Dialogue de sourds.

Publié le par Miteny

Dialogue entre Miteny et un athée.

Miteny. « Je cherche à savoir ce qui produit la douleur par exemple. Je me rends bien compte qu’un corps en fonctionnement est nécessaire mais absolument pas suffisant. En effet, pour chacun d’entre nous, la douleur n’est produite que par un seul corps : le sien. »

L’athée. « Evidemment. Non mais franchement, tu crois que ce que tu dis est révolutionnaire ? Laisses-moi rire. »

Miteny. « Et bien donc j’en déduis que concrètement, l’existence d’un système nerveux très complexe ne suffit PAS. Et ça, c’est vrai pour tout le monde ». 

L’athée. « Ouais. Et alors ? »

Miteny. « Tu as dit oui. Incroyable ! Il faut donc autre chose, autre chose mais quoi ? Je te pose la question ».

L’athée. « Rien de particulier. Pour chaque personne, la douleur est produite par SON corps. C’est tout ».

Miteny. « S’il ne faut rien de plus, c’est que ça suffit. Si ça ne suffit pas, il faut quelque chose en plus. Je répète : quelque chose en plus. »

L’athée. « Mais je te le dis. Son corps. C’est tout. On ne va pas passer une heure là-dessus. Son corps. Tu commences à me gonfler ».

Miteny. « Mais ce corps n’était pas censé être le sien avant. Je me place d’un point de vue totalement objectif. Je ne suppose l’existence de personne et j’étudie les phénomènes avec rigueur. Je constate que la douleur (et la connaissance des choses en général) n’est produite que par un seul corps. Je me demande donc. Qu’est ce que ce corps a de particulier ? Rien.

J’en déduis donc qu’il faut autre chose qu’un corps en fonctionnement pour que cette connaissance apparaisse. Autre chose mais quoi. Personne ne peut donc me répondre. »

L’athée. « Evidemment, c’est facile. Tu poses le problème de la façon qui t’arrange. Une arnaque classique. »

Miteny. « Mais… Je pose juste une question. Très simple en plus ! Puisque tu es beaucoup plus intelligent que moi, tu dois pouvoir y répondre facilement ».

A SUIVRE…

Publié dans Archives 2006-2009

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

buzz l'éclair 29/04/2008 03:29

ah mais je me régale de découvrir qu'il y a deux ans déjà, tout cela était écrit miteny...
tu n'apprends pas vite, lol!

sed 15/07/2006 13:03

Epilogue : Pour le plaisir, un extra, -nouveau- -encore plus- démonstratif. (Ben oui, faut bien vendre). Notre "bloagueur" répète inlassablement : "hors sujet". 1) Le but de l'énigme est de démontrer l'existence de dieu. Question fondamentale, existentielle. OUI ou NON? 2) Les questions existentielles, relèvent de chacun d'entre nous, individuellement. Une opinion personnelle sur la résolution d'une telle question, quelle qu'elle soit, sous quelque forme qu'elle se présente, comme en démocratie, ne peut en aucun cas être considérée comme étant "hors sujet" par un tiers. OUI ou NON? 3) Toute affirmation, jouant entre énigme et quête fondamentale, visant à juger l'opinion  d'autrui sur une telle question existentielle doit être placée, de facto, "hors sujet". OUI ou NON? POINT. Le "bloagueur" a fait la preuve de son "incompétence", de ses multiples "illogismes", de son "irrationnalité".  Je ne flatte pas ici la bonne foi des croyants, mais la mauvaise foi du "bloagueur", ce sophisme permanent qu'il fallait mettre en évidence, ce sophisme là, est méritoire. "Enigme" Paradoxale : a)un appel, un impérieux besoin de savoir dépassant tout au vu des moyens déployés (pas une énigme). b)une démonstration qui ne contenait rien. c)un reflux, parfois une ignorance, de la totalité des propositions. d)un manque apparent absolu de curiosité intellectuelle. Une connaissance certaine, limitée de ce qu'on sait aujourd'hui de la pensée, des informations trés poussées sur le sujet sont accessibles. Etrangement, pour un passionné, cela n'apparait aucunement dans les éléments de l'énigme. e)un manque apparent absolu de méthodologie (dans le cadre d'une quête passionnée, rationnelle la somme des acquis aurait dû figurer en préalable, à l'énigme, afin que les commentateurs aient une base du -su-, et pour qu'ils ne se répètent pas, inutilement, inlassablement ...) f)une énigme contenant la réponse, c'est sympathique ...                             Bref, quelque chose de pas net du tout, dès le départ, dans les mots du "bloagueur". Une véritable duplicité, à défaut d'une dualité, un sophisme mis en lumière. Réfléchir par soi même, c'est emprunter des chemins variés, parfois imprévus dans le but de répondre à un problème défini. Il s'agit d'être efficace, de s'adapter, d'inventer, bref d'être "intelligent", et de résoudre par la reflexion, un problème, de quelque manière que ce soit. C'est aussi, évidemment, avant tout, s'appuyer de manière critique et constructive sur certains travaux, des connaissances, de gens respectables, pour délimiter, rejeter, accepter des thèses afin de construire une opinion personnelle, mais en ayant pour soi, l'intelligence de la recherche, de la reflexion quant à soi et de l'agencement de la réponse, notamment. C'est cela la noblesse de la pensée individuelle, dans un cadre collectif : de faire honneur à tous ce que l'humanité à déjà compris de la Vie grâce aux savoirs, souvent durement acquis, savoir partager les ressources, afin de triompher des systèmes fermés, sclérosés, condamnés. Face à un mur, c'est savoir contourner, assimiler, déborder, encercler, et triompher, en pétant parfois les briques de l'obscurantisme, du sophisme, de l'irrationnalité, unes à unes ou .... simplement démontrer que le problème est trés mal formulé, et que c'est trés intentionnel. Or, ces propos peuvent être retournés, contre l'attitude des commentateurs.... qui se préteraient donc ici à la rengaine qu'ils dénoncent, répétant sans avoir l'intelligence de lire auparavant, sans capitaliser le savoir des autres, répétant sans chercher à comprendre le "bloagueur", inlassablement, les mêmes évidences, condamnant sans ambage. Le but du commentateur, le but du bloagueur, n'est pas là. On peut choisir ce pretexte, "l'énigme", afin de partager, d'enrichir les connaissances de chacun, de donner matière à la pensée, et de stimuler l'envie de savoir, de comprendre, d'accéder à certaines connaissances des choses, toujours avec un regard critique, non pas seulement contre l'autre, mais contre soi. Mes commentaires visaient d'abord, comme annoncé à résoudre le "bloagueur" au travers d'une énigme sans suspense. Montrer de manière simple que la conclusion du problème est fausse, et que la démarche n'a non seulement aucun support fondé, pour acheminer la conclusion, mais qu'elle ne contient rien, n'est pas difficile. Comprendre le but d'autrui au travers de ses lignes, l'est plus. La provocation est un moyen équitable. Faire parler, en savoir plus sur la seule inconnue de l'énigme : le "bloagueur". Rendre à tout un chacun son droit à l'avis insidieusement confisqué, par le positionnement usurpé du "bloagueur". Arguments contre arguments, cela demande d'écrire tout de même. Démontrer que les phrases de "son" "énigme", n'étaient pas efficaces, pleines de détours aussi pédants que poussiéreux et parfaitement inutiles, pour la réduire à une seule conception du "bloagueur" que l'on peut résumer ainsi : "Les mécanismes de la pensée ne sont pas complètement déterminés. Cela démontre une transcendance divine". Il fallait simplement d'un côté établir d'autres règles de  démonstrations beaucoup plus simples, compréhensibles, et efficaces, et d'un autre côté démontrer -tout- ce qu'il fallait pour inverser les rôles : Si quelqu'un affirme ainsi avoir démontré l'existence de dieu. "Prouves le!", serait une bonne réponse. Et s'il affiche à nouveau sa démonstration. Il faudrait simplement dire : "Prouves le!". Et s'il dit, "la réponse est dans l'énigme, réfléchis". "Prouves le!", serait suffisant. Et s'il dit, "c'est enfantin". "Prouves le!", est justifié. La découverte des mécanismes de la pensée avance à trés grands pas, si le "bloagueur" se croit en avance de phase, ou à l'heure sur le sujet, il est à la rue avec judebox et son flipper en guise d'actualité. Contrarier le "bloagueur" en tant que maître des lieux. Contrarier sa reflexion pour créer des vérités, générer des sens. Faire honneur à la Vie. Mais, bien entendu, ces résultats obtenus, on s'aperçoit que n'est pas satisfaisant. On aboutit à une impasse. Alors, pourquoi suis je encore, ici? (chacun des commentateurs devrait se poser la même question). Et pour ma part, pourquoi avoir tant écrit? Aussi étrange que cela paraisse derrière mes "moqueries", provocations trés consciencieuses, j'ai "appris" (ou ré appris) plusieurs choses devant cette énigme : Cette notion de perception de la douleur en tant que connaissance de l'existence des choses, est une prise de conscience ...d'un manque. Cette transcendantalité n'existe pas, mais il devient quasiment indispensable de eh oui! ... l'inventer! Nos collocataires de planètes, souffrent intensément de nos irresponsabilités, de nos égoïsmes, de nos consciences limitées à nos individualités, incapable de se projeter. Toutes les espèces de cette Terre subissent de manière trés grave, nos débilités. L'Homme a enclenché la 6 ième extinction d'espèces de tous les temps : 30% des espèces déjà disparues en quelques décennies et autant dans les 30-40 prochaines années. De toutes parts remontent des signaux d'alarmes -apolitiques- extrèmenent graves, qui ne trompent pas. La mer devient aujourd'hui plus acide à cause du CO2, ça n'a l'air de rien? Rechercher donc (exemple parmi tant d'autres) sur google : "K/T Calcium extinctions de masses", vous comprendrez.... Il serait sans doute bon qu'une certaine transcendance de la douleur du Monde, entre dans nos pensées quotidiennes, qu'elle fasse intégralement partie de nous, parce que cela fera mal, trés mal, demain, à notre humaine condition. Savoir la somme des valeurs des sophistications biologiques d'organismes vivants que de pompeux connards en 4*4 connectés via oreillette au Monde, se prenant au sérieux, derrières leurs petites richesses, déciment à chaque petit coup d'accélérateur, est une hérésie de la valeur des choses. Bref, il serait bon que "Gaïa" existe, pour un temps du moins. Un mal necessaire. Une solution au problème que l'humain-gamin débile, pose à la planète. Une telle idée a le mérite d'être formulée. L'exemple de la pollution étant le plus fédérateur, puisqu'il touche tout le monde. Le second interêt de l'énigme : celui d'un système quasi fermé qui reçoit de l'information sans avoir à faire quoi que ce soit ... et contraint à faire penser l'autre, sans chercher à capitaliser l'information ou à le retenir de partir (pourquoi restent ils...). C'est un concept interessant, qui trés probablement a atteint son but. Il faut séduire toutes les vérités. Mais une fois conquises, qu'elles nous restent acquises, cessent de nous interesser et soient quittées. Etre fidèle à une vérité, c'est l'aimer trop pour en découvrir d'autres. "La sagesse est une femme, elle n'aimera jamais qu'un guerrier". J'ai apprécié d'avoir pu apporter quelques reflexions sur ce blog. On apprend de ses erreurs si on sait les regarder en face. Ses méthodes promettront au "Bloagueur" un apprentissage rapide, et c'est tout à son honneur. Aux autres d'y puiser pour eux même quelques éléments d'auto critique. L'imagination vaut toutes les divinations du Monde. "Dans des terres déchiquetées, et oubliées, un seigneur des gardiens enseveli sous la pression des eaux, a été éveillé. Sous ses feux-titres, à nulles semblables, dévastatrices, couvent des Lois sans noms des Voies des Vies"

sed 11/07/2006 19:41

Merci de ton intervention Eric, bien que je considère les termes "opacité" , ou "désordre est apparent" de mes propos difficiles à déglutir quand c'était justement le but d'une si longue démarche : cerner, délimiter, prouver, ordonner, et clairement, enfin .. il me semblait! Je concluerai tout ceci probablement demain. Quant à l'aspect triomphant, il était necessaire : captation d'un état d'esprit trés particulier du "bloagueur", et qui a réellement permis de le défaire.

Eric 11/07/2006 15:37

Etrange débat! Je suis partagé. Notre bloageur comme se plait a appeler l'autre se plante. L'évidence n'est pas dans ce qu'il démontre mais dans la fausseté de son raisonnement. Et c'est ce que dénonce l'autre d'une frappe dont l'opacité rieuse et triomphante me jette dans le trouble. Comment réagir? Le désordre est apparent. Remettre les choses a leur place ou l'accentuer? Mais au fond qu'est-ce que l'ordre? Hum... il est dur de ne pas être philosophe... pas de définitions bien lechées muées et remuées et solides a souhait. Bien répondons avec simplicité puisque c'est ce que le coeur nous commande nous nous pencherons sur la question plus tard!
Cher bloageur (souffrez que je garde ce terme qui fait blagueur, pas très sérieux mais sympa), votre raisonnement est loin d'être débile. En fait hormis les savants philosophes et les sages et les érudits peu de gens (statistique domestique) s'interessent vraiment a ce type de questions, parmi eux encore nombreux sont ceux qui ne comprennent pas ce type de raisonnement (celui qui se veut méthodique et carré). Mais le problème c'est que sans revenir à nos précieuses éminences philosophes l'argument présenté est juste l'argument populacier du croyant de base déguisé d'une thèse scientifique. Je ne fais que répéter ce qu'a caché l'autre dans son rire, vous ne pouvez pas nous dire: "et bien puisqu'il n'y a aucune explication de l'existence de la conscience de soi, alors Dieu existe!". Je me demande alors (pour revenir aux définitions) ce que vous appelez Dieu. Vous deviez ouvrir votre esprit, et je ne doute pas que ca va venir si vous ne vous embrigadez pas dans une doctrine, a d'autres thèses que les banales et communes: "le corps ou l'ame?".
Bonne réflexion a chacun et a+

sed 10/07/2006 09:49

Epilogue à venir.
Le Sorcier, Choup, sont ils encore en ces murs. Pourriez vous vous signaler, s'il vous plaît?

sed 08/07/2006 20:43

Il est évident que ces personnalités ne sont pas d'accord entres elles.oui, c'est uniquement -l'un- des buts de la démonstration .... Et le "bloagueur" avoue donc son résultat. "Einstein croit en dieu". Oui, il croyait en dieu... Mais il n'a pas -sanspretention- ... tenté de démontrer son existence... il faut dire qu'il était intelligent, lui ...L'autre but, était de définir le positionnement du "bloagueur", par rapport à un ensemble de personnes toutes plus compétentes et intelligentes que lui, savoir ce qu'elles en pensaient. ...Circonscrire son mysticisme. Trés simple.
L'auteur, sous la pression rationnaliste, vient de cracher au bassinet : dévoilant un ancien blog. Nous avons bien avancé, le travail a porté ses fruits. Menacé sur son terrain, le "bloagueur, se justifie, veut prouver son niveau, sa culture, sa volonté, et dit "j'ai même fait des calculs". Sans déconner? Des calculs en relation avec l'énigme? Probablement pas... Alors pourquoi les aligner, pourquoi parler de son goût de la science ... sinon, pour tenter d'en imposer, de mystifier, de parâitre, encore...Mais ou est l'avancée? Qu'a tu apporté, qui as tu convaincu par l'EVIDENCE simplissime de ton absurde démonstration. Réfléchir par soi même, c'est le but de mes démonstrations : j'ai apporté toutes références utilespour connaître l'origine de la pensée, de la connaissance des choses, dont... la douleur, et les lecteurs m'en seront témoins s'ils ont suivi, tandis que le "bloagueur", lui, non content de n'avoir strictement rien apporté, n'y a vu en plus que du feu, parce qu'il pas les moyens de comprendre. Il fallait réfléchir au paradoxe de quelqu'un qui ne sait rien, n'apporte rien qu'une absurdité sidérante et qui engage tout ce qu'il a ...  Ectoplasme, petit automate de dieu, sa pensée n'est pas la sienne, et il ose dire "réfléchir par soi même ...". Imbecile. Entité creuse,incapable de s'ouvrir aux sens que les autres ont apporté, et qui sont trés largement supérieurs à lui sur le plan intellectuel, et qui l'ont montré sur son territoire, ce qui le met en rage. En même temps, il fuit, en générant des notes qui disent stritement la même chose que les notes précédentes, au détail près ... que celles ci ne contiennent forcément plus la démonstration de son échec ... donc il faut et il suffit ... de coller les démonstrations dans ses nouvelles notes, sans apporter rien de plus. Traduire un problème en mathématiques requiert de savoir déjà le formuler correctement. Et ce n'est pas dans les compétences de notre collègue.Les réponses sont hors sujet? Bien au contraire, elles ont circonscrit ton incompétence, répondu sur tous les points et trés en détail avec cela. Le jugement du "bloagueur n'a aucun valeur, on s'en fout.En voulant se prêter au difficile exercice de la rationalité, et qu'on ne s'y trompe pas, c'est ce qui a amené notre collègue à ouvrir comme une huitre, la porte d'un autre blog à lui, en tentant, sans y parvenir, de montrer son potentiel logique en calculs, sa passion ... la pensée, est plus complexe qu'une règle de 3 ...-c'est l'Ego qui parle ici, pas la volonté de dieu ...-, notre "collègue" admet implicitement les lois référentielles énoncées dans les deux démonstrations (celles des médecins et des scientifiques, extensibles à volonté). Son Ego tente de mystifier le lecteur en avançant de vagues notions -vagues, comme tout le reste- de capacitations, presque d'accréditations factuelles usurpées... Nous en avons terminé, bien entendu. La ritournelle inlassable semble toujours exister. Mais derrière cette apparence, notre "bloagueur" est défait. A chacune de ses nouvelles notes, nous allons placarder notre méthode démonstrative, pour signifier sa défaite.
 

Miteny 07/07/2006 18:40

C’est vrai que j’ai l’air un peu méprisant et prétentieux. Je le suis peut-être. Mais on s’en fout. Ces sortes de considération sont hors sujet. Il faut ne s’intéresser ici qu’à l’énigme.
Petite précision : ces fameux philosophes et scientifiques ne sont absolument pas d’accord entre eux, il est donc absurde d’y faire référence sans arrêt.

 

Je ne vais pas dire :
1 Einstein est intelligent. 2. Einstein croit en Dieu. 3. Donc Dieu existe.
 


 

Ou encore : 1 Kouchner est intelligent. 2. Kouchner ne croit pas en Dieu. 3. Donc Dieu n’existe pas.
 


 

C’est débile. Il faut essayer de penser par soi-même. Et c’est ce que je fais ici.
Plutôt que d’évoquer des tas de choses qui n’ont rien à voir avec le sujet, réfléchis et réponds à une question toute simple.
Que faut-il pour que le phénomène « douleur » (ou bonheur) apparaisse ?
Je ne vais pas me répéter sans arrêt, mais c’est tellement simple. Personne n’y avait pensé ? (c’est encore à voir). Et alors ???
 

sed 07/07/2006 10:40

Comme je l'avais précisé, il est bon de montrer ce qu'il y a de noble dans la pensée. Des outils. Des sortes de petites fonctions.... pour appréhender notre "bloagueur".
Les lecteurs pourront remplacer, s'ils le souhaitent, dans la PREMIERE DEMONSTRATION et SECONDE DEMONSTRATION les médecins , les scientifiques et leurs cursus et leurs facultés, par d'autres catégories de personnes : les philosophes, penseurs (Heidegger....et la pensée) et autres spécialistes de la conscience, intellectuels, ou chercheurs. Et de répondre aux mêmes question que pour les médecins. Et de comparer avec ce qu'écrit notre "bloagueur" ci dessous :
"Parce que ce qui intéresse les médecins c’est l’existence de la douleur du point de vue du patient et d’un point médical  et ce qui m’intéresse ici c’est l’existence de la douleur d’un point de vue objectif et philosophique".
Reprécisons donc
: 9-méprise les philosophes de métier en s'inventant un don qu'il n'a pas en 9-méprise x catégories de penseurs infiniment plus savants que lui, en s'inventant un don qu'il n'a pas.
Greffier, veuillez noter encore que l'auteur précise : "tu ne m’as dit où était l’erreur".
Erreur? Ah, parce qu'il en reste encore d'autres, malgré toutes celles déjà relevées? C'est possible nous ne saurions être exhaustifs, c'est humain de laisser un petit bout de gras, une petite trouée de sortie, à un vaincu. De plus,  maintenant, l'énigme redevient une simple petite énigme avec une erreur dedans? Mais il aurait fallu pour cela, que le problème soit formulé afin qu'il n'y ait qu'une -seule- erreur, et dieu seul ... sait compter le nombre d'erreurs qu'en tant qu'humains, penseurs autonomes, nous avons pu y relever. Les lecteurs relèvent d'abord les erreurs principales, remarquables .... le "bloagueur"  ne le savait pas? C'est encore une des logiques qui lui manque? Désastreux... Il semble qu'ils soient globalement tous tombés d'accord sur les erreurs principales. Elles sont donc confirmées en tant que telles. Par ailleurs, la formulation, et l'engagement général de l'auteur ne permet -hélas- (il n'a pas d'hélice , hélàs. C'est là qu'est l'os) pas de limiter l'énigme à un simple problème de niveau scolaire, à moins d'avouer un sophisme général ou une totale débâcle, une complète déroute devant les démonstrations.
Pourtant, il convient de donner au "bloagueur" une belle et noble porte de sortie pour l'utilisation et les raisons de son énigme. Et je m'engage à lui sortir la tête de l'eau et à le reconnaître en tant qu'humain.

Julianos 06/07/2006 21:48

j'aime beaucoup ta façon de raisonner en utilisant des concepts n'importe comment ! A noter que la douleu se transmet sous forme  de potetiel d'action conduit dans les nerfs dans les circuits synaptiques (loëlle épinière par exemple)
C'est aberrant une telle façon de raisonner sur aucune connaissance scientifique véritable ! muhaha

sed 06/07/2006 21:27

Tu n'as pas bien lu... ce n'est pas à toi que je m'adresse.... Et chaque lecteur pourra jouer interactivement avec -mes- questions...Petite précision : j'avais bien dit qu'il y avait des variantes entre la pensée sous Descartes et l'approche du "bloagueur" quisurfe sur ce qui lui est apporté pour dériver vers la notion de connaissance des choses (la pensée) ... Pourquoi a t-il manquéde précision? N'est ce pas facile de résumer : "on sait pas comment -fonctionne- la pensée (selon la définition d'un Heidegger par exemple) , donc dieu existe..". C'est par la "mécanique" qu'on avance face aux sophistes, en expliquant une à une les choses qu'on ignore encore à ce jour, et en affirmant : la conscience de la connaissance des choses est en cours de résolution (mais je ne dirai pas comment, le "bloagueur" pourrait s'en servir .. pour affiner sa technique avec les plus "démunis"). Et on n'a pas spécialement besoin de dieu. Cette "hypothèse" (dieu) n'est vitale que pour les automates dont il est ... et les personnes de foi, je veux dire de bonne foi, qui épanouissent mieux leur vie ainsi.
"De plus, mon propos n’a rien à voir avec celui des médecins. Rien. Les médecins s’intéressent au fonctionnement « mécanique » du corps."oh....J'avais pas terminé, sur la douleur (ta note annonçait une suite ...). Comme vous pouvez le constater, ils sont un peu plus avancés que ne pouvait l'imaginer notre "bloagueur" (et malgré sa dérive de repli sur les fondements de la pensée : 
http://www.ethnopsychiatrie.net/actu/douleur.htm
et vraiment, cela n'est rien à côté de ce que font aujourd'hui la neurobiologie (on a même fait "réver" une machine ... non, vous ne révez pas..!).
Par ailleurs, une certain domaine de la médecine s'appelle Psychiatrie ..., et ces  gens, parmi d'autres (neurobiologistes, philosophes etc ..) connaissent la conscience infiniment mieux que notre bloagueur" (sans doute quelqu'un qui n'a pas entendu parler de Freud?) Mes démonstrations sont aussi libres que l'auteur, et ne visent qu'à le -refouler- sur son sujet vers la seule chose à laquelle il n'a n'as pas pu répondre (il s'est pourtant appliqué ailleurs...) dans -ma- démonstration ... (que c'est là que je parle de Newton, une fois): dieu est le fourre tout de ce que certains ne comprennent pas, ou dont ils se servent.
Mes démonstrations visent à recadrer la démonstration, et donc, à définir le mieux possible au travers de l'énigme, son auteur. Ceci dit elles sont aussi un prétexte pour anoblir, élever le débat et échanger au besoin rire et information avec les autres lecteurs.La douleur est la douleur telle que chacun la définit. Si elle est mal définie, c'est que l'auteur appréhende (trop) mal les concepts qu'il aborde. Il n'en a aucune maitrise. "Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement et les mots pour le dire viennent aisément"... Le "bloagueur" a le droit d'écrire et de poser des questions.Et nous d'y répondre, sans qu'il en soit surpris....Et nous pourrions dire en restant dans le jeu : Tu peux tenter de t'occuper pas de sujets et notions qui te dépassent et pourtant débattues depuis longtemps. Mais tu ne pourras pas t'en rendre pasteur, juge ou ... maître.
J'ai d'ailleurs terminé de me fatiguer. Puisqu'il est "cerné". Et, si je ne donne pas d'informations plus élevées, sur la pensée, (c'est pas ce qui manque dans certaines secteurs de recherches avancées), c'est parce qu'il serait sans doute tenté d'affiner sa technique, en les utilisant (Et j'avais déjà précisé) cela.
La pensée sera probablement modélisée dans le siècle qui vient. (un trés grand physicien  a dit cela voici 10 ans).
Mais je ne pars pas ..., je vais juste concaténer tous mes propos. C'est pour aller plus vite, ensuite...

Miteny 06/07/2006 19:42

En fait c’est très simple, mais personne n’y avait pensé. Je vais donc devenir célèbre. Ou alors totalement ridicule… J’ai quand même hâte de savoir…

Miteny 06/07/2006 19:36

SUITE…

 

a) En très grande majorité, les scientifiques se plient à la logique, aux preuves et sont rationnels.  Vrai ou faux?
 


 

Je vais dire Oui.
 


 


 

b) l'hypothèse est commune et date, elle est "une démonstration TRES simple" donc les scientifiques (pensez d'une aubaine, démontrer l'existence de dieu en une phrase ... : corps insuffisant pour expliquer douleur donc autre chose, donc dieu) l'ont connue progressivement, et avec le temps étant donné l'enjeu  cette théorie simplissime, a fait débat, inévitablement, tâche d'huile, inévitablement?
 

Vrai ou faux?
 


 

FAUX. Beaucoup ne veulent pas admettre Dieu même si son existence s’avère évidente.
 


 


 


 

c) donc les scientifiques sont tous croyants, puisque la démonstration est imparable et TRES simple. Vrai ou faux?
 


 

FAUX. Il y en a pas mal qui sont de mauvaise foi. D’où l’intérêt de mettre les points sur les i.
 


 


 

Voilà j’ai répondu. J’espère que ce n’est pas trop confus.

 

Je constate que donc ma démonstration est effectivement imparable puisque tu ne m’as dit où était l’erreur. J

Miteny 06/07/2006 19:35

Commentaire long… et drôle aussi (si si parfois).
 

Petite précision : moi, je n’ai jamais dit que les animaux ne ressentaient pas la douleur.
 


 

De plus, mon propos n’a rien à voir avec celui des médecins. Rien. Les médecins s’intéressent au fonctionnement « mécanique » du corps. Et ils sont très utiles.
 

Moi, je cherche à comprendre l’existence de la conscience (connaissance de l’existence des choses). Et je ne dis rien de nouveau, je pense.
 


 

Pour une présentation peut-être est-il mieux de lire : une démonstration interactive (il y a un lien au début du site).
 


 

Je ne comprends pas. Je n’ai pas le droit de poser de questions ? Si je demande :
la Terre
est-elle ronde ? Ou « Suffit-il de connecter une lampe pour que de la lumière apparaisse ? », personne ne me répondra « Il essaie de manipuler les esprits… » …. Il n’y a pas de questions stupides.
 


 

Je fais quelques réponses.
 


 

a) Les medecins, sont des gens qui ont fait un cursus scientifique et médical et leur niveau d'étude varie de Bac + 7 annnées d'études à Bac + 12 (voire plus) annnées d'études du corps humain. Ils ont globalement un bon, ou trés bon niveau intellectuel. Ils connaissent bien mieux que l'auteur, les mécanismes de la douleur et les moyens de la prévenir. Vrai ou faux?
 


 

VRAI.
 


 

b) L'auteur affirme dans "Un powerpoint intéressant" : "DIEU EXISTE" , "une démontration TRES simple".
 

Vrai ou faux?
 


 

VRAI.
 


 


 

c) Donc à minima, tous les medecins doivent savoir (comme l'auteur), que l'explication purement corporelle de la douleur est insuffisante et que la transcendantalité est une EVIDENCE.
 

Vrai ou faux?
 


 

FAUX. Parce que ce qui intéresse les médecins c’est l’existence de la douleur du point de vue du patient et d’un point médical  et ce qui m’intéresse ici c’est l’existence de la douleur d’un point de vue objectif et philosophique.
 


 

Cette dernière approche est philosophique (il faut comprendre le contexte quand même).
 


 


 

d) donc si ce que dit l'auteur de l'énigme est vrai alors les médecins doivent croire en dieu. Vrai ou faux?
 


 

FAUX. Hors sujet, comme je viens dire. Mon propos n’a rien à voir avec la médecine. Plutôt que la douleur j’aurais pu prendre l’exemple de la connaissance de l’existence d’un but de Zidane par exemple.
 


 


 

Si un raisonnement ne comporte pas d'erreur alors on est obligé d'admettre qu'il est vrai.
 

Vrai ou faux?
 


 

VRAI.
 


 

sed 06/07/2006 14:32

3) Démonstations globales : théorie des limites.
A)Leitmotiv (vain, jusqu'ici) : définissez les choses avant d'énigstigmatiser n'importe quoi. Sinon rien n'est justifiable, rien ne peut être démontré.
Définition de la croyance : "Dans son sens le plus courant, croyance est un terme qui s'applique à l'adoption d'une vision du monde qui n'est pas fournie par l'expérience ou la science, mais par les échanges entre divers individus ou par divers textes dogmatiques. Ainsi, La croyance est l'attitude de l'esprit qui affirme, selon des degrés plus ou moins grands de possibilité, la vérité ou la réalité d'une chose, sans pouvoir fournir de preuve, ni qu'il soit possible de pouvoir fournir la preuve de sa fausseté".
B) Suite à cette Note (dialogue de sourd) : L'auteur admets qu'il appele dieu ce que les autres ou lui-même ne savent pas lui expliquer et que sa "démonstration" s'appuie la dessus (car lui même n'a rien expliqué en parlant de la douleur et d'un vague corps -qui était là avant ...- (sic) insuffisant à la contenir? rien, c'est le flou artistique, complet. Il ne sait rien, affirme et reste dans le vague). Objectivement, c'est une erreur lourde. Alors ainsi le soleil avant l'avènement des sciences physiques, ou encore le fait qu'une pomme tombe sur terre au lieu de s'élever vers le ciel avant Newton prouvait l'existence de dieu, parce que le soleil se tournait vers l'Homme pour le réchauffer,ou parce que le sens choisi par la pomme pour tomber montrait qu'elle tombait pour nourrir l'Homme et que cela forcément avait un sens.Et maintenant, derniers bastions de l'obscurantisme : la douleur et pensée avant la neurobiologie, démontrent dieu parce que a + x = miteny.  Avoir fait des études (de sciences???), pour en arriver, là? Faut il aimer se faire mal...
C) Données scientifiques non exhaustives sur la douleur. (cela manquait bien trop cruellement au débat). Leitmotiv (vain, jusqu'ici) définissez les choses avant d'énigstigmatiser n'importe quoi. http://www.frm.org/informez/info_ressources_dossiers_article_chapitre.php?id=12&type=10&numeroChapitre=1&act=
Je le répète, encore, et encore, par définition, la foi est une intime conviction. Je montre, encore, qu'aucune preuve de l'existence de Dieu, ne peut être démontrée? OK.
Deux -nouvelles- méthodes (et un supplément gratuit):
D) I) PREMIERE DEMONSTRATION par les limites : Résolution de l'énigme par incompétence comparative :
a) Les medecins, sont des gens qui ont fait un cursus scientifique et médical et leur niveau d'étude varie de Bac + 7 annnées d'études à Bac + 12 (voire plus) annnées d'études du corps humain. Ils ont globalement un bon, ou trés bon niveau intellectuel. Ils connaissent bien mieux que l'auteur, les mécanismes de la douleur et les moyens de la prévenir. Vrai ou faux?
b) L'auteur affirme dans "Un powerpoint intéressant" : "DIEU EXISTE" , "une démontration TRES simple". Vrai ou faux?
c) Donc à minima, tous les medecins doivent savoir (comme l'auteur), que l'explication purement corporelle de la douleur est insuffisante et que la transcendantalité est une EVIDENCE. Vrai ou faux?
d) donc si ce que dit l'auteur de l'énigme est vrai alors les médecins doivent croire en dieu. Vrai ou faux?
Si un raisonnenement ne comporte pas d'erreur alors on est obligé d'admettre qu'il est vrai. Vrai ou faux?
II) SECONDE DEMONSTRATION étendue par des limites : Résolution de l'énigme par statistique comparative : (renvoie à une interessante annexe).
J'ai déjà montré que son "hypothèse" est -commune- et qu'elle -date- en plus de 25 ans à minima (l'auteur a admis). En fait, elle date par parenté, à des variantes près, à de plus de 350 années ....(cf Annexe : René Descartes).
a) En trés grande majorité, les scientifiques se plient à la logique, aux preuves et sont rationnels. Vrai ou faux?
b) l'hypothèse est commune et date, elle est "une démontration TRES simple" donc les scientifiques (pensez d'une aubaine, démontrer l'existence de dieu en une phrase ... : corps insuffisant pour expliquer douleur donc autre chose, donc dieu) l'ont connue progressivement, et avec le temps étant donné l'enjeu  cette théorie simplissime, a fait débat, inévitablement, tâche d'huile, inévitablement? Vrai ou faux?
c) donc les scientifiques sont tous croyants, puisque la démonstration est imparable et TRES simple. Vrai ou faux?
Autres Conclusions sur l'auteur de l'énigme : 1-subjectivité remarquable 2-sophisme permanent 3-occlusion complète des propositions du débat d'idée pourtant proposé dans la note intitulée "Le Pari" et qui a été déplacée : http://www.dieuexiste.com/categorie-689948.html) , ou l'auteur admet qu'Obiwan Kenobi, n'était pas orphelin, mais fils d'une pute d'Asrakis (une planète bordel) et d'un Jawas laineux.
4-logique trés fortement suspecte compte tenu du profil avancé.5-enigme initiale s'adresser par e-mail à l'auteur... :Repérage isolé de personnes faibles comme éventualité? (Ce qui m'a amené ici).6-se fait l'apotre d'idées qui ne sont pas les siennes sans le préciser.7-culture de l'ignorance et du non fondé 8-manque total de connaissances scientifiques sur le sujet de la douleur, de la pensée (à moins d'admettre directement le sophisme de l'énigme par explications érronées) tandis qu'il tient absolument à savoir... 9-méprise les philosophes de métier en s'inventant un don qu'il n'a pas 10- se fait du mal en lisant les commentaires ...
Annexe :"Pour René Descartes (1596 - 1650) les animaux ne possèdent ni le pouvoir de raisonner abstraitement ni conscience d'eux-mêmes. Le corps humain ne relève que des seules lois mécaniques, comme celui des animaux (Traité de l'homme), mais cependant l'homme dispose en plus d'une âme immatérielle raisonnable. Le modèle général qui prévalait est celui des automates et correspondait à une vision mécaniste des êtres vivants. La théorie de l'animal-machine (basé sur aucune expérimentation) est à la fois : - une proposition épistémologique : analogies des animaux et celui des automates, - une proposition théologique : distance infranchissable instaurée entre l'homme et l'animal. Si les bêtes souffraient, cela signifierait que le Créateur est injuste et cruel envers elles, mais comme elles sont aussi insensibles que des automates, Dieu est juste (Malebranche). Les hommes pouvaient se considérer libérés de tout soupçon de crime, si souvent qu'ils mangeassent ou tuassent des animaux".
Je traduis et tenez vous bien : pour René Descartes disséquer des animaux à vif (anatomie) ne posait aucun problème, et il pensait que les hurlements et gesticulations désesperées des animaux, n'étaient 'agissait que de reflexes d'automates. Et pour lui, la seule chose qui distinguait les hommes par rapport aux bêtes c'était leur âme divine, reliée à Dieu.

Le Sorcier 05/07/2006 17:46

ton dialogue pourrait aussi se dérouler entre toi et un athée. sauf que l'athée pourrait par exemple te dire :
"ben oui, il faut Dieu aussi !!!"
...
sauf qu'il n'aurait rien démontré. Sa conviction s'appuierait uniquement sur sa foi...nécessaire et suffisante pour lui.