Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

best of chansons

Le chant des partisans mitenistes.

Publié le par Miteny

Pour aujourd'hui, je vous propose une nouvelle version du chant des partisans. J'ai toujours trouvé la musique et la mélodie de cette chanson agréables, mais les paroles sont quelque peu guerrières. Alors je les ai changées.

Cette adaptation de la plus célèbre œuvre de Maurice Druon pourrait éventuellement servir de chant de ralliement des mitenistes. Mais bon, les pauvres sont tellement martyrisés...

 

Ami, entends-tu les murmures de la guerre nucléaire

Ami, entends-tu les plaintes des créatures de la Terre

Ohé, partisans, écologistes, humanistes, c'est l'alarme

Demain le monde entier connaîtra le goût amer des larmes.

 

Levez vous donc et éteignez la télé, camarades !

Terminé le grand gaspillage, fini la rigolade.

Ohé, philosophes et religieux, pour une fois, pensez vite

Il peut suffire d'une idée toute simple présentée sur un site

 

Devant l'extraordinaire du danger qui nous guette,

Vers les cieux il va falloir songer à tourner la tête,

Sans prières outrancières, sans simagrées et sans transes

mais en acceptant du corps l'évidente insuffisance

 

Ohé, partisans, il faut donc l'appeler pour qu'il vienne

la gloire, la force et la victoire bientôt seront siennes

Et oui, maintenant, à jamais, on peut lever tous les doutes,

chantez, compagnons, dans la nuit, le Tout-Puissant nous écoute...

 

Ami, entends-tu les murmures de la guerre nucléaire

Ami, entends-tu les plaintes des créatures de la Terre

Oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh...

 

Pour l'original, voici une petite vidéo.

 

 

Bientôt peut-être une version reggae et miteniste de la marseillaise...

En attendant, puisqu'il est évident que le corps ne suffit pas, inscrivez vous à la NEWSLETTER pour me soutenir !!

 

Publié dans Best of chansons

Partager cet article
Repost0

Le blues du prédicateur.

Publié le par Miteny

J'ai parfaitement compris que je serai toujours insulté et méprisé simplement parce que je défends la première évidence au monde. Cela peut durer encore des centaines d'années tant la bêtise semble être la religion la plus répandue dans ce monde en perdition.

C'est tellement triste et désespérant qu'il vaut mieux tout faire pour oublier : boire, danser... ou écrire des poèmes comme celui-ci, librement inspiré d'une tirade du Cid de Corneille.

 

Ô rage, Ô désespoir, Ô vieillesse ennemie !

Que n'ai je donc tant vécu que pour cette infamie !

Maltraité, insulté par tous ces débiles

qu'on croirait tout droit échappés de l'asile

Me voilà bras ballants avec une évidence

qui devrait être la base de la plus humble science

 

Ô cruel destin de tous les hommes intelligents

astronomes, scientifiques, philosophes, et savants

qui avaient tentés d'ouvrir les yeux des manants

pour finir méprisés et raillés par les gens.

Pourquoi faut-il que l'injustice soit notre pain,

que le mensonge précipite ainsi notre fin ?

 

Si, désespérément, je réclame la justice

ce n'est point par orgueil mal placé, ni par vice

car il est aimable de défendre la vérité

lorsqu'on admet qu'elle peut sauver l'humanité.

Négliger une évidence divine si profonde

est un luxe immense que notre pauvre monde,

dont le saccage est déjà fort bien avancé,

sous peine de disparaître ne pourrait supporter.

 

Car enfin n'est-il pas extrêmement insultant

de les voir nier que le corps est insuffisant ?

Ces gens là poussent la perversion et l'horreur

jusqu'à refuser l'existence de la douleur.

 

Mes rimes ne sont ici pas aussi riches que celle de Corneille, malheureusement. Mais bon, on fait ce qu'on peut.

Bien cordialement.

 


Le Cid - Acte I Scène IV (monologue de Don Diègue) 

Publié dans Best of chansons

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>