Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gagner 3000 Euros: étape 1.

Publié le par Miteny

Etape précédente.

Donc seule la Nature (terme générique évoquant toute la matière qui existe et qui interagit) doit être capable seule de fabriquer la douleur. En effet, puisqu’il n’existe rien en dehors d’elle, son fonctionnement doit lui seul expliquer l’apparition de tous les phénomènes.

Entendons nous bien sur la définition du mot douleur.

De la douleur apparaît pour moi : j’ai mal. De la douleur apparaît pour X : X a mal.

La douleur existe (pour énormément de gens en tout cas). Si vous n’êtes pas d’accord (peut-être que je me trompe), voilà la première occasion de vous exprimer. Si vous êtes globalement d’accord, la suite est ici.

PS : je rappelle que la douleur n’est ici qu’un exemple (voir introduction). Je préfèrerais employer le mot conscience (pour plus de « noblesse » dans la démonstration) mais j’ai peur qu’il ne prête à confusion.

Publié dans Archives 2006-2009

Partager cet article
Repost0

Cafetière, ampoule et autres...

Publié le par Miteny

Je programme la rediffusion de certains commentaires pour faire vivre un peu le site même si je ne suis pas là jusqu’au 10. « En fait c’est très simple. Tu es d’accord pour dire que tu n’as jamais ressenti de douleur provenant de Materazzi donc qu’un corps quelconque ne suffit pas pour produire de la douleur. Si les éléments de la Nature ne suffisent pas, il faut autre chose : Dieu.

N’importe quelle lampe en bon état parcouru par du courant suffit pour fabriquer de la lumière, sa lumière : OUI.

Une cafetière en bon état parcouru par du courant (aussi) suffit pour fabriquer du café, son café : OUI.

N’importe quel système nerveux parcouru par une sollicitation suffit pour fabriquer de la douleur (sa douleur) : NON.

Tu bois du café de la cafetière rouge. Tu bois SON café. Mais est-ce que tu ressens de la douleur du corps de Mat. Ressens tu SA douleur, toi ?

NON. Il faut être rigoureux et ne se placer que du point de vue d’un individu et s’y tenir en vertu du principe suivant : ce qui est universellement vrai doit être vrai pour tout le monde. Si on admet que les autres souffrent aussi ce n’est pas à cause d’une vérification scientifique mais plutôt par compassion.

Publié dans Archives 2006-2009

Partager cet article
Repost0