Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

21 articles avec best of science

Le souffle de Dieu planait sur la surface des eaux.

Publié le par Miteny

Maintenant, ne nous cachons rien, nous savons tous que le corps ne suffit pas. Je le sais, vous le savez, je sais que vous le savez, vous savez que je le sais, je sais que vous savez que je le sais et inversement... Alors arrêtons l'hypocrisie !!

 

Au lieu de jouer à cache-cache ou à plus menteur que moi tu meurs, qui est un jeu quand même très dangereux, tentons plutôt d'avancer ensemble sur le chemin de la connaissance. Essayons de spéculer, d'inventer, d'imaginer, quelles pourraient être les conséquences multiples et sans doute fascinantes de cette fabuleuse vérité : non, le corps ne suffit pas, oui, le lien métaphysique existe. Je l'ai déjà fait et je veux le refaire encore avec cet article. Mais cette fois-ci en traitant du délicat sujet de l'apparition de la vie...

Nous savons maintenant que la substance divine peut se connecter de mille et une façons à la matière... Sinon la conscience n'existerait pas. Et nous savons aussi, toujours grâce à cette histoire de conscience, que cette connexion se fait au niveau de la matière vivante. Cependant, il fut un temps, il y a de ça des milliards d'années, où la matière vivante n'existait pas. Mais comme le dit la Bible de manière romancée, le souffle de Dieu planait néanmoins au-dessus de la surface des eaux... Sans doute à la recherche d'une molécule digne de recueillir son ''énergie vitale''. Je divague ? Pas forcément...

En mai 2012, j'avais essayé de poser le problème en mettant en évidence d'une part le fait que la frontière entre le vivant et le non-vivant est bien plus floue qu'on ne le pense, et d'autre part que les scientifiques ne sont toujours pas parvenus à recréer la vie à partir des molécules de base que sont les acides aminés. Des faits apparemment contradictoires. En effet, d'un côté il semble clair que dans certaines conditions physico-chimiques, l'apparition de la vie soit spontanée : lente mais spontanée. C'est souvent ce j'ai plus ou moins eu tendance à penser d'ailleurs ; Dieu aurait juste fait en sorte qu'un monde capable d'engendrer spontanément des organismes vivants existe.

Mais, mais, mais, d'un autre côté... Ne serait-il pas possible qu'une infime intervention surnaturelle soit absolument nécessaire ? Une intervention infime mais elle aussi lente et continue... Vous vous doutez bien que je n'ai pas les compétences pour fournir une réponse définitive à la question. Quoique... Permettez-moi de vous livrer ici le fruit de mes réflexions, vous jugerez ensuite.

Les lecteurs assidus de dieuexiste.com auront tous compris que le lien métaphysique est nécessaire à l'existence des qualia, c'est à dire de la douleur, du plaisir, de la faim, des émotions, etc... Autrement dit, sans un contact entre la ''force active'' de Dieu et la matière vivante, les qualia n'existent pas : c'est bien ce que j'ai prouvé avec ma démonstration de l'insuffisance du corps. Nous savons que les qualia existent chez les êtres humains. Mais existent-ils chez les animaux ?

Comme vous probablement, j'aurais tendance à répondre oui : quand on regarde un chien, un éléphant, un gorille, un dauphin, un perroquet ou un moineau dans les yeux, on sait bien au fond de nous que l'on a devant soi un être vivant capable de ressentir des émotions comme la souffrance, ou la joie. Par contre, on a plus de mal à arriver au même genre de conclusion avec la limace, la fourmi, la méduse, ou la plante verte : sans doute parce que leurs yeux sont beaucoup plus difficiles à trouver... Pourtant même ces êtres vivants primitifs doivent être capables de ressentir une forme de douleur quand on les agresse : une forme sans doute très basique mais néanmoins suffisante pour les inciter à se défendre ou à fuir. Si c'est le cas, cela signifie qu'ils sont eux aussi reliés à la Substance divine, de façon très simple, par un lien extrêmement ténu ; mais bien réel puisque, je le rappelle pour la énième fois, l'existence d'une douleur implique l'existence d'un lien métaphysique.

La question qu'il faut maintenant se poser est la suivante : à partir de quelle complexité de forme de vie ce lien métaphysique a-t-il commencé à exister, à agir ? Peut-être dès le tout début en fait, à savoir dès l'apparition de la vie...

Cela impliquerait que Dieu a eu une part ''active'' non seulement dans l'évolution des êtres vivants capables de ressentir mais aussi dans la création de la première cellule vivante : de quoi troubler nombre de scientifiques. Alors bien sûr, je ne peux pas connaître les détails, je ne peux pas savoir quand, comment et à quel niveau moléculaire cela a dû se passer. Tout bêtement parce que je ne sais pratiquement rien sur le lien métaphysique, comme, par exemple, sa taille, son intensité, sa variabilité... Mais pourquoi pas ?

On sait que la vie a des ressources incroyables, des capacités d'adaptation insoupçonnées, une inventivité hallucinante. Presque impossible à concevoir sans intervention divine : c'est en tout cas ce qu'un grand scientifique spécialiste de l'évolution de la vie comme Yves Coppens, pas réputé croyant, a l'air de penser de plus en plus. Voir à ce sujet cet article de 2012. Il est donc fort possible, voire probable que, comme le dit la Sainte Bible, la force active de Dieu planât au-dessus de la surface des eaux dès le tout début, de sorte à insuffler le souffle de vie à quelques molécules organiques traînant de-ci de-là. À la vue de cette phrase frappée au coin du bon sens, mes lecteurs en général peu enclins à la sympathie et à la raison vont se mettre à pousser des hurlements d'orfraie. Pourtant c'est pratiquement une démonstration que je viens de livrer un peu plus haut. Si, si, relisez... Bon, pour que ce soit bien clair entre nous et puisque c'est tout de même important, je vais quand même rappeler les étapes de mon raisonnement en précisant les points décisifs :

1. Nous pouvons être certains que le lien métaphysique, c'est à dire le contact entre Dieu et la matière vivante, existe BEL ET BIEN. Nous pouvons en être totalement convaincu puisque ma preuve de l'insuffisance du corps, répétée sur ce blog des dizaines de milliers de fois, a fait ses preuves. Si je puis dire..

2. Ce contact ne peut pas ne concerner que l'être humain. Nous savons tous que les animaux sont capables d'émotions. En outre le contact entre un Dieu éternel et une matière âgée de près de quatorze milliards d'années ne peut pas dater d'hier... Forcément.

3. Il est donc totalement certain que ce contact entre Dieu et la matière vivante a commencé dès que les êtres vivants ont commencé à ressentir des qualia, même très primitifs. Cela est aussi certain que l'insuffisance du corps à produire des qualia.

4. On ne peut a priori pas savoir quelle a été la première espèce capable de ''ressentir''. Il n'est même pas sûr que cette capacité soit liée à l'apparition d'un système nerveux. Mais pourquoi fournir un peu de sa Substance divine à la limace, la méduse et pas aux plantes vertes et aux bactéries ? Ce ne serait pas logique, d'autant que tous ces êtres sont génétiquement assez étroitement liés... En fait.

5. Par conséquent, la probabilité que ce fameux contact entre Dieu et la matière vivante ait débuté dès l'apparition de la vie est tout de même assez forte. D'autant plus forte que les scientifiques ne sont toujours pas parvenus à recréer la vie à partir des molécules de base que sont les acides aminés, ce qui est logique puisqu'il leur manque la possibilité d'utiliser quelque lien métaphysique... Il y a encore bien des choses inexplicables dans le fonctionnement des espèces vivantes même aussi rudimentaires que les plantes vertes : c'est un indice fort en faveur de ma théorie.

Les implications de l'insuffisance du corps sont donc multiples... et majeures ! Pas étonnant que cette évidence logique soit autant combattue, malheureusement. Grâce à ma démonstration, nous pouvons être convaincus que Dieu est en relation continue avec la vie pratiquement depuis le début. C'est d'ailleurs ce que je disais en 2011, non pas à partir d'un raisonnement sur les qualia, mais en considérant la redoutable efficacité de l'algorithme génétique qu'est l'évolution de cette si merveilleuse vie : « Autrement dit, il n'est pas absurde d'envisager que Dieu, puisqu'il est partout, [...], s'amuse également à régler en temps réel les paramètres de l'algorithme génétique ''évolution de la vie'' ».

1697evolution-cycle.gif

Justement, parlons-en de cette évolution, parce qu'il y a des choses à dire : en effet, pratiquement chaque année, des chercheurs méritants nous apportent des éléments de compréhension vraiment intéressants. Prenons par exemple la thèse controversée de la fameuse paléoanthropologue Anne Dambricourt. Cette femme explique avec force arguments qu'il est bien possible que l'évolution de l'homme soit aussi fondée sur des processus génétiques contraints ; si l'environnement a un rôle, celui-ci ne serait pas suffisant. Autrement dit, selon elle, tout changement anatomique ne viendrait pas exclusivement des mutations hasardeuses du code génétique dues aux radiations par exemple, mais aussi d’une mémoire contenue dans le patrimoine héréditaire, laquelle stockerait des ''programmes d'évolution''. L'évolution de l'homme serait également le résultat d'une logique interne à son ADN.

Étonnant.

Comme vous pouvez le comprendre en regardant la vidéo suivante, il est au moins indéniable que le code génétique contient la mémoire de son évolution : comme si toutes les étapes avaient été enregistrés. À moins qu'elles aient été pré-enregistrés. Alors est-ce un enregistrement post-évolutif ou au contraire un enregistrement pré-évolutif et initiateur de l'évolution ?

De façon surprenante, la deuxième réponse semble être la bonne. En effet, le taux de mutations dues au hasard est grosso modo continue, il ne saurait en être autrement. Si donc ces mutations constituaient le seul moteur de l'évolution, celle-ci devrait être continue, c'est logique. Or Anne a remarqué que l'évolution n'était pas linéaire mais progressait au contraire par paliers - fait admis par la majorité des paléoanthropologues.

Comme si à un moment donné, celui du palier, quelque chose avait boosté l'algorithme génétique : et si ce n'est pas externe, c'est interne, donc dans l'ADN. Il y aurait ainsi une sorte de fonction qui, exécutée, provoquerait une forte accélération de l'évolution, de l'homme en l'occurrence. Mais exécuté par qui ou par quoi ? Là est toute la question... Plusieurs réponses sont possibles : d'abord il est envisageable de penser que lorsque l'environnement stresse une espèce, celle-ci réponde en accélérant son évolution. Pourquoi pas ? La vie s'est dotée de tant de moyens de défense, de tant de façons de s'adapter à l'environnement hostile, qu'il n'est absolument pas absurde de penser que celui-ci en fasse partie. D'autre part, il est aussi possible que l'ADN de l'espèce humaine possède en lui une sorte d'horloge interne capable d'intégrer de très grandes échelles de temps et de ''lancer'' des programmes d'accélération de l'évolution à des dates bien précises. Pourquoi pas ??

Je ne délire absolument pas : c'est bien ce que dit Anne Dambricourt, notamment dans cette vidéo. Si c'est vrai, et cela semble bien être vrai, alors on a là pratiquement une preuve irréfutable de l'existence d'un dessein intelligent. (Pour les dessins intelligents, voir ici). En effet, on aurait alors la confirmation que l'ADN, avec son exécutable l'ARN, est un programme de fabrication d'une espèce, l'homme, avec l'existence d'étapes dans la production, d'un planning et même.. de dates de livraison !! Pour Erectus 2.0, lancer l'exécution 950 000 ans après Habilis 3.1.... Incroyable.

Vu comme ça, on comprend que les prophéties s'accomplissent : 2520 ans après Daniel 1.0, lancer Apocalypse 2.1... Je vais sans doute un peu trop loin, mais il ne faudrait pas oublier à quel point la vie est quelque chose de prodigieux. Considérez simplement le fait que l'ADN est le procédé de stockage de l'information le plus efficace qui soit : un million de gigabits par centimètre cube, soit une densité inégalable. L'homme fait des millions de fois moins bien.

Dans ces conditions, il est normal que l'évolution de la vie soit le procédé le plus ingénieux qui soit. Cet algorithme génétique est si extraordinaire, souple, puissant, riche qu'on ne peut qu'être béat d'admiration devant ses capacités encore largement méconnues. Alors certes, la thèse Dambricourt n'est pas prouvée à 100%, mais, puisqu'il est certain que Dieu s'investit dans l'évolution via le lien métaphysique, alors nous devons admettre que sa véracité est très fortement probable. Je le disais il y a un mois : il est dans la nature de Dieu de s'acharner à enrichir sa création, pour la rendre la plus complexe, la plus élaborée, la plus belle possible. N'est-il alors pas normal et logique qu'il dégote les moyens de faire évoluer ses créatures ?

Avec l'évolution, l'ADN devient de plus en plus sophistiqué. Peut-on vraiment penser que seules les mutations hasardeuses soient à l'origine de toutes les innovations de cet incroyable code génétique ?? Quelques-unes de ces fameuses mutations ne pourraient-elles pas être initiées par une mystérieuse force présente partout et s'acharnant à trouver le moyen d'encore améliorer son œuvre ? Je ne pense pas que sans l'action de Dieu la vie irait naturellement vers le plus complexe. Faites tourner un algorithme génétique : celui-ci va certes apporter rapidement la solution optimale, mais il ne va pas se mettre à innover en rajoutant des chromosomes au programme que VOUS avez développé... Pas si on ne lui dit pas de le faire en tout cas. Et c'est ce qu'a ''fait'' Dieu : il s'est arrangé pour que des innovations soient possibles. Même si je ne sais pas comment, ce que nous apprend Dambricourt ne peut que nous convaincre de cela.

Cette évolution des êtres vivants a quelque chose de vraiment fascinant, tant et si bien que je ne me lasse pas d'en connaître les détails.D'ailleurs, puisqu'il s'agit a priori de l'œuvre presque ''direct'' de Dieu, c'est quasiment un devoir d'avoir ne serait-ce qu'une idée de ses principales étapes. Rien que pour se rendre compte à quel point des êtres comme le champignon, la limace, l'homme ou la fourmi sont génétiquement proches. Voilà pourquoi j'aimerais partager maintenant avec vous quelques-unes de ses caractéristiques.

Comme vous le savez, au fur et à mesure de l'évolution, les espèces se diversifient et donc s'éloignent génétiquement les unes des autres. Pour retrouver cette histoire, l'histoire de l'algorithme génétique de l'évolution de la vie sur Terre, il faut recourir à ce qu'on appelle la classification phylogénétique. Il s'agit d'un système de taxinomie dont l'objectif est de rendre compte des degrés de parenté, c'est à dire la distance génétique, entre les espèces et qui permet donc, comme je le disais, de comprendre leur histoire évolutive, ou phylogénie. Elle ne reconnaît pas certains groupes comme les reptiles ou les poissons, contrairement à la classification classique. En fait, pour elle, la première grande division évolutive partage les êtres vivants en trois grandes catégories : les bactéries, les archées et les eucaryotes.

Phylogenetics-french.jpg

 

Nous sommes des EUCARYOTES. Les eucaryotes sont soit des bicontes, c'est à dire des plantes, soit des unicontes. On va trouver parmi ces derniers les améobozaireset les ophistocontes, lesquels sont principalement les champignons et les métazoaires. Ces derniers sont constitués de plusieurs clades d'éponges ainsi que des eumétazoaires. Nous sommes déjà bien avancés dans le gigantesque arbre phylogénétique du vivant et les eumétazoaires sont bien plus cousins entre eux que ne le sont l'ensemble des bactéries entre elles. Mais que sont les eumétazoaires ?

On les divise en deux clades : les radiaires et les bilatériens. Ces derniers se caractérisent par une symétrie bilatérale, une bouche et un anus... Les radiaires quant à eux sont principalement les coraux, les anémones et les méduses. Maintenant vous DEVEZ retenir ceci : les bilatériens sont composés des protostomiens et des deutérostomiens. Il s'agit là d'une division importante dans la grande famille des êtres vivants !! Donc ne l'oubliez pas...

Les protostomiens sont constitués par les lophothrocozoaires, c'est à dire les vers et les mollusques - la pieuvre est un mollusque -, d'une part et les ecdysozoaires - nématodes, tardigrades et arthropodes - d'autre part : des animaux très familiers donc. Je rappelle que dans les arthropodes il y a les myriapodes et les pancrustacés, dont font partie les insectes. Les deutérostomiens sont quant à eux les échinodermes, à savoir les oursins et étoiles de mer, et les cordés, enfin... Cela signifie que l'araignée, le crabe ou la pieuvre ont plus d'ADN en commun avec nous les êtres humains qu'avec les anémones de mer ou les méduses. Que les champignons ont plus d'ADN en commun avec nous qu'avec les plantes vertes. Que les étoiles de mer ont plus d'ADN en commun avec nous qu'avec les pieuvres !! Si vous n'avez pas compris cela, vous n'avez rien compris à la classification phylogénétique... Ce qui, entre parenthèses, ne m'étonnerait pas vraiment.

Voilà. Intéressant, non ? Vous savez désormais où placer les plantes, les champignons, les éponges, les radiaires et les bilatériens. Et vous savez que ces bilatériens sont composés des protostomiens et des deutérostomiens. À apprendre par cœur pour rendre hommage à la fabuleuse ''ingéniosité'' de Dieu... Ou du programme qu'il a mis en place et que l'on appelle Nature, à vous de choisir. Évidemment, ensuite, les ramifications continuent, et il n'est pas simple de se souvenir de tous les clades qui divisent les cordés pour arriver jusqu'aux tétrapodes, notre famille proche en quelque sorte.

C'est pourtant ce qui est le plus intéressant pour les gens puisqu'on y trouve une classification plus précise qui enlève tout son sens aux mots ''poisson'' ou ''reptile'. Je n'en parlerai pas pour le moment, pour ne pas surcharger cet article beaucoup trop long. Commencez donc à assimiler les informations que je viens de vous apporter, ce sera largement suffisant pour briller en société... Ou trouver un truc à dire aux repas de famille. D'ailleurs, si votre beau-frère ne vous a pas encore signifié qu'il préférerait que vous vous taisiez pour de bon et qu'on ne l'avait pas mis au courant qu'il allait participer à un dîner de cons, vous pouvez toujours enchaîner en lui parlant de l'autre extrémité du grand arbre phylogénétique qui mène à homo sapiens et dont voici un petit schéma :

H-family1.png

Bon, cette fois-ci, je me tais. J'arrête... Je la ferme. Jusqu'à la semaine prochaine.

Partager cet article

Repost0

Mathématiques, physique et information.

Publié le par Miteny

Comme l'explique si bien wikipedia, les  mathématiques constituent un domaine de connaissances abstraites construites à l'aide de raisonnements logiques. Elles se distinguent des autres sciences parce qu'elles sont de nature purement intellectuelle.

Au contraire, la  physique est une science qui tente de comprendre, modéliser voire expliquer les phénomènes physiques de l'univers. Elle correspond à l'étude du monde extérieur, des lois de sa variation et de son évolution. La physique développe des représentations du monde vérifiables, applicables et appliquées dans un domaine de définition donné. Le lien entre physique et mathématiques est évident : bien que les résultats mathématiques soient des vérités purement formelles, ils trouvent des applications très nettes en physique d'une façon étonnante. D'ailleurs Eugène Wigner parle de « la déraisonnable efficacité des mathématiques dans les sciences de la nature ». Autrement dit la physique répond aux lois mathématiques. Elle répond si bien à ces lois que je me suis souvent demandé si la physique n'était pas qu'un ensemble de lois mathématiques et rien d'autre. C'est même ce que j'ai tenté de montrer dans cet article Le monde est un langage, où j'écrivais : des générations de scientifiques se sont émerveillées de la fabuleuse organisation mathématique du monde, du cosmos. Ce n'est plus étonnant lorsqu'on sait que tout cela n'est rien d'autre qu'une sorte de code informatique si j'ose dire.[…] L'univers c'est juste une suite de concepts organisés en lois par Dieu.

J'ai envie, avec cet article, d'aller un peu plus loin dans cette voie en essayant de traiter la question suivante : les mathématiques sont plus vastes que la physique puisqu'une partie seulement des mathématiques est utile à la physique ; mais alors qu'est ce qui fait qu'une certaine écriture mathématique puisse être transformée en réalité physiqueet qu'une autre non ? La question n'est pas des plus claires. Pour bien m'expliquer, au lieu de faire de grands discours stériles, je vais commencer par prendre un exemple tout simple : celui de la droite... Qu'est ce qu'une droite ?

D'abord non : ce n'est pas qu'un fort coup du poing droit asséné à un type qui vous aurait préalablement irrité parce qu'il est trop débile pour faire la différence douleur/pas douleur. Mathématiquement, c'est surtout une ligne rectiligne, infinie et sans épaisseur. Passons sur le côté infini et rectiligne. La question la plus intéressante est la suivante : une droite sans épaisseur peut-elle avoir un sens physique ? Pour qu'une ligne ou un bout de ligne existe physiquement, il faut que ''l'on'' puisse le ou la distinguer de l'espace alentour. On est bien d'accord ? J'insiste sur cette question car cela est un point particulièrement important. Autrement dit, il faut qu'un observateur puisse obtenir une information différente entre un point de la droite et un point alentour qui n'appartient pas à la droite : il est ainsi nécessaire qu'un transfert d'informations soit possible entre ce qui la compose et l'observateur.

Ce qui implique l'existence d'un transmetteur de l'information, bien évidemment : ce transmetteur va être capable d'interagir avec les composants de la droite, mais aussi avec l'observateur. Puisque tout cela est tout compte fait un problème d'information, il est intéressant de comprendre le point de vue de ceux dont le boulot est depuis le début de s'occuper du bon déroulement des transferts d'information, c'est à dire des communications. Lorsque la société Bell a cherché les moyens de transmettre des messages de façon économique et fiable, elle a fait appel à des mathématiciens et à des ingénieurs. Ceux-ci ont été naturellement amenés à envisager les propriétés théoriques de tout système de signaux utilisés par les êtres, vivants ou techniques, à des fins de communication. C'est ainsi que la théorie de l'information de Shannon, ingénieur à la Compagnie des Téléphones Bell, est née.

Celle-ci ne s'occupe pas du contenu sémantique ou du contenant physique mais uniquement des aspects mathématiques de l'information. Exactement le sujet de l'article !! Or qu'apprend-on avec cette théorie ?

Et bien que l'information est une donnée essentiellement aléatoire. Plus celle-ci est au départ aléatoire, imprécise, plus elle est potentiellement intéressante, mais plus il faudra ''payer'' pour mieux la connaître. J'entends par ''payer'', dépenser, investir en énergie et en temps. L'information est bien synonyme de mesure d'incertitude. Comme c'est par l'intermédiaire du transmetteur de l'information que l'observateur a accès à l'information, c'est dans le processus de transmission qu'il faudra investir pour obtenir la meilleure information possible. C'est logique. Reconsidérons maintenant notre droite et supposons que son épaisseur tende vers 0. La probabilité que tel ou tel point de l'espace soit occupé par un élément de la droite va donc tendre également vers 0 : c'est logique. Donc le prix à payer pour savoir quels points de l'espace font effectivement partie de la droite va tendre vers l'infini. Or on ne dispose pas d'un compte en banque illimité, si j'ose dire. Les moyens que l'on a à mettre dans le transmetteur d'information sont forcément limités : on ne peut consacrer un temps et une énergie infinis à la recherche d'une information. C'est impossible. Par conséquent, on ne pourra pas accéder à l'information renvoyée par une droite dont l'épaisseur serait trop faible. Au mieux, on aura une probabilité de présence, une probabilité d'existence, laquelle tendra vers 0 lorsque l'épaisseur diminuera. N'est-ce pas un résultat étonnant ?

Les lecteurs cultivés que vous êtes n'auront en effet pas manqué de remarquer que le terme ''probabilité'' fait immédiatement penser à la mécanique quantique. Dans un article tout récent, j'expliquais que d'après celle-ci, il est impossible de prédire l'issue exacte d'une expérience : le mieux que l'on puisse faire est de donner la probabilité d'occurrence de telle issue ou de telle autre. Cette caractéristique étrange correspond tout à fait à ce à quoi on doit s'attendre quand on considère que le monde physique n'a de réelle ''existence'' que lorsque les observateurs peuvent obtenir des informations sur lui. La dernière fois, j'expliquais aussi pourquoi, d'après les développements récents de la science, la matière n'est sans doute fondamentalement que de l'information. Aujourd'hui j'ai apporté un argument supplémentaire en faveur de cette théorie en montrant que la matière sera toujours perçue comme étant fondamentalement une information.

Je sais que vous avez du mal à voir où je veux en venir, mais n'oubliez pas l'interrogation initiale : qu'est ce que le monde ?? Qu'est ce que la matière ?? Voilà la question à laquelle j'essaie de fournir une réponse. J'ai déjà de nombreuses reprises expliqué que le monde est avant tout une écriture, un langage mathématique. Maintenant nous savons que pour que ce langage mathématique devienne un monde physique, il faut qu'il puisse être conçu de façon à ce qu'un observateur puisse en tirer des informations.

Ce ne sont pas n'importe quelles écritures mathématiques qui peuvent faire cela : j'ai assez bien illustré ce point avec l'exemple de la droite, qui doit mathématiquement au moins avoir une épaisseur pour faire partie du monde physique. Alors bien sûr, je n'ai ni le temps ni les moyens de montrer par le menu détail comment un monde mathématique peut devenir physique dès lors que l'on prend en compte la nécessaire observation des phénomènes par une entité ''capable''. Surtout dans un article aussi court. Ce serait pourtant passionnant à faire et j'espère vraiment que quelques mathématiciens ou physiciens s'y mettront un jour. Je suis sûr qu'ils pourraient trouver de fantastiques explications à des mystères comme l'expansion de l'univers ou l'inflation cosmique (évoquées ici). Ce travail mathématique a déjà plus ou moins commencé, comme par exemple avec Bekenstein ou même Verlinde, qui tente d'expliquer la gravitation à partir de la notion d'information. On attend de voir...

En tout cas, une chose est certaine : l'observateur est le point central de la physique. La physique suppose l'existence d'un observateur ! La physique ne peut exister que POUR une entité observatrice, c'est à dire capable de recevoir, d'analyser et de comprendre des informations extérieures... Cela rejoint d'ailleurs ce que les philosophes nous ont toujours dit : le monde n'a de réalité que parce qu'il y a des consciences qui proclament son existence.

C'est juste fantastique... Comme si un Grand Architecte avait conçu le monde pour qu'on en ait conscience. Grand Architecte ou pourquoi pas Grand Informaticien tant le fait de concevoir un monde d'informations s'apparente à la démarche du développeur, qui, avec des bits d'information fondamentales, le 0 et le 1 ''électriques'', arrive à recréer des espaces en 3 dimensions souvent bluffants de réalisme, et accessibles par un écran. La seule différence est que le monde ''informatique'' que Dieu a conçu est beaucoup plus élaboré puisque nous avons la chance d'être entièrement plongé dans l'écran. Je rappelle que l'existence de ces écrans dans lesquels nous serions immergés est non seulement obligatoire dès lors que l'on examine la vraie nature de la science physique mais aussi lorsqu'on réfléchit aux conséquences de l'insuffisance du corps. Mais alors comment, dans ces conditions, ne pas admettre l'inévitable existence d'une entité transcendante et créatrice de toute cela ?? Le monde aurait pu être purement mathématique, voire purement chaotique. Pourquoi est-il conçu de façon à accueillir des observateurs ? Ne vous rendez-vous pas compte de l'extraordinaire coïncidence ? Êtes vous obscurantistes à ce point ? Pourquoi tant de haine ??

J'ai régulièrement cette désagréable impression de ne pas être sorti du Moyen-âge et d'être encore loin du temps où l'on pourra faire de la vraie science. En attendant, pour conclure, permettez moi de rappeler la piste de recherche qu'il faut suivre pour à mon avis réussir un jour à trouver la Grande Explication, la Théorie du Tout, c'est à dire le modèle capable de tout expliquer et de reléguer les modèles standards actuels, de cosmologie ou de mécanique quantique, dans le grand sac des théories archaïques et dépassées : Il faut étudier les possibilités d'un monde mathématique à devenir physique, c'est à dire les conditions qui rendront un certain modèle mathématique observable par une entité ''capable'', c'est à dire a priori consciente.

Bien à vous.

Publié dans LE TOP, Best of SCIENCE

Partager cet article

Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>