Le Grand Mystère de la conscience.

Publié le par Miteny

Comme vous le savez sûrement, ce blog a été créé et continue de vivre dans le seul but de m'aider à résoudre le délicat et épineux problème de la conscience. A-t-il réussi ? En grande partie oui puisqu’il m'a permis de comprendre un fait important : l’insuffisance du corps. Les causes biologiques, c'est à dire le fonctionnement de cette fabuleuse machine qu’est le corps humain, ne peuvent pas suffire à expliquer l'existence de la conscience de soi. Je pense que c’est clair. Clair et irréfutable. Mais est-ce suffisant ? Ne serait-ce pas là au contraire qu'une introduction ? En effet, quand on dit que quelque chose manque mais qu'on ne dit rien sur ce qui manque, il est indéniable que le travail n'est pas terminé...

Pour tenter d'aller plus loin, je vais prendre un exemple en imaginant que je suis un des Jack Harper du film Oblivion . Comme vous le savez, je ne suis donc qu'un clone, une copie de l'original, un peu comme le sont les copies de Bob de l'expérience de pensée que j'avais imaginé dans cet article et reprise dans cet article. Je ne suis qu'une copie, un énième exécutable, quelconque parmi la foule des Jack Harper. Tech72 par exemple. Qu'est ce qui me différencie des autres Tech à part le numéro ?

  • Pas le corps puisque nous avons tous le même corps.

  • Pas l'histoire puisque nous avons tous la même histoire, les mêmes souvenirs.

Dans ces conditions, comme définir le ''moi'', comment Tech72 peut-il définir son ''moi'' ? Par le lien métaphysique me répondrez vous probablement tous en chœur... C'est le lien métaphysique qui est censé faire la différence. Pourtant tous les clones ne sont-ils pas censés avoir le même lien métaphysique ? Ce lien ne serait-il donc qu'un artifice inutile due à l'illusion que serait l'insuffisance du corps ??

Pour répondre à cette question, il faut d'abord rappeler que, comme je l'ai déjà expliqué plusieurs fois, ce lien n'est pas n'importe quoi : il n'est pas juste une fonction supplémentaire comme pourrait l'être un organe ou un bout de cerveau... En fait, il définit carrément ce qu'est la réalité. Dans mes posts précédents, j'ai dû admettre l'existence de plusieurs réalités pour résoudre le problème que me posait l'existence de plusieurs consciences. Attardons-nous un peu sur ce point bien étrange... Plusieurs réalités... Qu'est ce que cela peut bien signifier ? De prime abord, il est naturel de penser qu'il n'y a qu'une réalité. Un certain corps va produire de la douleur quand il est frappé ou ne va pas en produire : c'est soit l'un, soit l'autre. C'est bien ce que la logique semble nous suggérer. Eh bien non !! Aussi étonnant que cela paraisse, les deux affirmations contradictoires sont réelles en même temps. Impossible et absurde ? Vous êtes sûr ?

Reprenons donc la définition du mot réalité par wikipédia : « Le mot réalité désigne l’ensemble des phénomènes considérés comme existant effectivement par un sujet conscient. Ce concept désigne donc ce qui est perçu comme concret, par opposition à ce qui est imaginé, rêvé ou fictif. » Par un sujet conscient !! C'est écrit noir sur blanc dans le dictionnaire !!

C'est une précision très importante, car selon le sujet conscient, telle ou telle douleur sera ou ne sera pas réelle : c'est clair. Et d'ailleurs, je n'ai pas arrêté de l'expliquer sur ce blog. La définition même du mot réalité implique ainsi nécessairement la prise en compte de plusieurs réalités. Considérons maintenant l'affirmation A : ce corps produit de la douleur quand il est frappé. Cette affirmation est-elle vraie ou fausse ? Pour être sûr de bien répondre, continuons à adopter une démarche rigoureuse et assurons-nous de la définition du concept de vérité. D'après le dictionnaire, est vrai ce qui est conforme à la réalité ou ce qui se déduit logiquement, comme, par exemple, un théorème mathématique.

Dans ce cas là, c'est évidemment la première partie de la définition qui est pertinente. Pour avoir la réponse à notre question, il faut donc se demander si l'affirmation A est conforme à la réalité. Or la réponse est oui.. et non !! Cela dépend de la réalité dont on parle. Ce qui implique que l'affirmation A est à la fois vraie et fausse... Étonnant non ?!!

Étonnant et vertigineux. Car on peut alors se poser les questions suivantes : l'existence de plusieurs réalités est-elle vraie ? Est-elle réelle ? Est-il possible qu'une affirmation soit à la fois vraie et fausse ? La réponse à cette question peut-elle être vraie et fausse en même temps ?? Ce vertige rejoint celui que ressent Tech72 lorsqu'il essaie de définir ce qui le distingue des autres alors même qu'il comprend que rien ne peut le distinguer des autres.... Puisqu'il n'est qu'un clone quelconque. Pourtant quelque chose doit le distinguer des autres puisqu'il se sait distinct !!

En fait, c'est simple... À condition d'être rigoureux dans la définition des mots que l'on emploie. Il y a plusieurs réalités mais il n'y a qu'une seule logique. Si on définit la vérité comme l'ensemble des affirmations/propositions qui se déduisent logiquement, alors il n'y a qu'une vérité, laquelle englobe l'existence de plusieurs réalités. Bien sûr, les gens pensent généralement qu'il n'y a qu'une réalité... Simplement parce qu'ils confondent réalité et vérité. Tout cela n'est qu'une question de définition en fin de compte. Comme souvent.

On peut comprendre que cette confusion soit faite. Comment ne pas confondre vérité et réalité lorsqu'on considère que l'affirmation A citée plus haut ne peut avoir qu'une réponse ? Et on ne peut pas voir les choses autrement quand on pense qu'il n'y a que la matière. En effet tout processus physique qui engendre des phénomènes ne peut pas à la fois faire son boulot et ne pas faire son boulot : une seule solution est possible, il ne saurait en être autrement. Et cette solution est la réalité, qui du coup, ne peut être qu'unique. Autrement dit, lorsque l'on est matérialiste, on pense obligatoirement que la réalité est créée par la matière et que donc il n'y en a qu'une. Seulement, il faut voir les choses autrement et sortir de son ornière : l'affirmation A peut être à la fois vraie et fausse parce que le lien métaphysique crée une réalité supplémentaire à chaque fois qu'il ''agit'' sur la matière. C'est inévitable.

En vérité, la physique est incapable de fabriquer la moindre ''réalité'', telle que définie officiellement. Cette dernière est avant tout un concept MÉTAphysique : constituée de l'ensemble des quale, à savoir le plaisir, la douleur, ce qu'on voit, ce qu'on entend, ce qu'on touche, elle est issue des informations issues du monde extérieur qui sont traitées par le cerveau puis affectées par une sorte de substance ''divine'' que j'avais déjà évoquée dans cet article. Cette substance, ce lien métaphysique donne une sorte de valeur aux informations traitées et leur confèrent ainsi un statut de réalité. La nature de ce lien métaphysique correspond à la façon dont la personne appréhende le monde qui l'entoure... comme je l'ai expliqué dans cet article. En fait les deux s'influencent mutuellement : le côté matériel, c'est à dire l'environnement, la culture, les gènes, l'histoire personnelle, vont très profondément dicter ce que sera le lien d'une personne même si l'inverse n'est pas exclu. Ce qui rend le problème de la définition de la liberté encore plus complexe... Mais c'est un autre sujet.

Quoi qu’il en soit, la question principale de cet article vient de prendre une autre forme. Il s'agit maintenant de s'interroger sur la nature de cette substance divine, ce lien métaphysique, qui permet de ''fabriquer'' des réalités. Pourrait-on par exemple modéliser mathématiquement celui-ci ?? Le ''réduire'' en équations ?? En toute logique non, car sinon il serait modélisable et donc reproductible. Ce qui, vous le savez maintenant si vous avez été attentif à l'histoire de Jack Harper, est totalement impossible. Il faut donc imaginer qu'il fasse partie d'une autre sorte de ''choses''...

Oblivion-01.jpg

Reprenons calmement : Nous avons déjà vu que l'organisation de la matière est un langage mathématique, je l'ai expliqué moult fois. Les briques élémentaires de la matière sont des ''objets'', des concepts, assimilables à des 0 et 1 : voir cet article de 2012. Appelons les concepts de type L. Considérons maintenant que l'ensemble des liens métaphysiques existants, car il y en a beaucoup, soient des concepts de type S. La question que j'ai amenée par cet article est donc en fait la suivante : quelle est la différence entre un concept L et un concept S ?

Eh bien, je l'ai presque pratiquement déjà dit en fait : le concept L est le nom qu'on lui donne, le concept S non. Le concept L se réduit à sa notation ou à son expression mathématique, le concept S non... Alors bien sûr, les mots de Dieu ne sont pas comme les nôtres, ils sont plus précis. Mais l'idée reste la même : l'important pour un concept L n'est pas ce qu'il est en lui-même mais ce qu'il est par rapport aux autres concepts L. Et dans ce cas là, une notation, un code, une formule, suffit à recouvrir tout ce qu'il est. Au contraire, un concept S est inconnaissable par nature. Il sera donc toujours bien plus que n'importe quel nom qu'on pourrait lui donner. On peut lui en donner un, certes : c'est d'ailleurs ce que je fais en l'appelant ''concept S'' ou ''lien métaphysique''. Mais on ne pourra jamais dire qu'il EST ce nom et RIEN D'AUTRE. Une description ne pourra jamais être suffisamment précise pour envelopper l'entièreté de sa nature.

« Mais pour la matière non plus !! » me rétorquerez vous sans doute en beuglant comme un veau. Eh bien si... La matière est une organisation de concepts L, et rien d'autre. Elle est un ensemble de briques fondamentales, qui sont en fait des notations, des noms et des relations : des informations nommées ou formulées. C'est à dire un langage mathématique assimilable par exemple à la notion de groupe, mais en très élaboré. C'est d'ailleurs ce que j'ai répété à longueur d'articles en 2012 : l'univers est un langage... Certes sophistiqué, comme je l'ai illustré une nouvelle fois la semaine dernière, mais langage tout de même, ou code informatique si vous préférez cette métaphore. Or le langage, par définition, est constitué de mots qui sont leurs noms. C'est fort, c'est très fort. Vous n'allez pas nier qu'un mot est son nom, non ?

Par contre, au contraire du concept L, le concept S sera toujours plus que son nom. Ou que sa description, laquelle ne sera toujours qu'une suite de mots, donc aussi un concept L. Les concepts L formant un groupe au sens mathématique du terme : toute combinaison de concepts L fera partie du groupe des concepts L... J'espère que vous suivez.

Maintenant, tout en admettant l'évidente existence des concepts L, vous seriez sans doute tentés de me demander si l'existence des concepts S est possible, ne serait-ce que théoriquement. Et j'aurais tendance à vous répondre que non seulement elle est possible mais qu'elle est aussi nécessaire à l'existence des concepts L. Car après tout, qu'est ce qu'un nom ?

Un nom est une information. D'ailleurs j'ai souvent expliqué que la matière est information, ne serait-ce que le mois dernier par exemple, confirmant ainsi que la matière est une organisation mathématique, et rien d'autre. Le langage complexe qu'est la matière organisée représente toutes les formes que peut prendre l'existence. Autrement dit, tout ce que le concept S pourrait être. Les noms qu'il pourrait avoir... Tout ce qu'il ne sera jamais, car par définition le concept S ne peut pas se réduire à une description. Sinon il ferait partie du groupe des concepts L et donc serait incapable d'être la touche finale qui permet à la conscience de soi d'exister.

Dieu a besoin des concepts L pour tenter de se définir. Et, de la même façon, l'existence des noms n'a pas de sens s'il n'y a rien à nommer. On comprend pourquoi le type S est nécessaire à l'existence du type L. Et inversement. Un nom n'a de sens que par rapport aux autres noms : le 0 ne signifie rien sans le 1. Un concept L n'existe réellement qu'au sein d'une organisation de concepts L, au contraire du concept S, qui lui, peut exister par lui-même. Le concept S, le lien métaphysique, cherche à savoir ce qu'il est à partir des concepts L mais ne pourra jamais être satisfait. Au contraire, le concept L ne pourra jamais savoir qu'il n'est qu'un nom, car il est incapable de prendre conscience de lui-même seul, comme cela a été expliqué plus d'une fois sur ce blog. Et répété ici. Tout cela est bien étrange, bien mystérieux. Mais n'est ce pas la nature même de Dieu d'être un Grand Mystère ? N'est ce pas là ce que l'on a toujours entendu sur Lui ? Je crois qu'il est grand temps de faire le point sur ce qu'apporte cet article trop complexe pour être compris par le commun des mortels :

  • Au début de cet article je me demandais une nouvelle fois comment un clone pouvait réussir à se distinguer des autres clones alors même que rien ne peut le distinguer des autres.

  • J'en déduisais que le lien métaphysique avait seul ce pouvoir de ''créer la réalité'', cette dernière étant considérée dans la perspective de sa définition officielle.

  • Approfondissant le problème de la nature de ce fameux lien métaphysique, je me suis rendu compte qu'il fallait vraiment distinguer les concepts L, qui, dans leur forme élémentaire, sont leur nom et forment la matière, et les concepts S, inconnaissables par nature, qui constituent l'essence du lien. Qui dit inconnaissable dit incommunicable bien sûr et donc fondamentalement unique. Comme le sont les qualia...

  • Conclusion logique : le concept S peut, du fait de sa nature on ne peut plus mystérieuse, créer des réalités.

Il manque des développements, ça saute aux yeux : le travail n'est pas terminé. Comment une entité ''inconnaissable par nature'' pourrait-elle créer des réalités ? Quelle peut bien être le rapport entre ces deux propositions ? Pour le savoir, il faudrait creuser l'idée du concept inconnaissable par nature. Difficile, même si on peut d'ores et déjà affirmer pratiquement sans se tromper qu'un concept S possède certainement en lui bien plus de richesse, bien plus de puissance qu'un concept L qui n'est qu'un nom ou une organisation de noms : voilà sans doute pourquoi lui seul peut créer des réalités. Alors bien sûr, tout ce que je viens d'expliquer est bien trop ardu et bien trop abstrait pour un article aussi court. D'autant que celui-ci ne sera lu que par quelques internautes dont la débilité dépasse régulièrement les limites de mon imagination pourtant féconde. Je n'ai donc aucun espoir d'être compris là, malgré mes efforts. Vraiment aucun... J'ai par contre la certitude que je serai insulté.

Néanmoins, je me dois d'insister : je tiens là quelque chose. Ne serait-ce le fait que les briques fondamentales de la matière ne sont rien d'autre que des noms organisés mathématiquement entre eux, des informations fondamentales avec leurs interactions. La matière est un langage mathématique, informatique... Cela avait déjà été dit, mais là, l'idée se précise et c'est à mon humble avis une avancée fondamentale pour la science.

À suivre...

Petite vidéo musicale ayant un lien ténu avec le sujet de l'article.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

détecteur de pauv'type 07/02/2014 10:11


dixit l'abruti miteny :


 


laisse-moi rire !


 


Commentaire n°1 posté par bobby le 25/09/2009 à 20h53


http://grille-pain-dans-le-frigo.over-blog.com/article-36514440-6.html#anchorComment


 


 


 

Miteny 07/02/2014 10:27



C'est un peu léger comme source d'information, non ?


Ce qui compte, ce sont les arguments : et les miens sont très bien construits. Par conséquent, je n'ai rien à craindre d'un DIALOGUE (j'insiste sur le mot).



détecteur de nullité 07/02/2014 00:51


dixit le crétin
miteny :

Miteny 07/02/2014 00:54



Voilà !


C'est bien, tu reviens à tes fondamentaux : l'insulte pure, sans la moindre tentative de réflexion.


C'est bien : reste dans ce domaine, c'est tout ce que tu sais faire. Parce que dès que t'essaies un raisonnement, wahou !!!


Qu'est ce que c'est mauvais !!!


 


Un conseil : ne participe jamais à aucun débat. Tu repartirais en pleurant.



Un visiteur 22/12/2013 20:02


Il y a les concepts L, qui regroupent tout ce qui est matériel, 


il y a les concepts S, qui sont les liens métaphysiques


n'y aurait-il pas une autre sorte de concepts, qui seraient les qualias ? 

Miteny 22/12/2013 21:56



Non, les qualia, c'est le résultat. On pense d'habitude que c'est la matière biologique qui est capable de produire les qualia (la douleur par exemple).


Donc ce que j'ai appelé des concepts L. Or il s'avère que cette sorte de concept ne suffit pas : d'où les concepts S.


En fait, les qualia sont une combinaison de L et S : le résultat du mélange en quelque sorte.



paf 20/12/2013 10:37


Encore avec "ça"... C'est obsessionnel apparamment.


C'est toute fois amusant la condéscendance utilisé par l'auteur qui n'est "personne" de reconnu scientifiquement, pas de travaux, pas de preuves tangibles et formelles, reproductibles, qui
mélange habillement les expressions, le verbe, le flou, le métaphysique et la philosohpie pour "noyer le poisson" et s'auto-persuader qu'il a raison. Les gourous font la même vous savez ;-)


La belle dissonnance cognitive que voila tout au long du blog. Le "j'ai raison mais je suis le seul à le savoir", c'est de la psychiatrie / schyzophrénie. Enfin temps que vous ne faites du mal a
personne....

Miteny 20/12/2013 11:49



J'ai au moins raison sur une chose, sac de vomi : le corps ne suffit pas. Et c'est tout ce qui compte ici.


Tu sais que ça arrive que des gens aient raison avant tout le monde... connard (puisque tu m'insultes sans le moindre argument, je t'insulte aussi, immonde fiente).


 


PS : je te prierai de ne pas lire cet article, qui ne s'adresse pas aux merdes dans ton genre qui ne savent pas faire la différence douleur/pas douleur.



Justicier 06/12/2013 07:01


 


Comme vous le savez, je ne suis DONC qu'un clone


Qu'est ce qui me différencie des autres Tech à part le numéro ?  


Pas le corps puisque nous avons tous le même corps


Tiens voilà le clown qui se prend pour "Dolly" la brebis clonée maintenant


Après avoir voulu se faire "passer" pour le messie c'est intérressant !!!


Mais il n'a pas besoin d'être un clone pour qu'on sache que c'est un âne ;) lol


Justicier


 



Miteny 06/12/2013 22:48



Qu'est ce que je disais !


Revoilà, l'abruti en chef, le plus gradé de cette bande de cons au QI de bigorneau.