Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Heureux celui qui attendra.

Publié le par Miteny

Épisode 14 de la saga dieuexiste.com... (L'épisode précédent est ici).

Hélène et Mitney arrivèrent enfin devant Yechouot Yossef, la yéchiva francophone de Jérusalem. Le bâtiment étant interdit aux femmes, Mitney dut demander à sa dulcinée de l'attendre devant la porte, ce qui le contraria quelque peu. À l'intérieur, il trouva rapidement Glandon. Il portait déjà la kippa, signe ostentatoire de sa récente inscription et était entouré de quelques étudiants avec qui il semblait plonger dans le travail.

« Ah, voilà mon collègue Mitney ! C'est lui le spécialiste de Daniel dont je vous ai parlé. C'est lui qui a tout trouvé. » Les étudiants saluèrent Mitney respectueusement.

« Vous êtes juif, monsieur ? demanda l'homme le plus barbu.

- Non, je suis réfugié. En réalité, nous sommes réfugiés. Une longue histoire... Je viens te parler, Robert, sur ce qui s'est passé hier soir. On peut se voir cinq minutes ? … Eh, mais tu as fait un super tableau ! Vous êtes en train d'évoquer les prophéties de Daniel à ce que je vois.

- Oui.. J'ai inscrit ici tout ce que tu m'as appris tout au long de nos aventures plus la dernière vision chiffrée de Daniel, celle que tu n'avais pas eu le temps d'évoquer, à cause de ce sodomite de Rosnard. Àpropos, tu en as fait quoi de celui-là ?

- Je l'ai laissé dormir. N'oublie pas que c'est mon ami....Fais voir ça. »

 

Mitney se saisit du tableau fait par son américain de collègue tout en remarquant les regards noirs des ultra-orthodoxes, sans aucun doute provoqués par l'évocation de l'antique cité aux mœurs inavouables. Il était gêné d'être parmi ces gens mais il voulait, une dernière fois, avant de retrouver une vie normale, discuter de sujets qui l'avaient jadis passionné. Le tableau de synthèse des prophéties de Daniel :

 

propheties1

« Ah, c'est vraiment bien fait... Tu as noté les 1290 jours ainsi que les 1335 jours du dernier chapitre, c'est parfait. Mais comment savais-tu que la date de début de cette prophétie est 715 alors que nous n'avions pas eu le temps d'en parler ?

- Simplement parce que c'est écrit. Je te cite l'extrait du chapitre 12, le dernier du livre de Daniel : Plusieurs seront purifiés, blanchis et épurés. Les méchants feront le mal et aucun des méchants ne comprendra, mais ceux qui auront de l'intelligence comprendront. Depuis le temps où cessera le sacrifice perpétuel, et où sera dressée l'abomination du dévastateur, il y aura 1290 jours. Heureux celui qui attendra, et qui arrivera jusqu'aux 1335 jours !

La date du début est la date à laquelle l'abomination du dévastateur a été dressée alors qu'a déjà cessé le sacrifice perpétuel. J'ai demandé à ces messieurs : ils m'ont expliqué que le sacrifice perpétuel ne pouvait avoir lieu que dans le temple, Beit Hamikdash en hébreu. Il a donc cessé lorsque celui-ci a été détruit. En outre, dans le texte original, l'abomination du dévastateur est appelée l'horreur vide. C'est le dôme du rocher et la mosquée Al Aqsa qui trônent actuellement sur le mont Moriah mais qui sont vides, car ils n'ont pas d'autel. De plus ils abritent un rocher recouvert d'or.

Pour le judaïsme, il s'agit d'un cas flagrant d’idolâtrie, soit étymologiquement une horreur, une abomination. Il faut de toute façon bien avouer que l'islam est une religion à la tendance idolâtrique certaine : il n'y a qu'à voir le pèlerinage à la Mecque pour s'en convaincre. Tous ces gens qui viennent adorer un caillou noir… On se croirait chez les anciens égyptiens. Bref, passons. Ce qu'il faut savoir, c'est que cet ensemble dôme du rocher plus mosquée Al Aqsa a été achevé en 715. Il paraît que le rav Chaya, mon nouveau maître, préfère prendre en compte pour cette prophétie le début de la construction de la mosquée d'Omar, qu'il fixe autour de l'année 677. Mais tu vois, moi, j'ai été fidèle à ton enseignement : pour mon tableau, j'ai pris la date dont tu m'avais parlé, qui est d'ailleurs plus logique puisqu'elle correspond à la fin des travaux. Cela colle tout à fait et c'est plus homogène. C'en est même troublant, très troublant. Je suis troublé... En outre, même s'il ne fallait prendre en compte que le dôme du rocher comme entité correspondant à l'horreur vide de Daniel, je pense que la date de 677 ne conviendrait pas. En effet, les sources historiques nous indiquent clairement que ce monument a été achevé en 692. »

 

Mitney réfléchit, posa le tableau, puis reprit la parole, oubliant la pauvre Hélène qui poireautait dehors.

« Je suis fasciné par ce Daniel : il a réussi à prévoir l'avènement de la puissance occidentale, du christianisme, de l'islam. Tout cela avec les bonnes dates ! C'est tout de même bluffant. Mais surtout, on a vraiment l'impression que ses prophéties ont été construites autour d'un personnage central qui n'est pas encore venu mais qui devra être particulièrement important. D'après ce que je comprends, il serait né en 1975, date à laquelle l'arbre de Dieu est censé repousser. Ensuite il aurait commencé son ''travail'' à 30 ans, en 2005. Il commencerait à être reconnu à 40 ans, comme Moïse et Mahomet, c'est à dire vers 2015, qui est exactement entre 2012 et 2018.

D'ailleurs, il me semble que selon la tradition juive, un homme ne devient adulte qu'à partir de 30 ans et n'arrive à maturité qu'à 40 : ce n'est sans doute pas une coïncidence. Enfin, je suppose que la dernière prophétie signifie qu'il devra tenir jusqu'en 2050 pour voir Dieu triompher sur la Terre entière. Quoi qu’il en soit, vu la place qu'il occupe pour Daniel, cet homme pourrait être plus important que Jésus ou Mahomet, dont les évocations ne servent qu'à la validation des dates de sa venue. À mon avis, il ne peut s'agir que de l'authentique messie, Machiah en hébreu. »

 

À l'évocation du mot ''Machiah'', d'autres orthodoxes se regroupèrent autour de Mitney, par curiosité. L'un d'entre eux lui proposa de rencontrer le rav Ron Chaya, maître des lieux, pour au moins qu'il lui montre le tableau fait par Glandon. Mais au lieu de répondre, Mitney continua à parler :

« Oui, je pense qu'un personnage très important va venir. En tout cas, c'est la conclusion à laquelle j'étais arrivé lorsque j'étudiais les prophéties bibliques. Et si Daniel est aussi précis qu'il en a l'air, assurément nous connaîtrons l'identité de cet individu avant 10 ans. Je rappelle quand même que pour toutes ses prophéties, j'ai pris à chaque fois la dernière date possible. La dernière !!

Par exemple, pour la prophétie des sept temps, on ne peut prendre une date plus récente que 546 avant JC. De même pour l'édification de l'abomination, le triomphe du prophète arrogant ou les ordres successifs de rebâtir Jérusalem. On ne peut prendre des dates plus récentes que celles que j'ai prises. Autrement dit, c'est maintenant ou jamais !! Maintenant !

D'après mes calculs, si avant 2018 on ne sait pas qui sait, alors c'est que je me suis trompé quelque part...

Mais vraiment, je ne vois pas comment ce serait possible : encore une fois je le répète, j'ai été particulièrement rigoureux et extrêmement prudent. D'autant que cela concorde avec ce que Nostradamus nous a prédit pour notre époque : souvenez-vous de son quatrain citant 1999 et François 1er. Mille neuf cent quatre-vingt dix-neuf, messieurs !! Et si Malachie nous dit que François 1er est le dernier pape, ce n'est certainement pas par hasard. C'est même une sacrée coïncidence. Car oui, oui, évidemment, le catholicisme ne fera pas le poids face à ''Celui qui doit venir''. Voilà pourq...  »

 

Tout à coup, Mitney s’arrêta de parler, regarda tout autour de lui jusqu’à ce qu’il déniche une feuille de papier et un stylo. Il se jeta dessus. « J’allais oublier la chronologie biblique ! Bordel !! C’est super important car c’est une validation supplémentaire et spectaculaire de tout ce que je viens dire. » En moins d’une minute, Mitney dressa, devant des étudiants médusés, un petit tableau :

 

6jours2

« Qu’est ce que c’est ce truc ? » demanda Glandon, incrédule.

« Eh bien, c’est simple. C’est la chronologie biblique, ou, plus exactement, le calcul de la date de ''création'' d’Adam. Alors oui, je sais bien qu’il s’agit d’un être mythologique. Mais rien n’interdit de calculer l’âge des personnages de roman, surtout quand on a de quoi : il faut juste avoir un événement commun au livre et à la réalité, pour faire le lien. C'est clair ? Dans notre cas, j’ai pris la construction du premier temple par Salomon, au dixième siècle avant JC, parce que c'est pratiquement le plus ancien. L’existence de cet édifice cité dans la Bible est reconnu par les historiens : le lien est fait. Or la plupart sont d'accord pour dire que le début de son érection date des années 960 avant JC. Je me sers de cette date, pour remonter à Adam, grâce aux durées énoncées dans la Bible. »

- Tu les sors d’où ces durées ? Tu les inventes ?

- Mais non, andouille, elles sont écrites noir sur blanc !! Pour les deux du milieu, je t’ai mis les chapitres : Exode 12.40, 1.Rois 6.1. Pour la première, c’est un peu plus compliqué. Quoi que... Tu ne t’es jamais demandé pourquoi le livre de la Genèse était si précis question chiffres ??

Adam, âgé de cent trente ans, engendra un fils à sa ressemblance, selon son image, et il lui donna le nom de Seth. Les jours d'Adam, après la naissance de Seth, furent de huit cents ans, et il engendra des fils et des filles. Tous les jours qu'Adam vécut furent de neuf cent trente ans; puis il mourut. Seth, âgé de cent cinq ans, engendra Énosch. Seth vécut, après la naissance d'Énosch, huit cent sept ans, et il engendra des fils et des filles. Totalement fantaisiste, mais précis. Et quand tu fais la somme des durées séparant la création d’Adam du départ d’Abraham, deux événements primordiaux et complètement absolument fondateurs pour toutes les religions monothéistes, tu tombes sur 2083. 2083 années.

- C'est dingue ça. Je ne savais pas.

- Et donc t'ajoutes tout ça, tous ces nombres, pour avoir une chronologie exacte. Et tu te rendes comptes d'un truc incroyable. Il y a, à un ou deux ans près, 6000 ans entre la création d'Adam et 2050. SIX MILLE années !!!

- Et ??

- Bah tu te souviens pas ?!?

Le deuxième épître à Pierre. Mais il est une chose, bien-aimés, que vous ne devez pas ignorer, c'est que, devant le Seigneur, un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour. Le Seigneur ne tarde pas dans l'accomplissement de la promesse, comme quelques-uns le croient, mais il use de patience envers vous, ne voulant pas qu'aucun périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance. 6000 ans, ça ferait donc six jours pour Dieu. Donc après 2050, on commencerait le septième jour. Qui est ? Qui est ?

- SHABBAT !! »

 

Trois étudiants de la Torah avaient répondu en chœur, vite et bien. Mitney, constatant qu'on s'intéressait à son explication, redoubla d'enthousiasme.

« Oui, c'est ça !! C'est le jour du repos. Dieu a demandé aux hommes de ne pas travailler ce jour-là parce que c'est le jour de Dieu, Son jour. Le jour que l'on consacre à Dieu !! Une fois par semaine, c'est shabbat pour les juifs, qui a évidemment inspiré le dimanche des chrétiens et le vendredi des musulmans. Le jour que l'on consacre à Dieu mes chers !!! Ce jour là est pour Dieu !!

« Le monde sera plein de la connaissance de Dieu » dit Isaïe. Or là, on parle d'un jour de mille ans. Vous vous rendez compte ?? Cela signifie qu’après 2050 viendra le règne du Tout-Puissant. C'est un message extraordinaire. D'autant que 2050 est aussi la date prévue par Daniel pour la délivrance, après toute une série de calculs, à partir desquels vous avez fait votre tableau : heureux celui qui attendra 2050 nous dit Daniel !! Comment pouvait-il savoir ??

C'est miraculeux. Je vous rappelle que pour les premiers chrétiens, y compris Irénée de Lyon, celui qui a compilé la Bible, le septième jour de l'histoire humaine correspondrait indéniablement au retour et au règne du Christ sur Terre. Le fameux règne de 1000 ans, chapitre 20 du livre de l'Apocalypse. Avec 2050, nous avons donc une nouvelle confirmation de la grande pertinence des prophéties de Daniel. Allelujah !! Allelujah !! »

Enivré par son propre discours, Mitney sentait monter en lui l'adrénaline de l'exaltation religieuse, comme au bon vieux temps. Il se rappela alors à quel point cela pouvait être vraiment cool d'être un fou de Dieu, drogué à l'absolu, haranguant des foules d'illuminés prêts à se sacrifier pour la vérité.

« Je vous le répète et vous le répéterai encore, c'est MAINTENANT ou jamais !! Ça va chauffer, ça va chauffer grave. Vous devez vous préparer. Comme le dit Daniel lui-même au début de son chapitre 12 : En ce temps-là se lèvera Michaël, le grand chef, le défenseur des enfants de ton peuple. Et ce sera une époque de détresse, telle qu'il n'y en a point eu de semblable depuis que les nations existent jusqu'à cette époque.

(Mitney monta soudain sur une chaise, puis se mit à hurler). Une terrrriiiiiiible époque de détresse... TERRIBLE ! Remarquons que, comme par hasard, c'est AUSSI ce que nous promettent des gens qui n'ont rien à voir avec la Bible ou le prophète Daniel, et qui même, les méprisent profondément. J'ai nommé les écologistes, bien sûr. Ils le répètent sans cesse : la Terre souffre, parce que nous l'avons abîmée, exploitée, massacrée, souillée, piétinée, violée, saccagée, dévastée, ruinée, vandalisÉEEEE !!!!!

Ils nous disent également qu'elle va se venger et que ce sera hOOOOrriiiible. Tout comme les prophètes, qui nous ont prévenu : Dieu va se venger et va saccager ceux qui saccagent la Terre, dixit l'Apocalypse, chapitre 11 verset 18. Ce même livre parle ensuite de sept coupes remplies par le venin de Sa colère, et qui, le moment venu, seront versées sur les viles et nauséabondes créatures que nous sommes... Trembleeeez !! Trembleeeez !! La plus terrible de toutes les prophéties est en train de s'accomplir, même les mécréants nous le confirment !! Dieu fera couler l'amer sirop de sa vengeance sur la terre, dans la mer, dans les fleuves, sur le soleil, sur le trône de la bête puis sur le Moyen-Orient. Et c'est alors que la Grande Explication FINALE fera tout péter !! TOUT !! TOUUUUUUT !!!

ARMAGEDOOOOOOOON ! La bataille du bien contre le mal ! SATAN contre DIEEEEEUUUUUUUU !!! TREMBLEEEEZZ ! REPENTEZ VOUUUUUUS !! AAAAAAAAAAAAHHHHH !!!  »

Les yeux révulsés, le corps en transe, Mitney semblait possédé par quelque esprit ancestral. Il s’apprêtait à crier ''Allah Akbar'' quand il recouvrit suffisamment de lucidité pour se rendre compte qu'il n'était pas cette fois-ci devant des musulmans. D'ailleurs, en regardant autour de lui, il s'aperçut que son auditoire commençait à le trouver bizarre.

Il se tut brutalement, ne bougea plus, et se remémora la promesse qu'il s'était faite il y a quelques années : arrêter l'intégrisme, devenir sage, modeste... modéré. Socialiste presque. D'autant que ce n'était pas le moment de rechuter, rapport à la belle blonde qu'il venait de pécho.

 

Encore tout dégoulinant de sueur, il descendit donc de sa chaise pour s’asseoir dessus et se cacher le visage entre les mains : il avait un peu honte comme un alcoolique après une bonne cuite ou un cocaïnomane avec une aiguille dans le bras après des mois d'abstinence. Il reprit néanmoins la parole quelques instants plus tard, beaucoup plus doucement :

« Euh... Bon... Euh... Moi, maintenant, même si j'attends ces événements avec impatience, j'ai pris du recul. J'ai rencontré l'amour et je veux repartir en Europe. C'est tout ce qui compte. J'espère m'installer avec ma dulcinée, apprendre le lituanien, construire une cabane dans la forêt, couper du bois sous la neige, casser la glace pour aller chercher de l'eau, cultiver mon jardin en été, traire mes vaches et, qui sait, avoir des enfants un jour. Voilà ce qui est désormais important à mes yeux. »

« Le pauvre... S'il pense que cette jeunette va rester avec un vieux comme lui, il va tomber de haut », pensa Glandon, légèrement jaloux.

Car bien sûr, il avait deviné que Mitney parlait d'Hélène. Mais l'américain ne dit mot, car quelque chose était beaucoup plus important à ses yeux : la révélation. Il se sentait conquis, investi, transporté, infiniment exalté par tout ce qu'il venait d'entendre. Il fut interrompu dans ses pensées par un étudiant réagissant au discours de Mitney.

« Mais moi je trouve que vous avez entièrement raison, monsieur. Machiah arrive, nous en sommes ici tous convaincus. Oui, Machiah arrive, Machiah arrive !! Et en plus il viendra de France, c’est le Rachi qui l’a prédit !!

D'ailleurs, cet avènement très proche nous obsède tous, jusqu'à notre maître rav Chaya, qui en parle sans arrêt. Je vous exhorte donc vraiment à faire techouva le plus rapidement possible, à suivre dès aujourd'hui les mitsvot les plus kadosh. C'est urgent !!

Savez vous que le nom Daniel en hébreu signifie ''Jugement de Dieu'' ? Autrement dit, la venue du Machiah, sujet principal du livre de Daniel, correspondra à un jugement de Dieu. Il faut s'y préparer. Car c'est la délivrance qui nous attend... La délivrance finale ! Machiah arrive, Machiah arrive, Machiah de France arrive !! »

 

Le jeune homme se mit alors à danser, emporté sa joie, tout en chantant la vieille chanson juive ''Machiah, Machiah''.

« Au risque de me répéter, je tiens à dire que je ne suis pas juif. Pire, je ne crois pas que ce personnage vienne spécialement pour les juifs. Je pense même qu'il ne sera pas juif, si tant est que ce mot ait une définition claire... Pourtant il vous faudra le reconnaître. D'ailleurs je me demande donc quelle sorte de pouvoir il pourrait bien avoir pour que toutes les religions du monde, qui sont par nature bien peu enclines à évoluer ou à réfléchir rationnellement, reconnaissent sa légitimité... Donc, vous voyez, je n'ai en fait plus grand-chose à vous dire sur ce sujet. Ma copine m'attend. Je vous salue bien bas, messieurs.

- Attends, attends, je viens vous dire au revoir ! »

C'est avec énormément de fierté que Mitney lança son « ma copine m'attend ». Il aurait tant voulu la leur présenter, ne serait-ce que pour pavaner devant cette bande de juvéniles intégristes sans doute sexuellement frustrés... Robert Glandon courut à la suite du français. Les deux hommes sortirent pour s'asseoir avec Hélène sur les marches devant l'entrée de la Yéchiva.

Les amoureux s'apprêtaient à saluer Glandon quand ils remarquèrent qu'un gros nuage vertical était en train de se former rapidement du côté de Tel Aviv. Très vite, ils comprirent de quoi il s'agissait et furent immédiatement glacés d'effroi. Ce qu'ils voyaient se former, ce n'était rien de moins qu'un énorme champignon atomique : l'Iran avait balancé sa première bombe nucléaire sur Israël !!

transition-a14

Le suspens est insoutenable... Bon, pour vous faire patienter jusqu'au mois prochain, je vous propose un petit divertissement. Une chanson... Une petite chanson écrite et interprétée par votre serviteur ici présent. Évidemment, je chante mal et nombreux sont ceux qui vont crier au scandale, à l'attentat artistique. Tant pis. J’ai l’habitude.

« Et toi, marche vers ta fin ; tu te reposeras, et tu seras debout pour ton héritage à la fin des jours. »

Partager cet article

Repost0

Le souffle de Dieu planait sur la surface des eaux.

Publié le par Miteny

Maintenant, ne nous cachons rien, nous savons tous que le corps ne suffit pas. Je le sais, vous le savez, je sais que vous le savez, vous savez que je le sais, je sais que vous savez que je le sais et inversement... Alors arrêtons l'hypocrisie !!

 

Au lieu de jouer à cache-cache ou à plus menteur que moi tu meurs, qui est un jeu quand même très dangereux, tentons plutôt d'avancer ensemble sur le chemin de la connaissance. Essayons de spéculer, d'inventer, d'imaginer, quelles pourraient être les conséquences multiples et sans doute fascinantes de cette fabuleuse vérité : non, le corps ne suffit pas, oui, le lien métaphysique existe. Je l'ai déjà fait et je veux le refaire encore avec cet article. Mais cette fois-ci en traitant du délicat sujet de l'apparition de la vie...

Nous savons maintenant que la substance divine peut se connecter de mille et une façons à la matière... Sinon la conscience n'existerait pas. Et nous savons aussi, toujours grâce à cette histoire de conscience, que cette connexion se fait au niveau de la matière vivante. Cependant, il fut un temps, il y a de ça des milliards d'années, où la matière vivante n'existait pas. Mais comme le dit la Bible de manière romancée, le souffle de Dieu planait néanmoins au-dessus de la surface des eaux... Sans doute à la recherche d'une molécule digne de recueillir son ''énergie vitale''. Je divague ? Pas forcément...

En mai 2012, j'avais essayé de poser le problème en mettant en évidence d'une part le fait que la frontière entre le vivant et le non-vivant est bien plus floue qu'on ne le pense, et d'autre part que les scientifiques ne sont toujours pas parvenus à recréer la vie à partir des molécules de base que sont les acides aminés. Des faits apparemment contradictoires. En effet, d'un côté il semble clair que dans certaines conditions physico-chimiques, l'apparition de la vie soit spontanée : lente mais spontanée. C'est souvent ce j'ai plus ou moins eu tendance à penser d'ailleurs ; Dieu aurait juste fait en sorte qu'un monde capable d'engendrer spontanément des organismes vivants existe.

Mais, mais, mais, d'un autre côté... Ne serait-il pas possible qu'une infime intervention surnaturelle soit absolument nécessaire ? Une intervention infime mais elle aussi lente et continue... Vous vous doutez bien que je n'ai pas les compétences pour fournir une réponse définitive à la question. Quoique... Permettez-moi de vous livrer ici le fruit de mes réflexions, vous jugerez ensuite.

Les lecteurs assidus de dieuexiste.com auront tous compris que le lien métaphysique est nécessaire à l'existence des qualia, c'est à dire de la douleur, du plaisir, de la faim, des émotions, etc... Autrement dit, sans un contact entre la ''force active'' de Dieu et la matière vivante, les qualia n'existent pas : c'est bien ce que j'ai prouvé avec ma démonstration de l'insuffisance du corps. Nous savons que les qualia existent chez les êtres humains. Mais existent-ils chez les animaux ?

Comme vous probablement, j'aurais tendance à répondre oui : quand on regarde un chien, un éléphant, un gorille, un dauphin, un perroquet ou un moineau dans les yeux, on sait bien au fond de nous que l'on a devant soi un être vivant capable de ressentir des émotions comme la souffrance, ou la joie. Par contre, on a plus de mal à arriver au même genre de conclusion avec la limace, la fourmi, la méduse, ou la plante verte : sans doute parce que leurs yeux sont beaucoup plus difficiles à trouver... Pourtant même ces êtres vivants primitifs doivent être capables de ressentir une forme de douleur quand on les agresse : une forme sans doute très basique mais néanmoins suffisante pour les inciter à se défendre ou à fuir. Si c'est le cas, cela signifie qu'ils sont eux aussi reliés à la Substance divine, de façon très simple, par un lien extrêmement ténu ; mais bien réel puisque, je le rappelle pour la énième fois, l'existence d'une douleur implique l'existence d'un lien métaphysique.

La question qu'il faut maintenant se poser est la suivante : à partir de quelle complexité de forme de vie ce lien métaphysique a-t-il commencé à exister, à agir ? Peut-être dès le tout début en fait, à savoir dès l'apparition de la vie...

Cela impliquerait que Dieu a eu une part ''active'' non seulement dans l'évolution des êtres vivants capables de ressentir mais aussi dans la création de la première cellule vivante : de quoi troubler nombre de scientifiques. Alors bien sûr, je ne peux pas connaître les détails, je ne peux pas savoir quand, comment et à quel niveau moléculaire cela a dû se passer. Tout bêtement parce que je ne sais pratiquement rien sur le lien métaphysique, comme, par exemple, sa taille, son intensité, sa variabilité... Mais pourquoi pas ?

On sait que la vie a des ressources incroyables, des capacités d'adaptation insoupçonnées, une inventivité hallucinante. Presque impossible à concevoir sans intervention divine : c'est en tout cas ce qu'un grand scientifique spécialiste de l'évolution de la vie comme Yves Coppens, pas réputé croyant, a l'air de penser de plus en plus. Voir à ce sujet cet article de 2012. Il est donc fort possible, voire probable que, comme le dit la Sainte Bible, la force active de Dieu planât au-dessus de la surface des eaux dès le tout début, de sorte à insuffler le souffle de vie à quelques molécules organiques traînant de-ci de-là. À la vue de cette phrase frappée au coin du bon sens, mes lecteurs en général peu enclins à la sympathie et à la raison vont se mettre à pousser des hurlements d'orfraie. Pourtant c'est pratiquement une démonstration que je viens de livrer un peu plus haut. Si, si, relisez... Bon, pour que ce soit bien clair entre nous et puisque c'est tout de même important, je vais quand même rappeler les étapes de mon raisonnement en précisant les points décisifs :

1. Nous pouvons être certains que le lien métaphysique, c'est à dire le contact entre Dieu et la matière vivante, existe BEL ET BIEN. Nous pouvons en être totalement convaincu puisque ma preuve de l'insuffisance du corps, répétée sur ce blog des dizaines de milliers de fois, a fait ses preuves. Si je puis dire..

2. Ce contact ne peut pas ne concerner que l'être humain. Nous savons tous que les animaux sont capables d'émotions. En outre le contact entre un Dieu éternel et une matière âgée de près de quatorze milliards d'années ne peut pas dater d'hier... Forcément.

3. Il est donc totalement certain que ce contact entre Dieu et la matière vivante a commencé dès que les êtres vivants ont commencé à ressentir des qualia, même très primitifs. Cela est aussi certain que l'insuffisance du corps à produire des qualia.

4. On ne peut a priori pas savoir quelle a été la première espèce capable de ''ressentir''. Il n'est même pas sûr que cette capacité soit liée à l'apparition d'un système nerveux. Mais pourquoi fournir un peu de sa Substance divine à la limace, la méduse et pas aux plantes vertes et aux bactéries ? Ce ne serait pas logique, d'autant que tous ces êtres sont génétiquement assez étroitement liés... En fait.

5. Par conséquent, la probabilité que ce fameux contact entre Dieu et la matière vivante ait débuté dès l'apparition de la vie est tout de même assez forte. D'autant plus forte que les scientifiques ne sont toujours pas parvenus à recréer la vie à partir des molécules de base que sont les acides aminés, ce qui est logique puisqu'il leur manque la possibilité d'utiliser quelque lien métaphysique... Il y a encore bien des choses inexplicables dans le fonctionnement des espèces vivantes même aussi rudimentaires que les plantes vertes : c'est un indice fort en faveur de ma théorie.

Les implications de l'insuffisance du corps sont donc multiples... et majeures ! Pas étonnant que cette évidence logique soit autant combattue, malheureusement. Grâce à ma démonstration, nous pouvons être convaincus que Dieu est en relation continue avec la vie pratiquement depuis le début. C'est d'ailleurs ce que je disais en 2011, non pas à partir d'un raisonnement sur les qualia, mais en considérant la redoutable efficacité de l'algorithme génétique qu'est l'évolution de cette si merveilleuse vie : « Autrement dit, il n'est pas absurde d'envisager que Dieu, puisqu'il est partout, [...], s'amuse également à régler en temps réel les paramètres de l'algorithme génétique ''évolution de la vie'' ».

1697evolution-cycle.gif

Justement, parlons-en de cette évolution, parce qu'il y a des choses à dire : en effet, pratiquement chaque année, des chercheurs méritants nous apportent des éléments de compréhension vraiment intéressants. Prenons par exemple la thèse controversée de la fameuse paléoanthropologue Anne Dambricourt. Cette femme explique avec force arguments qu'il est bien possible que l'évolution de l'homme soit aussi fondée sur des processus génétiques contraints ; si l'environnement a un rôle, celui-ci ne serait pas suffisant. Autrement dit, selon elle, tout changement anatomique ne viendrait pas exclusivement des mutations hasardeuses du code génétique dues aux radiations par exemple, mais aussi d’une mémoire contenue dans le patrimoine héréditaire, laquelle stockerait des ''programmes d'évolution''. L'évolution de l'homme serait également le résultat d'une logique interne à son ADN.

Étonnant.

Comme vous pouvez le comprendre en regardant la vidéo suivante, il est au moins indéniable que le code génétique contient la mémoire de son évolution : comme si toutes les étapes avaient été enregistrés. À moins qu'elles aient été pré-enregistrés. Alors est-ce un enregistrement post-évolutif ou au contraire un enregistrement pré-évolutif et initiateur de l'évolution ?

De façon surprenante, la deuxième réponse semble être la bonne. En effet, le taux de mutations dues au hasard est grosso modo continue, il ne saurait en être autrement. Si donc ces mutations constituaient le seul moteur de l'évolution, celle-ci devrait être continue, c'est logique. Or Anne a remarqué que l'évolution n'était pas linéaire mais progressait au contraire par paliers - fait admis par la majorité des paléoanthropologues.

Comme si à un moment donné, celui du palier, quelque chose avait boosté l'algorithme génétique : et si ce n'est pas externe, c'est interne, donc dans l'ADN. Il y aurait ainsi une sorte de fonction qui, exécutée, provoquerait une forte accélération de l'évolution, de l'homme en l'occurrence. Mais exécuté par qui ou par quoi ? Là est toute la question... Plusieurs réponses sont possibles : d'abord il est envisageable de penser que lorsque l'environnement stresse une espèce, celle-ci réponde en accélérant son évolution. Pourquoi pas ? La vie s'est dotée de tant de moyens de défense, de tant de façons de s'adapter à l'environnement hostile, qu'il n'est absolument pas absurde de penser que celui-ci en fasse partie. D'autre part, il est aussi possible que l'ADN de l'espèce humaine possède en lui une sorte d'horloge interne capable d'intégrer de très grandes échelles de temps et de ''lancer'' des programmes d'accélération de l'évolution à des dates bien précises. Pourquoi pas ??

Je ne délire absolument pas : c'est bien ce que dit Anne Dambricourt, notamment dans cette vidéo. Si c'est vrai, et cela semble bien être vrai, alors on a là pratiquement une preuve irréfutable de l'existence d'un dessein intelligent. (Pour les dessins intelligents, voir ici). En effet, on aurait alors la confirmation que l'ADN, avec son exécutable l'ARN, est un programme de fabrication d'une espèce, l'homme, avec l'existence d'étapes dans la production, d'un planning et même.. de dates de livraison !! Pour Erectus 2.0, lancer l'exécution 950 000 ans après Habilis 3.1.... Incroyable.

Vu comme ça, on comprend que les prophéties s'accomplissent : 2520 ans après Daniel 1.0, lancer Apocalypse 2.1... Je vais sans doute un peu trop loin, mais il ne faudrait pas oublier à quel point la vie est quelque chose de prodigieux. Considérez simplement le fait que l'ADN est le procédé de stockage de l'information le plus efficace qui soit : un million de gigabits par centimètre cube, soit une densité inégalable. L'homme fait des millions de fois moins bien.

Dans ces conditions, il est normal que l'évolution de la vie soit le procédé le plus ingénieux qui soit. Cet algorithme génétique est si extraordinaire, souple, puissant, riche qu'on ne peut qu'être béat d'admiration devant ses capacités encore largement méconnues. Alors certes, la thèse Dambricourt n'est pas prouvée à 100%, mais, puisqu'il est certain que Dieu s'investit dans l'évolution via le lien métaphysique, alors nous devons admettre que sa véracité est très fortement probable. Je le disais il y a un mois : il est dans la nature de Dieu de s'acharner à enrichir sa création, pour la rendre la plus complexe, la plus élaborée, la plus belle possible. N'est-il alors pas normal et logique qu'il dégote les moyens de faire évoluer ses créatures ?

Avec l'évolution, l'ADN devient de plus en plus sophistiqué. Peut-on vraiment penser que seules les mutations hasardeuses soient à l'origine de toutes les innovations de cet incroyable code génétique ?? Quelques-unes de ces fameuses mutations ne pourraient-elles pas être initiées par une mystérieuse force présente partout et s'acharnant à trouver le moyen d'encore améliorer son œuvre ? Je ne pense pas que sans l'action de Dieu la vie irait naturellement vers le plus complexe. Faites tourner un algorithme génétique : celui-ci va certes apporter rapidement la solution optimale, mais il ne va pas se mettre à innover en rajoutant des chromosomes au programme que VOUS avez développé... Pas si on ne lui dit pas de le faire en tout cas. Et c'est ce qu'a ''fait'' Dieu : il s'est arrangé pour que des innovations soient possibles. Même si je ne sais pas comment, ce que nous apprend Dambricourt ne peut que nous convaincre de cela.

Cette évolution des êtres vivants a quelque chose de vraiment fascinant, tant et si bien que je ne me lasse pas d'en connaître les détails.D'ailleurs, puisqu'il s'agit a priori de l'œuvre presque ''direct'' de Dieu, c'est quasiment un devoir d'avoir ne serait-ce qu'une idée de ses principales étapes. Rien que pour se rendre compte à quel point des êtres comme le champignon, la limace, l'homme ou la fourmi sont génétiquement proches. Voilà pourquoi j'aimerais partager maintenant avec vous quelques-unes de ses caractéristiques.

Comme vous le savez, au fur et à mesure de l'évolution, les espèces se diversifient et donc s'éloignent génétiquement les unes des autres. Pour retrouver cette histoire, l'histoire de l'algorithme génétique de l'évolution de la vie sur Terre, il faut recourir à ce qu'on appelle la classification phylogénétique. Il s'agit d'un système de taxinomie dont l'objectif est de rendre compte des degrés de parenté, c'est à dire la distance génétique, entre les espèces et qui permet donc, comme je le disais, de comprendre leur histoire évolutive, ou phylogénie. Elle ne reconnaît pas certains groupes comme les reptiles ou les poissons, contrairement à la classification classique. En fait, pour elle, la première grande division évolutive partage les êtres vivants en trois grandes catégories : les bactéries, les archées et les eucaryotes.

Phylogenetics-french.jpg

 

Nous sommes des EUCARYOTES. Les eucaryotes sont soit des bicontes, c'est à dire des plantes, soit des unicontes. On va trouver parmi ces derniers les améobozaireset les ophistocontes, lesquels sont principalement les champignons et les métazoaires. Ces derniers sont constitués de plusieurs clades d'éponges ainsi que des eumétazoaires. Nous sommes déjà bien avancés dans le gigantesque arbre phylogénétique du vivant et les eumétazoaires sont bien plus cousins entre eux que ne le sont l'ensemble des bactéries entre elles. Mais que sont les eumétazoaires ?

On les divise en deux clades : les radiaires et les bilatériens. Ces derniers se caractérisent par une symétrie bilatérale, une bouche et un anus... Les radiaires quant à eux sont principalement les coraux, les anémones et les méduses. Maintenant vous DEVEZ retenir ceci : les bilatériens sont composés des protostomiens et des deutérostomiens. Il s'agit là d'une division importante dans la grande famille des êtres vivants !! Donc ne l'oubliez pas...

Les protostomiens sont constitués par les lophothrocozoaires, c'est à dire les vers et les mollusques - la pieuvre est un mollusque -, d'une part et les ecdysozoaires - nématodes, tardigrades et arthropodes - d'autre part : des animaux très familiers donc. Je rappelle que dans les arthropodes il y a les myriapodes et les pancrustacés, dont font partie les insectes. Les deutérostomiens sont quant à eux les échinodermes, à savoir les oursins et étoiles de mer, et les cordés, enfin... Cela signifie que l'araignée, le crabe ou la pieuvre ont plus d'ADN en commun avec nous les êtres humains qu'avec les anémones de mer ou les méduses. Que les champignons ont plus d'ADN en commun avec nous qu'avec les plantes vertes. Que les étoiles de mer ont plus d'ADN en commun avec nous qu'avec les pieuvres !! Si vous n'avez pas compris cela, vous n'avez rien compris à la classification phylogénétique... Ce qui, entre parenthèses, ne m'étonnerait pas vraiment.

Voilà. Intéressant, non ? Vous savez désormais où placer les plantes, les champignons, les éponges, les radiaires et les bilatériens. Et vous savez que ces bilatériens sont composés des protostomiens et des deutérostomiens. À apprendre par cœur pour rendre hommage à la fabuleuse ''ingéniosité'' de Dieu... Ou du programme qu'il a mis en place et que l'on appelle Nature, à vous de choisir. Évidemment, ensuite, les ramifications continuent, et il n'est pas simple de se souvenir de tous les clades qui divisent les cordés pour arriver jusqu'aux tétrapodes, notre famille proche en quelque sorte.

C'est pourtant ce qui est le plus intéressant pour les gens puisqu'on y trouve une classification plus précise qui enlève tout son sens aux mots ''poisson'' ou ''reptile'. Je n'en parlerai pas pour le moment, pour ne pas surcharger cet article beaucoup trop long. Commencez donc à assimiler les informations que je viens de vous apporter, ce sera largement suffisant pour briller en société... Ou trouver un truc à dire aux repas de famille. D'ailleurs, si votre beau-frère ne vous a pas encore signifié qu'il préférerait que vous vous taisiez pour de bon et qu'on ne l'avait pas mis au courant qu'il allait participer à un dîner de cons, vous pouvez toujours enchaîner en lui parlant de l'autre extrémité du grand arbre phylogénétique qui mène à homo sapiens et dont voici un petit schéma :

H-family1.png

Bon, cette fois-ci, je me tais. J'arrête... Je la ferme. Jusqu'à la semaine prochaine.

Partager cet article

Repost0