Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

III. Les objectifs de la science.

Publié le par Miteny

Que l’Univers puisse abriter la vie, être fécond, ne va pas de soi. Voir II.

Or c’est un des buts de la science : expliquer ce qui a autorisé l’Univers à être fécond (c'est-à-dire pour quelle raison l’espèce humaine a pu exister). Oui ou non ? Si vous répondez non, vous considérez que notre existence est inexplicable, qu’elle est donc en quelque sorte « magique ». Or une explication scientifique (hasard et nécessité) appelle généralement une autre scientifique. Sa réponse est limitée à un domaine particulier.

Par exemple, on peut expliquer l’apparition de l’homme par l’évolution. La réussite de l’évolution s’explique par le caractère unique de la Terre. Le caractère unique de la Terre s’explique par la formation du système solaire et ainsi de suite en passant par la formation des galaxies, le big-bang… Après le big-bang, cela devient plus délicat. Néanmoins les hypothèses existent : multivers de niveau 1, 2, 3 et 4… A ma connaissance, le multivers de niveau 4 est l’hypothèse qui va le plus loin. Mais ça ne change rien. Même cette explication appelle nécessairement une autre explication puisqu’on ne SAIT PAS ce qui a permis au multivers de niveau 4 d’exister. Un multivers de niveau 5 ? On ne fait que déplacer le problème. Si quelqu’un nie ce que j’affirme ici, qu’il me trouve un contre-exemple. Qu’il me trouve une théorie scientifique qui ne soulève aucune nouvelle interrogation. Qu’il me trouve une description de l’Univers dont on puisse dire qu’elle ne demande aucun éclaircissement quant à son existence.

Publié dans Archives 2006-2009

Partager cet article

Repost0

Le désarroi de l'existence.

Publié le par Personne.

J’existe, c’est une certitude. Si je n’étais pas certain de ma propre existence, de quoi pourrais-je être certain ! Je pense donc que tout le monde sera d’accord : de mon point de vue, mon existence a quelque chose d’inévitable, d’incontournable.

Mais alors, pourquoi ne suis-je pas quelqu’un d’autre ? Cela peut paraître simple et stupide, et pourtant… Lorsque je vois une autre personne, en tout point semblable à moi-même, je me demande bien pourquoi je ne vis pas sa vie.

J’éprouve quelques difficultés à comprendre pourquoi je (en tant que conscience de moi) suis dans cette peau là. Comme tous les êtres humains, je suis capable d’une certaine transcendance. Celle-ci me permet de me considérer avec une certaine objectivité, de me comparer aux autres, de constater que je ne suis qu’un parmi des milliards, de comprendre ma finitude, bref en quelque sorte, de « sortir » de moi. Je suis capable de comprendre que j’aurais très bien pu être quelqu’un d’autre, n’importe qui.

Cette conscience de moi, ce regard que j’essaie de porter sur mes banales particularités se demande : qu’ai-je à voir avec ce corps là ? Je pourrais très bien ressentir les émotions et les douleurs de celui-là ou de celle-là. La matière est censée être un simple mécanisme qui ne fait aucune différence entre ses atomes, ses ondes, ses transferts d’énergie : un proton reste un proton qu’il soit ici ou ailleurs, dans ma tête ou dans celle de ce pauvre enfant qui meurt de faim à la télé et dont la souffrance n’est pas moins intense que celle que je pourrais ressentir dans sa situation. Les êtres humains sont tous faits sur le même modèle.

Partager cet article

Repost0