Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Trop génial pour mon époque.

Publié le par Miteny

Je suis peut-être tout simplement trop génial pour mon époque. Peut-être devra-t-on attendre 2050 pour que les gens acceptent l’évidence de l’insuffisance des causes biologiques et comprennent enfin la différence entre douleur et pas douleur (il faut avouer que c’est d’une subtilité déconcertante).

Actuellement, la société est bien trop corrompue. Les gens semblent n’aimer qu’eux-mêmes. Il faudra sans doute une troisième guerre mondiale et quelques milliards de victimes pour que l’humanité acquière ce trésor si précieux qu’est l’humilité.

Sauf miracle, il n’y aura pas de révolution intérieure en 2012. Par contre une guerre n’est pas à exclure donc, malheureusement...

Ce qui est sûr, c’est qu’un jour l’insuffisance du corps sera tellement évidente que ce que les cancres demanderont dans les écoles sera plutôt du genre :

« Madame, je sais bien que le corps ne suffit pas, c’est trop évident, arrêtez de m’expliquer, mais ce que je ne sais pas c’est si 2+2=3 ou 2+2=4 ? »

J’espère qu’en ce temps là, quelqu’un aura eu l’amabilité de récupérer mon squelette, qu’on aura probablement retrouvé sous un carton ou dans une poubelle à côté d’un cubitainer, pour le brûler ou l’enterrer.
Merci.

 

Post-scriptum : Si le corps suffit alors ça veut dire que n’importe quel corps suffit. Et que c’est la vérité universelle… Et universelle, ça veut « pour tout le monde » ?

Fatiguant, pénible. C’est dur d’être trop génial…

Puisque les constats des gens sont différents et multiples et qu’il est hors de question d’en privilégier un par rapport à l’autre, il faut se rendre à l’évidence : il faut réviser complètement notre façon de voir le monde et admettre l’existence de plusieurs réalités, une par personne.

Publié dans Archives 2010-2011

Partager cet article
Repost0

"Le feuilleton" EPISODE 1.

Publié le par Miteny

Pour copier mes collègues du frigo, j’ai décidé d’écrire une grande saga intitulée La Bible 2 : le retour, et dont je vous livre ici le premier épisode (rubrique « saga du vendredi », qui paraitra seulement le vendredi…).
Je m’essaie à la saga alors tant pis si ça ne plaît pas. Mais je peux vous dire d’ores et déjà qu’il y aura du suspens, des rebondissements, des scandales. Le plan est déjà prêt et il est génial ! (Celui du frigo aussi… si vous voulez tout savoir sur l’affaire CLEARSTREAM, cliquez ici).

J’espère que j’aurai le courage d’arriver à la fin (mais je doute).

Je vous livre quelques mots clés : Vatican, Jérusalem, Palestine, complot, sionisme, Nostradamus, Apocalypse, bombe nucléaire, messie, Graal, fin du monde, etc.… Comme d’hab, quoi.

 

Le titre de ce premier épisode est « Une découverte surprenante ».

 14-station.jpg

 

Rennes le château, mai 2011.

 

Robert Glandon s’affairait sur sa bicyclette tel un forçat. Il adorait le vélo et il adorait cette région. Il venait souvent passer ses vacances ici, au printemps. Il était fasciné par ce pays de légende, coincé entre les Pyrénées et la vallée de l’Aude.

Souvent quand il était seul, là haut, sur la colline, il s’imaginait revenir au temps des wisigoths pour pouvoir observer Alaric et ses hommes cacher leur trésor dans les sous-sols de Rhedae, la capitale du puissant souverain.

Glandon était un être rêveur, solitaire et renfermé. Depuis son divorce, il ne voyait plus grand monde et passait son temps entre ses recherches et la télé, entre les Etats-Unis et la France. Il avait un appartement à New York, où il enseignait l’histoire de l’art. Il avait pu obtenir ce poste grâce à de belles études à la Sorbonne couronnées d’une magnifique thèse sur l’iconographie d’Abraham dans l’antiquité tardive.

Pour Glandon, le plus important, c’était le sommeil. De toute façon, quand on n’a pas de vie, autant passer son temps à dormir. Et pour bien dormir, Glandon faisait du sport très régulièrement. Du vélo surtout donc. Il parcourait pendant des heures les petites routes de la campagne française, et parfois même avec quelques retraités du coin.

Il allait voir de temps en temps sa fille, qui vivait à Londres et qui constituait sa dernière raison de vivre. Enfin, pas tout à fait car une autre chose était également très importante pour lui : la quête du Graal !

Et oui, comme un des héros du « Da Vinci code », il espérait un jour retrouver la trace du Graal. Bien sûr, il ne cherchait pas une coupe contenant le sang du Christ, il n’était pas si naïf. Non. Il cherchait les descendants de Jésus de Nazareth. Tout simplement. Il cherchait à reconstituer l’arbre généalogique du prophète le plus connu au monde.

Cette lubie lui était venue à l’occasion de la sortie du best-seller « le Da Vinci code ». Intéressé par la religion depuis tout petit, il s’était alors pris de passion pour le sujet. Et c’était une des raisons qui l’avait poussé à acheter une maison à Rennes les bains, qui était quand même plus agréable à vivre que Rennes le château.

Et c’est aussi la raison pour laquelle il montait pour la nième fois la côte qui menait à l’ancienne Rhedae. Parfois il se disait qu’il n’y avait qu’un fou pour passer autant de temps dans un village aussi petit et aussi vide : il suffit de dix minutes pour faire le tour de ce qu’il y a « à voir ».

Lorsqu’il dépassa en sueur le panneau d’entrée du village, fier d’avoir encore enrhumé un cycliste du dimanche, il se dit qu’il irait bien revisiter (pour la trentième fois) la demeure de Saunière.

Il gara son vélo à vingt-sept vitesses, puis entreprit d’abord de se restaurer. Après avoir bu son café sous l’arbre, il alla se racheter un billet pour la visite. La caissière le reconnut et lui donna aussitôt ce qu’il voulait (avec ses copines, elle l’appelait « Monsieur le petit vélo dans la tête »). Honteux de revenir toujours au même endroit et, qui plus est, vêtu d’un short cycliste et d’un maillot à petits pois rouges (meilleur grimpeur… normal), il se précipita vers les appartements de l’ancien maître des lieux.

Pour lui c’était un rite : parcourir l’endroit en marmonnant « Saunière, donne moi ton secret ; Saunière, donne moi ton secret ; Saunière, donne moi ton secret ». Il le faisait en français, en anglais et dans douze autres langues. Oui, Glandon était un grand passionné des langues. Il adorait savoir dire tout un tas de choses inutiles dans plein de langues parlées par presque personne (oudmourte, navaho, tchouvache, breton, bété, soninké… ou ju/hoan, une langue à click qu’il aimait particulièrement).

Les cales de ces chaussures pour pédales automatiques résonnaient dans le bâtiment. Ce bruit sonore et régulier donnait une allure solennelle et aussi parfois pathétique à l’étrange routine du professeur. Tout à coup il stoppa net. Il remarqua quelque chose de bizarre sous un meuble. Depuis le temps, il connaissait par cœur chaque centimètre carré de l’endroit mais pourtant c’est la première fois qu’il remarquait l’étrange forme de cette latte.

 

Il se baissa puis essaya de bouger la planche de bois. Sans succès. Il crut néanmoins constater que ça sonnait vide, alors il prit son couteau suisse et se mit à « dégrader le matériel ».

Il réussit à scier un bout suffisamment grand pour pouvoir ensuite mettre la main. Alors qu’il venait à peine de commencer à fouiller, il tomba sur un petit bout de papier jauni par le temps sur lequel était inscrit « belle peyre carcassonne ». Il se dit que c’était peut-être là l’indice qu’il attendait depuis si longtemps, puis se demanda comment on pouvait appeler sa fille « belle » quand le nom de famille qu’on transmet est peyre, si ce n’est par méchanceté.

Tout à coup, la voix de la caissière retentit.

« Monsieur Glandon, vous glandez ? » demanda-t-elle (cette jeune fille, en plus d’être jolie, avait de l’humour).

Le professeur enfonça à toute vitesse le petit papier dans sa banane puis se dirigea vers la sortie. Il rougit en saluant l’étudiante car il se trouvait ridicule avec son accoutrement. « De toute façon, elle n’aurait jamais accepté de sortir avec moi », maugréa-t-il.

En outre, il était peu probable qu’il revienne avant longtemps. En effet, on s’apercevrait vite que c’est lui qui a dégradé le plancher. Mieux valait rester discret pendant un moment.

« Si ça ne mène à rien, j’abandonne mes recherches » pensa-t-il.

Il remonta sur son vélo et décida d’aller à Carcassonne sur le champ (45 bornes, ça se fait facile… et puis, il pouvait toujours prendre le train pour revenir).

 

A SUIVRE… (prochain épisode, la semaine prochaine).

Publié dans Archives 2010-2011

Partager cet article
Repost0