Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Non et non, le corps ne suffit pas, 3000 Euros.

Publié le par Miteny

Le message le plus important de ce blog est évidemment l'insuffisance du corps, la fameuse insuffisance du corps à engendrer de la conscience de soi et tout ce qui va avec, à savoir bien sûr les célèbres qualia. Comme chacun sait, pour démontrer ce que j'avance j'ai pris l'exemple de la sensation douloureuse.
 

La vérification expérimentale est très simple et comprend au minimum deux étapes :
Mon corps frappé ou torturé à l'aide d'une flamme (par exemple).
Un autre corps en bonne santé frappé ou torturé à l'aide d'une flamme (par exemple).
 

Biologiquement, matériellement, ces deux expériences sont totalement équivalentes, jumelles, similaires : évidence A. Cette vérité est inattaquable, même si bien sûr certains ont très maladroitement tenter de la remettre en question. Ceux là ont battu des records de ridicule : en effet, quoi de plus matériellement similaire à un corps humain qu'un autre corps humain ?
On ne peut raisonnablement pas penser gagner 3000 Euros en essayant de prouver que cette affirmation triviale est fausse.


Maintenant voici une autre vérité tout autant impossible à nier : dans un cas je vais avoir très mal et dans l'autre pas du tout. Autrement dit, les résultats des deux expériences vont être très différents pour moi : évidence B. Il s'agit bien sûr de la fameuse différence douleur/pas douleur.
Là encore, on ne peut raisonnablement pas penser gagner 3000 Euros en essayant de prouver que cette affirmation EXTRAORDINAIREMENT triviale est fausse.


Résumons la situation : je constate des effets très différents alors que les deux expériences sont matériellement strictement équivalentes. C'est l'évidence A plus l'évidence B. Je constate une différence inexplicable matériellement car inexplicable par une différence matérielle. Les données matérielles de l'expérience ne suffisent pas à expliquer la différence constatée. Il en faut d'autres...
CQFD oserais-je dire.

 

 

Malgré l'extrême simplicité du raisonnement, la plupart du temps, les réponses qui me sont faites sont hors sujet. Une majorité d'internautes ne sait pas suivre un raisonnement et va proposer des commentaires qui ne reprennent même pas l'énoncé de la démonstration... Pathétique. Exemple typique : après avoir lu ma petite prose enfantine, certains vont me rétorquer que « c'est normal que tu n'aies pas mal quand un autre se cogne car vos corps ne sont pas connectés ».
Quel rapport avec l'énoncé ?? En quoi dire ''c'est normal'' est un argument ?
Où ai-je dit que je devrais avoir mal quand l'autre se cogne ?
Ces gens sont simplement hallucinants de bêtise. Comment voulez vous discuter avec de tels abrutis incapables d'aligner correctement deux bonnes idées ?
Les pauvres savent à peine lire et ne sauront jamais répondre à une question : il est tentant de croire que ce sont plus des animaux que des être humains. Bien sûr, il y a aussi parmi les visiteurs de mon blog une bonne dose de fanatiques et de psychotiques. Ceux qui passent par ici sont à l'image de la société, il ne saurait en être autrement. Pourtant, j'ai répondu de nombreuses fois à toutes leurs soi-disantes objections. Un petit inventaire non exhaustif :


Dites moi où je me trompe.
L'article principal, où se trouve l'essentiel des discussions. Il est assez clair et il y a en plus de belles animations.


Mes réponses à vos questions.
Où j'explique que j'ai répondu à toutes les questions possibles et imaginables vu le nombre effarant d'articles que j'ai consacré à la question.


Critique d'une objection débile.
Je me suis ici fatigué à répondre à une objection dont on voit pourtant dès le départ qu'elle est hors sujet. Je suis vraiment bonne poire.


Messie contrôle... et marque !!
Un article où je répète pour la énième que je constate une exception inexplicable biologiquement. Je l'ai même dit en chanson !!


Une démonstration validée par wikipédia.
Une démonstration évidente... Même pour wikipedia.


Un phénomène surnaturel en direct.
L'incompréhension de mes contemporains : un phénomène inexplicable pour moi.
 

Il y a beaucoup d'articles sur dieuexiste.com qui reprennent la même idée pour essayer de la défendre envers et contre tout. J'aurai donc fait tout mon possible, vraiment : je regrette simplement d'avoir trop laissé voir ma rancœur quelques fois, même si l'on peut comprendre qu'il y a vraiment de quoi être énervé quand on se rend compte qu'on ne peut absolument pas communiquer sur des points d'une grande simplicité avec des individus pourtant censés être de la même espèce, de la même génération, de la même culture. C'est d'une infinie tristesse...
Quelque soit le ras le bol que l'on ressent, il faut savoir que les insultes sont rarement utiles : ce n'est parce que tu gueules sur ton chien que celui-ci va mieux comprendre ce que tu lui veux. Et comme les internautes sont des animaux, c'est un peu le problème que je rencontre. J'aurais beau crier, un con reste un con.
D'autant que je suis loin d'être exempt de tout reproche : je démontre l'insuffisance du corps, certes, mais je ne suis pas capable d'expliquer clairement ce qui se cache derrière cette évidence. En fait, si le fabuleux mystère de la conscience me fascine toujours, c'est bien parce que je ne l'ai pas résolu. L'insuffisance du corps est juste une première étape, qui permet simplement de montrer qu'il y a bien un mystère, une énigme fascinante : même si la plupart de ces crétins d'internautes sont dans l'incapacité d'accéder à cette évidence, il n'en reste pas moins qu'elle n'est qu'une entrée en matière...
Le vrai défi, c'est, je le répète, le mystère de la conscience : quel est donc ce lien métaphysique, qui, subtilement mélangé à la matière cérébrale, permet à la conscience d'émerger ? Par quel miracle cette fabuleuse conscience de soi réussit-elle donc à exister ??
J'ai beau me creuser la tête, je n'ai pas d'explication claire et définitive à vous fournir pour l'instant : je n'ai que quelques déductions simples, qui certes mènent à l'inévitable existence d'une entité que l'on appelle Dieu, Allah, Jehovah, Hashem, Toutatis, Manitou etc.. selon sa culture, mais qui ne résolvent pas l'énigme qui a inspiré ce blog. En tout cas pas de manière simple.
Sans doute parce qu'il est fort probable qu'il y ait plusieurs types de conscience très différents et que l'on ne puisse pas comparer les consciences comme on compare les livres de beurre.  J'espère qu'au moins vous entrevoyez la complexité du problème...

Bien à vous, malgré tout.

Partager cet article
Repost0

Une résurrection qui laisse perplexe.

Publié le par Miteny

Déjà l'avant-dernier article de ma petite série sur l'énigme que constitue la figure du personnage messianique. Aujourd'hui, le sujet est ardu, puisque je compte parler de la résurrection, rien de moins que ça !!
Les trois grandes religions monothéistes attendent la résurrection des morts à la fin des temps, c'est bien connu et beaucoup d'entre vous trouvent cela complètement stupide, je le sais. Mais avant de conclure définitivement que ce rêve plusieurs fois millénaire est débile, délirant ou totalement puéril, ne faut-il pas au moins se demander ce qu'est vraiment une résurrection ?
À mon avis, la question mérite d'être étudiée, surtout quand on sait qu'un lien métaphysique existe...
Tout d'abord, on peut se demander s'il est nécessaire que l'ancien corps du mort soit de nouveau fonctionnel pour que sa résurrection soit considérée comme réussie. Beaucoup de religieux le pensent. Pourtant, cela semble bien absurde. En effet, au cours de la vie, le corps d'une personne change : il grandit, grossit, maigrit, perd ses cheveux, retrouve des cheveux, bronze, blanchit, re-bronze, re-blanchit. Sans parler de la chirurgie esthétique... Bref, on comprend facilement que l'aspect extérieur ne devrait pas compter plus que ça pour une résurrection. Il ne devrait pas être un critère de jugement de la réussite de l'opération. Mais alors quels sont les bons critères ? Autrement dit qu'est ce qui fait l'identité d'un individu et que l'on doit récupérer pour le considérer comme revenu d'entre les morts ? Ses souvenirs, indéniablement. Les liens affectifs qu'il a tissé, les connaissances qu'il a pu acquérir, c'est ce qui fait ''qu'il est lui''.
Prenons un exemple : imaginons que l'on souhaite ressusciter René Descartes.
À mon avis, pour réussir, il faudrait avoir accès à une base de données contenant les souvenirs de ce qu'il a vécu, de ce qu'il savait faire, bref de ce qui était enregistré dans son cerveau à l'époque où celui-ci était à la fois bien rempli et encore en relatif bon état de fonctionnement, puis de charger tout ce contenu dans un cerveau actuellement bien vivant et en bonne santé.
Ce processus aurait pour résultat une sorte de ''résurrection-réincarnation'' de l'ancien René Descartes dans notre monde actuel.
En effet, comprenez bien que le jeune homme qui aura été la ''victime'', si j'ose dire, de cette opération, se réveillera avec tout le vécu de Descartes en mémoire. C'est à dire avec des souvenirs de Paris en 1627, de Stockholm des années 1640, de la reine Christine, etc... Des souvenirs si précis, si intimes, qu'il aura l'impression que ce sont les siens. Il aura l'impression d'être René Descartes fraîchement débarqué au vingt-et-unième siècle tout comme les autres auront l'impression de parler à un authentique René Descartes tant ses dires auront l'air d'être authentiques.
Normal puisqu'il aura des souvenirs très précis à raconter !!
Mais ce n'est pas tout. En effet, n'ai-je pas à de nombreuses reprises expliqué que la nature du lien métaphysique était un composant essentiel de la personnalité ?
Il y a le corps, les souvenirs, les connaissances - ce qu'on pourrait appeler la mémoire, le disque dur - mais aussi le lien métaphysique. Il faut tout ça pour faire quelqu'un : comme je l'ai déjà écrit, il y a des relations étroites entre une partie de la nature de la personnalité d'une personne et la qualité de son lien métaphysique.

Ainsi donc, s'il était possible de réunir un corps, un bon lien métaphysique et les souvenirs adéquats, on pourrait envisager de ressusciter les morts !
Cela nous permettrait de faire d'incroyables voyages dans le passé : songez à la quantité de données stockées dans les cerveaux des disparus. Il y a des images, des sons, des odeurs... Y avoir accès, c'est pratiquement se plonger la tête la première dans l'environnement de ces personnes. Tout simplement formidable. De telles possibilités auraient d'importantes conséquences pour la notion de disparition dans notre civilisation : on ne serait plus aussi crispé sur notre petite vie absurde. On ne chercherait plus par tous les moyens à la prolonger d'un an, d'un mois, d'une heure. On pourrait alors acquérir de la distance, du recul sur le contenu de notre propre existence. On serait ainsi plus cool, plus enclin à penser aux autres. Le monde changerait radicalement. Comme le prétendent certains mouvements religieux, celui-ci deviendrait alors vraiment complètement nouveau.
Alors bien sûr, la question qui tue est évidemment la suivante : un tel chargement est-il possible ? Un tel transfert de données est-il envisageable ?
Rappelez vous de ce que j'ai dit sur le messie dans l'un des précédents articles de cette petite série : cet individu deviendrait le gestionnaire d'un hypothétique centre serveur métaphysique, pouvant créer et supprimer des liens métaphysiques, pouvant accéder à la subjectivité des autres.
Or il est tout à fait plausible que les subjectivités des disparus soient sauvegardées au niveau de ce centre serveur : il n'y a en effet aucun principe logique qui empêche des données du passé d'être accessibles plus tard. On peut de nos jours accéder à des données du passé stockés dans le sous-sol par exemple. De la même façon, aucun paradoxe n'interdirait d'accéder à des contenus de subjectivités situés à un point passé de l'espace-temps.

Ce qui est vraiment totalement absurde, c'est d'imaginer que l'on puisse physiquement voyager dans le passé de sorte à pouvoir y changer le cours des événements. La relativité restreinte nous apprend que le voyage dans le futur est possible, certes, je pense que vous le savez tous*, mais pas le voyage dans le passé.... Tout ce que l'on peut espérer, c'est pouvoir accéder aux informations du passé, à condition qu'elles soient stockées depuis leur ''enregistrement'' sur un quelconque support.
Le problème est que, normalement, le support des subjectivités, c'est le corps. Mais ceux dont on parle étant désintégrés depuis longtemps, il faut envisager soit un support métaphysique, ce qui ne me semble pas très raisonnable, soit un écoulement différent du temps au niveau du centre serveur qui permettrait un accès aux informations du passé depuis aujourd'hui. Dans ce dernier cas, l'éventualité d'un transfert d'informations du futur vers le passé ne serait alors plus si inenvisageable que ça... Tout du moins dans certaines conditions très précises de sorte à éviter tout paradoxe temporel : ce serait ainsi que les prophètes comme Daniel ou Jésus auraient été inspirés.
En tout cas, voilà pourquoi j'imagine très bien que Dieu, dans sa grande sagesse, ait prévu un système de sauvegarde des subjectivités des disparus au niveau du centre serveur métaphysique pour notamment permettre au gestionnaire de ce supposé ''centre'' de les connecter à celles de personnes encore bien vivantes.
Puisqu'aucun PARADOXE ne l'interdit, pourquoi pas ne pas l'envisager ?
« À chaque fois qu'un homme meurt, c'est une bibliothèque qui brûle » a dit le grand sage peul Amadou Hampate Ba. Autoriser toutes ces bibliothèques à brûler sans une petite possibilité de sauvegarde de derrière les fagots me paraîtrait pour le moins dommage.
Si cette sauvegarde des subjectivités disparues est réelle, alors le gestionnaire du centre serveur pourra autoriser le transfert des données de ces subjectivités vers des corps bien vivants, tout en renforçant le lien métaphysique du corps ''rempli'' de nouvelles données. Ce qui reviendrait, d'après ce qu'on a dit en début d'article, à procéder à une résurrection !!
Une telle opération aurait le même effet que de se brancher une clé USB sur le cortex. Personne ne sait encore quel effet ça fait, mais beaucoup de scientifiques nous promettent que bientôt, nous pourrons nous injecter directement des connaissances ou des souvenirs artificiels : c'est en tout cas ce que certains ont déjà réussies à faire sur des souris...
Selon moi, ça donne l'impression de progressivement retrouver la mémoire au fur et à mesure du chargement des données. Et c'est sans aucun doute l'impression que nous aurions si le messie gestionnaire nous téléchargeait des données de disparus. Ce serait génial ! À condition bien sûr que le disparu en question fût quelqu'un de bien, cela va sans dire....
Nous sommes tous coincés dans notre petit écran (voir ici pour comprendre à quel écran je fais référence) sans possibilité d'accéder à d'autres données subjectives que celles stockées dans un et un seul cerveau. Cela a des avantages, mais aussi un terrible inconvénient : nous faire croire que rien d'autre que notre unique corps peut nous permettre d'avoir une conscience... Comme si celui était ''magique''.
Tant que cet isolement perdurera, tous les humains resteront tristement cloisonnés. Mais dès que les transferts d'informations via le lien métaphysique sera possible, alors le monde sera vraiment différent. Il devra même faire face à une révolution si extraordinaire qu'on pourrait la comparer aux plus grandes prophéties bibliques.
Mais si (messie !!), rappelez vous... Dans la Bible, à la fin des temps, les morts sont réveillés pour être jugés par l'Agneau, qui symbolise le messie, l'incarnation de Dieu sur Terre. Ensuite, ceux qui sont déclarés dignes d'être sauvés sont ressuscités et vivent heureux dans un monde nouveau. Or n'est ce pas ce qui se passerait si le gestionnaire du centre serveur accédait aux subjectivités des disparus ?
Il pourrait évaluer leur contenu et aussi sans doute l'état du lien métaphysique à la mort de la personne. Il pourrait décider de ne pas ''télécharger'' les souvenirs, le ''disque dur'', des gens mauvais pour se concentrer sur ceux qui le méritent. De toute façon, il est fort probable qu'un tel téléchargement soit impossible si le lien qui relie la source à la destination est de mauvaise qualité...
En tout cas, aussi incroyable que cela paraisse, le messie gestionnaire du centre serveur métaphysique pourrait décider de ressusciter telle personne ou de condamner définitivement telle autre. Un pouvoir vraiment extraordinaire.
Si ce que je raconte là n'est pas absurde, alors on peut avoir une petite idée de ce qu'il se passe après la mort. Si on a été jugé digne d'être ressuscité par ''l’Élu'' ou son équipe, alors on se réveille à l'époque messianique dans un corps nouveau qu'on ne connaît pas, frais et dispo. Sympa non ?
Sinon, on est oublié à jamais... Je rappelle que le but de Dieu est la sophistication des liens métaphysiques en général et du sien en particulier : inutile donc de s'encombrer de boulets, uniquement motivés par la bêtise et le mal. C'est l'occasion ou jamais de citer une nouvelle fois un de mes versets préférés (Apocalypse 11.18) : « Les nations se sont irritées et ta colère est venue, et le temps est venu de juger les morts, de récompenser tes serviteurs les prophètes, les saints et ceux qui craignent ton nom, les petits et les grands, et de détruire ceux qui détruisent la terre. »
Vous commencez à comprendre les conséquences du très éventuel avènement messianique qui pourrait a priori se produire entre 2005 et 2050 puisque toutes les conditions sont réunies ?
Bien sûr, je spécule, je science-fictionne... Évidemment. Mais sait-on jamais... Faites gaffe quand même. Fantastiquement vôtre.


* Je vous conseille à ce propos la petite animation sur la relativité restreinte que j'avais faite en 2008.

Partager cet article
Repost0