Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

22 articles avec best of chansons

L'album de la dernière chance.

Publié le par Miteny

Le corps ne suffit pas, le corps ne peut à lui seul fabriquer de la conscience de soi.

C'est avec ces mots simples que, depuis maintenant presque 10 ans, j'essaie de mettre en évidence quel miracle extraordinaire est la pensée, la subjectivité. Hélas, malgré mes très, très nombreuses explications, je n'ai pu propager cette vérité toute simple aussi bien que je l'aurais voulu. Pourtant j'ai écrit pratiquement 1000 articles, j'ai fait des dessins, des animations, des poèmes, des récits, des blagues, des provocations... Sans guère de résultats, hélas, alors que mon blog se meurt.

Permettez-moi tout de même un dernier essai : je vais tenter cette fois de faire comprendre l'importance de mon message en utilisant un énième nouveau support... Le chant !!

 

L'idéal serait de faire un album-livre. Une sorte de petit livret avec ma démonstration de l'existence de Dieu en quelques pages, illustré non seulement par des schémas mais aussi par des chansons insérées dans une mini clé-USB cachée dans la reliure... D'ailleurs, j'imagine que bientôt le grand public aura accès aux écrans souples extra-fins et qu'ainsi mon petit livret pourra comporter une feuille-écran qui permettra de visionner les clips des chansons - et quelques animations flash - tout en réfléchissant sur la différence douleur/pas douleur. Mais je rêve, je digresse, j'affabule, je délire, je fume la moquette... Bref, je me disperse. Si je devais regrouper les quelques petites adaptations de chansons que j'ai proposé sur mon blog, je le ferais de la façon suivante :

 

I. Centrée sur le thème principal, l'insuffisance du corps, le titre de cette première partie serait Une grande évidence. J'y mettrais ces 7 ''chansons'' :

Le corps ne suffit pas, même en chanson. Décembre 2010.

Le corps ne suffiii-iii-iii-iiit pas !! Juin 2011.

 Waka, waka, le corps ne suffit pas ! Juillet 2011.

Je te dis que le corps ne suffit pas. Janvier 2013.

Pour Barbara, le corps ne suffit pas. Août 2013.

La complainte de l'insuffisance du corps. Février 2014.

 Je constate une exception inexplicable biologiquement . Janvier 2011.

 

II. Souvent insulté, souvent méprisé et la plupart du temps incompris, il est normal que je me plaigne, que je me lamente. En chantant de préférence. C'est un peu ce que je fais avec les parodies de cette deuxième partie, dont le titre pourrait être De la difficulté à parler aux cons.

Le blues du mec qui doute. Septembre 2007.

Alors on pense... Novembre 2011.

Le mécréant de la République. Mars 2012.

Le blues du prédicateur. Juillet 2012.

Le chant des partisans mitenistes. Septembre 2012.

Quelle bande de sots. Mars 2013.

La mauvaise réputation. Avril 2013.

 

III. Un petit de ci, un petit peu de ça...

 Si tu crois en miteny, applaudis ! Août 2007.

Croyants de tous les pays, unissez vous ! Avril 2011.

Che miteny. Juillet 2011.

 Quand le grand Henri chantoit . Octobre 2011.

La chanson des serviteurs de Satan.Mai 2012.

Poème en baie de Somme.Mai 2013.

Je te promets.Octobre 2013.

Les menacés. Janvier 2014.

Chanson pour le prophète. Février 2014.

 

Parce que vous êtes attentif et parce que vous lisez consciencieusement ma prose (ou pas), vous avez sans doute remarqué que les paroles de La complainte de l'insuffisance du corps n'existaient pas... encore.

En fait, les voici :

Depuis le temps que je me répète, la sénilité me guette,

certains diront que c'est l'alcool, parole, parole.

 

Pourtant je ne me trompe pas, quand j'dis qu'le corps ne suffit pas,

mais je ne reçois que des torgnoles, parole, parole.

 

À force de prendre des coups, et de passer pour un vieux fou,

j'éprouve un certain ras-le bol, parole, parole.

 

On me donnera pas un euro, pour continuer à faire l'zorro

le p'tit philosophe bénévole, parole, parole.

 

Alors quand ils jettent des millions, pour trouver le fameux boson,

il vaut mieux que j'en rigole, parole, parole.

 

À Dieu préférer la mécanique, même si elle se dit quantique,

quand même, quel triste symbole, parole, parole.

 

Je demande donc aux scientifiques, de parler un peu de métaphysique

et d'en mettre aussi à l'école, parole, parole.

 

Avant qu'il ne soit trop tard, que ce ne soit vraiment le bazar,

que la violence ait le monopole, parole, parole.

 

En attendant je vais continuer, à essayer de vous proposer,

de gagner mon petit pactole, parole, parole.

 

Cela peut se chanter (ou pas) sur l'air de La complainte des filles de joie de Georges Brassens dont voici une belle interprétation.

Voilà, voilà... Je cherche toujours des chanteurs, des chanteuses, des musiciens et des musiciennes... Ou pas.

Après, si le chant ne donne toujours rien, il me restera la peinture ou l'adaptation cinématographique de mon espèce de roman sur Daniel... Peut-être songerai-je à faire du théâtre – je suis un peu acteur aussi – ou un One-man-show. À moins que je me lance dans le spectacle de claquettes ou dans le cirque acrobatique.

Et si je suis vraiment désespéré, il restera la politique...

Ou pas.

Bon... Bah voilà.

Le corps ne suffit pas !!!

Publié dans Best of chansons

Partager cet article

Repost 0

Les menacés.

Publié le par Miteny

Aujourd'hui, poésie... Ou plus exactement, chanson. Je vous propose une adaptation de Les passantes, écrit par Antoine Pol, mis en musique par Georges Brassens. Mes modestes vers, bien moins élégants que ceux de Monsieur Pol, n'évoquent pas les belles filles que l'on croise et que l'on ne revoit jamais, mais les animaux sauvages, qui vivent leurs derniers instants à cause de notre stupide propension à tout saccager. Ils illustrent ainsi ce que je disais en 2013 sur l'importance de la biodiversité... Tiiiiiing (j'accorde ma guitare)... Un, deux, un, deux, trois :

Je veux dédier ces quelques mots

à ces magnifiques animaux,

à ces lions, tigres et panthères,

à ces zèbres, ces éléphants,

qui font rêver tous les enfants

et qui enchantent notre Terre.

 

À ces mignonnes dendrobates,

petites grenouilles acrobates,

dont le réjouissant spectacle

nous montre que la diversité

de la vie est la finalité

et le plus beau des miracles.

 

À ces forêts vertes et vivantes

dont la richesse captivante

peut mettre tous nos sens en éveil,

mais qui aux coups de hache succombe

par ceux à qui pourtant incombe

la protection de ces merveilles.

 

À ces baleines qui disparaissent

dans la plus profonde détresse,

massacrées par les chalutiers,

et dont le doux et triste regard

nous fixe avec désespoir

pour implorer notre pitié.

 

Chères créatures menacées,

pauvres animaux pourchassés,

vous nous pardonnerez peut-être.

Pour peu que l'on change d'attitude

et que l'on renonce à l'habitude

de vouloir être vos maîtres.

 

Mais si le saccage continue

il vaut mieux être prévenu :

les conséquences seront terribles.

La nature pourrait se venger

pour se préserver du danger

de nos agissements nuisibles.

 

Alors quand nous aurons tout perdu

lorsque le désastre attendu

aura frappé l'humanité

nous songerons avec tristesse

à l'ancien temps de la richesse

de cette belle biodiversité

 

Voilà... Comme je le disais l'année dernière, la biodiversité, c'est vraiment un enjeu capital. Alors j'espère que vous aurez été sensible à ces quelques rimes et que vous en tirerez des conséquences pratiques et décisives pour notre avenir commun (en devenant miteniste par exemple). Mais si je les ai écrites, c'est aussi pour rendre un hommage appuyé à la version originale, dont voici une interprétation par le grand Georges lui-même, mort il y a plus de 30 ans :

 

Cette vidéo-ci est mieux, mais malheureusement non intégrable. C'est émouvant... J'ai toujours aimé ce poème particulièrement romantique. Et comme j'ai la malchance de me souvenir des épisodes du chemin, j'aimerais profiter de ce 20 janvier, date officielle de la Saint-Sébastien, pour dédier ce modeste article à Karine, Sandrine, Amélie, Agnieszka, Mira, Claire, Lili, Frankline, Céline, Anaëlle... Anaëlle, prénom qui signifie Dieu a répondu et non Seb a répondu, malheureusement. J’ai l’âme nostalgique...

Et si moi aussi je me mettais à chanter, pour oublier ?? Pourquoi pas ? Alors évidemment, certains vont crier à l’attentat artistique, d’autres diront que que j’ose tout et que c’est à ça qu’on me reconnaît. Mais bon, tant pis. Musique !!

Si jamais vous n'arrivez pas à visionner cette vidéo, c'est probablement parce que la honte m'aura incité à la retirer.

Bien bas.

Publié dans Best of chansons

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>