Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blues du prédicateur.

Publié le par Miteny

J'ai parfaitement compris que je serai toujours insulté et méprisé simplement parce que je défends la première évidence au monde. Cela peut durer encore des centaines d'années tant la bêtise semble être la religion la plus répandue dans ce monde en perdition.

C'est tellement triste et désespérant qu'il vaut mieux tout faire pour oublier : boire, danser... ou écrire des poèmes comme celui-ci, librement inspiré d'une tirade du Cid de Corneille.

 

Ô rage, Ô désespoir, Ô vieillesse ennemie !

Que n'ai je donc tant vécu que pour cette infamie !

Maltraité, insulté par tous ces débiles

qu'on croirait tout droit échappés de l'asile

Me voilà bras ballants avec une évidence

qui devrait être la base de la plus humble science

 

Ô cruel destin de tous les hommes intelligents

astronomes, scientifiques, philosophes, et savants

qui avaient tentés d'ouvrir les yeux des manants

pour finir méprisés et raillés par les gens.

Pourquoi faut-il que l'injustice soit notre pain,

que le mensonge précipite ainsi notre fin ?

 

Si, désespérément, je réclame la justice

ce n'est point par orgueil mal placé, ni par vice

car il est aimable de défendre la vérité

lorsqu'on admet qu'elle peut sauver l'humanité.

Négliger une évidence divine si profonde

est un luxe immense que notre pauvre monde,

dont le saccage est déjà fort bien avancé,

sous peine de disparaître ne pourrait supporter.

 

Car enfin n'est-il pas extrêmement insultant

de les voir nier que le corps est insuffisant ?

Ces gens là poussent la perversion et l'horreur

jusqu'à refuser l'existence de la douleur.

 

Mes rimes ne sont ici pas aussi riches que celle de Corneille, malheureusement. Mais bon, on fait ce qu'on peut.

Bien cordialement.

 


Le Cid - Acte I Scène IV (monologue de Don Diègue) 

Publié dans Best of chansons

Partager cet article
Repost0

Plus précieuse que tout : la conscience.

Publié le par Miteny

Dans cet article, j'avais présenté le plan de cette petite série sur Dieu dont voici l'épisode précédent. Aujourd'hui, j'ai l'honneur de vous présenter le premier volet de la troisième partie, consacrée à la conscience.

La conscience de soi est un phénomène extraordinaire, nous sommes obligés de le reconnaître. J'en avais déjà parlé dans cet article, mais je pense qu'il n'est pas inutile d'insister, car vous avez du mal à vous rendre compte que toute entité limitée par l'espace ne peut pas être capable d'être la source de la moindre conscience de soi.

Cela peut paraître étonnant, je le concède, mais c'est bien la formidable vérité que nous constatons tous : de quoi remettre en cause de nombreux modèles trop vite établis...

Mais pourquoi me demanderez-vous sans doute encore et encore... Pourquoi est-ce impossible ?

Et bien parce que tout ce qui est limité dans l'espace peut être reproductible, c'est à dire mis en plusieurs exemplaires dans ce même espace. Si une chose limitée par l'espace était capable de produire de la douleur ou du plaisir par exemple, alors pourraient exister en même temps une sensation douloureuse et une sensation de plaisir dans la même réalité. Nous comprenons facilement pourquoi c'est absurde.

En effet, si on admet tout à fait qu'il puisse y avoir deux lumières, deux sons, deux objets dans une même réalité, dans un même espace, on ne peut par contre pas imaginer un instant qu'il y ait deux sensations produites simultanément, c'est à dire ressenties en même temps !!

Vous vous imaginez vous, en train de ressentir une douleur atroce et un plaisir intense en même temps ? Non, bien sûr, c'est idiot.

C'est pourtant ce qu'impliquerait la très absurde suffisance du corps ou de n'importe quelle entité limitée dans l'espace : on a beau tourner et retourner le problème dans tous les sens, le corps humain, malgré sa complexité et son très grand niveau de sophistication, ne peut en aucun cas être en mesure d'être la cause unique d'un quale (sensation, pensée, état mental). C'est une grande évidence.

Même une technologie très, mais alors très avancée, ne pourrait pas fabriquer une machine capable de reproduire la conscience de soi.Même si l'engin avait la taille du système solaire, même si l'engin était 100 fois plus complexe que le corps humain, il ne pourrait pas. Parce que c'est tout simplement structurellement complètement impossible !

Attention, je ne parle pas de fabriquer un robot dont les escrocs vous diraient qu'il ressent de la douleur simplement parce qu'ils ont installé un haut-parleur qui fait « aie » quand vous le frappez !

Non, je ne parle pas de ce genre de gadget pour débiles, mais bien de recréer artificiellement en dehors du corps d'une personne, c'est à dire au niveau de la machine fabriquée, la douleur qu'elle ressent par exemple lorsqu'elle se cogne. Autrement dit, il faudrait que cette personne ait mal au niveau de la machine !! Et bien ça, c'est impossible et totalement non envisageable, vous le comprendrez facilement.

Est-ce que vous vous rendez compte une seule seconde à quel point c'est un résultat fantastique ???

Voilà une belle et grande évidence qui pose néanmoins de gros problèmes aux théoriciens, nous allons le voir. Surtout que dans ce domaine, comme théoricien compétent, il y a surtout... moi. En effet, nous n'avons toujours pas répondu à la question : comment diable peut-on fabriquer de la conscience de soi ?

La question devient vraiment passionnante lorsqu'on se rend compte qu'il nous est impossible d'imaginer une entité matérielle capable de la reproduire. Plus que le corps, c'est n'importe quelle sorte de matière qui ne suffit pas.

Il faut donc autre chose, je l'ai répété assez souvent. J'ai régulièrement appelé cette autre chose le lien métaphysique, parfois la spiricité, la force, la FOD ou tout simplement « autre chose ». Nous, pauvres petits êtres humains, seront toujours incapables de reproduire artificiellement ce lien métaphysique, je viens d'expliquer pourquoi.

Dans un de mes articles précédents, j'avais évoqué l'hypothèse d'un certain philosophe qui supposait que notre monde pourrait être le jouet d'une civilisation très avancée, donc capable de reproduire ''informatiquement'' de la conscience puisque nous sommes des créatures conscientes. Or nous venons de dire que c'était impossible.

L'hypothèse est donc fausse et si notre monde est une sorte de simulation informatique, seul Dieu peut en être l'auteur...

SEUL DIEU PEUT EN ÊTRE L'AUTEUR !!

Je répète l'extrait que j'avais déjà cité :

« La réflexion de Bostrom présente un avantage, si l'on peut dire : si nous croyons que nous sommes des êtres simulés (à l'initiative d'êtres disposant de la technologie nécessaire), alors Dieu existe - c'est notre simulateur - et la vie après la mort aussi - une simple commande du logiciel. »

On peut même aller un peu plus loin : il est sans doute impossible de détecter matériellement ce lien métaphysique. Car si on pouvait le détecter dans l'espace, il serait limité par lui, c'est à dire localisable. Et la conscience pourrait être fabriquée par une entité limitée par l'espace. Ce qui est impossible, nous venons de le voir. En fait, jamais on ne pourra montrer physiquement la trace du lien métaphysique, cela contredirait la démonstration de l'insuffisance du corps !

Ne trouvez-vous pas cela très étonnant ? Voilà donc quelque chose de fondamentale car absolument nécessaire à la conscience de soi mais de totalement indétectable par des instruments de mesure. Quelle est donc cette « chose », cette « force », ce lien métaphysique ??

Dans cet article de 2010 intitulé Autres considérations sur la nature de Dieu, j'avais introduit un peu vite le concept de spiricité, par analogie avec l'électricité. Cela était par trop naïf. Mais aujourd'hui, en 2012, que pouvons-nous dire à ce sujet ?

La suite au prochain épisode.

 

Insuffisamment vôtre.

 

Partager cet article
Repost0