre histoire. C'est fort ! Quoique... Je vais peut-être un peu trop vite : je discoure comme s'il était évident que Dieu avait un dessein, le fameux dessein intelligent, l'intelligent designdes américains. Et sans vraiment en apporter la preuve.

Pour l'instant, je n'ai de réels arguments que sur le lien entre être cause de soi et être capable de décider de la complexité de sa nature, c'est à dire être capable de créer différents types de concept et un langage le plus élaboré possible. Mais c'est déjà peut-être bien suffisant... En effet, ce que je décris là dénote des capacités assez évoluées : pouvoir écrire, imaginer, créer tout un tas de formules mathématiques complexes nécessite une certaine intelligence, vous en conviendrez. Si Dieu possède cette intelligence, même si elle n'est pas comme la nôtre, et si de plus il suit un certain objectif, celui de la complexité, alors vous devrez admettre qu'il n'est pas du tout absurde de parler de dessein intelligent. Dieu n'est pas juste une force aveugle qui fait des trucs au hasard sans trop savoir pourquoi. Une entité qui possède une telle énergie vitale, une telle ''volonté'', et qui est capable de concevoir un monde comme le nôtre ne peut pas être vraiment qualifiée de force impersonnelle. Ce qualificatif convient aux interactions fondamentales comme la gravitation, l'interaction forte ou l'interaction faible mais pas à Dieu, c'est clair.

Certes IL n'est pas une ''personne'' au sens anthropomorphique du terme. Il est une entité intelligente, mais sans conscience aussi nettement identifiable que la conscience humaine : il est sans doute dans une ''position intermédiaire''... Le cul entre deux chaises quoi... Pour tenter de continuer à cerner un minimum ce phénomène Ô combien mystérieux et dont le titre est un petit mot de quatre lettres très célèbre, je pense qu'il faut revenir maintenant à la signification de son nom – et pas de son titre – , à savoir : je me révélerai être. Là où j'en étais avant de digresser et de redigresser...

Cette phrase renvoie l'idée que Dieu se révèle avec le temps grâce au perfectionnement de sa création : il ''comprendrait'' davantage de choses au fur et à mesure que sa création se complexifie. Comme s'il intégrait sa création, la comprenait et se servait de cette ''clairvoyance'' pour aller plus loin, vers une création plus élaborée. C'est d'ailleurs l'idée qui ressort d'un livre comme la Genèse, récit de la fondation s'il en est. Considérez par exemple le verset 1.10 : « Dieu appela le sec terre, et il appela l'amas des eaux mers. Dieu vit que cela était bon. » Dieu vit que cela était bon. Presque tous les jours de la création du récit biblique, qui sont en fait des périodes de temps indéterminées, se terminent par cette petite phrase : « Dieu vit que cela était bon ». Pourquoi cette petite phrase ? Pour signifier que Dieu constate que ce qu'il a fait est ''bon'' et que donc, il ne le savait pas avant ! Quand on se rend compte que quelque chose est cool, ça veut dire qu'on ne le savait pas avant.... Autrement dit, en créant, Dieu apprend : il ne sait pas tout dès le début. Il s'enrichit par la connaissance, si j'ose dire, de ce qu'il fait et peut ainsi s'améliorer la fois suivante. Son action de création est de plus en plus efficiente, précise, avec le temps : il apprend à séparer le bon grain de l'ivraie. Ce qui implique que son action était primitive au début de la création de l'univers. Oui, primitive, j'ose le mot. La Toute-Puissance de la Substance n'exclut pas quelques faiblesses...

Tout cela signifie que Dieu ne sait pas forcément d'avance ce qu'il veut. Son objectif se précise avec le déroulement de l'histoire : multivers, univers, planètes, vie simple, vie complexe... Puis l'homme, enfin. Avec l'homme, Dieu a inventé la conscience de soi et il a vu que ''cela était bon''... Après avoir fait prospérer sa créature tranquillement pendant des milliers d'années dans le jardin d’Éden qu'était la Terre du paléolithique, il a voulu passer à l'étape suivante : la civilisation. La civilisation permet à l'homme, donc au support de la conscience, d'augmenter sa connaissance. Elle permet d'améliorer l'invention la plus sophistiquée de la Substance, son chef d'œuvre. Et, encore une fois, Dieu ''vit que cela était bon''.

Si bon qu'une première grande étape est proche de s'accomplir : en effet on dit que le monde fut créé pour que la Substance puisse y trouver une demeure et qu'il serait tout prêt de la dénicher. C'est ce que j'expliquais dans cet article Le dessein de Dieu l'année dernière : d'après certains ''spécialistes'', Dieu souhaiterait s'incarner dans un corps pour pouvoir lui aussi acquérir une conscience... Ce serait même l'objectif ultime de tout ce bordel qu'on appelle l'univers. Concrètement qu'est ce que cela signifie ??

Même après une relecture de l'article de décembre 2012, qui apporte une réponse honorable avec l'hypothèse ''Messie'', il faut avouer que cette affirmation semble bien mystérieuse. On pourrait penser que d'un point de vue extérieur, celui que Dieu est censé adopter, toutes les consciences humaines se valent et que le plus important est le destin de la communauté humaine dans son ensemble. Apparemment non, donc... Ou en tout cas, pas exactement, car leurs deux sorts, celui de l'humanité et celui de l'incarnation, restent intimement liés. Mille fois étrange.

Je ne pourrai pas donner maintenant l'explication détaillée que je n'ai pas. En outre, il est temps de CONCLURE cet article bien long dont l'objectif était avant tout l'examen des conséquences de cette caractéristique inévitable pour Dieu, la cause de soi. Voici ce que j'aurais trouvé :

  1. Être cause de soi c'est pouvoir décider de la complexité de sa nature, et donc choisir de créer le monde le plus riche et le plus complet possible. Ce qui semble être effectivement le cas de l'univers pris absolument, que l'on pourrait assimiler, avec un peu de poésie, au corps de Dieu.

  2. Il n'y a aucune raison a priori pour que Dieu alias la Substance sache tout sur tout dès le début, au contraire : ce n'est pas ça la Toute-Puissance.

  3. La Substance apprend en même temps que la création s'enrichit. Cela explique pourquoi l'objectif de Dieu n'est pas a priori parfaitement déterminé à l'avance.

  4. Cet ''apprentissage'' se vérifierait par l'accélération de l'évolution de la complexité de la création dans l'histoire.

  5. Le nom de Dieu symbolise cette caractéristique essentielle de la Substance.

  6. L’œuvre divine a atteint un summum avec l'émergence de la conscience de soi, résultat époustouflant d'une combinaison très sophistiquée de concepts L et S.

  7. Mais ce n'est pas tout, il y aurait encore mieux ! C'est l'étape suivante du dessein intelligent, qui pourrait être une incarnation.

C'est tout de même fascinant : la cause de soi, ce phénomène étrange qui se doit d'arrêter la chaîne de la causalité, est en fait la raison de toute existence, y compris et surtout de la nôtre. Cet article délivre aussi discrètement un autre message, qui a son importance : Dieu veille sur l'Histoire. Nous ne sommes pas seuls, Dieu fait attention à nous... A priori. J'espère avoir été convaincant.

Bien cordialement.

Post-scriptum : pour illustrer l'extraordinaire richesse de la création, une petite vidéo à regarder si vous êtes sceptiques. Tout en la visionnant, posez vous la question suivante : mais pourquoi donc l'univers est-il si riche ?? Pourquoi n'y a-t-il pas à la place de tout ça juste un seul petit proton isolé dans un immense vide ?

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

josé 22/02/2014 21:16


Ton existence démontre l'impossibilité de l'existence de Dieu. Le plus attristant est que toute remarque ne peut qu'apporter de l'eau à ton moulin. Non seulement crétin, mais néfaste.

Miteny 22/02/2014 21:20



encore un drogué aux propos incohérents. Pff... Les ravages de l'industrie colombienne.



5 26/12/2013 16:20


Il me semble pas avoir remis en cause le principe de la causalité, j'ai bien conscience que je vais brûler en touchant le feu et qu'une pomme va tomber si je la lâche etc. Je nie juste qu'une
quelconque création de Dieu (si on accepte le fait qu'on habite un monde crée par Dieu) peut être inchangé par son propre Créateur. Le frottement d'une allumette donne toujours du feu et en
donnera toujours mais cette action n'est pas autonome dans le sens où Dieu n'aurait plus aucun pouvoir là-dessus. C'est quand même pas dur à comprendre. Je vais me contenter de passer à petit
extrait de François Jacob dans son jeu des possibles pour vous mettre la puce à l'oreille (bien profondément) :


 


"Les films passés en arrière nous permettent d'imaginer un monde dans lequel le temps


se déroule en sens inverse. Un monde dans lequel le lait se sépare du café et saute de la


tasse pour revenir à la casserole de lait; un monde dans lequel des rayons de lumière sont


émis des murs pour être assemblés dans un piège (le centre de gravité) au lieu de jaillir d'une


source de lumière; un monde dans lequel une pierre incline vers la paume d'un homme par


la coopération stupéfiante d’innombrables gouttes d'eau qui permettent à la pierre de sauter


de l'eau. Encore que, un monde pareil dans lequel le temps a de telles fonctions opposées,


les processus de notre cerveau et la manière dont notre mémoire collecte l'information


fonctionneraient, de la même façon, en arrière. Il en serait de même pour le


passé et le futur, et le monde nous apparaîtrait exactement comme il nous apparaît maintenant."

Miteny 26/12/2013 21:53



Eh bah voilà, je comprends.


"Le frottement d'une allumette donne toujours du feu et en donnera toujours mais cette action n'est pas autonome dans le sens où Dieu n'aurait plus aucun pouvoir là-dessus."


 


C'est une bonne question et à vrai dire, j'en sais rien. C'est en tout cas une hypothèse intéressante.


Mais je crois que ça me dépasse : je n'ai pas assez de connaissances pour fournir des réponses possibles là dessus.



5 26/12/2013 16:11


Maintenant, je sais ce que tu ressens quand tu n'arrives pas à faire comprendre l'insuffisance du corps...

5 26/12/2013 11:58


Bien évidemment que c'est le feu qui produit la chaleur et pas la glace ou autre chose, tête de noeud. Mais une conception du monde où Dieu existe, ceci est impossible, la cause et l'effet
doivent être deux éléments crée séparement. Car si ces éléments sont autonomes et existe par eux-mêmes cela donne une quelconque puissance divine à à la matière, car le concept d'existence par
Soi n'appartient qu'à Dieu d'après la définition qu'on a de Dieu...

Miteny 26/12/2013 14:39



Qu'est ce que ce charabia !!


La science nous dit l'inverse : l'effet suit la cause. Exemple : allumette +frottement = feu !


J'hallucine...



détecteur de débiles 25/12/2013 19:15


dixit le débile 5 : >


 


5 c'est ton âge mental ou ton QI ???


 


dixit le débile 5 : .


 


et ta Sœur !


plus c'est gros et mieux ca passe ! c'est pas possible d'être aussi con ! ces cons de croyants ne méritent qu'une chose : se faire manipuler par des cinglés !

détecteur de glands 25/12/2013 18:27


un effet => une cause


une cause n'est pas égale à son effet , sinon il serait impossible de faire la différence entre une cause et son effet : cause ≠ effet


être cause de soi-même ( c'est un abus de langage ) c'est être cause et effet : cause = effet


Dieu cause de lui-même c'est : Dieu = Dieu


mathématiquement c'est une tautologie .


dire que Dieu est cause de Dieu c'est se foutre de la gueule du monde .


rien ne peut être cause de l'infini même pas l'infini .


il n'y a pas de cause à l'infini .


 


Selon la thèse de Ludwig Feuerbach, « L'homme créa Dieu à son image »[32], Dieu est présenté par Feuerbach comme une projection des désirs de l’homme. Pour Feuerbach, L'idée du divin est
utilisée comme un moyen de transcender les questions psychiques liées aux capacités cognitives humaines. De telles projections d'une réalité idéale remplissent leur fonction psychologique
d'illusions bienfaisantes[33]. Les études récentes en neurosciences, semblent corroborer Feueubach et confirmeraient que l'idée de Dieu est une
émanation du cerveau humain. En mai 2008, Nicholas Epley montrait à l'aide de l'imagerie fonctionnelle cérébrale que les croyants attribuent à Dieu leur propre opinion sur des
questions de société telles que l'avortement, le mariage homosexuel ou la peine de mort. L'équipe d'Epley a constaté que le fait de penser à Dieu active le cortex préfrontal médian, une zone du cerveau connue pour sous-tendre la « pensée autoréférentielle ». Cette zone s'active
quand on parle de soi, qu'on exprime son opinion ou qu'on développe ses analyses, mais reste silencieuse lorsqu'on évoque les autres. Dans le cerveau des croyants, ce sont les mêmes zones qui
s'activent quand ils pensent à Dieu ou à eux-mêmes. Les croyants créent donc Dieu à leur image[34],[35]. Selon l'anthropologue Dan
Sperber, le cerveau humain serait prédisposé à croire et cette perméabilité aux idées religieuses proviendrait de la façon dont fonctionne la pensée humaine, et plus particulièrement de la façon
dont le cerveau construit une représentation du monde naturel[36].


Depuis la fin des années 1990, de nombreuses recherches neuroscientifiques vont dans le sens d'une explication
physiologique de la croyance en Dieu. Celle-ci aurait été sélectionnée au cours de l'évolution du vivant. Les avantages évolutifs de la foi serait la cohésion du groupe et la réduction de l'anxiété[37][réf. incomplète]


Les travaux de l'équipe de Jacqueline Borg de l'Université Karolinska de Stockholm ont démontré que la
religiosité, c'est-à-dire la propension à voir le monde comme habité par le divin, dépendrait du taux de sérotonine,
un neurotransmetteur déjà connu pour être susceptible d'engendrer des états similaires à ceux produits par
certains psychotropes : modifications de la perception sensorielle, hallucinations,
sensation de fusion avec le monde. Soit les sensations que les mystiques éprouvent au cours de leurs états extatiques[38]. Pour autant, la sérotonine n'est pas une «molécule de la foi» : Si la croyance en Dieu peut être favorisée par
l'action d'une molécule comme la sérotonine, elle ne peut en aucun cas se résumer à son action exclusive. Par ailleurs, une étude allemande de 2002 suggère que d’autres neurotransmetteurs,
notamment les opioïdes (connus pour jouer un rôle important dans la sensation de douleur) pourraient être impliqués dans la cognition
religieuse[39]. Ainsi le «spirituel» aurait une origine purement chimique, donc matérialiste, l'esprit est ramené à la matière.

Miteny 25/12/2013 19:28



1. Heureusement que mon explication va bien plus loin que la seule expression "être cause de soi". Mais pour cela, il aurait fallu que tu lises l'article, andouille.


dans cet article, j'explique cette expression avec l'idée d'une Substance dont l'essence enveloppe l'existence.


 


2. Toujours aussi pathétique. La conclusion est évidemment malhonnête. Rien dans ce qui est copié ici ne prouve que l'esprit est d'origine purement matériel.


Il y a juste un lien entre la présence de certaines molécules et certaines pensées. Et alors, bordel ??


J'ai toujours dit que le fonctionnement du corps (et donc du cerveau avec toutes les molécules et hormones qu'il faut) ETAIT NECESSAIRE.


Bordel, sombre idiot débilisant, TU SAIS LIRE ??


TU SAIS LIRE ???



5 23/12/2013 20:31

Le livre de Daniel a l'air de prendre une grande place dans ton site. Le comprend tu littéralement ou symboliquement ? Ou les deux ? Le feu dans lequel Daniel est jeté par le roi et dans lequel il
ne brûle pas, comment l'interprètes-tu ? Si c'est bien vrai, Dieu n'est donc pas limité par les règles qu'il a assigné à sa création et qu'il peut en faire ce qu'il veut, quand il veut. J'avais
espéré que ça t'aurais mis la puce à l'oreille... Je nie pas les caractéristiques de la causalité, je nie son existence objective et indépendante de la volonté de Dieu. Quant à moi, ça pose un gros
problème de restreindre les pouvoirs de Dieu, c'est une mauvais compréhension de ses attributs. Exactement comme l'ont fait les païens à l'époque, en donnant des attributs purement humain à Dieu.
Il est Tout-Puissant. Je sais pas quelle est ta conception de Dieu mais je trouve que la plus cohérente se trouve dans le coran, c'est un vrai Dieu, un pur et dur, qui n'a pas besoin de se reposer,
de regarder son oeuvre si elle est bonne ou pas.

Miteny 24/12/2013 00:05



Je ne suis pas d'accord : c'est toi qui donne des attributs humains à Dieu, comme la conscience.


Je ne crois pas que ce soit si simple. De toute façon, l'adjectif "tout-puissant" est assez flou : si ça veut dire pouvoir faire tout et n'importe quoi, alors je ne suis pas d'accord.


 


De toute façon, il est certain que la causalité ''indépendante'' existe puisque la science a su la trouver. Elle a établi des règles qui sont TOUJOURS vérifiées. D'ailleurs on n'a jamais trouvé
d'exemple de viol de cette causalité.


Cela va complètement à l'encontre de ce que tu dis sur cette causalité, qui ne serait pas indépendante de Dieu : les faits disent le contraire. Elle fonctionne très bien sans la moindre
intervention de sa part.



Justicier 23/12/2013 09:24


Bonjour mon pauvre Mitounet , toujours aussi zinzin à ce que je vois  


Alors comme ça tu prétends m'interdire de lire tes "griboullages"   que tu
nommes articles ?  


Et comment vas tu t'y prendre ?


Je lirais ce que je veux, si je le veux


Mais si je ne raconte que des conneries, il devrait t'être très facile, toi qui est comme chacun le sait super intelligent de nous expliquer en deux mots, s'il te plait explique nous, afin
de nous faire découvrir l'inégalable beauté de tes explications et de tes arguments, TON ANALYSE de la création de Dieu par Dieu lui même du fait que Dieu serait SELON TOI, cause de lui même, qu'on se fende un peu la poire avant
Noël   !!!


Il ne suffit pas en effet d'insulter bassement comme à ton habitude, ton humble serviteur  j'en ai l'habitude et ça ne me fait ni chaud ni froid, pour convaincre tes autres interlocuteurs que tu as raison


Tous les croyants attendent donc avec une IMPATIENCE CERTAINE tes lumineuses explications sur ta vision de la création de
Dieu...par Dieu cause de lui même...


Ils vont j'en suis sûr boire tes paroles et te glorifier



Alléluia
Alléluia Allééluia


Quant aux mots omnipotent et tout-puissant, ce ne sont pas MES définitions, mais celles du dictionnaire, la preuve :


Omnipotent :


Qui est tout-puissant, dont l'autorité est absolue, sans limite


Continuons donc tranquillement l'analyse de ton "griboullage"


Dieu alias la Substance existe d'une manière extrêmement puissante car extrêmement
nécessaire.


Cette phrase ne veut STRICTEMENT rien dire et n'a ni queue ni tête


Je ne vois vraiment pas en effet le rapport entre le fait pour la "Substance" éventuellement  d'exister et l'extême puissance quelle
aurait d'être nécessaire ?


Sauf à imaginer que pour TOUTE chose ne pourrait aussi EGALEMENT exister que par la nécessité de l'existence de la Substance ?????


Simple question donc :


Comment et par quelle procéssus, la nécessité pourrait elle créé la Substance ? puisque, si on t'a bien compris, c'est la Substance,
alias Dieu , qui selon toi créée TOUT ?


Donc la nécessité ne peut pas créé la Substance


C'est conélien !!


On n'attend TOUS avec impatience TES LUMIERES sur ces importantes questions de pure logique....

Miteny 23/12/2013 13:53



Il y a plein de fautes : difficile de comprendre ce charabia. Mais bon...


On ne comprend même pas ta question.


 


La première définition (première phrase !) de l'éthique de Spinoza est :


J'entends par cause de soi ce dont l'essence enveloppe l'existence, ou ce dont la nature ne peut être conçue que comme existante.


 


Comprends tu cette phrase ? Tu admets qu'elle a un sens ?


 


PS : attention à la réponse d'un type qui ne sait pas faire la différence douleur/pas douleur.  Je ne m'attends pas à des étincelles !!!!



5 22/12/2013 22:35


Je ne nie pas -par exemple- les effets de la gravitation ou de la chaleur. Ce que je nie c'est le fait que tout ce qui est en dehors de Dieu puisse se suffire à lui même, je nie que toute
existence en dehors de Dieu puisse exister indépendamment de Dieu (ou à notre échelle, d'une conscience). Admettre la causalité revient à restreindre les pouvoirs de Dieu, ça veut dire dans ce
contexte que Dieu ne peut pas faire en sorte que le feu émette du froid or cela est facile pour lui, il pouvait le faire s'il le voulait.


 


Et dernier point : le but de Dieu n'est pas d'avoir une conscience ou de trouver sa définition, Pureté à Lui, il est bien au delà de cela. Il n'a pas besoin de regarder son oeuvre après sa
création pour voir si elle est bonnne ou mauvaise. Ni sommeil et somnolence le saisisse ! Il est l'existence, la conscience même ! Son but vis à vis de l'homme et de le faire sentir s'exister.
Comprend moi, il est la seul entité réellement existante, relativement à lui, nous (ainsi que toute sa création) ne sommes que des ombres car notre existence ne revêt pas la caractéristique :
"Celui qui Subsiste par Lui-Même". En d'autre terme, on dépend de Lui, de Sa volonté et par la même on n'est pas existant (au sens de Dieu). Les bonnes choses ne pouvant pas être comprise en
l'absence de mal, il crée aussi le mal auquelle il nous soumet pour ensuite nous agréer dans son Paradis éternel, là où relativement au mal qu'on a vécu, les richesses ne seront plus agréable à
nos yeux. Tel est le "but" de Dieu pour l'homme, le rendre heureux (alors que rien que l'y oblige)


 


Répond moi si c'est pas trop demandé (j'aimerais avoir des critiques sur "ma" pensée).

Miteny 23/12/2013 13:41



Je ne suis pas sûr de bien comprendre ce que tu dis, mais je ne suis pas d'accord avec ce que je comprends.


Ce n'est pas un problème pour moi de restreindre les ''pouvoirs'' de Dieu : si le feu émet du froid, ce n'est plus du feu, par définition du mot "feu". Donc cela n'a aucun intérêt : ce n'est pas
un pouvoir.


Ensuite, je ne suis pas trop d'accord avec le fait que Dieu sait tout. C'est ce que j'ai écrit dans l'article : comment peut-on se rendre compte de quelque chose quand on est censé tout savoir ?


Il y a contradiction. Tu n'es pas d'accord ?



5 22/12/2013 20:43


"Si Dieu existe, la causalité (i.e. la causalité indépendante de Dieu, non choisie par lui) est inexistante"


Justicier a raison sur ce point. (il a énoncé une vérité incroyable)


Dieu existe, c'est une certitude et cette certitude emmène directement à l'absence de la causalité (indépendante de Dieu) sinon ça voudrait dire que la matière à une quelconque puissance d'elle
même voire qu'elle sera même co-éternel à Dieu (ce qui voudra dire qu'il y a plusieurs Dieux : dieux de la terre, du feu etc.) , or tout est création de Dieu et les paradoxes ne l'affectent pas
(comme par exemple l'histoire de la pierre lourde ou Dieu Vs l'objectivité des mathématique, je veux dire par là qu'il fait ce qu'il veut de sa création, il n'est limité par rien).


Quand on voit du feu et qu'on sent que ça brûle et que cette sensation est ancrée en nous, on croit fermement que le feu produit la chaleur or c'est faux, le feu et la chaleur sont deux éléments
crée séparement et assemblé par Dieu et projeté dans notre mental et qui donne l'effet d'une certaine causalité. Mais si tout nous paraît objectif, fluide, continuelle c'est parce qu'on
l'habitude de voir cela sous cet angle or si on existait dans un monde où tout fonctionne à l'envers (l'eau qui sort du verre et rentre dans la bouteille etc ) on aura l'impression que cela est
normal parce qu'il y a une certaine constance dans ces phénomènes. Le fait que la causalité n'existe pas me fait penser à un des versets de la Bible ou du Coran où Moïse fait face à un feu qui ne
brûle pas. En d'autre terme, je pense que ET le libre arbitre ET la causalité est crée à Dieu pour nous donner l'impression d'exister (phénomène dont seul Dieu est le vrai détenteur, il est le
seul qui existe vraiment, indépendant de tout contrairement à nous) alors qu'en fait Dieu a un contrôle totale sur tout.

Miteny 22/12/2013 22:08



Incompréhensible.


Les règles créées par Dieu se suffisent à elles-même : elles n'ont pas besoin de lui pour faire leur boulot.


Elles sont autonomes. Tu nies ça ?


Exemple : la gravitation. Les masses s'attirent, donc le fait de mettre deux masses dans l'espace va provoquer un déplacement de l'une vers l'autre.


Causalité simple et qui existe bien du fait de la règle édictée par Dieu (si on peut dire).


 


Justicier raconte n'importe quoi (comme d'habitude).



Justicier 22/12/2013 08:17


Miteny


"Au contraire, Dieu est Dieu parce qu'il est cause de lui-même : c'est là la
différence fondamentale, je dis bien fondamentale, entre lui et le reste du monde. "


Conséquence INELUCTABLE :


Donc selon toi, celui que tu appelles Dieu s'est FORCEMENT "créé" tout seul.... , sinon il ne
serait pas CAUSE de lui même....on est bien d'accord ?


Or, Dieu, tel que la Bible l'appréhende est omniscient, omnipotent et omniprésent.
C'est-à-dire que Dieu a le pouvoir d'être partout en même temps. C'est-à-dire qu'il peut être en même temps au Ciel avec ses anges mais aussi, chez toi, chez moi, à la montagne, au bureau, etc


Mais curieusement, selon les croyants, il n'a pas pu se créé lui même, puiqu'il a selon eux, TOUJOURS été là (omniprésent).


Pourquoi ? Tout simplement parce que les rédacteur de la Bible aurait été obligé d'expliquer comment aurait-il fait pour se créer lui même ....


En résumé pour les croyants,


Dieu a TOUT créé.....sauf lui même, mais comme pour qu'une chose existe, il faut que Dieu l'ait créé, Dieu n'existe pas DU FAIT même qu'il n'a pas pu se créé lui même



Si Dieu existe, la causalité (i.e. la causalité indépendante de Dieu, non choisie par lui) est
inexistante, sinon elle constituerait une limitation à l'omnipotence. C'est-à-dire que Dieu a choisi que les événements physiques vérifieraient certaines règles. Mais qu'en est-il
de l'implication logique, qui ressemble à la causalité par certains aspects ? Dieu aurait-il pu faire que x soit différent de x ? La notion d'implication logique est différente de celle
de causalité : personne ne cherche une cause à 1+2=3.


Si Dieu est omnipotent ( donc capable de TOUT faire
), il PEUT donc se détruire ; mais comme il est intemporel, s'il se détruit
c'est qu'en fait il n'a jamais existé (il ne se détruit pas « à un moment précis » mais « toujours », en dehors de toute réfférence temporelle). Ceci implique que Dieu n'est pas omnipotent :
CAR il ne peut pas se détruire.


Je sais, je sais, je sais tu vas encore me dire que mon intervention est hors sujet ou tu refuseras de la publier, que je suis un sombre crétin, une merde, etc...j'en passe et des meilleures


Mais s'il te plait explique afin de nous faire découvrir l'inégalable beauté de tes explications et de tes arguments, ton analyse de la création de Dieu par Dieu lui
même du fait Dieu serait cause de lui même, qu'on se fende un peu la poire avant Noël   !!!


Allez merde fait un effort, tu en es d'avance remercié !

Miteny 22/12/2013 18:29



Ramassis absolu de conneries : ça dépasse l'entendement.


Celui-là n'a vraiment QUE du moisi dans sa tête. Il est bien entendu totalement inutile d'essayer de discuter avec un tel demeuré. Je n'essaie même pas : je réponds simplement pour avoir le
plaisir d'insulter l'individu, dont la malhonnêteté n'est plus à démontrer.


 


Tes définitions des mots "omnipotent'' et ''tout-puissant'' sont absurdes.


 


 


PS : au fait, je t'interdis de lire cet article, c'est pas pour toi. Commence d'abord à savoir faire la différence douleur/pas douleur... crétin.



Nietzsche 20/12/2013 16:16


je défends pas Nietzsche mais bon ....



connard


petit con


nabilla de la philosophie


il aurait mieux fait de faire maçon


abruti



 


ça fait beaucoup d'insultes en peu de lignes , ça démontre encore ton intolérance envers ceux qui ne pensent pas comme toi , tu as tous les attributs du fanatique .


en passant tu justifies tes insultes parce que les autres t'insultes , ceux qui connaissent bien ton blog savent que c'est faux , tu as toujours insulté les autres en premier , la preuve !


à part faire du Descartes tu fais quoi ??


 


 


 

Miteny 20/12/2013 20:32



Il ne pense pas Nietzsche, il vomit des inepties dépourvues de logique.


 


En outre, j'aimerais faire remarquer que je suis de loin le plus insulté. Car l'insulte la pire pour moi, ce n'est pas un petit nom d'oiseau mais le fait de faire semblant de ne pas me
comprendre, le fait de me prendre pour un con, le fait de faire exprès de répondre à côté de la plaque.


ça c'est vraiment odieux : c'est une insulte violente.



Nietzsche 20/12/2013 01:24


 La preuve de l'existence de Dieu par la contingence du monde perd donc de
sa valeur puisque d'une part on se sert de la causalité pour l'établir, pour remonter la chaîne des effets et des causes et brusquement on abandonne la causalité pour parler d'une cause de soi
qui n'est pas causée par autre chose: une sorte de cause dernière, nécessaire, une cause de toute chose sans cause! En ce sens Nietzsche s'écrie dans Par delà le Bien et le Mal, au
paragraphe 21: 
"La causa sui est la meilleure contradiction interne qu'on ait jamais conçue, une sorte de viol et de monstre logique."


 


http://www.philagora.net/philo-reperes/contingent.php

Miteny 20/12/2013 10:20



N'importe quoi. Comme quoi ce Nietzsche était vraiment un connard. Il a beau être connu, ça reste un petit con :  un Nabilla de la philosophie.


Il aurait mieux fait de faire maçon.


 


Il n'y a pas de contradiction du tout, abruti (je parle à Nietzsche), il y a juste 2 sortes d'entités : celles causes de soi et celles qui ne le sont pas. Et j'en parle.


Exemple : si je parle des animaux qui volent, puis de ceux qui ne volent pas, je me contredis ??


NON ! Je me contredis pas, je parle de choses différentes.


Nietzsch, t'es vraiment un abruti.