Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le roman de daniel

2300 soirs et matins.

Publié le par Miteny

Épisode 10 de la saga dieuexiste.com... (L'épisode précédent est ici).
Effondrés, les quatre compagnons étaient tristement assis dans le panier à salade, la tête baissée. Les gendarmes avaient trouvé une arme sur Helena et cela les avait énervé encore plus, alors ils avaient attaché les pauvres bougres aux mains et aux pieds. D'autant qu'ils trouvaient un collègue parmi les suspects. Or ils ne supportaient pas qu'un des leurs trahisse son engagement. Les quatre victimes ne pouvaient même pas admirer le paysage normand, qui, par cette belle journée de printemps, rayonnait de mille couleurs et de mille saveurs. Cependant, contre toute attente, au bout d'une vingtaine de kilomètres seulement, la camionnette s'arrêta. Quelques représentants de l'ordre descendirent. Deux minutes plus tard, on ouvrit le fourgon pour débarquer les prisonniers. Puis, à leur grande surprise, on les libéra. Deux hommes en costume sombre affublés de lunettes noires à la manière des men in black les invitèrent à monter dans la Mercedes classe S 600 qui avait intercepté le véhicule de la gendarmerie.
La situation était plus que louche, mais entre la peste et le choléra, nos amis choisirent la Mercedes. Ils durent se serrer tous les quatre à l'arrière, Mitney s'arrangeant pour être à côté d'Hélène. Il essayait de la rassurer car elle commençait à pleurer, inquiète et stressée par tant de rebondissements. Une fois la voiture éloignée du panier à salades, l'un des deux hommes prit la parole.
« Mademoiselle, messieurs. Vous êtes sous la protection de la DGSE. C'est à dire des services secrets français. Je ne vous cache pas que la situation est tendue. Et ce que vous avez fait à cet irakien n'est pas pour arranger les choses, cela va sans dire. Vous ne savez pas que nous sommes en guerre ?
- Mais de quoi parlez-vous ? Quel peut bien être le lien entre nous et la situation internationale ? De quoi nous accuse-t-on ? Je suis gendarme moi, qu'est ce que je fais là ? protesta Rosnard qui profitait du fait que ces gens avaient l'air de bien vouloir les traiter en êtres humains pour hausser le ton. »
L'homme leur balança un sac rempli de pièces de monnaie puis leur dit :
« Officiellement, on vous aurait inculpé de vol d'objets de valeur avec violence. On vous aurait mis en détention. Vous y auriez été liquidés par des hommes de main de l'irakien et l'affaire aurait été classée. Mais heureusement, un de nos espions nous a alerté. On va vous envoyer dans un pays étranger car la France n'a pas les moyens diplomatiques de vous protéger. Ne posez pas de questions, c'est comme ça. Point barre.
- Mais qu'est ce qui garantit que vous êtes bien les personnes que vous affirmez être ? Pourquoi voudrait-on nous liquider ? Pourquoi voulez vous nous protéger ? C'est quoi ce bordel !? C'est une démocratie ce pays, oui ou merde !!!! Et à Clemenceau, vous y pensez à Clemenceau ? Mais où va la France, je vous le demande.... Où va la France !!!
- (se retourne et montre sa carte)... Calmez vous, voyons, calmez vous... Écoutez, vous partez demain pour Tel Aviv. Ça vous va comme ça ? Alors, arrêtez de chouiner et remercier le ciel de ne pas être déjà morts.
- Moi, je suis citoyen américain, je préfèrerais aller dans mon pays, avec mes amis.
- Ce n'est pas possible. Vraiment, ne posez pas de questions. Votre cas est classé secret défense. »
Totalement interloqués, les quatre amis ouvrirent le sac en tweed qu'on leur avait lancé, il n'y avait plus que ça à faire. Ils contenaient des dizaines de statères d'Alexandre III en or. Mitney laissa échapper un cri de surprise.
« Incroyable ! De la monnaie de l'époque d'Alexandre le grand. Je n'en avais jamais vu. Surtout une telle quantité. Il y en a pour des centaines de milliers d'euros, c'est stupéfiant. Génial. Merci Monsieur.
- C'est censé être à vous puisque vous l'avez volé. Mais bon, il ne faut pas exagérer. Prenez-en un ou deux. Ce sera toujours ça que l'autre enfoiré ne récupèrera pas.
- Le plus dingue, c'est que cela fait la huitième coïncidence de suite.
- Le chapitre 8 du livre de Daniel évoque des pièces de monnaie très moches ?
- Mais non. Il s'agit d'une prophétie concernant Alexandre le grand, bien sûr.
- Tu m'en diras tant... Ça me fait une belle jambe... Tagadag tsouin tsouin. »
La discussion s'arrêta là, sans trop que l'on sache pourquoi. En vérité, nos héros étaient si fatigués qu'ils sombrèrent rapidement dans un sommeil profond. Helena s'endormit sur l'épaule d'un Mitney au comble du ravissement. Quant à Glandon et Rosnard, ils étaient bizarrement blottis l'un contre l'autre. Lorsque l'américain ouvrit un œil, la Mercedes classe S était devant un petit hôtel au centre de Paris, rue Christine. Le plus sympathique des agents de la DGSE les avertit :
« Reposez vous avant de partir demain. L'avion décollant à 7 heures, je viendrai vous chercher vers 5 heures, du matin évidemment. Je ne vous conseille pas de sortir même si en théorie vous ne risquez rien. Et écoutez les nouvelles, visiblement vous n'êtes pas au courant de tout.... Une dernière chose importante : changez vous, parce que là, on croirait avoir affaire à une troupe de comiques. »
Il est vrai que les quatre zigotos donnaient l'impression de s'être échappés d'un cirque. Hélène, qui portait les habits de Mitney, à savoir un survêtement troué et un pull crasseux du siècle dernier, faisait penser à Causette ou à Peau d'âne. Mitney, avec sa burqa sans le haut, ressemblait à un gourou efféminé, Rosnard était toujours en uniforme de la gendarmerie et l'américain portait le costume d'Indiana Jones : on aurait dit une bande de clowns licenciés par un théâtre en faillite. Ils décidèrent d'aller faire les magasins. Mais il fallait d'abord s'installer : une fois que les faux noms furent précisés au réceptionniste, celui-ci les conduisit vers deux chambres contiguës. Dans chacune d'elle, un grand lit. Aussitôt, les yeux de Mitney pétillèrent de désir.
« Bon, vous allez dormir ensemble vous deux, je crois que c'est mieux. Vous avez l'air de bien vous entendre. De toute façon, vous ne parlez pas plus anglais que lituanien, alors hein, bon. On se comprend.
- Ouais... On se comprend. Tes excuses pourries ne trompent que toi. Robert est américain quand même. Heureusement qu'Hélène ne pige pas le français... »
Quelques minutes plus tard, ils partaient à la recherche de quoi se vêtir. Parmi les quatre, seul l'américain avait de quoi payer. Heureusement, la DGSE leur avait prêté quelques centaines d'Euros à chacun, ce qui avait énormément fait plaisir à la jeune lituanienne. Ils n'eurent besoin de marcher que quelques dizaines de mètres pour trouver un magasin ''next stop'' proposant des habits pour hommes et femmes.
« Dans quel quartier sommes nous ? demanda Glandon, intéressé.
- Monnaie, dans le sixième arrondissement, à Saint Germain des prés. Non loin d'ici se trouve l'église Saint-Sulpice. Mais Notre Dame de Paris n'est pas loin non plus. Bref, nous sommes en plein centre de la capitale. Je vous fais visiter si vous voulez.
- We are in Paris ?
- Yes my dear. »
Le temps d'acheter, de se doucher et de s'habiller, il était midi douze. Et à midi douze, Rosnard a toujours faim. De toute façon, ils avaient tous très faims, alors ils décidèrent d'aller manger. Devant leur hôtel quatre étoiles trônait un cinéma et, juste à côté, un restaurant dénommé La Rôtisserie d'en Face. C'est lui qu'ils choisirent pour se restaurer. Rosnard commanda des brochettes avec des frites lorsque Glandon eut la mauvaise idée de relancer Mitney sur les prophéties de Daniel. Cette discussion paraissait extrêmement pénible à Rosnard. Comme s'il devait écouter trois fois par jour une même conférence sur le boson de Higgs.

« Bon alors, qu'est ce qu'il a écrit sur Alexandre le grand, notre petit Daniel ?
- Et bien, comme tu peux t'en douter, il a eu une vision. Il a d'abord vu les guerres entre les grecs et les perses, les fameuses guerres médiques. Elles sont célèbres, notamment grâce à la bataille de marathon, qui a eu lieu le 13 septembre 490 avant JC. Ou même avec le film 300, dont Léonidas est le héros.
Il perçoit ces conflits de manière imagée, car c'est un rêve qu'il fait. Ce qui lui apparait c'est un bouc, qui combat puis terrasse un bélier. Il observe également que ce bouc a une grande corne qui finit par se diviser en quatre. Puis après, ses songes lui montrent que de l'une de ces quatre cornes sort une autre corne, très arrogante et très dévastatrice.
- Je n'ai rien compris.
- Ce n'est surtout pas très clair, je le concède. Mais heureusement l'ange explique à Daniel ce qui lui a été montré. Il commence par lui dire : le bélier que tu as vu, et qui avait des cornes, ce sont les rois des Mèdes et des Perses. Le bouc, c'est le roi de Grèce. La grande corne entre ses yeux, c'est le premier roi.
- Alexandre le grand !
- Ouais... Non... Bof... Le premier grand roi grec, pour moi, c'est Périclès. C'est lui qui est venu juste après les guerres médiques. D'ailleurs le siècle suivant celui de Daniel, c'est à dire le cinquième siècle avant Jésus Christ, est appelé le siècle de Périclès : c'est dire l'importance de ce personnage. Son royaume a été divisé en quatre suite à la guerre du Péloponnèse, qui est postérieure aux guerres médiques. Ces quatre divisions étaient : Athènes, Sparte, la Thessalie et la Macédoine. Ce n'est qu'ensuite qu'Alexandre le grand est venu, d'un de ces empires justement : la Macédoine.
- Avec du maïs...
- Attends cinq minutes, Rosnard... Mitney, je pige pas... Qui explique tout ça ???
- Mais l'ange voyons ! L'ange du rêve !
Il dit : les quatre cornes qui se sont élevées pour remplacer cette corne brisée, ce sont quatre royaumes qui s'élèveront de cette nation, mais qui n'auront pas autant de force. À la fin de leur domination, lorsque les pécheurs seront consumés, s'élèvera un roi impudent et artificieux. Tu comprends là ?
- Périclès brisé, quatre cornes le remplacent, desquelles surgit une cinquième corne, plus grande encore. Ouais, bon. Admettons.
- Ensuite, il est dit : il fera d'incroyables ravages, il réussira dans ses entreprises, il détruira les puissants et le peuple des saints. À cause de sa prospérité et du succès de ses ruses, il aura de l'arrogance dans le cœur, il fera périr beaucoup d'hommes qui vivaient paisiblement, et il s'élèvera contre le chef des chefs (c'est à dire Dieu). Mais il sera brisé, sans l'effort d'aucune main.
- Tu connais la Bible par cœur ? En tout cas, je te concède qu'Alexandre le grand était particulièrement arrogant et qu'il se prenait indéniablement pour Dieu. On sait qu'entre 328 et 327 avant JC, ce fou, devenu grand roi, s'est jugé l'égal des dieux et qu'il a alors exigé un culte se manifestant par des gestes et un rituel oriental impliquant l'agenouillement devant le roi, jusque-là réservé aux dieux. C'est la fameuse affaire de la proscynèse difficilement acceptée car considérée à l'époque comme particulièrement déplacée.
- Et puis il est mort de la malaria à 32 ans, c'est à dire sans l'effort d'aucune main. Tous ces indices nous permettent d'affirmer que dans cette vision, il s'agit d'Alexandre le grand, dont le règne a bien commencé après que les grecs aient vaincu les perses.
- What are you talking about ? »
Helena ne comprenait rien et se sentait exclue. Au milieu d'étrangers parlant une langue inconnue, elle se sentait seule. Heureusement, Mitney était là. Il lui arrivait souvent de lui traduire ce que les autres racontaient. Parfois, il lui susurrait à l'oreille des petites blagues, ou des compliments. Suite à l'intervention d'Helena, les hommes arrêtèrent de parler de Daniel. D'autant que les brochettes et les grillades venaient d'arriver. Il était temps de se régaler. On commanda une bouteille de vin.
« Tu te rappelles de la bonne bouffe d'hier ou d'avant-hier. En fait je ne sais plus quel jour on est. On s'était fini au vitriol. Quelle soirée !
- C'est là que les emmerdes ont commencé. Si j'avais su, bordel...
- À propos du chapitre 8 de Daniel, j'ai oublié de dire le plus important.
- Désolé de te dire ça, mais là... T'es chiant. Tu me gonfles avec Daniel. Peut-être qu'après on devra se taper l'évangile selon Robert, les épîtres de Saint Marcel, et la genèse de Maurice. C'est chiant, il n'y a pas d'autre mot.
- Non, mais juste la fin. Après je te paie un banana split.
- Qu'on en finisse ! Il y a quand même des choses plus importantes à voir. On est poursuivi par des tueurs, on est envoyé dans un pays en guerre, on ne va peut-être jamais revoir la France, et toi... tu nous fais chier avec un soit-disant prophète mort il y a 2600 ans.
- Justement, il faut savoir décompresser... En plus c'est vraiment lié à l'aventure que nous sommes en train de vivre... Bon alors, le plus important dans ce chapitre 8, c'est ce que dit l'ange ensuite : et la vision des soirs et des matins, dont il s'agit, est véritable. Pour toi, tiens secrète cette vision, car elle se rapporte à des temps éloignés.
Elle se rapporte à des temps éloignés... Des temps éloignés !? Notre époque, bordel !! Notre époque !!
- Et quelle est cette vision des soirs et des matins ?
- C'est chiant. C'est clair, c'est super chiant. Ces conneries ne me décompressent pas, elles me compressent au contraire.
- Là il faut que je cite une partie du début du chapitre. Notre petit Daniel est alors en train de raconter ce qu'il a vu dans son rêve : j'entendis parler un saint et un autre saint dit à celui qui parlait. Pendant combien de temps s'accomplira la vision sur le sacrifice perpétuel et sur le péché dévastateur ? Jusqu'à quand le sanctuaire et l'armée seront-ils foulés ? Et il me dit : 2300 soirs et matins, puis le sanctuaire sera purifié. Or il voit ça au moment où l'empire d'Alexandre le grand est à son apogée.
- Ah bon ? Et comment tu le sais ? On peut savoir ?
- Tu crois que tu vas me piéger, n'est ce pas ? Et bien, au risque de t'impressionner, je vais te citer la phrase qui précède. Tu pourras vérifier dans la Bible. Il est écrit juste avant : l'armée fut livrée avec le sacrifice perpétuel, à cause du péché. La corne jeta la vérité par terre, et réussit dans ses entreprises. La corne, c'est Alexandre, on est d'accord ?
Si t'as bien suivi jusque là, t'auras compris que la dernière grande corne est Alexandre. Et là on se situe au moment où il réussit dans ses entreprises, c'est à dire à l'apogée de son empire, donc de l'empire d'Alexandre. Soit en 326 avant JC.
- Il est vrai que l'empire d'Alexandre le grand à son apogée n'a duré que très peu de temps, un ou deux ans maximum. Il commençait déjà à perdre de l'importance lorsqu'il est mort de la malaria. Après son décès, il a été partagé puis oublié.
Du coup, on peut donner une date précise pour disons la ''réussite maximale'' d'Alexandre le grand, qui est effectivement, de mémoire, 326 avant JC, à peu près à l'époque de la proscynèse... D'ailleurs c'est cette année là qu'il a élevé la colonne portant l'inscription ''Ici s'est arrêté Alexandre'' du côté du Pakistan. Bref, je suis d'accord. Va pour -326.
- Je peux bouffer tes frites ? »
La discussion s'arrêta à cause de Rosnard qui essayait de subtiliser la nourriture d'un Mitney passionné par ses explications. Évidemment, celui-ci s'en aperçut et s'arma de sa fourchette pour défendre sa maigre pitance. Se faisant, il dut suspendre un instant sa brillante démonstration pour insulter son collègue tout en faisant mine de vouloir lui enfoncer l'ustensile de cuisine dans la main. Il laissa néanmoins la délicate Helena lui prendre quelques frites, et même un peu de viande.
« On m'attaque sur la gauche, mais je finirai mon discours ! Bref, nous sommes d'accord, -326 est bien la date du début de la période de 2300 ans évoquée. Ce qui donne comme date de fin... 1975 ! Incroyable, non ?
- Effectivement, c'est troublant... (Glandon est troublé)... Mais je veux rester quelqu'un de rationnel. Je suis un scientifique, un professeur de Princeton, ne l'oublions pas. Voyons... Deux choses sont au moins claires : une durée de 2300 ans est mentionnée ainsi qu'un grand roi grec très arrogant qui se prend pour Dieu. On pense forcément à Alexandre le grand. Or si on ajoute 2300 ans à une date quelconque du règne d'Alexandre, on tombe sur le vingtième siècle...
Soit. Comme je l'ai dit, je reconnais que c'est troublant. À l'instar de la prophétie des sept temps d'ailleurs... (Glandon est troublé)... »
Pour faire plaisir à Rosnard, Robert Glandon et Mitney décidèrent d'arrêter là leur conversation. Ils se mirent à parler anglais, pour notamment pouvoir interroger Helena sur sa vie, sa famille, son village d'origine. On commanda une autre bouteille de vin et on prit de gros desserts. Après tant d'émotions, il fallait du réconfort...

La suite le mois prochain, comme d'habitude.

a10-alexandre.jpg

Publié dans Le roman de DANIEL

Partager cet article
Repost0

Trois temps et demi.

Publié le par Miteny

Épisode 9 de la saga dieuexiste.com... (L'épisode précédent est ici).
« Ouiiiiii, mes brebis égarés, je vais vous révéler la vérité sur le présent, le passé et l'avenir par l'entremise de l'esprit du vrai Dieu et du grand prophète Daniel, saint parmi les saints. Que la paix soit sur vous !
- N'en fais pas trop quand même.
- A bove ante, ab asino retro, a stulto undique caveto. … Bon... Un verre d'eau peut-être ?
- Accouche !
- Je constate qu'il y a des esprits rebelles dans l'assemblée. Ce n'est pas grave, je vais faire avec. Nous en sommes au chapitre 7. Un petit rappel des chapitres précédents peut-être ?
- Je te signale que les flics vont arriver.
- D'accord, j'ai capté le message. Passons directement au chapitre 7. Il concerne une autre vision de Daniel. Après celle du colosse aux pieds d'argile du chapitre 2, des sept temps au chapitre 4, voici celle des bêtes sauvages du chapitre 7.
- Le léopard, le léopard, le léopard !!
- Du calme les enfants. Le léopard n'apparait qu'au début. En effet, au commencement de sa vision, Daniel voit quatre grands animaux sortirent de la mer, différents les uns des autres. Le premier est semblable à un lioooon !!! Le deuxième à un ouuuuurs !!! Le troisième à un léopaaaaaard !!!
Avec quatre têtes, tout de même... Puisque ces animaux sortent de la mer, c'est à dire de la masse populaire, on comprend qu'ils représentent des empires. Il est probable que le léopard représente les grecs, qui était symbolisé par l'argent dans le colosse aux pieds d'argile si vous vous souvenez bien.
- Ce n'était pas l'airain ?
- Mmm... Oui... Bien sûr, je me suis trompé exprès pour voir si vous suiviez. C'est très bien mon adjudant. L'air de rien, vous écoutez.
- Andouille.... Je peux poser une question ? Pourquoi le léopard représenterait-il les grecs ? À cause des taches ?
- Mais non... Sans doute parce qu'il a quatre têtes. Mais bon, je ne veux pas perdre de temps avec ces détails. Passons à la suite : Daniel voit un quatrième animal, qui ne peut être donc que... que...
- Rome !
- Très bien, Robert ! On le reconnaît parce qu'il a de grandes dents en fer. Comme le fer des jambes du colosse, lesquelles symbolisaient Rome. Outre sa force, qui semble à Daniel extraordinaire, il a une autre caractéristique surprenante : il a dix cornes. Qu'est-ce que cela peut bien vouloir dire ? Helena ? Euh... Excuse-moi, hélas, tu ne comprends pas notre langage... Le gardien peut-être ? Robert ?

a9-bêtes

- Les cornes... Ce sont des armes ?
- Non. Comme Daniel l'explique après, ce sont des rois.
- Des empereurs romains ?
- Non, non... Il n'y a pas eu que dix empereurs romains. Soyons sérieux, Monsieur Glandon. Réfléchissez chronologie. Prenez de la hauteur, pensez histoire. N'oubliez pas qu'avec les prophéties, il faut être transcendant. Que s'est-il passé quand l'empire romain s'est effondré ?
- Il a été divisé en de nombreux royaumes. J'essaie de me remémorer leurs noms... Voyons : il y a eu les francs, les alamans, les bretons, les ostrogoths, les wisigoths, les burgondes, les vandales...
- Byzance... Les angles, les suèves. On atteint la dizaine, là.
- France, Allemagne, Espagne, Italie, Suisse, Portugal, Angleterre. On a là tous les peuples à l'origine des puissances européennes modernes qui ont dominé le monde ces derniers siècles. Toutes correspondant à une corne de cette terrible bête. Fascinant non ?
- C'est tiré par les cheveux...
- Tu crois ? Laisse moi donc te citer Daniel. ''Le quatrième animal, c'est un quatrième royaume qui existera sur la terre, différent de tous les royaumes, et qui dévorera toute la terre, la foulera et la brisera. Les dix cornes, ce sont dix rois qui s'élèveront de ce royaume''.
- Et bien moi, je trouve cela plutôt convaincant.
- Fayot.
- Attends, Rosnard, déconne pas !! Tu as entendu ce qu'il a dit ? Et qui dévorera toute la terre, la foulera et la brisera... Mais bordel, c'est bien ce que le monde occidental, l'héritage direct de l'empire romain, a fait !!
Nous avons détruit l'environnement, nous avons brisé les équilibres de tous les écosystèmes de la Terre. Tant et si bien que nous avons provoqué la sixième grande extinction de l'histoire de cette pauvre petite planète. Même les dinosaures disparaissaient moins vite que les animaux d'aujourd'hui... Alors qu'ils avaient reçu une météorite de 10 km sur la gueule !! MERDE, réveille toi !! Ouvre les yeux !! »
Rosnard se tut et baissa la tête. Mitney continua son explication.
« La vision n'est pas terminée. Car ensuite l'ange dit à Daniel la chose suivante : ''un autre s'élèvera après eux, il sera différent des premiers, et il abaissera trois rois. Il prononcera des paroles contre le Très Haut, il opprimera les saints du Très Haut, et il espérera changer les temps et la loi. Et les saints seront livrés entre ses mains pendant un temps, des temps, et la moitié d'un temps.''
- Qui est donc ce roi là ?
- Là est toute la question. Mais en examinant l'histoire, on a vite la réponse. D'abord, vous aurez probablement compris qu'un temps, des temps et la moitié d'un temps, cela correspond à trois temps et demi.
- Et trois et demi c'est la moitié de sept. Et sept, cela fait de tout de suite penser à la prophétie des sept temps. Quelles étaient les dates de début et de fin de la période de sept temps ? … Ah oui ! Je me souviens : 546 avant JC et 1975. Que trouve-t-on à mi-chemin ? … (Glandon calcule dans sa tête) ... 715 ! ... Que s'est-il passé en 715 ?
- L'achèvement de la mosquée Al Aqsa à Jérusalem, sur l'emplacement même du temple de Salomon à une époque où l'islam est en train de conquérir aussi bien les Indes que la péninsule ibérique. Quel symbole, messieurs, quel symbole !! Le voilà, le prophète arrogant qui espère changer les lois et qui triomphe !!
- Effectivement, cela me paraît assez clair. Cette corne, c'est l'islam. En même temps, c'est logique : si Daniel n'avait jamais évoqué la domination arabo-musulmane dans ses écrits, nous n'aurions pas pu croire que c'est un grand prophète.
Mais pourquoi dit-il qu'il a abaissé trois rois ? Pourquoi fait-il pousser cette corne sur la bête qui correspond à Rome ?
- Voici ce que Daniel dit : ''je considérai les cornes, et voici, une autre petite corne sortit du milieu d'elles, et trois des premières cornes furent arrachées devant cette corne. Et voici, elle avait des yeux comme des yeux d'homme, et une bouche, qui parlait avec arrogance''.
Autrement dit, Rome vient d'être divisée en dix et d'un seul coup, au sein de cet empire dépecé, un roi arrogant apparaît qui fait tomber trois rois. L'islam est bien apparu sur une zone géographique sous contrôle byzantin, donc anciennement romain, et a fait tomber Byzance, les suèves et les wisigoths de la péninsule ibérique. Et cela peu de temps après la chute du grand empire latin.
- On peut l'admettre. Mais Mahomet, ce n'est pas plutôt 610-615 ?
- Certes. Mais l'islam triomphant de l'ouest à l'est, c'est plus tard. Là, il est clair que Daniel ne parle pas du prophète lui-même. Nous verrons qu'il en parle après. Non, là, il parle d'un roi, donc d'une puissance militaire. C'est à dire de l'empire arabo-islamique qui en 715 était gigantesque.
- En tout cas, je constate que tu n'es pas très gentil avec l'islam.
- Je ne suis pas là pour être gentil ni avec les juifs, ni avec les chrétiens, ni avec les musulmans.
- Ton discours est quand même pro-juif, voire carrément sioniste. Fais gaffe.
- Mais il n'est pro-rien du tout ! Tu me gonfles à la fin !! Je suis un scientifique... ou presque. J'analyse les prophéties, les dates, les durées et je rend un verdict le plus objectif possible. N'essaie pas de me faire entrer dans un camp ou dans un autre, tu n'y arriveras pas. Je suis indépendant, complètement et furieusement libre. Néanmoins, néanmoins... Je me permettrais tout de même une petite remarque. Force est de constater l'islam est tout de même une religion assez arrogante : tu dessines la tête à toto avec marqué Mahomet dessus et aussitôt on lance une fatwa contre toi. Les pauvres sont terriblement choqués... Par contre, les guerres entre sunnites et chiites, les attentats, les massacres d'enfants au gaz sarin, les femmes enceintes égorgées, visiblement, ça les indigne moins. En réalité, ce sont toutes les religions qui m’écœurent de plus en plus.
- Je ne te répondrai pas. Pas envie de polémiquer. J'ai assez de problèmes comme ça... En tout cas, il y a bien quelque chose d'extraordinaire avec cette prophétie. C'est qu'elle s'est réalisée !! 715 aurait pu être une date quelconque, comme 524, 960 ou 389. Mais non !
- Exactement. Rosnard, j'espère que tu t'en rends compte.
- Pas vraiment.
- 715, c'est pile le milieu entre -546 et 1975. Or c'est en 715 que ce qui est censé remplacer le troisième temple de Salomon, c'est à dire une chose très importante pour la religion de Daniel, est pour la première fois achevé à l'endroit exact où Dieu est censé ''habiter''. Le temple, Beit Hamikdash en hébreu, c'est là que la connexion avec Dieu se fait pour les juifs. Certains prétendent que la Torah n'a pas de pouvoir sans le temple. C'est peut-être débile, mais c'est comme ça. J'espère que tu vois l'importance du symbole, quand même ?!
- Ils sont tous complètement cinglés. Et vous aussi.
- Malgré tout le respect que je te dois Rosnard, je suis entièrement d'accord avec Mitney. On a là une cohérence et une pertinence incroyables. Je retiens : le colosse aux pieds d'argile, sept temps entre -546 et 1975 avec l'émergence d'une nouvelle religion arrogante dont le succès est symbolisé par à la fois par une conquête de toutes les terres connues à l'époque et par l'élévation de la mosquée Al Aqsa à l'endroit du temple de Salomon. Les deux évènements datant de 715.
- Quel crack ce Daniel ! Et ce n'est pas fini, ce n'est que le début. »

Tout à coup, deux camionnettes de la gendarmerie nationale surgirent. Des hommes en noir cagoulés et lourdement armés en sortirent. Certains entrèrent dans le bâtiment aux lions tandis que les autres se placèrent en cercle autour du petit groupe d'amis tout en les menaçant de leurs impressionnantes Kalachnikov.
« Groupe d'intervention de la gendarmerie nationale !! Déposez vos armes doucement... DOU-CE-MENT... Pas de gestes brusques ou nous serons obligés de faire feu. »
Les quatre compagnons étaient interloqués. Que signifiait ce cirque ? Pourquoi le GIGN ? Pourquoi le cauchemar continuait-il ?
« Nous n'avons pas d'armes, nous sommes les victimes. On nous a séquestré et torturé, expliqua Glandon tout en s'approchant du capitaine.
- LES MAINS EN L'AIR !! PAS UN GESTE !! Restez en place ou je serai obligé de faire feu !! hurla le capitaine. »
Ceux qui étaient entrés dans le bâtiment en sortirent alors avec un sac.
« C'est bon, le butin est là, confirma un gendarme.
- Allongez vous face sur le sol, bras et jambes bien écartés !! Attention, pas de geste brusque. Le moindre faux mouvement et nous serons dans l'obligation de vous abattre. »
Glandon, Mitney, Helena et Rosnard s'exécutèrent. Ils avaient d'ores et déjà compris que l'infâme Iznogoud les avait accusés de cambriolage avec violence. La terrible vengeance d'Helena leur coutait très cher. Mais ils ne savaient pas comment le soit-disant butin s'était retrouvé au zoo. Dès qu'ils furent allongés, les représentants de l'ordre les menottèrent et les embarquèrent.
Ils étaient faits comme des rats. La suite le mois prochain, comme d'habitude.

 

caricature1

Publié dans Le roman de DANIEL

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>