Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Etape 1: le corps humain produit-il la conscience?

Publié le par Miteny

Ainsi tout individu frappé (par exemple avec un marteau) ressent une vive sensation de douleur. D’où vient cette vive sensation de douleur, qui est un phénomène que j’appellerai A ?

Appelons In, n étant un entier naturel variant de 1 à plusieurs milliards, l’ensemble des individus existants. Faisons maintenant l’hypothèse suivante : A est produit par le système nerveux (cerveau compris) de l’individu en question. Ce qui sous-entend que : « quelque soit n, « In frappé » implique l’existence de A associé à In. » (2) Ça me semble en effet tout à fait logique. Un système fait son bouleau de système, qu’il soit dans ce corps ou dans un autre. Comment remettre ce principe logique en question ?

C'est-à-dire que, quelque soit l’individu frappé, une vive sensation de douleur associée à cet individu apparaît. 

Ce résultat est-il vrai ? NON. Parce qu’il n’existe qu’un individu, un et un seul qui, s’il est frappé, est associé à une vive sensation de douleur. Qui ?

Pour Tzenga, c’est Tzenga… pour Miteny, c’est Miteny….. A vrai dire, peu importe. Ce qui est important, c’est que cet individu est unique et que donc la proposition (2) est fausse : elle n’est vérifiable par rien ni personne. L’hypothèse faite est donc elle aussi fausse.

La démonstration de la transcendance de l’esprit sur la matière pourrait-elle être aussi simple que ça ? Moi aussi, j’en doute car sinon l’existence de Dieu serait universellement reconnu (à moins que…).

Publié dans Archives 2006-2009

Partager cet article
Repost0

Une démarche et un raisonnement.

Publié le par Miteny

Je propose une démarche et un raisonnement. Si un raisonnement est faux, on doit pouvoir me dire où se trouve l’erreur. D’où la démarche proposée : trouver l’erreur. Quant au raisonnement, le voici :

Première étape.

Un constat simple. « Personne ne peut ressentir ce que je ressens et je ne peux pas ressentir ce que ressent autrui. » « Rationalisation » de ce constat (avec l’exemple de la douleur) :

« Il existe un et un seul p, p<N, tel que « Ip frappé » implique l’existence d’une sensation de douleur associée à Ip. » Appelons ce phénomène (sensation de douleur) A. 

Deuxième étape. Or, un principe simple de la logique est le suivant : 2,3, 100, N entités identiques sollicitées de la même manière produisent le même phénomène. Autrement dit « la connaissance de la cause dépend de celle de l’effet et l’enveloppe ». Exemples : n’importe quoi, lampe…  

Troisième étape. Faisons l’hypothèse suivante : Le corps humain (cerveau…) produit A. Donc, en vertu du principe précédent, à chaque fois qu’un corps humain est sollicité, on devrait constater l’existence de A… sauf à remettre en cause l’étape précédente. Si erreur, il y a, il faut dire à quel endroit et ensuite approfondir.

Publié dans Archives 2006-2009

Partager cet article
Repost0