Un lien métaphysique bien caché.

Publié le par Miteny

Avec ce billet, je débute la petite série d'articles sur le messie que j'avais promise le 8 janvier.

Si cette suite de réflexions se veut être le prolongement de la grande série d'articles sur Dieu que j'avais proposée en 2012 et dont le dernier représentant se trouve ici, l'article d'aujourd'hui ne va pas reprendre la suite de celui du 25 décembre, mais de celui du 4 décembre dans lequel j'évoquais la forte possibilité que les liens métaphysiques reliant chaque corps à ''la Substance'' soient tous différents.

Cette affirmation est suffisamment intrigante pour que je m'attarde un peu plus sur la question. Car après tout, j'en sais bien peu sur ce trop mystérieux lien...

Première interrogation essentielle : comment sait-on qu'un lien métaphysique existe ? Quels sont les moyens de prouver sa ''réalité'' ?

Tout d'abord, il faut bien se rappeler que chaque lien ne peut être détecté que par une et une seule personne car il est comme les qualia : privé. Chaque lien n'existe que dans une et une seule réalité tant et si bien que les autres ne pourront jamais avoir de preuve irréfutable que telle ou telle personne est bien reliée métaphysiquement à la Substance.

Prenons le cas de quelqu'un incapable de comprendre l'insuffisance du corps, c'est à dire totalement incapable de voir son propre lien métaphysique. L'exemple typique : cet abruti de ''Justicier'', qui a depuis longtemps été viré manu militari de ce blog.

Je rappelle qu'il serait le seul à pouvoir observer, ''voir'', son lien métaphysique : donc s'il nie son existence avec sincérité, c'est qu'il ne le ''voit'' pas.

Il faut bien comprendre que le lien métaphysique est de nature vraiment très particulière. Il ne se détecte par quelque instrument de mesure scientifique, ni même par quelque sens comme le toucher, la vue, l'ouïe... Il se ''détecte'' par l'intellect, la compréhension, la méditation, la transcendance. Bref presque uniquement par le langage.

Si donc un individu n'arrive pas à appréhender le fait qu'il est relié à ce que j'ai appelé la Substance, alors on pourrait presque affirmer que son lien n'existe pas. En effet, on peut établir les relations suivantes :

Preuve de l'existence du lien métaphysique au niveau d'un corps = détection du dit lien par l'individu qui a ce corps, et uniquement par lui.

Détection du dit lien par l'individu qui a ce corps, et uniquement par lui = cette personne comprend sincèrement et admet l'insuffisance du corps.

Ces deux équations sont claires et nettes. Elles aboutissent à un résultat étonnant : celui qui ne comprend pas l'insuffisance du corps n'est pas relié à Dieu. (1)

On peut aussi prendre cette équivalence dans l'autre sens : celui qui n'est pas relié à Dieu ne comprend pas l'insuffisance du corps. (2)

Cela expliquerait pourquoi je rencontre tant de gens qui semblent totalement démunis face à une évidence pourtant très simple. Ils comprennent souvent des choses complexes dans des tas de domaines, mais dès qu'il s'agit de l'insuffisance du corps, ils deviennent plus stupides que des hamsters. Peut-être que cette incompréhension proprement surréaliste s'explique en fait par la relation (2) : ils ne seraient pas reliés à Dieu. Ainsi, ils seraient presque physiologiquement incapables du moindre raisonnement transcendant.

C'est une hypothèse à envisager tant leurs réactions sont étonnantes. Et que j'avais déjà envisagée d'ailleurs... dans cet article.

Alors bien sûr, tout espoir n'est pas perdu. Même chez le plus farouche opposant, il y a une ''trace'' de lien métaphysique qui va lui permettre d'accéder au chemin qui mène à la lumière, s'il le souhaite, ou si les circonstances lui permettent d'émerger de l'obscurité crasse dans laquelle il s'est lamentablement vautré.

D'ailleurs, s'il n'y avait pas cette ''trace'', il serait incapable de ressentir la moindre douleur ou le moindre plaisir puisque ces sensations dépendent directement de l'existence du fameux lien. Il pourrait donc être susceptible un jour de comprendre la différence entre douleur et absence de douleur, même si, hélas, rien n'est moins sûr...

Prenons maintenant un autre exemple : une personne pour qui l'insuffisance du corps est une énorme évidence, plus grande et plus visible que l'existence du soleil.

On peut affirmer sans se tromper que chez cette personne, le lien métaphysique est ÉNORME, imposant, ventripotent. Il prend tellement de place que la personne en question ne voit pas grand chose d'autre. Elle attend même avec une impatience insupportable le jour où l'existence de ce lien sera révélée au monde entier.

Les deux exemples que j'ai pris sont extrêmes. Mais ils illustrent bien à quel point la nature et l'intensité de cette ''jonction'' métaphysique peuvent être diverses et variées. De quasiment inexistant chez certains à très fort chez d'autres, le lien qui relie chaque corps à Dieu ne doit pas du tout être considéré comme quelque chose de figé, d'immuable et d'identique pour tout le monde.

J'ai eu par le passé tendance à faire cette erreur mais la rédaction de l'article du 4 décembre 2012 m'a ouvert les yeux. Le lien métaphysique n'est pas juste une ficelle, une écriture ou un petit mot : c'est quelque chose qui peut être très riche, très intense et très fort, surtout chez les personnes qui savent se transcender.

Il peut même sans doute varier au cours de la vie d'une même personne. En effet, puisque son intensité peut être considérée comme proportionnelle à la clarté des idées de la personne concernée, on peut dire que si cette dernière réussit, par la méditation et la réflexion, à comprendre davantage de choses, elle verra son lien métaphysique se renforcer.

Alors bien sûr, si la personne part de très bas, elle ne pourra jamais atteindre le niveau de ceux qui ont depuis bébé un lien métaphysique puissant. C'est comme pour la course à pied : si on est gros avec de petites jambes, on n'arrivera jamais à courir aussi vite qu'un éthiopien entraîné à ce sport depuis sa plus tendre enfance, et cela même si on fait tous les efforts possibles. Je sais de quoi je parle...

Je crains donc que certains ne restent à jamais ''aveugles'', comme ce fou de ''Justicier''. Et malgré toute ma bonne volonté, je ne pourrai jamais leur apprendre à être tellement plus que des animaux qui parlent...

En tout cas, si ce que je dis a un sens - et ça en a, je le crois - alors il est important de ''travailler'' son lien métaphysique en comprenant de mieux en mieux le monde dans lequel nous sommes. Voilà à mon avis, la meilleure façon de se rapprocher de Dieu...

Et voilà pourquoi il faut devenir miteniste.

 

Humblement vôtre.

 

Commenter cet article

D... 29/04/2013 11:40


miteny: Prenons maintenant un autre exemple : une personne pour qui
l'insuffisance du corps est une énorme évidence, plus grande et plus visible que l'existence du soleil.


On peut affirmer sans se tromper que chez cette personne, le lien métaphysique est ÉNORME, imposant, ventripotent. Il prend tellement de place que la personne en question ne voit pas grand chose
d'autre. Elle attend même avec une impatience insupportable le jour où l'existence de ce lien sera révélée au monde entier.


 


Oui, c'est mon cas, je me sens directement concerné.


De toute façon, ne tournons pas autour du pot, tu sais qui je suis, dans ce cas, il n'est pas nécessaire de le dire.


Mon lien métaphysique est énorme.


Je suis très proche de Dieu, je suis directement connecté a Dieu.

clacla 27/04/2013 19:52


hors sujet, 


encore une fois, vous démontrez que mon corps suffit, mais que ton corps ne suffit pas


les corps sont quelconques, pas leur réalité, la réalité de mon corps m'appartient, la réalité de ton corps ne m'appartient pas


nous pourrions aussi dire que vos démontrez donc que ma douleur n'est quelconque que pour ton corps, ou bien que votre douleur est quelconque pour mon corps

Miteny 28/04/2013 18:37



Si un corps quelconque suffit, tous les corps quelconques vont suffire. Oui ou non ?



clacla 27/04/2013 07:12


bonjour a tous,


votre démonstration prouve l'insuffisance d'un corps mais pas du mien


je suis frappé :je perçois ma douleur, ça fait mal : mon corps suffit


tu es frappé je ne perçois pas ta douleur, ta douleur ne me fait pas mal : ton corps est insuffisant (et non l'insuffisance du mien)


la réalité de la douleur d'un autre corps ne m'appartient pas, constatable ou pas


comment mon corps pourrait etre insuffisant a percevoir x douleur puisque la douleur de x n'est pas réelle pour moi?


dire mon corps est insuffisant car ta douleur n'est pas réelle pour moi est tout a fait juste mais dénué de sens, c'est la magie de la philosophie


hé bien finalement si mon corps suffisait  je passerais mon temps a déguster :) ainsi, dieu nous aurait conceptualisé de façon insuffisante grand bien nous fasse, merci a lui dans sa toute
puissance d'y avoir pensé


 


 


 

Miteny 27/04/2013 13:47



Mon corps ou ton corps est un corps quelconque.


Donc s'il ne suffit pas, aucun corps ne suffit puisque tous les corps humains sont faits sur le même modèle.



Sophie 01/03/2013 19:07


Salut Miteny,


j'ai deux questions :


As-tu une petite amie ou es-tu marié ?


Quelle sont tes prédictions pour les années à venir ?

Miteny 03/03/2013 19:28



hors sujet



Humblement 26/02/2013 14:56


merci de me laisser expliquer


 


La conscience est une propriété du corps ; cela implique que ma conscience est une propriété d’un seul corps, et que la douleur générée par le fonctionnement de ce corps particulier intègre
seulement ma conscience. 


 


Par conséquent, un autre corps sera lui aussi conscient, mais ce ne sera pas ma conscience. Il s’agit d’une autre personne. Ainsi, la douleur générée par le fonctionnement de cet autre corps
frappé n’intègrera pas ma conscience, mais une autre conscience. 


 


Voilà pourquoi je ne constate pas de douleur lorsqu’un autre corps est frappé. Cette douleur est présente, et elle n’est pas constatable par moi. Au lieu de croire que le corps ne suffit pas à
produire la douleur, on confirme que la conscience est incapable de constater une autre conscience. 


 

Miteny 03/03/2013 19:36



Ramassis de débilités.


Finalement, il vaut mieux me lire, moi je suis rigoureux: donc prière de parler de ce que JE DIS et pas des délires sans queue ni tête qui peuplent ton esprit d'attardé.



privée contre publique 22/02/2013 19:03


On n'a qu'à essayer : on te torture et on voit si ta douleur existe pour moi, OK ?


 


bah non dans cette expérience tu n'as pas accès à la douleur .


cette expérience ne peux pas prouver si fondamentalement tu pourrais y avoir accès .


"c'est délirant" n'est pas un argument scientifique .


le caractère privée des qualia n'est qu'un présupposé philosophique non prouvé .


c'est très étrange que tu ne veuilles pas admettre que l'expérience  on te torture et on voit si ta douleur existe pour moi, ne prouve pas le présupposé philosophique non
prouvé : les qualia sont fondamentalement privées .


si je présuppose les qualia ne sont pas fondamentalement privées le résultat de l'expérience sera le même ( pas accès à la douleur avec cette expérience ), tout le monde comprend qu'il est
impossible d'avoir accès à la douleur de cette manière , cette expérience ne prouve rien elle n'est que la tautologie du présupposé non prouvé .

Miteny 03/03/2013 19:30



Fuite. Aucun rapport avec le sujet.



Humblement 22/02/2013 10:22


Deux corps frappés, l’un des corps est le mien ; dans un cas j’ai mal dans l’autre cas je n’ai pas mal. Pourtant les deux expériences sont matériellement équivalentes, mais je constate quand même
des effets différents. 


Tu en conclus que s’il n’y a pas de différence matérielles entre les expériences, il y une différence non matérielle, cette différence étant le lien métaphysique. Ce lien existerait pour mon
corps dans ma réalité, mais pas pour les autres corps toujours dans ma réalité. 


C’est mieux ? (c’est la même chose que ce qu’avais résumé)


Est-ce que maintenant j’ai le droit de proposer une autre explication ? 

Miteny 22/02/2013 13:41



oui



privée contre publique 22/02/2013 10:21


le caractère fondamentalement privée n'est pas prouvé , c'est un présupposé ( et c'est pas le fait de ne pas avoir mal quand je torture
mon voisin qui le prouve ) .


Ramachandran and Hirstein : They proposed that the phenomenal nature of qualia could be communicated (as in "oh that is what
salt tastes like") if brains could be appropriately connected with a "cable of neurons."

Miteny 22/02/2013 13:40



Délirant.


On n'a qu'à essayer : on te torture et on voit si ta douleur existe pour moi, OK ?



Humblement 22/02/2013 09:33


Ce dont il faut trouver l’explication, c’est le fait que je n’ai pas mal à un autre corps que le mien. 


Ton explication, c’est que mon corps, dans ma réalité, a un lien métaphysique, ce qui n’est pas le cas des autres corps dans ma réalité. 


Est-ce que j’ai le droit de proposer une autre explication ? 

Miteny 22/02/2013 09:58



Non, ce n'est pas en ces termes que le problème a été posé. Donc prière d'avoir un minimum de rigueur, merci.



psy 21/02/2013 19:56


>


 


c'est normal tu es fou !


tu dis toi même que tu entends des voix !


et que tu es diagnostiqué schizophrène par ton psychiatre .  


en fait tu es comme miteny un malade mentale . 


la folie c'est moche .

Miteny 21/02/2013 20:04



Insultes gratuites.  Si tu répondais aux questions sur l'insuffisance du corps, tu serais obligé d'admettre que j'ai raison car tu sais très bien que la douleur est privée.



détecteur d'illuminé 21/02/2013 18:00


Miteny 21/02/2013 20:03



Insultes gratuites, grognements ridicules.



détecteur de fou 21/02/2013 17:52


Miteny 21/02/2013 20:03



Insultes gratuites.


Savoir si un truc suffit ou pas à produire un phénomène est scientifique.



D... 21/02/2013 16:07


Bonjour


Un bon article que j'ai apprécié. 


Il est vrai que le lien métaphysique, comme le dit miteny est différent pour chaque personne, son intensité varie en fonction des personnes, je suis d'accord avec tout ça.


Quant a moi, je pense etre doté d'un lien métaphysique énorme, très intense.


J'appelle cela la force métaphysique ou force spirituelle.


Mon corps est habité par un esprit puissant.


Mon aura est tellement forte que je pourrai presque la toucher.


D...


 

détecteur de malade mentale 21/02/2013 02:13





 


andouille !


en passant c'est pas le fait d'observer le mot grogner qui me fera grogner , crétin !


t'es incapable de comprendre que la douleur est une activité biologique avec un contenu abstrait , observer ce contenu abstrait ne fait pas mal ! çà fait rien ! tu peux toujours essayer
d'observer ce contenu tu n'auras jamais mal il faut faire l'activité biologique avec pour avoir mal ! et comme tu ne peux pas faire l'activité biologique d'un autre corps il t'est impossible
d'avoir mal à un autre corps ! andouille ! LE CONTENU ABSTRAIT DE LA DOULEUR NE FAIT PAS MAL !!!!!!!!!!!!!!!!!!!


ta "demo" c'est de la merde !

Miteny 21/02/2013 10:24



"une activité biologique avec un contenu abstrait"





Non mais franchement... et cet abruti voudrait me donner des leçons. Vraiment pitoyable.


 


Pour la nième fois, on le sait abruti que je ne peux pas avoir mal au corps d'un autre : mais ça c'est pas l'explication, c'est le résultat auquel il faut trouver une explication.


 


T'as jamais été bon en maths ,non ?



détecteur de fou 20/02/2013 20:21





 


çà s'appelle la
folie !

Miteny 20/02/2013 23:04



Pourquoi tu ne te contente pas de grogner ?


Vu que tu n'as jamais un seul argument et que tu ne fais qu'insulter, savoir écrire ne te sert à rien : grogne, ça correspondra plus à  ce que tu es vraiment... un animal.



ras le bol des cons 20/02/2013 19:46


Justicier'', qui a depuis longtemps été viré manu militari de ce
blog.


 


 


 


 


 


 


 


 


 


n'importe quoi comme d'hab !


 


 


 est une expression latine signifiant « avec des moyens militaires ». Elle est utilisée dans le langage
légal pour indiquer que l'on a recours à la force publique.





 




 









Manu militari


 


définition : En employant
la force armée.










 


 


 


la métaphysique c'est caca !


Le problème de la métaphysique est qu'elle croit pouvoir expliquer les comportements humains par des pseudo-concepts dont le sens se perd dans les nuées
inaccessibles de la transcendance; elle substitue la foi à la raison en prétendant faire avancer la réflexion par le recours au mystère, à l'incompréhensible, comme la seule réponse définitive
(mais indéfinie) possible aux questions difficiles que soulèvent les contradictions de l'existence humaine. Ce faisant elle fait le lit de l'attitude qui, en fin de compte, consiste à se fier
sans conditions à ceux qui, parmi les maîtres à penser, proclament détenir la clé des prétendus mystères de la vie. Elle nourrit tous les dogmatismes qui soumettent la pensée à une loi divine,
incompréhensible et donc indiscutable (sacrée)et à ceux qui l'administrent au nom de leur prétendue mission divine .    


http://sylvainreboul.free.fr/met.htm

Miteny 20/02/2013 22:58



T'es vraiment qu'un abruti.


 Le texte en violet n'est qu'une calomnie gratuite. Vous ne savez faire qu'une chose : insulter.


Vous êtes des animaux. Pourquoi parler si vous n'apportez jamais aucun argument ?


Un grognement suffirait.



ras le bol des cons 20/02/2013 19:17


dixit hassan :


et quand la lumière est éteinte tu la connais pas , crétin !


pour connaître la douleur il faut quelle soit "allumée " dans ton cerveau , andouille !


( et un système de feedback  ( rétroaction ) avec ton corps empêche fondamentalement toute observation par un autre corps , il faut une rétroaction avec ton corps pour avoir
mal ! jamais tu auras de rétroaction avec un autre corps ! c'est ton corps qui l'empêche ! , il est impossible d'avoir mal à un autre corps ; au lieu de lire les conneries de miteny va
lire les travaux scientifique de Ramachandran c'est limpide )


ps : fondamentalement quelque soit la nature de la douleur ton corps t'empêche de ressentir la douleur de l'autre ! si l'information n'a rien à voir avec ton corps il se passe rien !


 

Miteny 20/02/2013 23:03


On le sait bien abruti : si l'information n'a rien à voir avec mon corps, il ne se passe rien !! On le sait, débile mentale !! C'est pas un argument sur le sujet de la discussion. Ce con sera toute
sa vie d'une connerie monumentale.... Pathétique.


hassan 20/02/2013 17:51


eh ! mais moi je suis d'accord avec toi ! 


après, si tu n'aimes pas les réponses longues, je suis désolé, j'essaierais de faire court la prochaine fois. 


Pour moi c'est clair la douleur est réelle, après  ce que me disent les personnes ayant peu de lien métaphysique sur cette question (on torture x, x a mal, la douleur ressentie par x
est-elle réelle ?) dans mon troisième paragraphe. (la douleur ce ne serait pas quelque chose qui existe concrètement en tant que tel dans la réalité objective, mais plutôt ma façon de percevoir
que mon corps subit un dommage.. etc. etc. ). 


et on est d'accord que c'est débile, puisque c'est comme si je disais que les couleurs..., etc. (voir mon commentaire n°3) 


 


je ne suis pas un contradicteur, j'étais pas en train de dire que tu as tort, au contraire............

Miteny 20/02/2013 22:54



La réponse est : la douleur n'est ''réelle'' que pour une personne. Les autres n'y ont pas accès. Pour les autre, c'est l'absence de douleur qui est ''réelle''.



Hassan 20/02/2013 14:44


Salut Miteny


Au début quand j’ai lu ta réponse, j’ai pas compris tout de suite (genre : « je vois pas le rapport »). Et puis j’ai relu tout mon commentaire, et j’ai vu que tu faisais sans doute référence au
tout dernier paragraphe. 


 


Ce qu’on me dit tout le temps, en gros, c’est que la douleur ce serait une représentation mentale aussi. « Avoir mal » est ma façon de me représenter que mon corps subit un dommage. Ce serait un
signal de l’organisme, soit-disant. C’est sûr qu’un petit enfant, mettant sa main sur une flamme, s’il se contentait de voir sa main brûler, il ne la retirerait pas, et l’évolution aurait donné
ce sens de la douleur pour permettre aux créatures d’échapper aux agressions (la capacité d’avoir mal serait un avantage évolutif).


 


La douleur ce ne serait pas quelque chose qui existe en tant que tel concrètement dans la réalité objective, c’est ma façon de percevoir que mon corps subit un désagrément (endommagé par un coup
de marteau ou de scie, torture quelconque, etc.) Tu te rends compte, comment peuvent-ils penser ça ? C’est comme si on disait que « rouge », « jaune », « vert », « bleu », ça n’existe pas en tant
que tel, c’est seulement notre façon particulière de percevoir certaines fréquences des ondes lumineuses ! C’est débile. Et le pire, quand je leur dis « mais c’est débile ! », c’est qu’ils osent
me répondre : « en quoi c’est débile ? » 


 


Bref, gna gna gna, chacun d’entre nous ne réfléchis pas sur le monde mais sur notre perception du monde… Nous ne connaissons pas la réalité, nous ne connaissons que l’interprétation de la réalité
par nos sens… Franchement j’en ai marre de ce discours ! Je le vois bien le monde, je vois comment il est, c’est pas une illusion ! La douleur quand j’ai mal je la connais comme je connais la
lumière quand elle est allumée ! mais non, pour eux je connais la douleur quand mon corps est frappé comme je connais la lumière quand elle atteint les yeux de mon corps… et pourquoi ce corps-là
et pas un autre, s’il vous plait ? soit disant « parce que ce corps-là, c’est toi. »


On n’en sort pas ! 

Miteny 20/02/2013 16:55



Hors sujet. Je répète la question : On torture X : il a mal


La douleur ressentie par X est-elle réelle ?



hassan 20/02/2013 09:44


Oui, bien sûr les constats de chacun sont différents. Il me semble que pour les gens qui ne comprennent pas l’insuffisance du corps, ça n’implique pas pour autant qu’il y ait plusieurs réalités.
Selon eux je crois (mais il faudrait leur poser directement la question), il n’y a qu’une seule réalité, et un individu donné ne peut pas constater tout ce qui se trouve dans cette réalité. 


Quand on les écoute, c’est comme si la différence de constat n’était pas due à une différence entre les réalités (puisqu’il n’y en aurait qu’une seule), mais une différence de « situation » (ou
de position, je ne sais pas comment l’exprimer) entre les personnes. Par exemple (on me l’a cité récemment) : si je suis en France je vois la campagne française / si je suis au Tchad je vois la
campagne tchadienne : c’est une seule réalité, dont je constate des aspects différents selon ma position. 


Enfin, ça c’est assez évident dans leur façon « non liée métaphysiquement » de penser. 


Là où ça devient plus intéressant (pour comprendre comment fonctionnent les « non connectés »), c’est quand ils évoquent la douleur. Parmi ces différences de situation où peut être une personne,
il y a être un corps / être un autre corps. 


En fait, c’est même la principale cause de constats différents : il n’y aurait qu’une seule réalité, et dans cette réalité, selon qu’on est une personne ou une autre (un corps ou un autre, chacun
forcément dans une situation différente), on constate des choses différentes. 


Selon eux, il n’y a pas plusieurs réalités, mais plusieurs constats différents de la même réalité. Ils essaient de faire croire (et sûrement beaucoup le croient vraiment), qu’il y aurait une
réalité objective (première illusion), et que ce que nous nous appelons « plusieurs réalités », en fait ce serait seulement les perceptions (unique pour chacun) de la réalité. Bref, ce qui est en
vérité la réalité de chacun, ce serait selon eux seulement la « représentation mentale » (c’est comme ça qu’ils l’appellent) de la réalité unique. 


 


C’est bizarre, non ? Je ne vois pas comment les faire sortir de cette logique-là, parce que la différence inexplicable biologiquement entre douleur/pas douleur, ça ne leur pose pas de problème :
« logique que je constate des choses différentes, dans un cas je suis le corps frappé, dans l’autre je ne suis ce corps frappé. Je n’ai pas la même position dans les deux expériences !!! » Voilà
ce que j’entends à longueur de journée chaque fois que j’essaie d’expliquer l’insuffisance du corps. 


 


Franchement, c’est pénible de les entendre dire que chaque « film interactif de notre existence » personnel à chacun, ce n’est pas la réalité, mais seulement une représentation de la réalité, une
construction mentale que chaque individu se fait de la réalité ! 

Miteny 20/02/2013 13:19



Pourtant c'est pas dur à comprendre. On torture X : il a mal


La douleur ressentie par X est-elle réelle ?



hassan 19/02/2013 15:36


Bonjour Miteny


 


Encore un article très intéressant.


Juste une petite remarque : il y a un principe que tu n'évoques ici qu'à demi-mot, mais qui reste essentiel pour la compréhension : les réalités multiples (une réalité pour chacun).

Je me demande si c'est pas ça qui pose le plus de problème aux gens pour comprendre l'insuffisance du corps (intellectuellement du moins). Je suis sûr que si tu posais la question à Justicier ou
à n'importe lequel des insulteurs ici, ils te dirait qu'il n'y a qu'une seule réalité.


Après, ce qui peut être intéressant, c'est de savoir pourquoi, selon eux, on ne pourrait pas constater tout ce qui se trouve dans la réalité (comme les qualias des autres corps... )


 


Sinon, concernant les remarques haineuses ou moqueuses des internautes, je crois qu'il y a de façon sous-jacente une sorte de frustration de ne pas être aussi connecté à Dieu que d'autres... Un
peu comme dans la fable de La Fontaine "Le renard et les raisins"...

Miteny 19/02/2013 23:26



Les constats sont personnels et donc différents.


Je ne sais pas comment être encore plus trivial : les gens ne constatent pas la même chose (toi mal, moi pas mal), le ciel est bleu et l'eau ça mouille.



détecteur de malade mentale 18/02/2013 01:47


malade mentale !


va prendre tes médicaments !