Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

archives 2012-2014

La ploutocratie ou comment les riches détruisent la planète.

Publié le par Miteny

Le monde est en train de changer...
Les gens se rendent compte que le monde va à la dérive. La démocratie est en crise, l'économie est en crise, les écosystèmes sont en crise. Bref c'est la crise généralisée. Or j'ai l'impression que de plus en plus de personnes s'en aperçoivent et sont prêtes à agir.


Un livre illustre bien la situation : Comment les riches détruisent la planète par Hervé Kempf. Le site reporterre.net en parle ici. Extrait :
« Or, une classe dirigeante prédatrice et cupide, gaspillant ses prébendes, mésusant du pouvoir, fait obstacle au changement de cap qui s'impose urgemment. Elle ne porte aucun projet, n'est animée d'aucun idéal, ne délivre aucune parole mobilisatrice. Après avoir triomphé du soviétisme, l'idéologie néo-libérale ne sait plus que s'auto-célébrer. Presque toutes les sphères de pouvoir et d'influence sont soumises à son pseudo-réalisme, qui prétend que toute alternative est impossible et que la seule voie imaginable est celle qui conduit à accroître toujours plus la richesse.
Cette représentation du monde n'est pas seulement sinistre, elle est aveugle. Elle méconnaît la puissance explosive de l'injustice, sous-estime la gravité de l'empoisonnement de la biosphère, promeut l'abaissement des libertés publiques. Elle est indifférente à la dégradation des conditions de vie de la majorité des hommes et des femmes, consent à voir dilapider les chances de survie des générations futures.
Pour l'auteur de ces pages incisives et bien informées, on ne résoudra pas la crise écologique sans s'attaquer à la crise sociale concomitante. Elles sont intimement liées. Ce sont aujourd'hui les riches qui menacent la planète. »

Je suis entièrement d'accord.
Nous sommes en fait dirigés par un petit groupe de personnes qui forment une classe dominante, composée de politiques et de journalistes. C'est la définition même de l'oligarchie. Ces escrocs n'ont qu'un seul idéal : leur ambition personnelle. Pour eux, le reste n'a guère d'importance.
En réalité, cette situation est possible car notre société manque cruellement de projet. Or il nous en faut un, ou l'humanité disparaitra.
Oui, le socialisme, cela peut être bien mais moi je dis que quitte à vouloir le bien de la société, à espérer un monde meilleur rempli de bonheur et de solidarité, autant croire en Dieu !! Ce sera quand même plus cohérent. D'autant qu'on peut très facilement démontrer son existence.
L'utopie socialiste est d'essence religieuse, on ne peut le nier. D'ailleurs il est cocasse de constater que la rigueur morale des communistes les plus convaincus ressemble à celle des chrétiens les plus intégristes. Je peux en témoigner personnellement, et de chaque côté !
En fait, ils ont des convictions qu'ils mettent au dessus de tout sans que ce comportement puisse être considéré comme « scientifiquement » rationnel. En effet, si Dieu n'existe pas, si nous sommes là par hasard (ce qui est bien sûr complètement absurde), quelle importance a notre disparition ? Pourquoi sauver une planète qui disparaitra de toute façon ? Pour les générations futures ? Vous n'allez pas me dire que c'est rationnel de vouloir le bien d'un monde que nous ne verrons a priori jamais !!
Ne me faites pas croire que l'être humain est une créature rationnelle : ça n'a jamais été le cas, mes pauvres amis.
Alors certes les scientifiques, qui sont de nos jours les nouveaux curés délivrant la bonne parole, tentent de nous raisonner, de nous rationaliser en nous expliquant à longueur de temps que nous descendons du singe, que nous sommes des animaux. Fort bien. Mais alors pourquoi s'étonner que l'homme se comporte en animal ??! Ce n'est pas logique.
Si l'homme n'est qu'un organisme bestial produit ultime d'une évolution hasardeuse, alors il est parfaitement rationnel qu'il se comporte en animal capitaliste. Si Dieu n'existe pas, alors rien n'a de sens si ce n'est le plaisir que l'on peut grapiller de ci de là dans sa courte vie.
Carpe diem, profite du jour égoïstement, ça c'est plus en accord avec ce que la science actuelle dit de ce que nous sommes. Si les socialistes et les communistes étaient cohérents avec leur métaphysique, ils seraient capitalistes... Seraient-ils donc malhonnêtes ? Quoi ? On nous aurait menti ? 100 millions de morts ne constitue pas un « bilan globalement positif » ? Sans blague ?
Veuillez pardonner cette petite pique à l'égard de gens dits humanistes qui se la ramènent un peu trop, alors qu'ils feraient mieux de réviser leur propre histoire et revenons à nos moutons : alors faut-il être un animal capitaliste ou un idéaliste ? Faut-il se soucier du bien commun ?
Dieu existe donc il faut se soucier du bien commun. Il faut avoir un idéal, justement parce qu'Il existe.
En fait l'écologie et la justice sociale ne peuvent avoir de sens et de poids que portées par une spiritualité solide. Tant qu'à faire, autant que celle-ci s'appuie sur une démonstration irréfutable de l'existence de Dieu que même le scientiste le plus borné ne peut qu'accepter après quelques heures de débat. Voilà pourquoi le mitenisme est la solution !!
Voilà pourquoi maintenant je vous dis « camarades, il faut bouger, contre la ploutocratie, levez vous ! ». On ne peut pas rester et voir la planète se faire bouffer par le capitalisme de la Bête. Non, nous ne sommes pas que des animaux apparus par hasard sur une planète susceptible d'être détruite par le premier astéroïde mal embouché. Nous sommes là par la volonté d'un être tout-puissant dont l'existence est encore plus évidente que celle du soleil. Nous ne sommes pas là pour consommer, détruire et mourir. Nous ne sommes pas que des dinosaures stupides promptes à s'éteindre à la moindre catastrophe écologique. Nous sommes des êtres illuminés investis par Dieu, traversés par son esprit, et nous avons une mission. Celle d'être des idéalistes, de protéger les espèces animales, de défendre la vie et de faire prospérer l'humanité.
Parce que Dieu a de grands projets pour nous !
Nous ne sommes pas à la fin de l'histoire, nous sommes à son début. Alors certes nous allons vivre une période décisive peu agréable dénommée l'Apocalypse. Mais l'Apocalypse n'a jamais été la destruction totale de l'humanité. En grec, ce mot signifie « révélation », révélation de la vérité puis avènement d'un monde extraordinaire, d'un monde nouveau. Et ce monde nouveau arrive, il émerge, il est à nos portes !!
Certes il y aura une terrible épreuve à passer (2005-2050) car les partisans de la bête immonde, ceux qui ont le nombre 666 marqué sur leur front, ne se rendront pas sans massacrer. Tout simplement parce qu'ils sont fous. Aussi fous que tous ces abrutis qui font semblant de ne pas comprendre la différence douleur/pas douleur, aussi fous que les politiques qui, sans la moindre honte, mentent ouvertement devant tout le monde et qui préfèreraient tuer plutôt que d'avouer qu'ils se sont trompés.
Mais une fois que ces fous se seront entretués, ce sera le paradis. Mes amis, mes camarades, mes partisans, levons le poing et chantons !

Debout, les damnés de la terre !
Debout, les forçats de la faim !
La raison tonne en son cratère,
C’est l’éruption de la fin.
Du passé faisons table rase,
Foule esclave, debout ! Debout !
Le monde va changer de base :
Nous ne sommes rien, soyons tout !

Refrain : (2 fois sur deux airs différents)
C’est la lutte logique
Groupons-nous, et demain,
la métaphysique,
sera le genre humain.

Il y a bien un sauveur suprême,
Qu'il soit Jéhovah ou Allah,
pécheurs, montrons lui qu'on l'aime,
défendons l'apostolat !
Pour que le menteur rende gorge,
Parce qu'il mérite le cachot,
Soufflons nous-mêmes notre forge,
Battons le fer tant qu'il est chaud !

Prenez les armes de la parole,
saisissez l'épée du verbe,
tendez bien notre banderole,
la vérité est superbe.
Le monde meurt de l'avidité
il est grand temps de se tourner
vers la belle spiritualité
ou nous sommes tous condamnés

(Vous aurez évidemment remarqué que j'ai légèrement changé les paroles. J'avais déjà publié cette version ici).
Je me vois déjà en train de faire des discours à une foule en liesse avec des trémolos dans la voix... Mélenchon n'a qu'à bien se tenir !!!
Pour la révolution en 2012, pour l'amour entre les gens, votez miteny !! (inscrivez vous à la newsletter).

HASTA SIEMPRE.

Publié dans Archives 2012-2014

Partager cet article
Repost0

Matérialiste ou idéaliste ?

Publié le par Miteny

Voici un extrait d'un livre intitulé Sur le matérialisme dialectique, écrit par Mao Tsétoung et publié aux éditions du peuple.

Nous venons de montrer les points de vue respectifs du prolétariat et de la bourgeoisie sur le monde. Nous allons faire maintenant un pas de plus pour bien différencier le matérialisme de l'idéalisme et situer correctement leur ligne de démarcation.
Engels décrit : « La grande question fondamentale de la philosophie, et spécialement de la philosophie moderne, est celle du rapport de la pensée à l'être », et encore, « Selon qu'ils répondaient de telle ou telle façon à cette question, la philosophie se divisait en deux grands camps. Ceux qui affirmaient le caractère primordial de l'esprit par rapport à la nature, et qui admettaient par conséquent, en dernière instance, une création du monde de quelque espèce que ce fût..., ceux là formaient le camp de l'idéalisme. Les autres, qui considéraient la matière comme l'élément primordial, appartenaient aux différentes écoles du matérialisme. » On le voit, le critère avancé par Engels pour démarquer l'idéalisme du matérialisme dépend de la façon dont on va poser la relation existante entre l'esprit et la matière : ceux qui soutiennent que l'essence du monde est matérielle, que l'esprit est produit par la matière qui lui est antérieure, sont matérialistes ; ceux qui prétendent que l'essence du monde est spirituelle et que l'esprit produit la matière qui lui est postérieure, sont idéalistes. C'est l'unique critère que nous ayons pour définir justement les limites qui séparent matérialisme et idéalisme. Si nous voulons élever nos capacités de reconnaître le vrai marxisme du faux et bien assimiler le sens du matérialisme et de l'idéalisme, l'emploi de ce critère est indispensable.

Je passerai sur ce que je pense du communisme, et plus particulièrement du communisme chinois, une idéologie basée sur la frustration et l'escroquerie intellectuelle, escroquerie d'ailleurs très bien illustrée par ce passage quelque peu écœurant : ce n'est pas le sujet de cet article.
En fait, j'aimerais que vous vous attardiez plus attentivement sur le passage en gras. Il est à mon avis représentatif des définitions habituelles que l'on donne aux mots « matérialisme » et « idéalisme ».
La première est claire : selon le matérialisme, c'est la matière, donc le corps, qui produit l'esprit. Autrement dit, selon le matérialisme, le corps suffit. Bref, ce que nous explique ce cher Mao, c'est qu'en fait le matérialisme et la suffisance du corps se confondent.

Ce qui signifierait que l'idéalisme correspond à l'insuffisance du corps... Cela serait logique, mais en fait, ce n'est pas si simple. En effet, que peuvent bien vouloir dire des expressions comme l'essence du monde est spirituelle ou l'esprit produit la matière ?? Correspondent-elles vraiment à l'insuffisance du corps ?
Pour le savoir, commençons donc par nous pencher sur la définition du mot esprit par wikipédia. Extrait :
« L'esprit est constitué par l'ensemble des facultés intellectuelles. Dans de nombreuses traditions religieuses, il s'agit d'un principe de la vie incorporelle de l'être humain. En philosophie, la notion d'esprit est au cœur des traditions dites spiritualistes. On oppose en ce sens corps et esprit (nommé plus volontiers conscience par la philosophie et âme par certaines religions). En psychologie contemporaine, le terme devient synonyme de l'ensemble des activités mentales humaines, conscientes et non-conscientes. »

Apparemment donc, il règne autour de ce mot un flou artistique dont profitent les escrocs comme Mao... Parmi toutes ces définitions, gageons que la scientifique est la plus rationnelle : l'esprit, c'est donc en réalité... la conscience de soi, tout bêtement.
Or, pour que de la conscience de soi soit produite, il faut un corps. Le fonctionnement du corps humain est au moins nécessaire, c'est sûr et certain. Ce qui signifie qu'aucune sorte de conscience ne peut évidemment produire la matière, puisque toute conscience a besoin de cette matière pour exister !
Autrement dit, la définition de l'idéalisme par Mao est absurde. Il déforme la vraie définition pour mettre en valeur son matérialisme pourtant tout aussi absurde. À le lire, l'idéalisme est tellement débile qu'il se demande comment des gens ont pu y croire. Il n'est peut-être pas au courant que son matérialisme est encore plus débile !!
Car tout le monde sait maintenant, par exemple grâce à moi, que le matérialisme, c'est à dire la suffisance du corps, est archi faux. En réalité, le fonctionnement du corps ne suffit pas. La matière ne suffit pas !
Il faut autre chose, que je ne qualifierais pas d'« esprit » comme certains spiritualistes pourraient le faire, puisque nous avons choisi d'assimiler tout ce qui est esprit à de la conscience et que le corps est nécessaire à l'émergence de la conscience.

Puisque « esprit » porte trop à confusion, il faut en fait donner un autre nom à cette force supplémentaire. J'avais proposé « spiricité », mais on pourrait aussi utiliser le mot FOD pour Force d'Origine Divine par exemple, ou alors tout simplement... la Force.

À moins que la vérité soit encore plus élégante...

Je n'en dirai pas plus pour l'instant car, bientôt, grâce à ma petite saga de 19 articles sur Dieu qui a commencé depuis le 17 janvier 2012, vous saurez tout. Vous comprendrez comment ça marche et alors vous ne pourrez alors plus douter que l'insuffisance du corps mène directement à l'existence de DIEU !!


May the Force be with you.

 

Remarque subsidiaire d'un Miteny outré : même un obscurantiste comme Mao acceptait l'utilisation du verbe « produire » pour l'esprit. Comme quoi les odieux contradicteurs qui m'empêchent, en me menaçant et en m'insultant, d'utiliser ce mot pour ma démonstration, sont vraiment des pourritures. Ils seraient prêts à tout pour me faire taire, à commencer par m'interdire le vocabulaire. Quelle honte !!
Je suppose que la prochaine étape, c'est la violence physique, le meurtre... Vraiment, ça fait peur. On a du mal à imaginer la lâcheté et la bêtise de ces abrutis. Je suis sûr que beaucoup d'entre eux préfèreraient vendre leur famille plutôt que d'avoir à avouer ne serait-ce que l'insuffisance du corps !!

Vous penserez sans doute que j'exagère mais l'expérience m'a appris que la réalité dépassait souvent l'imagination.
 

Publié dans Archives 2012-2014

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>