Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La niche écologique de l'homme.

Publié le par Miteny

L'oiseau vole, le poisson nage et l'homme... court.

 

Ne vous êtes vous jamais demandés pourquoi l'homme était ainsi fait ??

Bipède, imberbe mais chevelu... Ce n'est pas Dieu qui a décidé de le faire sous cette forme là parce qu'il trouvait ça joli. Enfin... peut-être, mais en tout cas pas directement.

En réalité, notre apparence vient d'une adaptation à un certain environnement et à un certain mode de vie. Selon la théorie de Bernd Heinrich, l'homme a longtemps été un prédateur misant sur l'endurance, poursuivant ses proies en pleine chaleur jusqu'à ce qu'elles soient complètement épuisées.

Il est vrai que nous sommes pourvus des pieds à la tête de nombreuses spécificités, dont beaucoup ne servent pas à la marche, mais qui sont à l'inverse très utiles dans les courses de fond.

 En Afrique, les proies les plus endurantes sont les antilopes, certaines espèces pouvant couvrir dix kilomètres en dix minutes. Mais leurs corps élancés ne leur permettent pas d'emmagasiner suffisamment d'énergie, et elles s'épuisent au bout de 30 kilomètres tout au plus. Ainsi même une antilope peut perdre une course face à un homme entraîné.

Liebenberg a suivi à plusieurs reprises les Bochimans du Kalahari, au Botswana, à la chasse à l'antilope. « L'animal, rapporte-t-il, finit par s'effondrer, et si ce n'est pas le cas, il ralentit jusqu'à s'immobiliser totalement, le regard vitreux. » Les chasseurs provoquent la surchauffe de leur proie en la poursuivant de deux à sept heures sur une distance pouvant aller jusqu'à 35 kilomètres. Et ce par des températures d'au moins 37 degrés, car en deçà, l'antilope échapperait à ses poursuivants.

Tout est là, en effet : aucun animal ne supporte aussi bien la chaleur que l'homme. Nous sommes les champions du monde de la transpiration, avec trois millions de glandes sudoripares produisant jusqu'à deux litres de sueur par heure. Nous avons même perdu notre fourrure afin de favoriser l'évaporation de l'eau. À l'opposé, beaucoup d'animaux ne suent pas ou ont une transpiration inefficace. Le chien ne peut que haleter. Par forte chaleur, il est nettement désavantagé par rapport à son maître. De même, le guépard ne peut pas courir plus de quelques minutes au soleil, car au-delà, il risque un coup de chaleur. La plupart des animaux ont des organismes faits pour économiser l'eau.

 

Tolérant plutôt bien les pertes hydriques, l'homme peut en revanche en perdre beaucoup pour pouvoir courir par forte chaleur.

 

Il s'est donc constitué une niche écologique. 

En outre, la position debout réduit de 60% le rayonnement solaire reçu par l'organisme. Certes, la tête est dès lors pleinement exposée, mais nous bénéficions pour nous protéger d'une chevelure fournie. De plus, un réseau spécifique de vaisseaux sanguins permet d'éloigner la chaleur du cerveau.

Nos tendons sont des accumulateurs d'énergie. « Au cours de l'évolution, seuls les coureurs ont développé de longs tendons », explique Daniel Lieberman. Et puis, par rapport à celui des autres primates, nos fesses sont énormes. Le muscle fessier est le plus gros muscle de l'homme. Peu sollicité à la marche, il assure en revanche la stabilité du coureur.

L'évolution de notre cerveau corrobore pleinement ces progrès à la chasse. Car pour épuiser une bête bien plus rapide que soi, il faut pouvoir suivre sa trace, ce qui présuppose une certaine intelligence. Mais il faut aussi être persévérant et avoir la capacité de se représenter l'avenir, deux qualités typiquement humaines.

Bref l'homme est fait pour courir longtemps. Par forte chaleur, nous sommes imbattables sur longue distance.

« Nous autres coureurs éprouvons ce que nous aurions ressenti si nous avions vécu il y a dix mille ans, lorsqu'une activité physique permanente maintenaient le cœur, les poumons et les muscles en bonne santé. » dit Bernd Heinrich.

La course est la force extraordinaire qui a fait de nous des hommes. Nous naissons tous coureurs.

Sur ce, je vous salue : je vais courir.

Voici une sorte de portrait robot de l'homme de Turkana, qui courait dans les savanes d'Afrique de l'Est il y a environ 1,5 millions d'années (c'est à dire il y a plus de 214 semaines de 7000 ans).

 

garcon-de-turkana-homo-ergaster

 

Force, endurance et beauté pour les mitenistes.

Publié dans LE TOP, Best of SCIENCE

Partager cet article
Repost0

Si tu crois en miteny !!

Publié le par Miteny

Pendant quelques temps, je ne répondrai pas à vos messages. De toute façon, je ne peux pas faire de meilleure réponse que celle-ci.

Mais pourquoi me direz vous ?

Parce que c'est l'été, c'est la fête, le temps des festivals !! L'époque où on a le droit de chanter dans les rues, de boire de l'eau de vie à la menthe et de ne plus se soucier de rien. Dansez, bougez, appelez vos amis !! Mais alors... Pourquoi ne pas m'inviter aussi ?!

Je serai sur les routes en train de chercher des gens pour se produire avec moi sur scène... ou tout du moins sur la place du village. Si vous acceptez de me prendre avec vous, voilà ce qui se passera :

D'abord, vous devrez m'écouter chanter Le corps ne suffii-iit pas !sur un air de guitare de Brassens. Ensuite, je me lèverai dignement pendant que vous entonnerez tous  Che Miteny.

Après, alors que je m'éclipserai solennellement, les plus doués se mettront à faire une parodie de rap en interprétant Je sens que 2012 va être une pure année. Pour cette prestation, il faudra que vous disposiez d'autres instruments qu'une simple guitare.

Ce serait bien qu'ensuite le musicien de la troupe trouve une mélodie pour  Je constate une exception inexplicable biologiquement, et l'interprète.

Pendant ce temps là, je reviendrai « sur scène » pour faire avec vous un sketch mêlant humour et acrobaties, mais qu'il faudra improviser. Bon parce que là, je n'ai pas d'idées...

Après, on pourra peut-être se mettre à danser sur une autre chanson qui a elle aussi pour titre Le corps ne suffit pas mais qui se fredonne sur l'air de Oh la Léopolda  un peu modifié. Un avantage : la chorégraphie est simple.

 

La chorégraphie n'est en fait pas tellement plus compliquée pour une chanson beaucoup plus à la mode dont j'ai changé les paroles pour coller au thème. Il s'agit bien sûr de  Waka waka, le corps ne suffit pas !. J'espère qu'une fille douée pour la danse fera Shakira...

Le dernier pas de valse effectué, ce sera l'occasion de lever le poing pour crier notre rage d'être injustement insulté et spolié en hurlant  L'internationale miteniste.

Pour finir, je proposerai au public qui n'aura pas fui de participer. Tout le monde devra se lever et suivre les instructions de la chanson suivante (comme ici) :

 

Si tu as la foi, claque des doigts,

Si tu as la foi, claque des doigts,

Si tu crois en miteny,

Si tu crois en miteny,

Si tu crois en miteny, applaudis

 

Si tu penses qu'il a raison, fais le lion (2x)

Si tu crois en ton gourou (3x), frappe tes genoux

 

Si tu penses qu'il est chouette, tourne la tête (2x)

Si tu crois en ton gourou (3x), donne lui tes sous

 

Si ton regard s'illumine, fais bling bling (2x)

Si t'as pas peur de la mort (3x), donne lui ton corps

 

Si tu vénères miteny, pousse un cri (2x)

Si tu penses qu'il vaincra (3x), tend les bras

 

Si tu dis qu'il est beau, fais le show (2x)

Si tu l'aimes à la folie (3x), sois jolie

 

Il est revenu alors, bouge ton corps (2x)

Si tu veux la vérité (3x), tape du pied

 

Si tu as la foi, claque des doigts,

Si tu as la foi, claque des doigts,

Si tu crois en miteny,

Si tu crois en miteny,

Si tu crois en miteny, applaudiiiiiiiiiiiiis

 

Il faudra bien sûr que le public suive les instructions de la chanson.

J'imagine qu'ensuite les filles deviendront hystériques et qu'elles se crêperont le chignon en tentant d'attraper les derniers exemplaires du livre Une preuve irréfutable de l'existence de Dieu que vous ne manquerez pas de distribuer sans oublier d'y joindre des bulletins d'adhésion au mitenisme.

Alors? Qui m'invite, qui ??!!

Du rythme et de la joie de vivre pour tous les mitenistes.

 

Publié dans Best of chansons

Partager cet article
Repost0