Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Souvenir de mai 2006: un jeu cynique.

Publié le par Miteny

Je me laisse aller aujourd’hui et j’ose tout : y compris afficher mon optimisme béat devant l’avenir qui nous attend !

Sur le plan international : Une crise majeure se profile et elle concernera tous les pays. Elle surviendra sans crier gare, lorsque plusieurs situations déjà tendues se dégraderont brusquement… et simultanément. Lorsque :

- Un terrible attentat frappera la coupe du monde de football

- le virus de la grippe aviaire mutera et provoquera une pandémie mondiale

- les Etats-Unis décideront d’attaquer l’Iran 

 Alors le prix du pétrole augmentera de façon très significative plongeant la planète dans une crise économique terrible. Celle-ci sera amplifiée par la détresse africaine, le fossé grandissant entre le nord et le sud, les cyclones, les sécheresses, le bouleversement climatique, les tremblements de terre. Aussitôt après l’équilibre social sera compromis. Les révoltes, les manifs, les émeutes seront monnaie courante : l’armée, la police et l’extrême-droite auront de plus en plus d’influence. La loi martiale sera la règle. La guérilla envahira la planète. Les gens seront désespérés. Les partis politiques traditionnels seront désavoués. 

Sur le plan national : Un jeune homme totalement inconnu jusqu’à maintenant va se retrouver sur le devant de la scène. Comment ?? Invité à présenter sa démonstration à un échantillon de personnes influentes, il arrivera à convaincre ces derniers, lesquels seront très étonnés. Le premier pas sera fait. Sa démarche intéressera beaucoup de gens dans une société en proie à un désarroi grandissant. 

Voilà. Tout ceci est à la fois proprement loufoque mais surtout totalement gratuit ! Je tiens à préciser que je ne souhaite aucunement que tout ce que j’ai décrit ici se produise réellement. J’écris ça simplement pour plus tard me souvenir de ma façon de voir l’avenir en mai 2006.

Publié dans Archives 2006-2009

Partager cet article
Repost0

Une démonstration simple?

Publié le par Mitny

Je vais essayer de remettre à plat mon raisonnement en me permettant de proposer un énoncé vérifiable par l’expérience, donc a priori vrai. En effet, on peut raisonnablement dire que si une affirmation est vérifiée par l’expérience, alors elle est vraie.

Première étape. Par souci de rationalisation, j’ai numéroté les individus. Je ne reviens pas là-dessus.

Deuxième étape. L’énoncé que je propose est, par exemple : (1) « Il existe un et un seul p, p<N, tel que « Ip frappé » implique l’existence d’une sensation de douleur associée à Ip. »

C’est vérifiable expérimentalement par tout le monde. Par A, p étant le numéro correspondant à l’individu A. Par B, avec p le numéro correspond à l’individu B. Par Miteny, p étant cette fois-ci le numéro correspondant à l’individu Miteny… Etc.…

Avons-nous ? (2) « Quelque soit p, « Ip frappé » implique l’existence d’une sensation de douleur associée à Ip. »

Non. Cet énoncé n’est vérifiable par personne, donc faux. Il n’existe personne qui puisse vérifier cette affirmation. Aucun « expérimentateur » ne peut avoir conscience à la fois des douleurs des individus A, B, C, D… Par contre n’importe quel expérimentateur peut vérifier les réactions objectives de chaque individu, comme il pourrait expérimenter les réactions d’un zombi philosophique.

Donc, expérimentalement, le seul énoncé valable est : « Il existe un et un seul p, p<N, tel que « Ip frappé » implique l’existence de la sensation de douleur. »

Je ne peux même pas dire que p peut être quelconque, parce que je n’en suis pas sûr, même si c’est très probable.

Troisième étape. Or s’il était vraiment dans les compétences de Ip de produire cette « sensation de douleur », (2) serait vrai. Par exemple, il appartient à la nature de la lampe en bon état de pouvoir produire la lumière. Si on prend 100 lampes que l’on nomme Ln, n allant de 1 à 100, on a bien « Quelque soit n, « Ln allumé » implique l’existence d’une lumière associée à Ln. »

C’est pourquoi, j’ai conclu jusque là qu’un corps en fonctionnement n’était pas suffisant pour qu’existe « la conscience des choses ».C’est l’explication la plus simple, la plus économique et la plus logique en vertu de ce que l’on constate. L’existence d’une transcendance nécessaire n’est pas magique, mais logique. Ce n’est pas en manipulant des concepts abstraits que l’on devient forcément irrationnel.

Publié dans Archives 2006-2009

Partager cet article
Repost0