Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'inspiration divine.

Publié le par Miteny

Dans le précédent article de cette petite série sur Dieu, j'ai montré que Daniel avait très probablement reçu des informations très précises sur l'avenir de l'humanité en général et du monothéisme en particulier.
La pertinence des visions du prophète prouve au moins l'existence d'une communication entre Dieu et Daniel. Cela ne signifie pas forcément que Dieu ait le pouvoir de voir le futur mais plutôt qu'il a révélé ses desseins à un prophète particulièrement apprécié, desseins qui ne peuvent bien sûr que se réaliser.
Mais alors comment a-t-il fait pour procéder à cette divine inspiration ?
Et bien je pense qu'il est fort probable qu'il ait utilisé le lien métaphysique...
Descartes pensait que la glande pinéale était le siège de ce lien entre le corps et Dieu. Mais quelle preuve avons-nous ? Ce n'est, à mon avis, que pure spéculation. Pourquoi ne pourrait-il pas agir sur les diverses parties du cerveau, comme le cervelet, le cortex ou d'autres encore dont je donnerai pas la description ici ? Peut-être peut-il intensifier la valeur de son lien métaphysique au moment de la survenue d'une idée ou d'un rêve ?

En insistant par exemple sur un détail d'un songe, il inciterait l'auteur à s'y arrêter pour lui donner une importance qu'il n'aurait pas eu sans l'intervention divine. Rien qu'en réglant l'intensité de la valeur métaphysique donnée aux informations traitées par le cerveau, il pourrait inspirer à un prophète comme Daniel des visions symboliques sur la fin des temps. Pour en avoir la confirmation, il faudrait procéder à une étude approfondie de la relation cerveau/Dieu, ce qui n'est pour l'instant pas possible.
En tout cas, on peut actuellement légitimement penser que Dieu est capable de telles choses justement à cause des prophéties de Daniel. Ce qui nous révèle des faits importants sur sa nature. En effet, cela implique que Dieu aurait donc une sorte de dessein, d'objectif.
On entend souvent parler du dessein intelligent. Entre parenthèses, je trouverais bien opportun que l'on m'explique ce qu'on entend par intelligent dans cette expression en précisant par exemple ce que pourrait être un dessein pas intelligent, c'est à dire un objectif stupide... Tout cela ne me paraît pas extrêmement rigoureux. Et je répète qu'à mon avis, il faut être tout aussi logique en matière de métaphysique que pour n'importe quelle autre discipline scientifique.
Pour étudier la question sérieusement, le mieux est de repartir de ce que l'on sait déjà sur Dieu. Créateur du monde, tout-puissant, infini, cause de lui-même... Certes.

Mais le plus intéressant c'est de comprendre qu'il a pu créer un langage, c'est à dire un ensemble de lois. Comme Dieu ne peut être que très précis, ce langage s'apparente plus à un langage informatique qu'à un langage humain, j'en ai déjà parlé. Ce qui ne le rend pas moins formidable, au contraire.
Or, pour produire un langage sophistiqué, il faut avoir des caractéristiques particulières. N'importe quelle créature ne peut pas produire de langage. Un Dieu dont la seule caractéristique serait d'être créateur ne ferait a priori que créer des particules et des particules dans tous les sens sans aucune logique. Ce serait un sacré bordel mais certainement pas un monde capable d'abriter la vie...
Nous savons que Dieu est cause de lui-même, c'est à dire cause des concepts qui le caractérisent. Bref, il peut décider de la complexité de son organisation. Il peut décider d'être le plus élaboré possible. Et c'est d'ailleurs ce qu'il fait puisqu'il en a le pouvoir. Autrement dit, le fait d'être cause de soi impliquerait qu'on ait le pouvoir de créer un langage, ce langage complexe étant ce qu'on décide d'être simplement parce qu'on en a la possibilité !
Voilà pourquoi on peut dire que Dieu a une capacité de conceptualisation. C'est même une caractéristique essentielle de sa nature divine, qui découle directement de sa toute puissance à être cause de lui-même. Il peut organiser les concepts, c'est à dire créer un langage, que l'on se doit, bien sûr, d'appeler « la parole de Dieu ».
Cette parole divine n'est pas vraiment composé de mots, je le répète. Elle est faite uniquement de concepts précis et vrais, donc mathématiques. La parole de Dieu ne s'apparente pas à un discours religieux, bien évidemment. Ce n'est pas le discours d'un gourou haranguant les foules pour avoir plus d'adeptes. Au contraire, cette parole ressemble davantage à un langage informatique, en tout cas dans un premier temps. Et étant donnée la situation, c'est parfaitement normal et logique.
Je rappelle tout de même que la parole humaine est elle aussi composée de concepts. Mais elle est beaucoup moins parfaite que la parole de Dieu puisqu'en général, les concepts ne sont pas définis, les phrases imprécises et la syntaxe bancale. Si bancale qu'on n'arrive même pas à se comprendre ne serait-ce que sur la différence douleur/pas douleur !!
Le langage mathématique, c'est à dire un langage qui fait un vrai effort de précision, se rapproche davantage de la nature réelle de la parole de Dieu.

Résumons un peu les choses :
1. Dieu, alias la Substance, est cause de lui-même => Il décide de la complexité de sa nature.
2. Qui dit complexité dit organisation => On peut donc affirmer que Dieu possède obligatoirement la capacité de créer un langage de plus en plus précis et complexe, que l'on peut appelé la parole de Dieu, qui peut être considéré comme « son fils ».
Bref on peut affirmer qu'être cause de soi, c'est aussi avoir la capacité d'engendrer un langage d'une complexité toujours croissante et non limitée. Ce langage, cette parole de Dieu EST l'univers pris absolument, lequel n'est effectivement qu'une organisation sophistiquée de concepts.

Alors certains pourraient rétorquer qu'a priori, on peut être cause de soi tout en n'ayant pas particulièrement envie d'être quelque chose. Mais en fait c'est idiot : non seulement Dieu est cause de lui-même mais il a envie - si j'ose dire - d'être le ''maximum'' possible si j'ose dire. C'est dans sa nature. Et si l'on y réfléchit, c'est parfaitement logique.
Autant dire que Dieu souhaite que le monde soit le plus élaboré, le plus riche et le plus incroyable possible. Il explore toutes les possibilités pour arriver à ce qui est en fait son dessein, lequel est, bien sûr, intelligent.
Voilà ce qui est bien pour lui. Que ce qui existe soit de plus en plus intéressant, complexe et riche et que la connaissance de tout ce qui existe grandisse. Car il faut que la connaissance de toutes ces merveilles existe, sinon ce serait du gâchis inutile. C'est la raison pour laquelle il a créé la conscience, qui est la connaissance des choses. Cette fameuse conscience qui, je ne le répéterai jamais assez, est de loin le phénomène le plus fabuleux qui existe sur Terre.
Sans cette connaissance, toute cette création resterait inconnue, par définition, bien évidemment, dirait Lapalisse. Et ce serait triste, vide de sens.
On peut même affirmer que Dieu a besoin de créer la conscience pour se révéler à lui-même. Sans la création de la connaissance, il ne pourrait pas se connaître.
Car oui, je le crois, il ne se connaît pas lui-même a priori, c'est à dire avant la création. Cela paraîtra à certains étonnant voire blasphématoire d'affirmer une telle chose, mais c'est à mon avis parfaitement logique. Sa capacité de création n'est pas connue de lui avant la création de la connaissance : elle est inconsciente en quelque sorte.
La connaissance étant une révélation, il faut qu'elle vienne a posteriori, en tant que résultat de la création.
Et cette conscience, bien sûr, c'est l'être humain.

Car pour fabriquer de la conscience, il faut un substrat matériel, ce que les religieux appellent ''une demeure sur Terre'', ainsi qu'une intervention métaphysique. Il faut les deux. L'intervention métaphysique, ce n'est pas forcément le plus compliqué - quoique cela reste à voir. Par contre pour fabriquer un substrat matériel digne de ce nom, c'est à dire de un à plusieurs corps, il a d'abord fallu créer tout un univers.
Ainsi, on comprend mieux ce que les ecclésiastiques nous rabâchent : le but de la vie, c'est bien la connaissance de Dieu et de sa parole. On est là pour ça, on a été fabriqué pour ça. Voilà notre bonheur. Je parle d'une connaissance réelle, concrète et parfaite et pas seulement théorique, bien entendu. D'ailleurs, c'est bien la raison pour laquelle on cherche tous à vivre le plus d'expériences enrichissantes possibles. Les expériences de bonheur, c'est de la connaissance concrète, donc de la vraie bonne connaissance.
Là, il faudrait que je développe pour que vous compreniez, mais l'article est déjà trop long...
De plus, on on pourrait intégrer maintenant plus facilement le fait que Dieu ne sachant pas à l'avance ce que va être le monde, il est obligé de laisser le mal exister, pour que le bien émerge de sa confrontation avec lui. De toute façon, il n'y aurait pas de révélation, pas de prise de conscience et donc de réalisation, si la vérité était imposée. La connaissance a de la valeur s'il faut un travail pour la produire ou l'acquérir.
Cela n'empêche pas le Tout-Puissant d'utiliser l'inspiration des prophètes pour aider à la réalisation de son objectif, même si celui-ci n'est pas conscient, en tout cas au sens où nous l'entendons. Si Dieu n'aidait pas ce qui sert ses objectifs, c'est à dire s'il n'aidait pas à la création de l'univers, à l'apparition de la vie et à son évolution, le monde n'existerait même pas.
L'inspiration divine des êtres réceptifs existe en tant qu'action créatrice de Dieu. Il s'agit d'un outil comme un autre, pas plus extraordinaire que l'action sur les molécules organiques pour faire apparaître la vie ou le lien métaphysique. L'objectif étant la révélation, c'est à dire l'enrichissement de la connaissance vraie des choses, ce qui est en fait le bonheur.

Il faudrait que j'étaye bien davantage mon propos mais l'article est décidément trop long...


Bien cordialement.

Partager cet article

Repost 0

Un autre Jonas.

Publié le par Miteny

Voilà une chanson que j'aime bien et que je connais même par cœur. Je la chanterai sur dailymotion le jour où il y aura plus de 1000 abonnés à ma newsletter...
Elle a été interprétée par Louis Armstrong. Voici les paroles :

Jonah was a man who got a word from the Lord
Go and preach the Gospel to the sinful land
But he got on a ship and he tried to get away
And he ran into a storm in the middle of the sea
Now the Lord, He made the waves just roll so high
The ship begin to sink and they all begin to cry
So they pulled old Jonah out of the hole
And they jumped him in the water just to lighten up the load
Now the Lord made a whale, long and wide
Lord, Lord waddnat a fish (refrain)

And he swallowed up Jonah, hair and hide (refrain)
Now Jonah started to pray in the belly of the whale (refrain)
He repented of his sins like a man in jail (refrain)

Now Jonah must o’ been a bad man, he must o’ been a sinner, (refrain)
Cos when the whale got him down, he didn’t like his dinner, (refrain)

Well he swum around the ocean, sick as he could be (refrain)
And after three days, whoops! he had to set him free (refrain)

So the whale spit Jonah out onto dry land (refrain)
And went on to preaching like a righteous man (refrain)

Then the people quit their sins when they heard him the town, (refrain)
So when you hear the call, don’t you turn the Gospel down, (refrain)

Comme vous le voyez, cette chanson reprend le livre biblique de Jonas. On y comprend à la fin que lorsque Dieu vous donne une mission, il n'est pas bon d'essayer de se défiler.
En fait, je ressemble un peu à ce Jonas : même s'il est extraordinairement pénible de discuter avec des demeurés incapables de faire la différence douleur/pas douleur et visiblement moins intelligents que de simples volatiles, je dois le faire, au moins pendant un certain temps.
Alors certes je n'oserais pas prétendre que Dieu m'a donné une mission. D'une part je me ferais vite lyncher, d'autre part ce n'est pas exact... En tout cas pas tant qu'on n'a pas défini le sens de l'expression « Dieu donne une mission ». Personnellement, je n'ai qu'une vague idée de ce que ça pourrait vouloir dire.
À la limite, tout ce que je pourrais affirmer, c'est que j'ai un pressentiment, une intuition : celui d'avoir le devoir de défendre l'insuffisance du corps à produire la conscience de soi. Sinon pourquoi serais-je un des rares à voir cette réalité de façon si évidente quand d'autres n'arrivent même pas à la comprendre après des heures d'explication, si ce n'est pour en faire quelque chose ?
Or voilà bien une vérité très importante qui mériterait un sort bien plus enviable. Ai-je vraiment besoin d'expliquer pourquoi la démonstration scientifique de l'existence de Dieu est primordiale pour l'humanité ?
Non, je ne crois pas. Je n'ai donc pas le droit de faire comme Jonas, même si c'est de plus en plus tentant...

Bien à vous.


C'était l'article le plus ''cheap'' de l'année.

 

Publié dans Archives 2012-2014

Partager cet article

Repost 0