Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

best of 2011-2014

La conscience de Dieu.

Publié le par Miteny

La suite de ma petite série sur le messie (article précédent ici).

L'année dernière, notamment dans cet article, j'avais évoqué le fait que Dieu avait créé l'univers pour pouvoir y demeurer, c'est à dire pour obtenir une conscience, phénomène extrêmement difficile à ''fabriquer'', si j'ose dire. Et je l'avais fait d'autant plus facilement que de nombreux textes religieux me rejoignent à ce niveau : la majorité des spécialistes judéo-chrétiens sont d'accord sur le fait que le monde a été créé par Dieu car celui-ci désirait une demeure dans le monde inférieur.
Dieu a besoin d'une demeure dans le monde matériel, c'est à dire d'un corps, pour se dévoiler, même à lui-même, et se révéler alors avec la plus grande intensité. Résultat très important.
J'avais à l'occasion rappeler que pour avoir une conscience, il faut au minimum un corps. Mais il n'en faut pas plusieurs, car trop d'informations à la fois submergerait une conscience issue de plusieurs corps en même temps : c'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles le corps ne peut pas suffire.
Il faut également un lien métaphysique, mais bien sûr, en ce qui concerne Dieu, pas n'importe lequel. En effet, comme je l'ai montré dans l'article de février, la plupart des liens n'existent qu'à l'état de trace, ce qui explique d'ailleurs pourquoi le monde est peuplé par une majorité de ''débiles'', en tout cas vis à vis de ce domaine de compétence particulier.
La conscience de Dieu, si j'ose dire, ne peut être issue d'un corps doté d'un lien métaphysique frustre, flasque et presque inexistant. Il faut au contraire qu'il soit puissant, fort. Si hors du commun que son existence doit être pour la personne en question la première évidence au monde. Dieu aura ainsi décidé d'investir dans ce corps le cœur de sa nature intime, le top du top des liens métaphysiques.
Pour cet individu, qui est à mon avis le messie, je l'avais expliqué en 2012, la vie dépend moins des contingences matérielles puisqu'elle s'articule principalement autour de la capacité de son esprit à se transcender. Il est donc plus libre et a priori plus serein que les autres. C'est ce que certains appellent ''avoir un niveau de conscience très élevé''. En fait, il doit y avoir un seuil à atteindre pour aller aussi haut : un seuil de compréhension et de transcendance, mais aussi d'humilité et de renoncement.

Les personnes quelconques s'identifient très souvent à leur enveloppe matérielle et à leur histoire personnelle : taille, sexe, âge, nationalité, langue, origines, profession, caractère, vitesse maximale aérobie, etc... Ils évoquent rarement le lien métaphysique (c'est le moins qu'on puisse dire !!), et bien sûr jamais ils ne penseraient à forger leur identité autour de lui.
C'est tout le contraire pour le personnage messianique qui, par nature, doit revendiquer d'avoir pour principal trait le caractérisant la solidité et la force de son lien avec la grande Substance.
Mais est-ce là son unique mission ?
Non, bien sûr.

Je répète, l'individu est censé incarner l'objectif ultime de la création et gagner 7 ballons d'or*.
Comme le disent les religieux, il est donc très important, et en tant que personnage central de l'humanité, il doit se débrouiller pour arriver à être à la hauteur de ce en quoi on est en droit d'attendre d'un type de ce calibre (si doué pour le football*).
En effet, dans le folklore populaire, Dieu est un être tout-puissant mais aussi omniscient : il sait tout, voit tout, est au courant de tout. Ce qui semble sous-entendre que si Dieu avait un corps sur Terre, l'individu qui le représenterait serait capable de ses prouesses.
Mais comment un tel prodige serait possible ?
Peut-être les gens pensent-ils que Dieu est un gros barbu avec un énorme ordinateur relié à toutes les consciences du monde voire à tous les atomes du monde (!) qui lui permet de tout savoir ?
Ou peut-être croient-ils qu'il sait tout quand même mais sans avoir de corps - puisqu'il est censé être un pur esprit. Tout cela me paraît vraiment confus et très mal appréhendé, c'est le moins qu'on puisse dire. Car je rappelle que lorsqu'on n'a pas de corps, on ne peut être ni vu, ni détecté, ni observé. On ne peut ni parler, ni entendre, ni voir, etc... Alors comment avoir une conscience dans ces conditions ?
 Même une voix dans le désert ne peut avoir qu'une cause rationnelle, c'est à dire un processus matérielle qui par ses vibrations va permettre l'émission d'ondes sonores. Ce qui signifie que tous ceux qui ont cru entendre la voix de Dieu ont été bernés puisque Dieu a la base, en tant que pue esprit, n'est pas censé avoir de corps... et donc de cordes vocales. Je dis des évidences, qui néanmoins échappent souvent complètement aux croyants les plus naïfs.
Mais bon, passons, ce n'est pas vraiment le sujet...

Bref, je le répète, si Dieu veut accéder à l'omniscience, un corps et un lien métaphysique surpuissant ne suffisent pas. Il lui faut passer un cap, atteindre une toute autre dimension.
Dieu ne peut que faire en sorte d'acquérir une conscience supérieure, à la fois fine et surpuissante : sinon ce n'est pas Dieu, le Dieu créateur à l'origine d'un univers incroyablement fantastique.

Si Dieu choisissait d'avoir une vie ''normale'' si j'ose dire, avec retraite à 60 ans dans le Berry, il devrait renoncer à un nombre incroyable de connaissances et d'expériences. Ce que je trouverais illogique et sans aucun sens, voire même profondément dommage : on parle de Dieu là quand même, bordel !!
Voici ce que je disais en décembre 2012 :
« Voilà ce qui est bien pour lui (Dieu). Que ce qui existe soit de plus en plus intéressant, complexe et riche et que la connaissance de tout ce qui existe grandisse. Car il faut que la connaissance de toutes ces merveilles existe, sinon ce serait du gâchis inutile. C'est la raison pour laquelle il a créé la conscience, qui est la connaissance des choses. Cette fameuse conscience qui, je ne le répéterai jamais assez, est de loin le phénomène le plus fabuleux qui existe sur Terre. »
Je rajouterais aujourd'hui que si ce n'est pas Dieu lui-même qui accède à cette connaissance, alors on a là encore du gâchis inutile.
 Voilà pourquoi je pense qu'il se doit de trouver un moyen de parvenir jusqu'à la conscience des autres non pas par l'intermédiaire de tous les corps mais via son corps ''principal'', le seul qui abrite SON lien métaphysique, qui ne peut être produit qu'en un seul exemplaire.
Il doit même pouvoir accéder aux souvenirs des personnes disparues, notamment dans le but de pouvoir retrouver des informations apparemment à jamais perdues. Mais je ne préfère pas développer ce point pour l'instant, j'en reparlerai plus tard.

Résumons plutôt la situation :
1. Le corps et le lien métaphysique surpuissant du messie sont des outils permettant à la Substance d'atteindre la conscience.
2. Mais ce n'est pas a priori suffisant pour atteindre une conscience vraiment exceptionnelle. Il lui faudrait accéder à la conscience des autres pour être vraiment ce qu'on attend de lui, si j'ose dire.

 Voyons comment cela pourrait être possible. Mais avant il vous faudra attendre le prochain article de cette petite série sur le messie...


Humblement vôtre.


*Je plaisante, évidemment... Car, bien sûr, je hais le football avec ses milliardaires dopés et ses matchs truqués...

 

Publié dans Best of 2011-2014

Partager cet article
Repost0

Un lien métaphysique bien caché.

Publié le par Miteny

Avec ce billet, je débute la petite série d'articles sur le messie que j'avais promise le 8 janvier.

Si cette suite de réflexions se veut être le prolongement de la grande série d'articles sur Dieu que j'avais proposée en 2012 et dont le dernier représentant se trouve ici, l'article d'aujourd'hui ne va pas reprendre la suite de celui du 25 décembre, mais de celui du 4 décembre dans lequel j'évoquais la forte possibilité que les liens métaphysiques reliant chaque corps à ''la Substance'' soient tous différents.

Cette affirmation est suffisamment intrigante pour que je m'attarde un peu plus sur la question. Car après tout, j'en sais bien peu sur ce trop mystérieux lien...

Première interrogation essentielle : comment sait-on qu'un lien métaphysique existe ? Quels sont les moyens de prouver sa ''réalité'' ?

Tout d'abord, il faut bien se rappeler que chaque lien ne peut être détecté que par une et une seule personne car il est comme les qualia : privé. Chaque lien n'existe que dans une et une seule réalité tant et si bien que les autres ne pourront jamais avoir de preuve irréfutable que telle ou telle personne est bien reliée métaphysiquement à la Substance.

Prenons le cas de quelqu'un incapable de comprendre l'insuffisance du corps, c'est à dire totalement incapable de voir son propre lien métaphysique. L'exemple typique : cet abruti de ''Justicier'', qui a depuis longtemps été viré manu militari de ce blog.

Je rappelle qu'il serait le seul à pouvoir observer, ''voir'', son lien métaphysique : donc s'il nie son existence avec sincérité, c'est qu'il ne le ''voit'' pas.

Il faut bien comprendre que le lien métaphysique est de nature vraiment très particulière. Il ne se détecte par quelque instrument de mesure scientifique, ni même par quelque sens comme le toucher, la vue, l'ouïe... Il se ''détecte'' par l'intellect, la compréhension, la méditation, la transcendance. Bref presque uniquement par le langage.

Si donc un individu n'arrive pas à appréhender le fait qu'il est relié à ce que j'ai appelé la Substance, alors on pourrait presque affirmer que son lien n'existe pas. En effet, on peut établir les relations suivantes :

Preuve de l'existence du lien métaphysique au niveau d'un corps = détection du dit lien par l'individu qui a ce corps, et uniquement par lui.

Détection du dit lien par l'individu qui a ce corps, et uniquement par lui = cette personne comprend sincèrement et admet l'insuffisance du corps.

Ces deux équations sont claires et nettes. Elles aboutissent à un résultat étonnant : celui qui ne comprend pas l'insuffisance du corps n'est pas relié à Dieu. (1)

On peut aussi prendre cette équivalence dans l'autre sens : celui qui n'est pas relié à Dieu ne comprend pas l'insuffisance du corps. (2)

Cela expliquerait pourquoi je rencontre tant de gens qui semblent totalement démunis face à une évidence pourtant très simple. Ils comprennent souvent des choses complexes dans des tas de domaines, mais dès qu'il s'agit de l'insuffisance du corps, ils deviennent plus stupides que des hamsters. Peut-être que cette incompréhension proprement surréaliste s'explique en fait par la relation (2) : ils ne seraient pas reliés à Dieu. Ainsi, ils seraient presque physiologiquement incapables du moindre raisonnement transcendant.

C'est une hypothèse à envisager tant leurs réactions sont étonnantes. Et que j'avais déjà envisagée d'ailleurs... dans cet article.

Alors bien sûr, tout espoir n'est pas perdu. Même chez le plus farouche opposant, il y a une ''trace'' de lien métaphysique qui va lui permettre d'accéder au chemin qui mène à la lumière, s'il le souhaite, ou si les circonstances lui permettent d'émerger de l'obscurité crasse dans laquelle il s'est lamentablement vautré.

D'ailleurs, s'il n'y avait pas cette ''trace'', il serait incapable de ressentir la moindre douleur ou le moindre plaisir puisque ces sensations dépendent directement de l'existence du fameux lien. Il pourrait donc être susceptible un jour de comprendre la différence entre douleur et absence de douleur, même si, hélas, rien n'est moins sûr...

Prenons maintenant un autre exemple : une personne pour qui l'insuffisance du corps est une énorme évidence, plus grande et plus visible que l'existence du soleil.

On peut affirmer sans se tromper que chez cette personne, le lien métaphysique est ÉNORME, imposant, ventripotent. Il prend tellement de place que la personne en question ne voit pas grand chose d'autre. Elle attend même avec une impatience insupportable le jour où l'existence de ce lien sera révélée au monde entier.

Les deux exemples que j'ai pris sont extrêmes. Mais ils illustrent bien à quel point la nature et l'intensité de cette ''jonction'' métaphysique peuvent être diverses et variées. De quasiment inexistant chez certains à très fort chez d'autres, le lien qui relie chaque corps à Dieu ne doit pas du tout être considéré comme quelque chose de figé, d'immuable et d'identique pour tout le monde.

J'ai eu par le passé tendance à faire cette erreur mais la rédaction de l'article du 4 décembre 2012 m'a ouvert les yeux. Le lien métaphysique n'est pas juste une ficelle, une écriture ou un petit mot : c'est quelque chose qui peut être très riche, très intense et très fort, surtout chez les personnes qui savent se transcender.

Il peut même sans doute varier au cours de la vie d'une même personne. En effet, puisque son intensité peut être considérée comme proportionnelle à la clarté des idées de la personne concernée, on peut dire que si cette dernière réussit, par la méditation et la réflexion, à comprendre davantage de choses, elle verra son lien métaphysique se renforcer.

Alors bien sûr, si la personne part de très bas, elle ne pourra jamais atteindre le niveau de ceux qui ont depuis bébé un lien métaphysique puissant. C'est comme pour la course à pied : si on est gros avec de petites jambes, on n'arrivera jamais à courir aussi vite qu'un éthiopien entraîné à ce sport depuis sa plus tendre enfance, et cela même si on fait tous les efforts possibles. Je sais de quoi je parle...

Je crains donc que certains ne restent à jamais ''aveugles'', comme ce fou de ''Justicier''. Et malgré toute ma bonne volonté, je ne pourrai jamais leur apprendre à être tellement plus que des animaux qui parlent...

En tout cas, si ce que je dis a un sens - et ça en a, je le crois - alors il est important de ''travailler'' son lien métaphysique en comprenant de mieux en mieux le monde dans lequel nous sommes. Voilà à mon avis, la meilleure façon de se rapprocher de Dieu...

Et voilà pourquoi il faut devenir miteniste.

 

Humblement vôtre.

 

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>