Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Trois possibilités.

Publié le par Miteny

Bob a donc « relancé » A11, A12, A13 et A14. Que s’est-il passé ?

Alternative A.  Je me réveille partout. C'est-à-dire que je suis capable de voir en même temps les quatre environnements. C’est impossible puisqu’il n’y a aucun lien entre eux (n’oublions pas que la conscience est supposée ici être d’origine matérielle).

Alternative B. Je suis mort. Impossible puisque, selon ce qui a été dit précédemment, l’exécution de certains processus ou de leurs copies reliés à une certaine mémoire (ou à sa copie) provoque l’existence de ma conscience. Cela reste vrai même si quatre copies ont été faites.

Alternative C. Je me réveille quelque part : en Amazonie, dans l’Arctique, au Sahara ou au Tibet. Je suis donc A11, A12, A13 ou A14. Oui, mais pourquoi l’un et pas l’autre ? On revient à la question du chapitre précédent.

Si par exemple je suis A11, je constate que quelque chose n’a pas marché. En effet, lorsque Bob interrompait le fonctionnement d’un ensemble d’éléments informatiques puis le redémarrait, je me réveillais toujours. C'est-à-dire que l’existence de ma conscience, du fait que je sais que j’existe, était la conséquence logique et obligatoire du fonctionnement de cet ensemble ou de sa copie. Or cette fois-ci, de mon point de vue, cette opération n’a pas fonctionné. En effet A12, par exemple, est une copie de cet ensemble, mais sa mise en route n’implique absolument pas l’émergence de ma conscience puisque, pour mon plus grand malheur, je me retrouve dans un milieu froid et hostile, l’Arctique, alors que j’aurai mille fois préféré me balader au milieu d’une Amazonie virtuelle. L’alternative C est donc elle aussi absurde puisqu’il existe au moins un point de vue (le mien dans cet exemple) pour lequel elle débouche sur une contradiction flagrante. Si elle avait été plausible, il aurait fallu qu’elle le fût pour tout le monde. En effet, pour qu’une théorie scientifique soit considérée comme vraie, il faut qu’elle soit vérifiable par tout le monde. Qu’elle soit fausse pour au moins une personne et elle doit être rejeter.

En fait, l’existence d’un ensemble d’éléments informatiques déterminé est nécessaire mais insuffisant à l’émergence de ma conscience, du moi. Il faut donc (par définition du mot insuffisant) autre chose, qui n’est pas biologique (car dans ce cas là, il aurait été modélisable, puisque c’est l’hypothèse qui a été faite). CQFD.

Publié dans Archives 2006-2009

Partager cet article
Repost0

Soyons rigoureux.

Publié le par Miteny

Tout observateur rationnel et dénué de préjugés qui cherche à comprendre le monde se doit de l’accepter tel qu’il se présente à lui. Supposons que je me mette à la place de cet observateur rationnel. Les phénomènes que je constate peuvent se classer de la façon suivante :

- Il y a d’abord moi. Toute personne a un moi, une conscience personnelle dont il fait directement l’expérience. Je suis une conscience. Je suis certain de ma propre existence. Je sais que si on me donne un bon coup de marteau, j’aurai mal. Je ressentirai ce mal directement. Appelons ce phénomène « moi ».

- Il y a ensuite les autres. Les autres sont des semblables, des personnes comme moi mais dont il est impossible de ressentir directement les affects. Pour que je sache qu’un autre existe, il faut que je sois mis au courant. Si on donne un coup de marteau à un autre, je ne ressens rien. Appelons ce phénomène « conscience autre » que je ne peux raisonnablement pas confondre avec le phénomène « moi ».

- Il y a enfin le monde avec le ciel, les animaux, la terre, les étoiles dont le fonctionnement est relativement bien expliqué par les scientifiques (je simplifie).

Examinons l’affirmation suivante : « L’existence d’un corps (avec le cerveau !) en fonctionnement est nécessaire et suffisant pour expliquer l’émergence de la conscience ». Dans cette phrase, le terme « conscience » recouvre à la fois les phénomènes « moi » et « autre conscience ». Une telle confusion ne paraît guère rigoureuse. Il serait donc plus juste d’écrire : « l’existence d’un corps en fonctionnement est nécessaire et suffisant pour expliquer le phénomène « moi » » et la même chose avec « autre conscience » à la place de « moi ». Ces deux nouvelles assertions sont-elles vraies ? Visiblement pas. En effet, pour contredire la première, il suffit de montrer qu’il existe des corps en fonctionnement qui n’ont aucun rapport avec moi. Par conséquent, si l’existence d’un cerveau en fonctionnement est nécessaire pour que ma conscience soit, elle n’est nullement suffisante. Il faut donc autre chose, qui ne provient pas du monde matériel (car sinon cette chose ferait partie du corps et ne serait donc plus unique) mais obligatoirement du monde spirituel, c'est-à-dire de Dieu.

Publié dans Archives 2006-2009

Partager cet article
Repost0