Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

26 articles avec best of metaphysique

Le MITENISME.

Publié le par Miteny

Au fil du temps, à force de défendre de façon si acharnée l'insuffisance du corps, dieuexiste.com a développé une structure théorique intéressante, cohérente, originale et pertinente surnommée le MITENISME. Mais qu'est ce que le mitenisme ? Je n'ai jamais pris la peine de l'exposer clairement dans un article synthétique, alors je vais essayer de le faire maintenant. Je vais lister mes ''grandes'' idées tout en essayant de préciser leur degré de fiabilité, un peu dans le même style que l’échelle des certitudes  d'avril 2012. Le tout est présenté en trois grandes parties : scientifique, ésotérique et politico-religieuse.
Sachez d'ores et déjà une chose : le mitenisme est issu d'un esprit libre. Il s'inspire de ce qui est vrai, quel que soit la source d'inspiration : la Bible, la science, ou toute autre source pouvant fournir d'intéressantes informations. Il ne cherche pas à valider une doctrine ou une religion déjà établie.

 

A. LA PARTIE SCIENTIFIQUE.

Dieuexiste.com est un blog qui prétend présenter des démonstrations et des théories scientifiques. Et oui, carrément !! Voilà pourquoi j’expose dans cette première partie les grandes théories originales du mitenisme.

I. L'insuffisance du corps.

C'est évidemment le contenu essentiel de ce blog qui n'existe que pour défendre la grande vérité suivante : si le fonctionnement biologique du corps humain est nécessaire à l'émergence des qualia et donc de la conscience personnelle, il ne peut être suffisant. C'est en soi une information extraordinaire. L'exemple le plus percutant et le plus repris ici est celui de la douleur. Pour un bon résumé voir Non et non, le corps ne suffit pas, 3000 Euros. Éclatant de simplicité. Cette idée de l'insuffisance du corps a été très débattue ici par des milliers de personnes. Donc, quelque part, elle est génialissime. Seule une poignée de fous, dont la démence apparaît chaque jour plus évidente, ose encore la remettre en question. Le corps humain, aussi complexe soit-il, NE PEUT PAS, à lui seul, engendrer ce fabuleux phénomène qu'est la conscience de soi. Résultat IMPORTANT. Degré de certitude : 100% !!!

 

II. Les concepts L.

Si l'insuffisance du corps est une énorme évidence, il est en revanche nettement moins facile de savoir ce qui suffit. Autrement dit ce qui manque à la matière biologique et vivante que constitue le corps humain pour réussir à produire des qualia, et donc de la conscience de soi. Pour le découvrir, il a d'abord fallu que je m'interroge sur la nature de la matière. Je l'ai fait... Et j'ai trouvé ! En tout cas, je crois avoir trouvé : la matière, c'est de l'information. Certes, il n'y a pas que moi qui le dis. D'ailleurs c'est un sujet qui, en ce moment, intéresse beaucoup les scientifiques. J'en veux pour preuve la récente publication d'une étude qui tend à montrer que l'univers pourrait être vu comme un hologramme. Entre autres. J'ai expliqué pourquoi moi aussi je pense que la matière est de l'information dans cet article : Le monde est un langage. Entre autres.

Mais ce n'est pas tout : je suis allé plus loin. D'abord en montrant que l'univers est sans doute un langage mathématique adapté à la collecte d'informations par une conscience ! Ensuite en rappelant simplement de quoi est composé un langage mathématique : de noms, de conventions. J'ai alors introduit la notion de concept L, le concept qui est son nom. De ses deux propositions, on déduit que la matière est très probablement une organisation de concepts L. Simple... Mais génial. Pour davantage d'explications sur la première partie, il faut lire  Mathématique, physique et information , qui montre que, pour expliquer pourquoi le monde physique est telle qu'il est, il faut étudier les possibilités d'un monde mathématique à devenir physique, c'est à dire les conditions qui rendront un certain modèle mathématique observable par une entité ''capable'', c'est à dire a priori consciente. On peut très probablement retrouver les principes de la mécanique quantique rien qu'à partir de cela. Pour des explications sur le concept L, il faut lire Le Grand Mystère de la conscience. Degré de certitude : 99%.

À mon humble avis (je suis toujours très humble... ou pas), les considérations que je viens d'exposer mériterait bien l'intérêt des institutions scientifiques.

 

III. Les concepts S.

Dans ce même article  Le Grand Mystère de la conscience , j'introduis la notion de concept S, qui, à l'opposé du concept L, ne peut pas se réduire à un nom, quel qu’il soit. Ce concept S, inconnaissable par nature, correspond, selon la définition miteniste du terme, au fameux lien métaphysique, qui, toujours selon le mitenisme, est ce qui manque au corps pour permettre l'émergence de la conscience. Ce concept S n'est pas réductible, même par les mathématiques, contrairement à ce que certains scientifiques arrogants seraient tentés de faire croire. Il aurait la capacité de créer des ''réalités'', ou écrans, réceptacles finaux des informations issues de la matière. En outre, il serait le Mystère Divin par excellence puisque jamais nous n'aurons accès à une description mathématiquement exacte de sa nature.

Degré de certitude : 95%.

Selon le mitenisme, ce lien métaphysique pourrait également être la force active d'un Dieu créateur de la vie sur Terre : pour plus de détails, lire Le souffle de Dieu planait sur la surface des eaux.

Degré de certitude : 84%.

Un dernier point sur la notion d'écran : je veux insister sur le fait que celle-ci est d'abord une conséquence de l'insuffisance du corps, en dehors de toute science physique. Or il se trouve que la physique actuelle rejoint cette notion, notamment à partir de la mécanique quantique ou des thèses de Verlinde. Je considère cette convergence de conclusions spectaculaire. Voir à ce sujet l’article Le réseau de réalités et Une révolution en physique pour 2012.

 

IV. L’existence d’une entité divine toute-puissante.

J'aborde là le point central du mitenisme : l'existence de Dieu. « C'est à dire ??? » me demanderez vous probablement. Quand on essaie de faire la science, on fait l'effort de définir précisément les termes que l'on emploie, sinon ce n'est plus de la science. Voilà pourquoi le but du mitenisme est aussi de rendre plus clair la définition du mot ''Dieu''. Ce mot représente quelque chose, une entité, évidemment. Une entité dont j'ai besoin pour expliquer deux faits :

  1. L'existence des concepts S. Autrement dit l'insuffisance du corps.

  2. L'existence d'un univers aussi riche, capable d’héberger la vie.

Premier point : l'existence des concepts S.

Le concept S, ou lien métaphysique, ne peut, en aucun cas, être produit par quelque chose de matérielle, aussi complexe cette chose soit. Il ne peut donc venir que d'ailleurs, d'une source qui sera par définition SURNATURELLE car en dehors de la nature, c'est à dire des lois de la physique. Voir l'article  L'insuffisance du corps prouve l'existence de Dieu  pour quelques explications détaillées. L'insuffisance du corps démontre scientifiquement l'existence de ''forces'' surnaturelles. Dieu est par définition la première et la plus puissante de toutes. Donc Dieu existe. CQFD, chers amis. C'est tout simple. Si simple qu’il est possible que cette argumentation réussisse un jour à convaincre tout le monde ! Degré de certitude : 100% !!

Deuxième point : l'existence d'un univers aussi riche.

On ne peut se contenter de cette première approche. Pour aller plus loin dans la connaissance, il faut à mon sens revenir à ce qui rend Dieu nécessaire depuis la nuit des temps : la question de l’origine du monde. J'ai montré dans l'article Retour sur la notion spinoziste de Substance que l'existence d'une entité cause d'elle-même, que l’on peut appeler Substance, était obligatoire. C'est un peu plus dur à comprendre que l'insuffisance du corps, mais cela n'en reste pas néanmoins certain. Comme je l'ai expliqué dans l’article Être cause de soi, cette caractéristique essentielle de la Substance la rend extrêmement puissante. Toute puissante. Tant et si bien qu’elle ne peut qu’avoir un contrôle total sur les forces surnaturelles évoquées plus haut. On en déduit logiquement que cette Substance et Dieu ne font qu’un.

Petite précision utile : il ne peut exister plusieurs dieux tout-puissants. En effet, si on arrivait à en distinguer plusieurs, cela signifierait que l'un ne fait pas donc ne sait pas faire ce que les autres font, et inversement. Donc qu’aucun d’entre eux n’est tout-puissant ! En contradiction avec l'hypothèse. Dieu ne peut donc être qu’unique.

Degré de certitude : 100% !!! Voir aussi l’article Le pouvoir d'un Dieu cause de lui-même.

Cette puissance extraordinaire se constate facilement, ne serait-ce que par l'incroyable richesse, l'incroyable diversité de l'univers. Elle saute aux yeux !! Sans compter tout ce qui nous est caché, comme les multivers par exemple. D'ailleurs l'existence d'un univers aussi riche, aussi beau, aussi stupéfiant, aussi fécond, ne peut s'expliquer que par l'existence d'un Dieu Tout-Puissant. Et bien sûr, encore une fois, j'ai un article pour ça : La richesse de l'univers trouve son explication en Dieu. Dans l’article  Être cause de soi , j'explique un point essentiel : si toute cette création est possible, c'est parce que le premier pouvoir d'un Dieu cause de lui-même est d'être capable d'engendrer le langage, l'organisation de concepts L. Car le Verbe permet de décider de la complexité de sa nature, ce qui est la moindre chose quand on est Dieu... Pour en savoir plus, il faut lire l'article, forcément. Degré de certitude : 100% !!!

 

V. Le dessein du Dieu miteniste.

Bon, maintenant, nous savons qu’il est possible de démontrer scientifiquement l’existence d’une entité divine toute-puissante capable d’engendrer ce que j’ai appelé le Verbe. Bien évidemment, c’est formidable, mais il faut aller plus loin. En se posant par exemple la question suivante : qu'est ce qui peut arriver de mieux à une entité qui possède un si grand potentiel ? Eh bien, de révéler ce potentiel bien sûr : comme Messi (le footballeur) le dit souvent, un potentiel révélé c'est mas mejor qu'un potentiel supposé. Et à qui ? D'abord à elle-même évidemment. C'est à mon sens, l'objectif premier de Dieu : objectif qui se décline en de multiples sous-objectifs qui prennent forme avec le temps. Et c'est aussi la raison pour laquelle le meilleur nom que l'on puisse donner à Dieu est « je me révélerai être », c'est à dire son nom hébreu : YHWH.

Voir l'article Être cause de soi , encore, pour le détail des explications. Qui dit révélation dit d’abord engendrement du Verbe, c’est-à-dire création d’un monde de plus en plus complexe, donc évolution, dialectique, puis connaissance de ce monde et croissance de cette connaissance avec le temps. L’histoire de l’univers n’est pas cyclique : elle a un sens, une direction. En outre, quoi de mieux que la conscience de soi pour se révéler ? Lorsqu'un univers capable d’abriter une espèce vivante évoluée a pu se mettre en place, Dieu s'est aperçu, si j'ose dire, que ses créatures pouvaient héberger un instrument formidable pour la révélation : la conscience de soi. Lire aussi à ce sujet La conscience, l'objectif de Dieu. La conscience de soi permet au lien métaphysique de se manifester, de se révéler justement : voir le début de l'article  Dieu, le monde et l'homme. Du coup, les êtres vivants doués de conscience sont alors devenus le joyau de Dieu, son chef d’œuvre. Degré de certitude : 98% !

A priori, il n’est pas dit que l’espèce humaine soit le seul instrument d'excellence dans l’univers. En effet, celui-ci est si vaste qu’il est raisonnable de penser qu’il est habité par d’autres civilisations intelligentes. Cependant, cependant... À mon avis, nous sommes la plus avancée de toutes, n'en déplaise aux amateurs de science-fiction. Et j’ai quelques arguments forts qui vont en ce sens dont les deux principaux sont d'une part le paradoxe de Fermi et d'autre part le fait que l'univers soit en fin de compte très, très jeune ; c'est un jouvenceau. Il y a d'autres indices, comme la très rare régularité des orbites de notre système quand on le compare aux autres, l'absence de mini-Neptune, ou la chance que nous avons d'avoir une lune. Voir l’article Le plaisir, la douleur, et moi, et moi, et moi pour de plus amples développements. Degré de certitude : 72%.

En conclusion de ce petit chapitre, je peux dire qu'il est donc rationnel et raisonnable, j'oserais même dire ''scientifique'', de penser que l'objectif de Dieu est de se révéler et que l'humanité est un instrument du Tout-Puissant pour arriver à ses fins. En outre, au regard des connaissances astronomiques et cosmologiques actuelles, il est fort probable que cet instrument soit même l'instrument privilégié de la Substance. Cela signifie que Dieu veille sur nous. Nous sommes primordiales pour Lui, c'est important de le savoir. Mais ce n'est pas tout !

 

VI. La conscience du Dieu miteniste.

Attention, avec cette dernière partie de la présentation du mitenisme scientifique, je risque d'atteindre la limite entre la science et la religion. Autant vous prévenir (oui je sais, je me la raconte). Posons-nous maintenant la question de la conscience de Dieu.

Premier point : Il est difficilement envisageable de penser que Dieu ne puisse pas accéder à toutes les consciences qui existent, notamment via le lien métaphysique, d'origine divine. De plus, il est aisé de comprendre que si on pouvait avoir accès à la subjectivité de quelqu'un, on aurait l'impression d'être cette personne. En outre, nous avons vu que Dieu ne pouvait accéder à la conscience que via l'humanité. Donc la conscience de chacun fait potentiellement partie de la conscience de Dieu.

Deuxièmement : Les consciences sont séparées : la communication entre les subjectivités est actuellement impossible, c’est évident. En vertu du point précédent, cela signifie que personne ne peut de nos jours prétendre incarner la conscience de Dieu. Autrement dit, l'extraordinaire potentiel que représente le concept de ''conscience de Dieu'' n'a pour l'instant pas été ''utilisé''. Il est encore à l'état de potentiel, de possibilité envisageable. Une petite remarque subsidiaire : sans l'existence d'autrui, la révélation de Dieu serait impossible.

Troisièmement : Dieu ayant envie de se révéler, il est raisonnable de penser que la conscience de Dieu se dévoilera un jour ou l'autre ; autrement dit que, au moins dans un premier temps, elle sera incarnée par une personne unique capable d'accéder aux consciences des autres (point 2). Unique car il est handicapant pour une seule conscience de gérer deux corps en même temps, même si on parle là de la conscience de Dieu. Puisque le vrai nom du messie est « l'esprit de Dieu » (voir l'article Dieu, le monde et l'homme), cette personne sera de fait le messie. Ainsi, ce que disait le prophète serait vrai : « le monde fut créé pour que Dieu puisse y trouver une demeure ». Qui est le messie : voir aussi l'article  Le dessein de Dieu . Les implications de cette argumentation sont assez fantastiques : le messie aurait en effet des ''pouvoirs'' étonnants pouvant déboucher sur la résurrection des personnes disparues. Pour en savoir plus, consulter des articles comme Le souffle de Dieu  ou Une résurrection qui laisse perplexe.

Degré de certitude (assez faible en raison de la délicatesse du raisonnement) : 63%.

On peut aller plus loin dans l'analyse de ce sujet hyper complexe en cherchant les conditions nécessaires au dévoilement de la conscience de Dieu. J'ai expliqué dans l'article  Dieu, le monde et l'homme que toute personne désirant se rapprocher de Dieu doit le faire en utilisant son entendement. Nul nécessité de pouvoir magique pour cela. Au contraire, il faut travailler sa compréhension de la vérité, ce que j'ai appelé le Logos, ou Verbe. En effet, l'intensité du lien métaphysique d'une personne dépend de la qualité de sa compréhension. Pour le renforcer, il faut toujours progresser dans la connaissance. J’ai mis dans l’article susnommé une petite équation pour ça (on s’amuse comme on peut) :

Conscience = Verbe = LM. Pour Dieu, l’équation devient : Esprit de Dieu = Parole de Dieu. Puisque le langage est la première chose engendrée par Dieu, on pourrait même écrire : Esprit de Dieu = Parole de Dieu = Fils de Dieu. Si l’on considère que l’esprit de Dieu est le Saint Esprit et que l’on a envie d’être taquin, on pourrait aussi affirmer que : Saint Esprit = Fils = Parole de Dieu. Cela ressemble à la trinité, mais cela n’a rien à voir... en fait.

Bref, c’est par la parole, soit la compréhension du fonctionnement de tout cela, que viendra ce qu’on appelle la délivrance, c’est-à-dire le dévoilement du messie. Pour y arriver, il lui faudra au moins utiliser la méthode classique : émettre des hypothèses, voir celles qui fonctionnent et celles qui ne fonctionnent pas, puis conclure. Un des objectifs : comprendre comment le monde pourrait se présenter pour la conscience de Dieu révélé. En toute rigueur, seuls les qualia peuvent être qualifiés d’existants ; c’est en effet notre perception du monde qui existe plus que le monde lui-même. Dans l’article Le centre serveur métaphysique, j’ai émis l’hypothèse de l’existence d’un centre serveur métaphysique, qui permettrait à Dieu d’accéder à la conscience de chacun, via le lien métaphysique donc. Le tout est de savoir comment les qualia sont classés au niveau de ce CS (centre serveur).

Toutes les souffrances du monde sont-elles ajoutées par exemple ? Est-ce que la notion de somme de toutes les souffrances des hommes a un sens ? La réponse est simple : non. Cela supposerait que l’on puisse vivre une deuxième souffrance sans les conséquences du souvenir de la première mais en se rappelant tout de même qu’on l’a vécu. Absurde : pour les qualia, l'opération ''somme'' n'a pas de sens. À mon humble avis, c'est l'opération ''intersection'' qui fonctionne : la quantité de souffrances compterait moins que l’intensité de la pire souffrance ayant jamais été endurée par quelqu’un, surtout si cette personne a un niveau de conscience élevé.

En d’autres termes, aux yeux de Dieu, l’atroce souffrance d’une seule personne serait plus grave que la souffrance moyenne de millions de personnes. En particulier si ces dernières sont incapables de comprendre qu'ils ont une conscience. Parce que les qualia ne s’additionnent pas. Tout se passerait comme si, au niveau de ce CS, il n'y avait qu'une seule personne, mais capable d'avoir une vision d'ensemble de tous les types de liens métaphysiques, y compris et principalement le plus élaboré. D'ailleurs la quête messianique ne serait-elle pas celle de la résolution de ce mystère qu'est le concept S, a priori inconnaissable ??? Mmmm ??

Bon là, je commence à délirer pas mal. Il est temps que cette partie A, consacré au mitenisme scientifique, s'arrête. Une dernière remarque : j'ai expliqué dans l'article  Dieu, le monde et l'homme à quel point il est important de croire en sa propre résurrection. C'est un exercice que l'on ne fait pas assez. Il est pourtant essentiel pour l'élévation spirituel. Et d'après ce que je viens d'expliquer ici ou ce qu'il y a dans l'article, il est sans doute justifié.

 

VII. Récapitulatif et perspectives de recherche.

Bien sûr, tous ces paragraphes mériteraient nombre de précisions et d'analyses. Mais bon, je trouve quand même que c'est un bon début. Voici en quelques mots un résumé du ''mitenisme scientifique'' :

  1. - Le corps ne suffit pas.

  2. - La matière est information.

  3. - Toute matière est une combinaison de concept L, le concept fondamental qui est son nom.

  4. - Le lien métaphysique, nom donné à ce qui manque au corps pour produire la conscience, est concept S, ''contraire'' du concept L, c'est à dire non réductible à une convention de langage, si complexe soit-elle.

  5. - Ce lien métaphysique aurait participé à l'émergence de la vie sur Terre.

  6. - La réalité est un écran (lien fort avec la matière-information).

  7. - Pour expliquer les lois fondamentales de la science physique, il faut étudier les conditions qui permettraient à un certain modèle mathématique d'être observable par une entité consciente.

  8. - L’insuffisance du corps prouve l’existence de forces surnaturelles, donc celle de Dieu.

  9. - De par sa nature, une entité cause de soi, que l'on peut appeler Substance, existe nécessairement : cette existence explique l'incroyable richesse de l'univers.

  10. - Dieu et la Substance ne font qu'un.

  11. - Le premier pouvoir d'un Dieu cause de lui-même est d'être capable d'engendrer le langage, c'est à dire une structure organisée.

  12. - Le dessein de Dieu est de révéler son potentiel, y compris à lui-même.

  13. - Pour cela, il a réussi à créer un outil formidable : la conscience de soi, dont le support est d'abord, jusqu'à preuve du contraire, l'humanité.

  14. - D'ailleurs il existe de nombreux indices qui plaident en faveur de notre primauté en matière de civilisation sur tout le reste de l'univers.

  15. - Un être humain incarnera un jour la conscience de Dieu.

Certes, la fin commence à être de moins en moins scientifique. Mais c'est cette partie, la plus intéressante, qui mériterait le plus de développements à l'avenir. Car si elle est juste, elle ouvre des perspectives étonnantes et réjouissantes, liées à la résurrection et à la vie éternelle... Il faut bien que l'insuffisance des corps ait des conséquences pratiques non ? La transition pour introduire le chapitre suivant est toute trouvée... En effet, ces dernières notions sont primordiales pour les religions monothéistes et leurs représentants ''officiels'' les prophètes. Il est donc normal que je me sois intéressé à leurs écrits : ce que j'en ai compris est le sujet de la partie suivante.

 

B. LA PARTIE ESOTERIQUE.

Quand on pense avec tant d'aplomb que Dieu a carrément choisi de faire un jour partie de l'humanité (voir chapitre précédent), on ne peut qu'être enclin à croire qu'il a laissé quelques indices du détail de ses intentions auprès des hommes qu'ils l'ont vraiment aimé, à savoir les prophètes. Voilà pourquoi, dans le cadre de l'animation de ce blog, je me suis intéressé aux prophéties, bibliques surtout, mais pas que. Je me suis particulièrement focalisé sur celles qui permettent d'obtenir des dates car ce sont elles qui apportent le plus d'informations. Et j'ai regardé aussi les autres, bien sûr. Après des années de réflexion et d'analyse, je crois avoir décrypté pas mal de codes. Petit tour d'horizon...

I. Les prophéties de Daniel.

J'ai étudié les prophéties des chapitres 2 à 12 du livre de Daniel, présent dans la Bible et la Torah, et j'ai exposé mon analyse non pas dans un article sérieux, car il ne s'agit pas de science au sens strict du terme, mais dans une saga humoristique, laquelle sera un jour, je l'espère, l'objet d'une adaptation cinématographique (on a encore le droit de rêver dans ce pays, bordel !!). Le point d'orgue de cette nouvelle est l'article  Heureux celui qui attendra  dans lequel figure le tableau récapitulatif suivant :

a14-tableau

Pour chaque chapitre du livre biblique de Daniel, prophète qui, je le rappelle, est ''officiellement'' reconnu par les juifs, les musulmans et les chrétiens, il y a dans ce tableau la prophétie principale correspondante : celle-ci évoque généralement une durée, explicite dans le livre, censée séparée deux événements, également explicites. Vous ne me croyez pas ? Vous doutez de mon interprétation ? Lisez toute la saga en commençant par cet article : Saga 2013, introduction.

Avec ce tableau, on remarque que Daniel désigne directement notre époque. Trois dates sont nettement identifiables : 1975, 2005 (30 ans après) et 2050 (75 ans après). Quand on connaît un peu le judaïsme, on sait que ces âges correspondent aux grandes étapes de la vie d’un homme. Or il faut savoir que, dans le judaïsme, la délivrance finale, l’événement que tout le monde attend, du poisson rouge jusqu’à Dieu, c’est le dévoilement du messie, qui est un homme. Daniel le dit d'ailleurs explicitement. En fait, on montre que Daniel prévoit l'avènement du messie entre 2005 et 2050, alors que le monde vivra une terrible tribulation. En 2050, tout serait fini : le royaume de Dieu serait établi sur Terre et le messie parfaitement identifié. 1975 doit donc être l'année de sa naissance, ou d'une ''certaine'' naissance. Degré de certitude : 70% (en fait variable selon les chapitres).

Si mon interprétation cavalière de la prophétie du chapitre 9 est juste, alors nous connaîtrons l'identité de ce personnage avant 2018 ! Idéalement en 2015, juste entre 2012 et 2018 et 40 ans, âge éminemment symbolique dans la Bible, après 1975. Degré de certitude : 31%. Le degré de certitude est plus faible car je n'y crois pas trop : 2015, c'est quand même l'année prochaine. Il faudrait un miracle...

II. La chronologie biblique.

Je me suis également intéressé, comme de nombreux sites sur Internet, à la chronologie biblique dans son ensemble. Et, Ô miracle, elle confirme la date de 2050 trouvée grâce au livre de Daniel. Là encore la démonstration la plus complète se situe au niveau de l'article Heureux celui qui attendra. S'y trouve le tableau suivant :

6jours2

Comme pour Daniel, c'est simple et facile à comprendre : il suffit de s'intéresser un peu et on comprend pourquoi il s'agit là d'une confirmation étonnante des prophéties de ce cher homme. En effet, il y a, à un an près, 6000 ans entre la naissance d’Adam et 2050 : le fait qu’il s’agisse d’un personnage mythologique n’a aucune incidence sur le calcul. Et là le degré de certitude est plus facile à estimer : il correspond à la fiabilité de la date d'édification du temple de Salomon donnée par Wikipédia. Je suppose qu'elle est bonne à 70% puisque fournie par des historiens ! Degré de certitude donc : 70%.

Dans l'article Heureux celui qui attendra, j'explique pourquoi ces 6000 ans sont symboliquement les SIX premiers jours de l'histoire de la civilisation humaine. C'est important car le septième jour de mille ans, c'est le jour de repos, celui de Dieu !! Et il commence en 2050 : confirmation remarquable de la pertinence des prophéties de Daniel. 2050...

III. L'Apocalypse.

J'ai également lu avec attention le livre de l'Apocalypse, évidemment : apocalypsus signifie révélation en grec, c'est à dire dévoilement, ou retour si on se prétend chrétien, du messie. Je rappelle d'ailleurs que la révélation est l'objectif principal de Dieu (voir chapitre précédent). J'ai d'abord pu remarquer qu'on y retrouve la deuxième prophétie chiffrée du chapitre 7 de Daniel. Mais le plus intéressant est la description qu'est faite de la période extrêmement tendue que sera 2005-2050. La partie la plus marquante est le moment où Dieu verse sa colère sur les hommes par l'intermédiaire de sept bols pour « saccager ceux qui saccagent la Terre » : il paraît que ce sera terrible, avec plusieurs milliards de victimes. Cela se termine par le triomphe spectaculaire du vrai Dieu lors d’une bataille se déroulant métaphoriquement à Armaggedon puis par le procès de Babylone la grande, prostituée symbolisant les religions monothéistes ayant perverti l'idée de la vérité. Pourquoi Armaggedon ?

Parce que cet endroit, situé en Palestine, est un cul-de-sac et que Dieu triomphera en acculant ses ennemis dans la plus grande impasse de l'histoire. Si vous doutez de la modernité de ces augures c'est que vous n'avez jamais entendu parler d'écologie et que vous venez donc de la planète Mars. Pour vous rattraper, lisez Vers quel climat allons-nous ? ou, encore une fois, Heureux celui qui attendra. Le plan du livre de l'Apocalypse se trouve dans l'article APOCALYPSE le livre, première partie. L'article APOCALYPSE le livre, deuxième partie détaille quant à lui le versement des sept bols remplis de la colère divine pour les comparer aux menaces actuelles : tout y est, de la destruction de l'environnement à la pollution en passant par l'annonce d'une terrible guerre au Moyen-Orient. Voir aussi Après 2012 vient 2013 sur ce sujet. Si vous êtes sages, en dessert, vous pourrez regarder cette petite animation rigolote sur les cavaliers de l'Apocalypse.

« Car alors, la détresse sera si grande qu'il n'y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu'à présent, et qu'il n'y en aura jamais. Et, si ces jours n'étaient abrégés, personne ne serait sauvé ; mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés. » Jésus Christ. Regardez cette vidéo montrant combien les choses sont en train de dégénérer au sommet de la planète. Remarquez à quel point la fonte s'accélère brutalement à partir de 2005. Efficace et impressionnant. 2005 !!

2050...

IV. Analyse : Dieu est à l'heure.

Que faut-il comprendre de tout ça ? D’abord que nous sommes en train de vivre une époque exceptionnelle, je n’ai eu de cesse de le répéter sur ce blog. Exceptionnelle parce que cible unique de la plupart des prophéties bibliques, j'ose, oui j'ose, prétendre l'avoir prouvé. Est-ce justifié ??

OUI, mille fois OUI !! En à peine un ou deux siècles, l'humanité a explosé tous les compteurs : technologique, sociétale, culturelle, scientifique, guerrier, démographique. Elle exerce maintenant une pression si forte sur l’environnement que beaucoup pensent qu'elle est en train de provoquer la sixième extinction de masse de l’histoire de la planète : nous sommes devenus une vraie calamité. En vérité, nous avons atteint le cul-de-sac de l’histoire, celui-là même qui est appelé Armaggedon dans le livre de l'Apocalypse.

Premièrement parce qu’en face de nous, il y a un grand mur. Les écologistes affirment qu’il est déjà bien trop tard, que nous allons le percuter à pleine vitesse et que ça va faire très mal. Or, quand le chemin emprunté mène à un mur, c’est qu’on s’est fourvoyé en s’engageant dans une impasse... À toute berzingue en plus. Le choc entre le train de l'humanité et le grand mur correspondra à la fin des temps donnés aux humains pour faire de la Terre un paradis. Le constat est plutôt pathétique : l'échec sera total.

Deuxièmement parce que les connaissances accumulées par l’humanité vont, dans les années qui viennent, atteindre des sommets. Certains scientistes voient arriver une rupture définitive de l'histoire de l'humanité, grâce aux progrès de la technologie. Google, par exemple, nous promet qu’on pourra bientôt concevoir des ordinateurs ayant conscience d’eux-mêmes. Blasphème !!

Si la conscience de Dieu doit se dévoiler, c’est vraiment le moment ou jamais. Si Dieu existe, il est impossible que la démonstration de son existence échappe à la science dans les années qui viennent. L'omerta ne peut pas être éternel, l'ignorance non plus. Surtout à notre époque !! En fait, on peut dire que tout le monde est d'accord : le début du vingt-et-unième siècle est une sorte de nœud temporel où l’essentiel de ce qu’il y a à savoir devra se révéler à l'occasion d'une incroyable accélération de l'histoire, y compris et surtout, en ce qui concerne l'entité divine. Jamais le monde n’a changé aussi vite.

Voilà pourquoi je répète : oui c'est justifié, oui les prophéties bibliques s'accomplissent à l'époque prédite. Dieu est à l'heure. Si donc tout se passe comme prévu, nous sommes en droit d'attendre le dévoilement de Dieu, voire de sa conscience. 2005-2050 sera l’époque de la révélation finale, de la fin des temps. Tout ça colle parfaitement avec la situation actuelle !! Alors évidemment, vous allez dire que j’ai trafiqué les calculs. Non, bande d’accusateurs machiavéliques !! NON, JE N’AI PAS TRAFIQUÉ LES CALCULS.

Vous pouvez vérifier : pour la chronologie biblique, il n’y a que trois ou quatre dates à voir. Pour les prophéties de Daniel, c’est un peu plus complexe... Mais ma saga se lit très bien : il y a de l’aventure, du romantisme, de l’humour, des voyages... Autrement dit, voilà une validation supplémentaire de ce que j'ai présenté dans la partie scientifique : oui, la Bible a raison !! Allelujah... Si je puis m'exprimer ainsi. Encouragé par de tels résultats positifs, je me dois de continuer à chercher des indices supplémentaires sur celui qui va incarner la parole de Dieu, voire l'esprit de Dieu. On connaît sa génération, mais peut-on en savoir un peu plus sur lui ? Demandons aux religieux ce qu'ils en pensent...

V. Éléments complémentaires : l'avis des religions.

Les deux religions à avoir quelque chose à dire sur le personnage messianique sont bien sûr le judaïsme et le christianisme : la première attend qu'il vienne alors que la deuxième attend qu'il revienne. Les autres religions ne sont pas vraiment concernées : la doctrine musulmane à ce sujet me paraît assez floue, les bouddhistes espèrent le retour du Bouddha, et les hindouistes.... On ne peut pas vraiment les prendre au sérieux avec leurs dieux à tête d'éléphant ou de singe. Désolé.

Commençons donc par le judaïsme.Nombreux ont été les rabbins à spéculer sur l'identité de celui qu'ils appellent machiah, messie en hébreu. La plupart d'entre eux sont d'accord sur le fait qu'il devra incarner l'esprit de Dieu et/ou sa parole. Un disciple de Rabbi Nahman (vidéo ici) explique que pour lui, le machiah sera le spécialiste de la connexion avec Dieu : il sera capable d'associer le monde avec ''Hachem''. Il ne pourra prouver qu'il est machiah qu'en étant capable de montrer Dieu même au dernier des derniers. Par exemple à un type qui serait aveugle, sourd, lépreux, cul-de-jatte et dépressif... comme celui de ce commentaire. Il devra rendre Dieu évident pour tout le monde. Grâce à lui, on passera d'un monde où personne ne peut démontrer l'existence du Tout-Puissant à un monde où Dieu est la première des évidences, plus facile à prouver que l'existence du soleil. Les gens se demanderont : mais comment a-t-on fait pour ne pas y penser avant ??

Le Rav Dynovisz, celui qui a traité Dieudonné de gorille, évoque aussi le sujet, évidemment. Pour lui, le machiah sera... français ! Peut-être dit-il ça parce qu'il est lui-même français. En tout cas, il a des arguments intéressants. D'abord un calcul kabbalistique – normal dans un chapitre consacré à l'ésotérisme : la Gematria du mot ''France'' en hébreu est identique à celle de ''maison du messie'' dans la même langue, soit 770. D'ailleurs le rabbi de Loubavitch a choisi délibérément, lorsqu'il s'est installé à New-York, une demeure dont le numéro est 770. Soit pour faire comprendre l'importance de la France dans la délivrance finale, soit plus probablement parce qu'il avait lui-même des intentions messianiques... Voir à ce sujet l'article La lumière du Machiah.

La France ? Bizarre, car ce n'est pas un pays religieux. Justement, nous dit le Rav. La France est par essence révolutionnaire, toujours prête à franchir les limites imposées par l'institution, religieuse en l’occurrence : pour lui, ce caractère, qui peut sembler être un défaut, est en fait une qualité essentielle pour s'éloigner du Dieu des religions et se rapprocher du vrai Dieu. La France a été le premier pays à vouloir ''guillotiner Dieu''. Mais surtout par souci de vérité. Elle a été la première à vouloir faire vaciller Babylone la grande, la prêtresse du désir symbole du faux Dieu de la fausse religion, corrompue, se soûlant du sang des saints pour toujours plus de fric et de pouvoir. Des drogues dures, comme chacun sait. La France est devenue le premier pays de ceux qui n'ont pas peur des limites imposées par les religions qui depuis des siècles nous font chier avec leurs dogmes, alors qu'en fait ils n'ont rien compris à rien. Petite dédicace aux témoins de Jéhovah... Mais c'est aussi le pays des droits de l'homme, de la justice, de l'égalité. De la vérité oserais-je dire.

Le Rav dit que le machiah est censé faire revivre les sources de la Torah. L'intériorité de son intériorité dit un autre. Or le documentaire  Les secrets révélés de la Bible  nous apprend que les premiers hébreux seraient en fait des anciens esclaves libérés ou évadés qui auraient décidé de faire une nouvelle société, plus égalitaire. À l'époque de Moïse, Israël était une sorte de France révolutionnaire : rejet des polythéismes idolâtres, nouveau calendrier, nouvelle constitution, volonté d'égalité et de justice pour tous. Ils voulaient repartir de zéro, avec un énorme souci de vérité. Énorme contraste avec les civilisations voisines de l'époque, évidemment. Comme la France en quelque sorte. Bref, si j'ai bien compris, le machiah est un révolutionnaire, un type du peuple, un représentant du monde d'en bas, qui n'a peur de faire sauter tous les verrous de la pensée, tous les dogmes pour trouver la vérité, toute petite souris cachée et écrasée par une montagne de mensonges. Et en ce qui concerne Dieu, les verrous et les préjugés sont gigantesques, croyez-moi !

C'est d'ailleurs en partie la faute de la religion, généralement dirigée par des gens nuls en science et incapables de se remettre en question. Voilà pourquoi cet hypothétique machiah ne peut pas être un pape ou un cardinal, par exemple, ni même un rabbin. Je passe sur les contradictions de ce Rav, qui oublie qu'il incarne l'institution religieuse par excellence, et je retiens l'argument : à bas les vieilles religions !

Enfin, si vraiment Dieu doit devenir une réalité pour tous, le mieux est de commencer par convaincre ceux qui seront de toute façon les plus acharnés à défendre l'athéisme : a priori les français, donc. L'avis francophile du Rav Dynovisz, qui se base sur les écrits de rabbins reconnus du dernier millénaire comme Rachi ou Ari Hakadosh, me rappelle une vieille légende, celle du grand monarque. Selon wikipédia, le « Grand Monarque » est un personnage prophétique, héritier des rois de France, qui se manifesterait au cours de la période apocalyptique de la fin des temps pour ramener la paix dans un monde déchiré par la guerre. Ce serait une sorte de nouveau Jésus : oui, les chrétiens attendent le retour de Jésus Christ, mais sans savoir exactement ce qu'ils attendent. Je dirais même qu'ils en savent encore moins que les juifs. Ils attendent un type, c'est tout ce qu'ils savent, et encore.... Du coup la question se pose : est ce qu’un français qui s’apparenterait au Grand Monarque de la légende pourrait prétendre être à la fois machiah et « Jésus II, le retour » ?

Il ne faut pas oublier qui si le judaïsme et le christianisme sont deux religions distinctes, c'est à cause d'un certain nombre de malentendus. En réalité tous ces crétins ne savent absolument pas de quoi ils parlent. Ils n'ont qu'une toute petite idée de ce que pourrait être Dieu : cela ne les empêchent pas d'être arrogants et de proclamer haut et fort « j'ai raison ! » avant même de s'interroger sérieusement sur la question. Je suppose que le messie arrivera à les mettre plus ou moins tous d'accord en leur montrant à quel point ils n'ont rien compris. Mais, mais... le mieux serait qu'il descende de la maison de David, pour faire plaisir aux juifs, et également qu'il soit lié aux chrétiens, voire aux musulmans. C'est là qu'une deuxième légende intervient : celle du Graal !

Selon cette histoire, popularisée par un film avec Tom Hanks, Jésus Christ aurait eu des descendants, lesquels se seraient plus ou moins mêlés à une famille gauloise. Cette lignée serait la lignée royale par excellence, dépositaire du sang royal, ''sang real'', devenu Saint Graal. Un héritier de cette lignée serait à la fois issu de la maison de David, et de celle de Jésus. Je ne sais pas si cette légende relativement excentrique correspond à quelque réalité, mais, en tout cas, c'est un indice supplémentaire en faveur de la francité du messie à venir. D'autant que ce n'est pas tout. Il ne faudrait pas oublier... NOSTRADAMUS !

VI. Éléments complémentaires : Nostradamus.

Bien sûr, moi aussi, je me suis intéressé à Nostradamus, imitant ainsi de nombreux illuminés du net... L'interprétation des quatrains de ce gars-là est difficile. En outre, il n'est pas dit qu'il soit digne de confiance... Mais quand même, il a fait de bons coups et est devenu célèbre. Alors pourquoi pas ?

D'abord, il parle de notre époque, comme le prouve le quatrain X.72 , dans lequel l'année 1999 est explicitement citée. Ensuite une de ses obsessions est justement le grand monarque présenté dans le paragraphe précédent. Dans ses Centuries, Nostradamus évoque à plusieurs reprises un personnage qu'il appelle le Grand Chyren. Chyren, le plus souvent tenu pour anagramme d'Henryc, forme provençale d'Henry, désigne selon certains commentateurs le grand monarque. Selon eux, l'Epître à Henry Roy de France Second, compte tenu de sa longue portée temporelle, s'adresserait plus à lui qu'à un personnage contemporain de son époque (source : wikipedia). Ils expliquent en outre que ce grand monarque serait un messager des forces spirituelles, et sa mission serait d'enseigner certaines vérités rejetées par les grandes religions et ainsi jeter les bases d'une nouvelle humanité (je cite).

Il s'agit donc bien de la même sorte de personnage que le machiah des juifs. Et là encore on nous dit que ce réformateur serait français. Par contre il n’est pas dit qu’il serait un descendant de Jésus-Christ. Nostradamus semble vouloir donner tout un tas de détails sur lui. Un petit exemple avec le plus connu des quatrains, le X.72 : D'abord un lien y est très nettement fait entre un phénomène céleste se déroulant durant l'été 1999 – on pense évidemment à l'éclipse la plus regardée de l'histoire – et la résurrection d'un roi de la génération de Nostradamus : François 1er.

Il est certes possible de mettre ces considérations en parallèle avec celles de Malachie, pour qui le dernier pape de l'histoire de l'église romaine est le pape actuel : François 1er. Lire Habemus papam pour les détails croustillants. Mais ce n'est sans doute pas la bonne interprétation, car il n'y a aucun rapport entre l'éclipse de 1999 et le pape argentin. À mon humble avis, comme la trace laissée par l'ombre de la lune lors d'une éclipse est très fine, elle peut être utilisée pour désigner un endroit. Un endroit qui aurait un rapport avec François 1er et avec l'avènement d'un roi important, le grand monarque sans doute. Du coup, il faudrait chercher un lieu ayant un lien étroit avec François 1eret survolé par l'éclipse de 1999 : ce serait le lieu d'origine du grand monarque. C'est quand même plus logique, non ? Pour plus d'explications et de révélations, consulter  Nostradamus et l'éclipse de 1999 . Degré de certitude : 28%.

Bon... Je ne peux pas faire un chapitre sur Nostradamus sans évoquer le supervolcan de Yellowstone. J'en ai parlé si souvent que ce serait une trahison de l'oublier. Je me suis en effet souvent permis de faire un rapport entre le quatrain VI.97, la présence d'un supervolcan très connu dans le pays des ''cités neuves'' à la latitude indiquée par le quatrain en question et enfin le chapitre 3 du deuxième épître à Pierre dans lequel il est dit que les cieux et la terre d'à présent sont gardés et réservés pour le feu. Curieusement, on peut faire un parallèle équivalent avec un autre supervolcan situé à une latitude tout autant concordante avec les indications du quatrain VI.97 : j’ai nommé les champs Phlégréens. Les arguments détaillés se trouvent dans les articles Le supervolcan de Yellowstone, encore une fois et Et si 2012 s'avérait vraiment catastrophique ?.

Il est possible aussi qu'il ne soit question là que du début de la troisième guerre mondiale, la fameuse guerre de Gog et Magog qui débuterait au Proche-Orient : le feu représenterait alors l'arme nucléaire qui déverserait un déluge de feu sur certaines régions puis de cendres sur toute l'humanité. Évidemment, tout ceci est grandement incertain. Permettez-moi tout de même une petite prophétie personnelle : explosion d’un supervolcan en 2028 et/ou début de la troisième guerre mondiale avant 2028. Degré de certitude : 34%.

*****

Pour finir, je ne résiste pas à la tentation d’une nouvelle interprétation spectaculaire d’un quatrain de Nostradamus. Le III-94, que voici :

De cinq cens ans plus compte lon tiendra,

Celuy qu'estoit l'ornement de son temps :

Puis à vn coup grande clarté donra,

Qui par ce siecle les rendra tres contens.

C'est un peu obscur, je vous l'accorde. Mais quand même, on comprend qu'il parle d’événements qui se situent 500 ans dans le futur. Dans son futur à lui, au moment il écrit ces lignes, bien sûr. D’ailleurs il n’est pas exclu qu’il parle de lui-même et de l’honneur qu’on lui fera dans ce futur, très lointain pour lui, parce qu'on aura compris la pertinence de ses prédictions. Et quand a-t-il écrit cela ? On va sur google, on tape 'Nostradamus' et on trouve dans l'article wikipedia que la première édition des Prophéties a été publiée le 4 mai 1555, leur rédaction ayant commencé vers 1550. On rajoute 500 ans et on obtient 2050-2055. Pour quels événements ? Au moins une grande clarté qui rendra les gens contents, c'est clairement écrit. C'est à dire une belle et grande révélation. Révélation qui se dit en grec ?? Vous avez compris où je voulais en venir, je crois. 2050 !!

VII. Conclusion : l'avenir selon le mitenisme.

« Difficile à voir : toujours en mouvement est l’avenir. » Certes, mais quand même... Une grande cohérence des prophéties les plus connues se dessine : 2050 revient plusieurs fois. D'autant qu'étrangement, ces prophéties concordent avec ce que la science dit sur notre avenir si nous continuons sur notre lancée destructrice. Il faut arrêter de se voiler la face : c’est la première fois dans l’histoire de l’humanité que nous avons atteint les limites des ressources de notre maison planétaire et c’est aussi la première fois qu’on peut tout faire sauter avec des armes d’une puissance hallucinante. Pour la millième fois je le répète, tout se tient : le choix le plus judicieux semble donc être celui d’avoir la foi, de croire que les prophéties vont s’accomplir. C’est-à-dire ?

Permettez-moi de proposer ma version : 2005-2050 sera une période de transition clairement identifiable dans l'histoire de l'humanité. On l’appellera Apocalypseou Révélation. Au début de cette période, les hommes continueront à saccager la planète de plus en plus vite, malgré leur parfaite connaissance des risques, notamment liés au changement climatique à l’épuisement des ressources. Au lieu de s'entendre entre eux, ils feront l'inverse : plus la situation paraîtra sans issues, plus ils seront égoïstes, cupides et menteurs. Les guerres seront plus nombreuses et l'insécurité augmentera tandis que l'économie s’effondrera sur fond de catastrophes climatiques récurrentes. Il est possible que l'avenir proche ressemble à ce que est décrit dans l'article La mèche est allumée au Proche-Orient... et partout ailleurs. Alors que le monde sera dans un très sale état, alors que les victimes auront déjà été très nombreuses, alors que l'humanité sera au bord de la destruction totale, Dieu va ''faire quelque chose''. Je ne sais pas quoi exactement : il est possible que l'explosion de Yellowstone soit une étape de cette intervention.

Il est aussi envisageable que l'on assiste soit à l'avènement spectaculaire d'un messie aux pouvoirs extraordinaires, soit à une prise de conscience généralisée via un personnage qui fera autorité en matière de métaphysique et qui serait français ; nous vivrions alors une sorte de moment historique d'intelligence et d'humilité collective. Tout sera remis en question, y compris les religions actuelles, dans le but de faire un monde nouveau. Enfin pourrait-on dire !! Voir à ce sujet l’article Les grondements d’un monde adolescent. Ou encore Le retour du messie.

Àla toute fin de cette période 2005-2050, après le procès des anciennes religions, une ère nouvelle commencera. Une ère de paix et de prospérité. Le monde sera uni : diversifié mais uni derrière une spiritualité simple mais vraie et honnête. Les nations auront disparu. Grâce aussi à la science, on parlera de vie éternelle, voire de résurrection des morts. Dieu sera une évidence pour tout le monde. La première et la plus grande des évidences. Voilà. C'est une proposition. Elle est peut-être surprenante mais j'ai exposé dans toute cette partie nombre d'arguments en sa faveur. Elle est très cohérente et fortement plausible. Il y a surtout deux choses à retenir :

  1. - La fin est très heureuse puisqu’il est question d’établir le paradis sur Terre avec Dieu. « Le monde sera plein de la connaissance de Dieu » nous promet Isaïe.

  2. - Avant d'arriver à 2050, il y aura une terrible tribulation avec possiblement des milliards de morts.

Des milliards... Ça fait froid dans le dos. Pourtant, en affirmant une telle horreur, je ne fais que me plier à l'avis étrangement similaire des écologistes et de la Bible, rien de plus. Alors certes, on dit que les prophéties demalheur ne sont jamais certaines, mais quand même... Nous allons vivre le moment le plus historique de tous les temps, il faut s’en réjouir, même si ce sera dur. Pour continuer à garder le moral dans ce monde de psychopathes, il faudra avoir la foi : ceux qui ne l’ont pas ne s’en sortiront pas. Or je l’ai montré, avoir la foi est légitime. Il est légitime de croire que Dieu veille. COURAGE !!

 

C. LA PARTIE POLITICO-RELIGIEUSE.

Si je veux faire un résumé de ce que j’ai pu écrire de-ci de-là et aussi de ce que je pense, je ne peux pas ne pas faire une petite partie consacrée à ce qui me plairait en matière de politique et de religion. Car non, je n’aime pas les politiciens ou les religieux actuels. Je n’aime ni la droite, ni la gauche, des extrêmes en passant par le centre, le haut et le bas. Je n’adhère pas non plus aux religions qu’on nous propose, fussent-elles monothéistes. Du coup, on me reproche d’être quelqu’un de négatif, qui ne s'intéresse pas au bien-être de la communauté. On me dit par exemple que c’est particulièrement irresponsable de ma part de ne pas voter. Si je réponds que personne ne trouve grâce à mes yeux, on me rétorque que je n’ai qu’à créer mon propre parti ! Comme si c’était faisable !! Les gens sont vraiment complètement abrutis. Mais bon, puisqu’on me le demande, je vais au moins proposer quelque chose. On me le reprochera évidemment : « mais pour qui te prends-tu, gnagnagnagna... ». Il y a vraiment des claques qui se perdent...

I. Pourquoi une nouvelle religion.

Ai-je vraiment besoin de dire pourquoi les religions actuelles sont obsolètes ? Je pense qu'à notre époque, il faut être inculte pour ne pas savoir qu'avant d'affirmer qu'un texte est la vérité absolue, il faut au moins l'avoir compris ! Or dans la plupart des organisations que je connais, même chercher à comprendre ce que le texte ''sacré'' nous raconte est interdit. Le fidèle n'est pas là pour comprendre, il est là pour appliquer ce que les gourous dictent : l'exemple des témoins de Jéhovah est révélateur... Approfondir ?? Non, surtout pas !

Ils sont ensemble pour communier... sur des conneries. Ce n'est pas ainsi que je conçois le concept de religion. D'ailleurs je n'arrive même pas à communiquer avec un croyant traditionnel : en général son esprit est tellement formaté que son cerveau se bloque dès qu'il n'entend pas ce qu'il a l'habitude d'entendre. Ces religions affirment, avec autorité, sans même se demander si ça a un sens : d'ailleurs si tu poses une vraie question, t'as un blâme. Elles interdisent, par exemple le film Noé, par peur que les gens réfléchissent. Ils ont une trouille bleue de ce que pourtant devrait faire toute personne qui aime la vérité : se remettre en question. Quand on connaît Sarah Palin, on a vraiment envie d'être athée. Elles sont des centaines, des milliers, car chacune raconte un mensonge différent. Si on pouvait demander son nom à Babylone la grande, la prêtresse des fausses religions, elle répondrait comme le ferait Satan : « Mon nom est légion, car nous sommes nombreux ».

(Vidéo de l’extrait de Ghost Rider).

Les religions ont raconté tellement de conneries sur Dieu que maintenant être apparenté à un croyant revient à passer pour un débile ou un fou : il y a d'ailleurs effectivement une majorité de débiles et de fous parmi les croyants. Ils ont réussi à faire de la première évidence au monde une vaste fumisterie. Cela mérite une punition ou un procès, indéniablement. J'aurais beaucoup à dire sur le sujet, mais je finirais par m'énerver. D'autant que j'ai déjà tout dit dans l'article Quelle est la bonne religion ?. Si les religions actuelles sont obsolètes, il faut les supprimer. Faut-il les remplacer ? Tout dépend de ce qu'on entend par religion. Si ce terme enveloppe le concept de science qui s'occupe de l'étude et de la relation avec une entité identifiée comme étant divine, alors la réponse est oui.

II. La vérité avant tout.

À mon avis, le premier boulot d'une religion est de dire la vérité. Et quand on a un boulot, on le fait sérieusement. En d'autres termes, la vraie religion c'est la science appliquée au phénomène divin, avec toute la rigueur que cela implique : hypothèses, démonstrations, doutes, remises en question, retour en arrière. Le but est de comprendre le plus mieux possible, d'approfondir un maximum, et donc pour cela de remettre tout en question, à commencer par la Bible, la Torah et toute la clique. En fait, le mitenisme religieux, s'il devait exister, ne serait rien de plus que la science : mais une science qui est en avance puisqu'elle a démontré l'existence de Dieu, là est toute la différence... Et la science est unique bien sûr, comme doit l'être la vraie religion. Voir encore l'article Quelle est la bonne religion ainsi que Les grondements d'un monde adolescent.

Mais à terme, même ceux qui n'ont pas de religion parce qu'ils se prétendent cartésiens ou rationnels n'auront plus d'excuse. Ils auront la possibilité d'adhérer à la religion de la science. Car oui, il y a plein de choses à savoir sur Dieu... Attention, que l’on me comprenne bien : mon but n’est pas d'utiliser des résultats scientifiques pour en faire des règles de vie, et surtout pas d'en imposer, mais de rappeler que la religion, étymologiquement, c’est d’abord comprendre et chercher à comprendre. Le mitenisme, s'il devait exister, encore une fois, serait la religion de ceux qui doutent et qui sont humbles devant l’immensité de notre ignorance : comme disait Kant, l’intelligence d’une personne se mesure à la quantité d’incertitudes qu’elle est capable de supporter.

Attention, cela ne signifie pas qu'on ne peut être sûr de rien : il y a des choses qui sont certaines à 100%, comme je l'ai illustré dans la partie scientifique. J’espère avoir été assez clair, même si le sujet est bien trop complexe pour être résumé en quelques lignes. Je n’aurais pas eu le temps de tout expliquer de toute façon. En tout cas, je ne veux pas restreindre la liberté, au contraire. Au contraire !

III. Un nouvel ordre mondial ?

À mon humble avis, ce n'est que lorsqu'on aura réglé ce problème religieux qu'on pourra sérieusement faire de la politique. Comme je le disais en 2012, la démonstration de l'existence de Dieu est importante.  Lorsque l’étude du phénomène divin, si j’ose dire, sera considérée comme une science, alors beaucoup de choses changeront. C’est ce j’expliquais un peu à la fin de l’article Dieu, le monde, et l’homme.

Tout sera tellement différent qu’il est difficile d’imaginer quelles sortes de politiques seront appliquées. Il est déjà sûr qu’on ne parlera plus de laïcité : le mot aura perdu tout son sens. Il est probable que la spiritualité finisse enfin par être respectée à sa juste valeur et que le capitalisme et la destruction de l'environnement soient remplacés par un souci plus grand de générosité, d'humanité, de partage, d'amour... Sur ce blog, j'ai d’ailleurs montré à de nombreuses reprises pourquoi il fallait mettre un peu de métaphysique dans l'économie. Voir Économie et métaphysique et Lettre à un ami décroissant.

Des propositions, j’en ai fait d’autres, notamment dans l'article Investissement, innovation. C'est de la politique ça, et de la bonne. Évidemment, je suis loin d’avoir tout envisagé. Je n’ai fait que survoler le sujet, histoire de savoir de quoi ça cause... Ce dont je reste convaincu, encore une fois, c’est que le plus urgent reste le problème religieux. Surtout si la fin des temps correspond bien à la période 2005-2050. Si tel est le cas, et je le crois, alors il ne sert à rien de faire des plans sur la comète ou des programmes politiques tant que 2050 ne sera pas arrivé. Une fois que l’humanité aura fait la paix avec elle-même, alors on pourra s’inspirer de toutes les lois qui existent maintenant pour en faire de nouvelles : de celles de la République, mais aussi de celles de la Bible, car il y a de bonnes idées. Et comme je le disais dans le chapitre consacré à l’ésotérisme, il est probable qu’enfin, alors, on ne se loupe trop. Il y aura mondialisation, mais une bonne mondialisation : celle de l’humanisme, de la générosité, du partage, de la vérité.

L’universalisation est de toute façon inévitable. Mais de nos jours, la seule qui ait vraiment réussie est celle des escrocs, des mafias, des capitalistes et des destructeurs. Il faut que ça change, pour la préservation de tout ce qui est beau et riche dans notre monde, comme les cultures, les langues, les biotopes. Cela ne sera possible que dans le cadre d’une seule nation fédérale au niveau mondial. Le gouvernement mondial existe déjà, sauf que de nos jours nous avons à faire au pire. Quand Dieu viendra, nous pourrons enfin instaurer le meilleur des gouvernements mondiaux. Ça fait du bien d’être niais de temps en temps...

IV. Une proposition concrète.

Pour ne pas que l’on me reproche d’être trop attentiste, je vais faire une proposition concrète, pour maintenant. J’aurai ainsi fait le maximum sur ce sujet, avec mes petits moyens. Selon le premier article de la déclaration universelle des droits de l'homme, tous les hommes naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils devraient donc avoir le droit de décider un minimum de leur sort. Vous croyez vraiment que c'est le cas en Afrique ? On sait bien que le monde est fait par les grandes puissances, autrement dit par les peuples de ces grandes puissances. Et encore... Même dans ces pays-là, la démocratie n'est souvent que l'ombre de l'idéal incarné par le mot. Alors dans les pays pauvres, vous pensez bien que les droits de l'homme, il n'en voit jamais la queue d'un, même de loin. Voilà donc ce que je propose :

1. Que l'on fasse les États-Unis d'Europe, comme je l'avais expliqué dans l'article les États-Unis d'Europe dans la mélasse, avec le français comme langue de communication.

2. Que l'on intègre l'Afrique francophone à ces États-Unis d'Europe !! En voilà, une belle idée de partage et de solidarité, non ? On pourrait appeler l’ensemble Union Fédérale Francophone.

3. Que l'on organise des élections, évidemment.

Si je suis élu, je promets d'instaurer un salaire minimum pour tous : le salaire de la dignité humaine, qui aurait du être mis en place dès la création de la célèbre déclaration susnommée et qui marquerait le fait que chaque être humain a le droit d’être reconnu à sa juste valeur !! 6000 Euros par personne et par an, que l'on soit bébé, jeune, vieux ou bien portant, malien ou islandais... Bien sûr, les enfants ne pourront profiter de leur argent qu'à leur majorité. Vous allez penser que je suis fou et que je n'ai aucun sens des réalités économiques : c'est faux !! Cette mesure aura un coût de 2100 milliards d'euros par an pour 350 millions d'africains francophones et de 3000 milliards d'euros par an pour 500 millions d'européens. Soit un total de 5100 milliards d'euros par an. Qu'on peut trouver ! Oui !

D'abord on peut emprunter de l'argent : les montages financiers, ça existe. Et puis surtout, on peut réclamer l'argent qui a été volé au peuple. Il y aurait 25 000 milliards d'euros cachés dans les paradis fiscaux !! Vous vous rendez compte ??? De quoi financer le programme pendant 5 ans !! De plus, les 85 personnes les plus riches du monde qui possèdent autant que les 3,5 milliards les plus pauvres pourront certainement faire un petit geste. Ce salaire de la dignité ne sera pas jeté par les fenêtres : les gens le dépenseront et feront fonctionner une économie qui ne demande qu'à repartir, surtout en Afrique. Les programmes d'éducation, de recherche seront financés. Le retour sur investissement sera immense et bénéfique, obligatoirement. Il est quand même plus utile de faire cela que de laisser dormir les milliards dans les banques en Suisse, non ??

Les inégalités sur Terre augmentent : cela ne peut que finir mal, très mal. Le formidable partage que je propose en guise de petit pansement pourrait faire du bien. Alors attention, un pansement reste un pansement : c’est parfois nécessaire mais cela ne soignera pas le malaise humain. J’ai l’outrecuidance de penser que pour une guérison en profondeur, il faut s’attaquer aux grandes questions, comme celle de Dieu. C’est pourquoi, je promets, si jamais j’en ai l’occasion, de bloquer 100 millions d'Euros qui serviront de récompense pour celui qui trouverait une erreur dans ma démonstration de l'existence de Dieu. De quoi provoquer le débat ! Bon..

Bien sûr, j'échouerai... Il n’y aura jamais d’élections en commun avec l’Afrique, ni de millions d’euros pour Dieu. L'humanité ne peut pas être brutalement intelligente et solidaire : il faudra passer par les souffrances et les milliards de morts. Hélas... Mais je vais quand même essayer, pour m’amuser un peu, de lancer des campagnes Facebook et Twitter avec ce petit slogan : LE SALAIRE DE LA DIGNITÉ POUR TOUS, 100 MILLIONS D’EUROS POUR DIEU !

Ou pas...

 

D. CONCLUSION.

Voilà, cet article super long est enfin terminé. Le mitenisme, nom pédant pour désigner ce que je crois avoir compris sur Dieu et sur la religion après des années de blog, est maintenant plutôt bien résumé. Le plus important dans tout ça reste l’insuffisance du corps, évidence que j’aimerais faire connaître un maximum. Les réflexions sur la nature de Dieu sont pour moi tout aussi importantes, mais elles sont hélas plus difficiles à expliquer. Parmi elles, un sujet m’a particulièrement intéressé : celui de la conscience de Dieu. Pour moi, celle-ci doit s'incarner dans un homme, le messie, qui, par voie de conséquence, apportera la parole de Dieu, c'est à dire une grande connaissance du monde métaphysique. Il aura peut-être, du fait de sa maîtrise des ''forces'' surnaturelles, des capacités elles aussi surnaturelles. Pour l'instant, cela reste une hypothèse, évidemment. La partie scientifique sur la notion de matière mériterait quelque intérêt. Hélas, tant que je serai censuré, il n’y a guère d’espoir que je puisse l’approfondir ou la présenter.

Le mitenisme, c'est aussi de l'ésotérisme raisonnable, donc. Je reste assez fier de mon interprétation des prophéties bibliques, des quatrains de Nostradamus. D'après ce que j'ai pu discerner, les prochaines décennies vont constituer le moment le plus historique de toute l'histoire de l'humanité avec un dévoilement extraordinaire de Dieu alors que le monde sera plongé dans le plus grand désespoir : la crise et la guerre qui viennent vont être horribles. Ça aussi c'est très important à comprendre et c'est la raison pour laquelle je me suis souvent acharné à étayer mes affirmations par des preuves solides. Heureusement, cela finit bien puisque, apparemment, la promesse nous est faite qu'en 2050, l'humanité sera enfin apaisée et la Terre en passe de devenir un paradis.

On saura bientôt si je me suis trompé ou pas. J'espère au moins que la catastrophe annoncée sera moins virulente que prévue. Voilà, c'est ça le mitenisme. Alors, qui vivra verra... Les prochaines années promettent d'être passionnantes. Vous aurez remarqué que je n’ai rien dit sur la partie ''artistique'' de ce blog... Mais j’aurais pu.

Bien à vous.

Partager cet article

Repost 0

Dieu, le monde, et l'homme.

Publié le par Miteny

Il faut que j'en sache plus sur Dieu : c'est quand même mon boulot sur ce blog. En outre, c'est une question vraiment intéressante. Voilà pourquoi je me permets, une fois de plus, grâce à ce nouvel article, de proposer quelques hypothèses transcendantes à décorner les bœufs. Tant pis si parfois je me trompe : avant de trouver, il faut chercher. Bon... L'année dernière en décembre, dans l'article Être cause de soi, j'écrivais : « On pourrait penser que d'un point de vue extérieur, celui que Dieu est censé adopter, toutes les consciences humaines se valent et que le plus important est le destin de la communauté humaine dans son ensemble. Apparemment non, donc... Ou en tout cas, pas exactement, car leurs deux sorts, celui de l'humanité et celui de l'incarnation, restent intimement liés. »

Il faut que je développe ce point plutôt obscur. C'est clair, il faut que je développe, ne serait-ce que parce que le sujet est passionnant. Revenons d'abord sur le nom de Dieu, lequel reflète sa ''personnalité'' si je puis dire.

I. Je me révélerai être.

Dieu, Dieu.... Qui c'est ce type finalement ?? On ne sait pas grand-chose sur lui à part qu'il est Tout-Puissant.... Dans l'article Être cause de soi, j'ai expliqué que sa principale caractéristique était d'être cause de lui-même et qu'elle se manifestait par une capacité particulière : celui de pouvoir engendrer le langage, le Verbe. Car le Verbe permet de décider de la complexité de sa nature. Je ne vais pas revenir là-dessus mais l'univers est un langage, comme le serait un programme informatique. Avec son ''pouvoir'', Dieu a créé l'univers. Certes. Mais pourquoi ?

Parce qu'il ''veut'' se révéler ! Dieu possède en lui un potentiel immense, un potentiel sans doute infini, au regard de ce qui fait qu'il est Dieu, à savoir la cause de soi. Mais ce potentiel doit être révélé, vous comprendrez aisément pourquoi : il est bien plus intéressant d'être un génie du football que d'être potentiellement un génie du football.... Par exemple. Dieu n'est pas un type qui a son bureau dans les nuages et qui aurait fait le monde parce qu'il en avait marre de perdre aux échecs contre lui-même, ou ''par amour'' comme le disent certains religieux aussi niais que stupides. Ça ne veut rien dire du tout. C'est ridicule. En fait, cela va même plus loin : quand on analyse le pourquoi de la nécessité de l'existence d'une entité cause d'elle-même, on ne trouve pas que cette entité ait forcément une conscience au départ. Et pour cause !! Jusqu'à preuve du contraire, pour avoir une conscience, il faut un corps matériel : le corps ne suffit pas, mais il est nécessaire. Et oui !! Mais Dieu veut se révéler : c'est son objectif en quelque sorte. Autrement dit, il veut savoir qui il est. Pour cela il lui faut acquérir l'outil qu'il n'a pas a priori, la conscience. Ainsi, ce que disent certains rabbins serait vrai : Dieu n'est pas en dehors du monde, comme un spectateur au cinéma le serait. Non, il est dans le film, au cœur de l’histoire, il est vraiment impliqué. Comme dirait l'autre, « le monde fut créé pour que Dieu puisse y trouver une demeure ». C'est dingue comme histoire !

Dingue, oui. Mais c'est ce que pensait Hegel. Dans son livre Leçons sur les preuves de l'existence de Dieu, que je lisais dans ma jeunesse à la place de Pif Gadget, il écrit : « ce n'est pas la raison humaine qui connaît Dieu, mais l'esprit de Dieu en l'homme ». L'esprit de Dieu !! C'est à dire sa conscience !! Bien sûr, avec cette expression, on pense aussitôt au christianisme. On a parfois accusé Hegel de se prendre pour Dieu, mais il ne faisait que reprendre un raisonnement vieux de 1800 ans exactement : celui du Christ. Jean, oui celui qui a écrit l'Apocalypse, le disciple que Jésus aimait, le dit bien dans son évangile : « AU COMMENCEMENT était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était dieu. Il était au commencement auprès de Dieu. C’est par lui que tout est venu à l’existence, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui. »

Puis un peu plus loin, verset 14 : « Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père. » La première citation se comprend : le Verbe est ce qui permet la création car le monde n'est rien d'autre qu'un langage, un programme. Je rappelle que l'on est en train de découvrir que le composant fondamental de la matière est la lettre, le mot... C'est à dire une convention de langage. Mais la deuxième citation va plus loin : le Verbe, ou plus exactement la capacité à produire un langage structuré, dont Dieu se sert pour créer le monde et qui est directement engendré par lui, s'est incarné dans un homme. Cela signifie, nous le verrons plus loin, que l'esprit de Dieu, c'est à dire sa conscience et sa compréhension du monde, c'est l'esprit de Jésus-Christ. Voilà bel et bien ce que dit Jean : on comprend pourquoi Jésus l'aimait...

Cette idée a été, comme souvent dans le christianisme, directement repris du judaïsme. J'en veux pour preuve la vidéo de l'article Le dessein de Dieu, où le rabbin explique que, selon la Torah, le nom véritable du Machiah, messie en hébreu, est « l'esprit de Dieu planant sur la surface des eaux ». L'esprit de Dieu !! Encore !! Autrement dit, le CS, ou lien métaphysique, de l'homme Jésus-Christ ou de l'homme Machiah, est celui de Dieu. J'ai envie de dire : « wahou !! ». Tentons de développer un peu.

II. Le fils unique de Dieu.

Voilà donc ce que l'on peut affirmer pratiquement avec certitude :

  • - Engendrer le Verbe, un Verbe parfait pour être plus précis, est le principal et premier pouvoir de Dieu, Substance ultime cause d’elle-même.

  • - Dieu veut acquérir une conscience : c'est un de ses objectifs. Plus ou moins inconscient donc...

Or il faut savoir une chose : pour fabriquer de la conscience, le corps est nécessaire mais il ne suffit pas. Il faut autre chose, que j'ai appelé lien métaphysique (LM) ou concept S (CS). Voir démonstration ici (un million d'euros à gagner : mieux que le Bingo). De plus, j’ai déjà expliqué que la finesse et l’intensité d’un LM dépendait directement de la compréhension, de la conscience, qu’a son porteur du monde qui l’entoure. En d'autres termes, de son Verbe, ou Logos. Et plus particulièrement en ce qui concerne l’insuffisance du corps et Dieu. Cela fonctionne également dans l'autre sens : la compréhension qu'un homme pourra avoir des choses de l'esprit dépendra directement de la qualité de son lien métaphysique. Bref, il y a égalité : conscience = Logos = LM. Bien.

Or Dieu, pour avoir une conscience, doit se choisir un corps, mais aussi un lien métaphysique, bien sûr. Les deux sont nécessaires. Au niveau du lien métaphysique, il va prendre le top, c'est clair. T'es le patron de la baraque, tu prends pas le produit du magasin qu'est pourri. Non. Ce top LM si j'ose dire (oui, je me permets quelques abréviations) va inspirer à son porteur une compréhension du monde très aiguisée ou, tout du moins, un immense intérêt pour la recherche de la vérité. Celui-ci va incarner le Verbe parfait c'est à dire la seule chose directement engendrée par Dieu. Et donc aussi Sa conscience car conscience = Logos = LM.

Il sera à la fois esprit de Dieu et incarnation du ''Fils'' unique de Dieu, engendré dès l’origine du monde et nécessaire à sa création. Il est alors logique qu’un de ses noms soit « l'esprit de Dieu planant sur la surface des eaux » c’est-à-dire celui du machiah, du messie. On prouve ainsi que ce que nous raconte la tradition judéo-chrétienne est assez logique même si cela s'explique difficilement. Très difficilement même. Jésus-Christ, fondateur du christianisme, venu sur Terre pour racheter nos péchés, a peut-être été ce messie, en tout cas pour un temps, assez court du reste. À son époque, il a incarné l’esprit de Dieu et donc le fils de Dieu. Mais il n'est certainement pas né d’une vierge : cette histoire me paraît particulièrement ridicule.

Un petit mot sur ce rachat de péchés : ne vous êtes vous jamais demandé ce qu'il pouvait signifier ? Il faut bien avouer que c'est obscur. On sait que le péché vient du mensonge, père de tous les crimes, contraire de la vérité. Racheter le péché, c'est l'effacer, même s'il faut payer un prix pour cela : or on efface un mensonge en montrant ce qu'est la vérité. Et la vérité, c'est que le royaume de Dieu n'est pas un royaume terrestre. C'est un royaume des cieux, pas physiques mais métaphysiques, c’est-à-dire un royaume du lien métaphysique,un royaume de la conscience. Dieu a créé le monde pour se révéler à lui-même, pour comprendre le Mystère qui est caché au plus profond de sa nature, celui du concept S, celui du lien métaphysique. Et il a besoin de l’homme pour ça.

Pour Dieu ce qui importe ce n'est pas la force matérielle, mais bien la qualité de la conscience de ses créatures. Et il faut qu’il leur montre en acceptant le sacrifice ultime, le sacrifice du corps qui porte SA conscience. Le sacrifice qui est en plus un acte d’amour désintéressé, et ça compte, nous le verrons par la suite : «  Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son fils unique afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. »

Celui qui croira au royaume de la conscience aura la vie éternelle. Voilà d'ailleurs pourquoi la résurrection du Christ intervient ensuite. Pour montrer que ce ne sont pas les caractéristiques matérielles, au sens large du terme, contingentes devrais-je dire, qui vont constituer l'identité de quelqu'un. C'est là le sens du christianisme, à mon humble avis en tout cas...

 

III. Où je reparle du centre serveur métaphysique.

Mais on pourrait se demander pourquoi Dieu a besoin que les gens se tournent vers lui. Si vraiment son but est de se révéler à lui-même, il peut a priori le faire seul, dans son coin, dans une grotte en haut d’une montagne par exemple... Évidemment, cette question est absurde : Dieu a besoin de tout le monde, ne serait-ce que pour faire un monde digne de ce nom. Mais pas seulement.

Dans cet article de l'année dernière, j'expliquais qu'il est bien probable qu'une bonne part de la révélation finale soit accomplie lorsque non seulement Dieu mais aussi la conscience de Dieu aura plus ou moins accès à toutes les consciences. Ou au moins à celles qui sont d'un certain niveau, via ce que j'ai appelé de façon relativement maladroite ''le centre serveur métaphysique''. Ce qui signifie que Dieu souhaite que les consciences se rapprochent, s’unissent, se comprennent. S’aiment. D’ailleurs Dieu n’est-il pas amour selon la Bible ?

On éprouve de l’amour pour quelqu’un lorsqu’on a su se mettre à sa place. On a alors considéré, de façon plus ou moins consciente, que sa vie à lui est aussi, voire plus, importante que la nôtre. C’est-à-dire que l’on transcende sa condition pour se placer d’un point de vue extérieur, divin presque. En faisant cela, on sort de la matérialité pour s’orienter vers une recherche de sens supérieur. Et c’est justement ce que Dieu souhaite que l’on fasse ! Ce comportement est tellement inscrit dans le programme humain si j'ose dire que beaucoup d'individus cherchent un sens transcendant à leur vie sans vraiment comprendre pourquoi ils le font. Je pense par exemple aux communistes ou aux écologistes. La majorité d'entre eux sont athées et refusent donc de voir que leur idéalisme est, dans le cadre du matérialisme, totalement irrationnel. Aveuglés par les dogmes supra-débiles, ils refuseront à jamais de voir le souffle qui les anime : une propension pratiquement programmée à faire la volonté de Dieu.

L'homme est un animal qui court, mais aussi et surtout un animal religieux : il a été créé pour Dieu. Ce qui est parfaitement logique puisque Dieu est son créateur. Et le plaisir de la créature est de faire la volonté de son créateur, bien évidemment. Or je rappelle que le but de la vie sur Terre et dans l’univers est la révélation, c’est-à-dire l’amélioration de la qualité des LM. Voilà pourquoi il faut s'éloigner de la matérialité pour chercher à s'identifier de plus en plus à son lien métaphysique. Est-ce que cela permettra l’avènement de ce que l’on peut appeler la conscience de Dieu révélé ?? À mon avis, oui.

En effet, puisque l’existence des choses se révèle par la conscience qu’on en a et que la conscience c’est le Logos et le LM, alors l’amélioration de ceux-ci va permettre à une conscience divine de se révéler de plus en plus au cours de l’histoire, jusqu’à atteindre, juste par sa très fine compréhension des choses, le centre serveur métaphysique. Là ça fume !!

L’insuffisance du corps est un mystère incompréhensible mais c'est justement grâce à cela que la conscience est possible et que la révélation sera un événement formidable. Malgré la difficulté extrême de toutes ces questions abstraites, le dévoilement de la vérité est à terme inévitable. L'humanité avance vers la connaissance, le progrès, de façon irrémédiable. La société ne peut éternellement rester dans l'obscurantisme en faisant semblant de penser que l'existence du soleil (NDLR l'insuffisance du corps) n'est qu'une croyance. Du coup, le lien métaphysique de Dieu, l'esprit de Dieu, ne peut que venir sur Terre un jour ou l'autre. Ou revenir, si on pense que Jésus-Christ a incarné à son époque le messie. À mon humble avis, on ne pourra être sûr que ce sera le cas que lorsqu'on verra un type trouver la clé pour accéder à cette hypothétique centre serveur métaphysique. Voir ma petite série sur le messie de l'année dernière pour les détails. En même temps, je suis peut-être naïf, c'est mon côté Star Wars... ''La Force est avec lui''. Je n'ai aucune preuve de ce que j'avance là. Néanmoins si je n'ai pas raconté trop de bêtises dans cet article et dans ceux de l'année dernière, et si les promesses de résurrection sont vraies, alors, moi je dis... Pourquoi pas ?

Dit d'une autre manière, je ne crois pas à la résurrection de la chair, mais je me permets l'audace folle de croire à une résurrection dans la chair. Et que lorsque celle-ci sera possible, on pourra alors dire que l'esprit de Dieu s’est véritablement révélé à lui-même. Attention, je reprécise bien le contexte : il s’agit bien là de croyances et non de démonstrations. Je propose des hypothèses et non des preuves, en tout cas pour ce paragraphe. Quoiqu'il en soit, si tout ceci est possible, ce le sera par la compréhension de la nature intime de Dieu et non par le pouvoir de je ne sais quelle magie. Vous voulez une autre petite équation ?

Logos atteint un certain niveau d'explication=> Dieu révélé => pouvoir de résurrection. N'oublions pas d'ailleurs que Existence = Conscience = LM = Logos. Tout ça se tient. Ouais... Intéressons nous maintenant à ce Logos, ce Verbe.

 

III. De l'importance du Logos.

Je l'ai dit des milliers de fois : la conscience, l'existence, qui n'est que conscience de l'existence, sont des phénomènes éminemment mystérieux. Ils ne sont pas reproductibles physiquement ou même mathématiquement ; ce serait bien trop facile. Ils ont en eux un mystère inconnaissable que j'ai tenté de formaliser sous le nom pompeux de ''lien métaphysique'', ou de ''concept S'' ; je ne peux pas expliquer ce qu'est un concept S parce que par définition il est ce qu'on appelle ''non réductible''. Le concept S (CS) renferme le mystère de l'existence. Sans lui, rien n'existerait, par définition du mot ''existence''. C'est donc la qualité de son CS qui importe le plus pour un être humain. Le corps n'a finalement que peu d'importance : physiquement, nous sommes tous à peu près pareils. Quel intérêt a-t-il ?

Il détermine peu la qualité de notre conscience, de notre appréciation de la vérité. Le plus important pour la vie, c'est le lien métaphysique. D'ailleurs Jésus appelle enfant de Dieu celui qui s'identifie davantage à la qualité de son esprit qu'à son enveloppe charnelle. Je trouve particulièrement choquant ceux qui ne s'intéressent qu'à la mort physique et qui cherchent par tous les moyens à prolonger leur vie terrestre. Quelle misère ! En réalité, ils n'ont rien compris à rien : ce sont des ânes stupides sans âmes. Je dirais même plus : ce sont des crétins incapables de piger l'insuffisance du corps. Ce qui fait le ''moi'', ce n'est pas que ''mon corps'', bordel, je n'arrête pas de le répéter. « Un autre, d'entre les disciples, lui dit : Seigneur, permets-moi d'aller d'abord ensevelir mon père. Mais Jésus lui répondit : Suis-moi, et laisse les morts ensevelir leurs morts. »

Le plus grave c'est bien d'avoir un lien métaphysique ridicule, c'est à dire d'être complètement ignare et hermétique aux choses de l'esprit : bref d'être mort. Ceux qui n'ont qu'un CS tout riquiqui n'existent pas car ils ont un niveau de conscience nul et donc sont morts. Ils sont morts mais bougent encore suffisamment pour faire chier le monde avec leurs pleurniches débiles et leur acharnement thérapeutique qui coûte un fric fou. Bon voilà je m'énerve. Je ne devrais pas... En tout cas pas avant d'essayer expliquer ce qu'il faut faire et le faire moi-même...

 

IV. Le monde sera plein de la connaissance de Dieu.

Sans lien métaphysique, je n'existe pas, on est d'accord. Je dirais même plus : mon corps étant parfaitement quelconque, ma mémoire étant également assez quelconque, ce n'est finalement pas très important qu'ils disparaissent. La mort telle qu'on la connaît, qui est la mort du corps et donc de la mémoire personnelle qui va avec, n'est donc pas si grave. Ce qui paraît plus grave, c'est perdre son lien métaphysique : heureusement, celui-ci ne dépend absolument pas de la matière. Au contraire, on a toutes les raisons de penser qu’il est éternel, tant qu’il a les caractéristiques qui plaisent à Dieu. En effet, Dieu garde sans doute les liens métaphysiques les plus riches, les plus précieux peut-être dans son frigo ou, plus probablement, au niveau de ce que j’ai appelé le centre serveur métaphysique. Les autres, ceux qui sont à l'état de traces, comme celui de cet abruti de ''Justicier'', existent à peine.

Aucune raison d'y prêter attention : il est de toute façon impossible de les préserver, ils sont aussi périssables qu'une glace vanille-fraise au soleil de Ouagadougou. Comment sauver quelqu'un qui ne s'identifie qu'à ses caractéristiques matérielles et qui va jusqu'à nier l'existence du lien métaphysique ? C'est impossible : il périra avec sa vie matérielle puisque selon lui, il n'est que sa vie matérielle, et rien d'autre. Il se tire une balle dans le pied tout en étant bien trop stupide pour s'en rendre compte. Par contre, ce n'est pas le cas de celui qui préfère s'identifier au lien métaphysique. C'est d'ailleurs peut-être ce que veut dire Jésus dans son sermon sur la montagne lorsqu’il explique : « Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où la teigne et la rouille détruisent, et où les voleurs percent et dérobent ; mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où la teigne et la rouille ne détruisent point, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent. Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur. »

Il ne parle évidemment pas là du ciel physique, où il y a peu de trésors en dehors de l'ISS, de toute façon très difficile à revendre, mais du ciel métaphysique. C'est à dire du lien métaphysique entre l'homme et Dieu. C'est lui qu'il faut cultiver car seul lui peut échapper à la cruauté d'un monde physique sans pitié et sans scrupules. Nous n'avons pas grand-chose à espérer de la vie matérielle de notre époque. Surtout moi d'ailleurs. Il est de toute façon plus intéressant d'essayer de cultiver son lien métaphysique, destiné à être éternel... La plupart d'entre nous vivons en intégrant dans notre schéma mental la durée de notre vie finie. Chacun cherche à faire le mieux possible pour être heureux durant ce court laps de temps, de manière quasiment instinctive, un peu comme le font les veaux, vaches, cochons, limaces...

Mais je trouve que l’on oublie trop souvent d’une part que cela n'a guère de sens et d’autre part la perspective d'une autre vie, après la mort. Évidemment, si le corps suffit, si le lien métaphysique n'existe pas, je ne suis que mon corps et je disparaîtrai quand celui-ci aura disparu : aucun problème là-dessus. Heureusement, c’est faux : le corps ne suffit pas, il y a autre chose. Nous avons en nous cette étincelle divine, cette petite part de l'intimité de Dieu qu’est le lien métaphysique. La seule chose susceptible d'être éternel chez moi, chez lui, chez elle, (chez nous, quoi), c’est le lien métaphysique. Plus j'essaierai de m'identifier à ce lien, plus je pourrai croire que la mort ne m’affectera que provisoirement et donc intégrer dans ma vision de la vie une possible résurrection. Évidemment, confondre son ''moi'' avec ses caractéristiques physiques, culturelles, ethniques, financières ou je ne sais quoi de contingent a l’effet inverse : elle le rend contingent évidemment, et donc mortel.

Si tu choisis d'être ton lien métaphysique, tu es un truc éternel ! Si tu choisis d'être ton corps, au sens large du terme, tu es un truc mortel ! Si ton pseudo est ''Justicier'', tu es une limace !! À toi de voir...

Mais alors comment faire pour mettre toute son âme dans le lien métaphysique ? Je vois a priori trois-quatre exercices :

1. Tenter d'être heureux pour les autres. C'est ce que je disais quelques paragraphes plus haut : être capable de comprendre que le bonheur d'autrui a autant d'importance que le sien, c'est un acte de foi, un acte transcendant qui permet de se détacher de la matérialité animale et donc de fortifier son lien métaphysique. Je rappelle que l'animal est fondamentalement égoïste, sauf par instinct. Par contre l'homme aurait tendance à être religieux, à vouloir un sens à l'existence, un but : comme le disent souvent les croyants, cette pulsion vers la transcendance est inexplicable, sauf si on met Dieu dans l'équation. Dieu a mis Sa volonté de sens dans son plus bel instrument : l'espèce humaine. Alors oui, aimons nous les uns les autres pour renforcer nos liens métaphysiques. Ce n'est pas pour rien que le premier et principal commandement de Dieu dans le christianisme est la règle d'or : aime ton prochain comme toi-même. Je ne suis pas bien placé pour donner ce genre de conseils. Mais je les donne quand même car j'en connais qui sont encore moins bien placés que moi...

2. Vivre en se croyant éternel. Lorsque dans la vie le moment arrive de prendre des décisions, et c'est assez régulier, il faut bien le dire, je pense qu'il n'est pas inutile de se souvenir que le choix de l'éternité est le meilleur à faire. Autrement dit qu'on aura probablement une seconde chance et qu'il n'est peut-être pas si grave de rater quelque chose pour soi ici et maintenant. La contingence n'est qu'un passage, mieux vaut s'attarder à fortifier ce qui en nous est éternel. Mieux vaut penser en personne distante vis-à-vis de la matérialité... Ta vie est pourrie ? Ta vie est ratée ? Tu n'as pas d'avenir ? Fais le pari de Pascal : ton lien métaphysique est le seul truc qui te relie à l'éternité, fortifie-le. Et tu auras alors une autre chance, c'est obligatoire. Une autre chance, dans un monde plus évolué, avec une vraie vie. Et avec de moins de cons à supporter : n'est ce pas génial ?!! Le fait de faire l'effort de choisir de s'identifier à son lien métaphysique en priorité change beaucoup de choses dans la vie.

3. Bien choisir ses priorités. La vie n’est souvent qu’une question de priorités. Lorsqu'on décide de ce qui est important pour soi, on oublie souvent que nous sommes aussi un lien métaphysique, une petite part de Dieu. Alors pourquoi ne pas faire ce choix-là puisque de toute façon c'est bien ceux qui font ce choix que Dieu préfère ? À mon avis, on rate sa vie lorsqu'on ne parvient pas à réaliser nos objectifs ou alors quand ces mêmes objectifs se révèlent être absurdes. Pour réussir sa vie, il faut y voir le plus clair possible, de sorte à faire les bons choix. Et pour y voir clair, il faut intégrer tous les paramètres, y compris et surtout le... LM. Ce n'est pas très clair, mais je me comprends.

4. Affiner sa connaissance du lien métaphysique. Souvenez-vous de l'équation : LM = Logos. Le lien métaphysique se détecte et se cultive par l’intellect, l’analyse et la compréhension que l’on a de sa nature. Pour enrichir le lien métaphysique, il faut donc affiner son entendement du fonctionnement de tout cela. Prier ? Je ne vois pas trop à quoi ça sert. Mais chercher à comprendre ce qu'est Dieu, c'est renforcer son Logos donc son lien métaphysique. Tout simple... Commencez par soutenir l'évidente insuffisance du corps en vous inscrivant à la newsletter de dieuexiste.com !! À mon très humble avis, ces quatre exercices pratiqués de façon régulière peuvent permettre de se connecter à Dieu, de se relier au Tout-Puissant. Et de ''relier'' à ''religion'', il n’y a qu’un pas... J’espère que vous commencez à comprendre l’importance de cette évidence logique, scientifique, physique, philosophique et métaphysique qu’est l’insuffisance du corps : un monde où chacun d’entre nous est convaincu de l’importance du lien métaphysique est un monde forcément différent, avec bien plus d'amour entre les gens. Un monde où il est plus important de s'enrichir spirituellement que de s'enrichir financièrement devient à terme un paradis terrestre !

J'ose ainsi affirmer que sauver le monde, c'est faire en sorte que chacun prenne conscience qu'il faut choisir la voie du lien métaphysique : la voie de la réussite, ce n'est pas l'impasse qui mène à la banque, mais le petit chemin bucolique qui mène à la révélation éternelle. Or c'est une promesse d’Isaïe : « le monde sera plein de la connaissance de Dieu ». Voilà pourquoi, je le répète encore et encore : le corps ne suffit pas. Il faut faire connaître la vérité au maximum pour qu'enfin nous puissions sortir des ténèbres. L'insuffisance du corps est bien plus importante que n'importe quel discours politique. Surtout si à la clé, il y a possibilité de résurrection.

Voilà.

Pour finir en beauté cet article transcendant fait à l’arrache, mais qui a fait le boulot annoncé, une petite chanson, encore... Oui les mauvaises langues, ça a un rapport avec le sujet : Jésus, le dernier messie connu, a priori, et dont j'ai souvent cité la pensée ici, n'a-t-il pas demandé en rendant son dernier souffle « Père, pourquoi m'as tu abandonné ? », soit en langage plus trivial, « Papa, où t’es ? ». D'une certaine manière, je lui rends hommage avec cette œuvre de Stromae. Dis-moi où es tu caché !! Ouais... Non clairement, le rapport avec Dieu est ÉVIDENT. 

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>