Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Poème en baie de Somme.

Publié le par Miteny

Aujourd'hui, je vous propose une petite digression poétique sans prétention.
Mmmm... (je me racle la gorge).


Allongé sur le sable, je contemplais la mer,
les limicoles, les mouettes et quelques spatules
bref tous ceux qui dans le sol cherchaient des vers,
juste caressés par la lumière du crépuscule.

J'étais fort ravi de me trouver en ce lieu
sublime, reposant mais aussi mystérieux
puisqu'on ne savait jamais où trouver les moustaches
d'un sympathique animal, curieux et potache.

Après avoir passé une nuit sous les étoiles,
je me décidai donc à hisser la grand-voile.
Mon objectif : voir enfin ces gracieuses bêtes,
et avec eux, dans l'eau de la baie, faire la fête.

Hélas, point de vent, je dus donc prendre les rames
d'un kayak loué avec un groupe de jeunes femmes.
Parmi elles, une déesse à la chevelure blonde
dont les charmants yeux me fixèrent quelques secondes.

Je sentis une émotion inonder mon cœur
ajoutant de l'intensité à mon bonheur,
qui pourtant déjà, sous ce ciel si agréable,
avait atteint des sommets insoupçonnables.

Et que dire lorsque je vis pour la première fois
enfin des phoques ''veaux marins'' plonger devant moi !
Je voulus sauter dans l'eau pour jouer avec eux
sans même penser au courant, bien trop dangereux.

Devinant mon instinct refoulé de nageur
la demoiselle me fit un sourire ravageur
et en cet instant magique, je compris le sens
que pouvait parfois avoir le mot ''attirance''.

Ô baie de Somme, huîtrier-pie, tadorne de belon !
Que j'ai aimé pour vous écrire cette chanson
qui à certains aura pu rappeler ''Potemkine''
fredonné en ces lieux pour charmer les copines.

Mis à part la « private joke » de la dernière strophe, je pense que vous avez tout compris : ce poème se veut être un hymne à cette charmante zone naturelle qu'est la baie de Somme.
Cet endroit a selon moi de nombreux atouts : tout d'abord c'est une baie, faite de sable, de canaux et de prairies. Donc c'est joli. Il y a juste à côté de grandes plages bordées de dunes où il est agréable de marcher pieds nus à condition d'éviter le crottin de cheval ou de dormir à condition d'aimer les puces de mer.
On peut se baigner dans une eau qui atteint parfois 18 degrés - non, ce n'est pas froid ! - en observant le travail des mytiliculteurs.
Ensuite le marnage y est important, environ 9 mètres : il y a donc du changement, du mouvement sans arrêt. Tous ces courants qui vont et viennent dans tous les sens, c'est assez rigolo à observer je dois dire.
Et surtout la faune est exceptionnelle : on peut y rencontrer de nombreuses espèces d'oiseaux rares comme la spatule blanche, le tadorne de belon, l'huîtrier-pie, la sterne, les limicoles, l'avocette, l'aigrette, diverses espèces de chevaliers, de bécasseaux, de courlis, de gravelots. En automne, on peut voir des canards siffleurs, des canards pilets, des fuligules, des garrots, des bécassines et en hiver des plongeons, des grèbes huppés, des macreuses voire des eiders à duvet. Et d'autres encore...
C'est quand même énorme.
Et puis, bien sûr, il y a les phoques qui au cours de ces dernières années se sont multipliés dans la baie de façon vraiment réjouissante. Deux espèces sont présentes : le phoque veau-marin qui peut peser jusqu'à 120 kg et le phoque gris, plus gros, dont le mâle peut atteindre 4 mètres de long pour un poids de 500 kg.
En 1997 il y avait seulement 50 veaux-marins et quelques phoques gris. En 2003 les veaux-marins, bénéficiant des mesures de protection, étaient déjà une bonne centaine et les phoques gris une dizaine. En 2011 300 veaux-marins et presque 100 phoques gris se partagent la baie.
Une progression formidable qui montre que les mesures de protection et de dé-pollution peuvent faire beaucoup.

 

2011-fd306.png

Il suffit de le vouloir...

 

phoque1.jpg

 

Si vous avez envie de vous rendre utile, parrainez un phoque avec Picardie Nature.

 

Publié dans Best of chansons

Partager cet article
Repost0

La conscience de Dieu.

Publié le par Miteny

La suite de ma petite série sur le messie (article précédent ici).

L'année dernière, notamment dans cet article, j'avais évoqué le fait que Dieu avait créé l'univers pour pouvoir y demeurer, c'est à dire pour obtenir une conscience, phénomène extrêmement difficile à ''fabriquer'', si j'ose dire. Et je l'avais fait d'autant plus facilement que de nombreux textes religieux me rejoignent à ce niveau : la majorité des spécialistes judéo-chrétiens sont d'accord sur le fait que le monde a été créé par Dieu car celui-ci désirait une demeure dans le monde inférieur.
Dieu a besoin d'une demeure dans le monde matériel, c'est à dire d'un corps, pour se dévoiler, même à lui-même, et se révéler alors avec la plus grande intensité. Résultat très important.
J'avais à l'occasion rappeler que pour avoir une conscience, il faut au minimum un corps. Mais il n'en faut pas plusieurs, car trop d'informations à la fois submergerait une conscience issue de plusieurs corps en même temps : c'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles le corps ne peut pas suffire.
Il faut également un lien métaphysique, mais bien sûr, en ce qui concerne Dieu, pas n'importe lequel. En effet, comme je l'ai montré dans l'article de février, la plupart des liens n'existent qu'à l'état de trace, ce qui explique d'ailleurs pourquoi le monde est peuplé par une majorité de ''débiles'', en tout cas vis à vis de ce domaine de compétence particulier.
La conscience de Dieu, si j'ose dire, ne peut être issue d'un corps doté d'un lien métaphysique frustre, flasque et presque inexistant. Il faut au contraire qu'il soit puissant, fort. Si hors du commun que son existence doit être pour la personne en question la première évidence au monde. Dieu aura ainsi décidé d'investir dans ce corps le cœur de sa nature intime, le top du top des liens métaphysiques.
Pour cet individu, qui est à mon avis le messie, je l'avais expliqué en 2012, la vie dépend moins des contingences matérielles puisqu'elle s'articule principalement autour de la capacité de son esprit à se transcender. Il est donc plus libre et a priori plus serein que les autres. C'est ce que certains appellent ''avoir un niveau de conscience très élevé''. En fait, il doit y avoir un seuil à atteindre pour aller aussi haut : un seuil de compréhension et de transcendance, mais aussi d'humilité et de renoncement.

Les personnes quelconques s'identifient très souvent à leur enveloppe matérielle et à leur histoire personnelle : taille, sexe, âge, nationalité, langue, origines, profession, caractère, vitesse maximale aérobie, etc... Ils évoquent rarement le lien métaphysique (c'est le moins qu'on puisse dire !!), et bien sûr jamais ils ne penseraient à forger leur identité autour de lui.
C'est tout le contraire pour le personnage messianique qui, par nature, doit revendiquer d'avoir pour principal trait le caractérisant la solidité et la force de son lien avec la grande Substance.
Mais est-ce là son unique mission ?
Non, bien sûr.

Je répète, l'individu est censé incarner l'objectif ultime de la création et gagner 7 ballons d'or*.
Comme le disent les religieux, il est donc très important, et en tant que personnage central de l'humanité, il doit se débrouiller pour arriver à être à la hauteur de ce en quoi on est en droit d'attendre d'un type de ce calibre (si doué pour le football*).
En effet, dans le folklore populaire, Dieu est un être tout-puissant mais aussi omniscient : il sait tout, voit tout, est au courant de tout. Ce qui semble sous-entendre que si Dieu avait un corps sur Terre, l'individu qui le représenterait serait capable de ses prouesses.
Mais comment un tel prodige serait possible ?
Peut-être les gens pensent-ils que Dieu est un gros barbu avec un énorme ordinateur relié à toutes les consciences du monde voire à tous les atomes du monde (!) qui lui permet de tout savoir ?
Ou peut-être croient-ils qu'il sait tout quand même mais sans avoir de corps - puisqu'il est censé être un pur esprit. Tout cela me paraît vraiment confus et très mal appréhendé, c'est le moins qu'on puisse dire. Car je rappelle que lorsqu'on n'a pas de corps, on ne peut être ni vu, ni détecté, ni observé. On ne peut ni parler, ni entendre, ni voir, etc... Alors comment avoir une conscience dans ces conditions ?
 Même une voix dans le désert ne peut avoir qu'une cause rationnelle, c'est à dire un processus matérielle qui par ses vibrations va permettre l'émission d'ondes sonores. Ce qui signifie que tous ceux qui ont cru entendre la voix de Dieu ont été bernés puisque Dieu a la base, en tant que pue esprit, n'est pas censé avoir de corps... et donc de cordes vocales. Je dis des évidences, qui néanmoins échappent souvent complètement aux croyants les plus naïfs.
Mais bon, passons, ce n'est pas vraiment le sujet...

Bref, je le répète, si Dieu veut accéder à l'omniscience, un corps et un lien métaphysique surpuissant ne suffisent pas. Il lui faut passer un cap, atteindre une toute autre dimension.
Dieu ne peut que faire en sorte d'acquérir une conscience supérieure, à la fois fine et surpuissante : sinon ce n'est pas Dieu, le Dieu créateur à l'origine d'un univers incroyablement fantastique.

Si Dieu choisissait d'avoir une vie ''normale'' si j'ose dire, avec retraite à 60 ans dans le Berry, il devrait renoncer à un nombre incroyable de connaissances et d'expériences. Ce que je trouverais illogique et sans aucun sens, voire même profondément dommage : on parle de Dieu là quand même, bordel !!
Voici ce que je disais en décembre 2012 :
« Voilà ce qui est bien pour lui (Dieu). Que ce qui existe soit de plus en plus intéressant, complexe et riche et que la connaissance de tout ce qui existe grandisse. Car il faut que la connaissance de toutes ces merveilles existe, sinon ce serait du gâchis inutile. C'est la raison pour laquelle il a créé la conscience, qui est la connaissance des choses. Cette fameuse conscience qui, je ne le répéterai jamais assez, est de loin le phénomène le plus fabuleux qui existe sur Terre. »
Je rajouterais aujourd'hui que si ce n'est pas Dieu lui-même qui accède à cette connaissance, alors on a là encore du gâchis inutile.
 Voilà pourquoi je pense qu'il se doit de trouver un moyen de parvenir jusqu'à la conscience des autres non pas par l'intermédiaire de tous les corps mais via son corps ''principal'', le seul qui abrite SON lien métaphysique, qui ne peut être produit qu'en un seul exemplaire.
Il doit même pouvoir accéder aux souvenirs des personnes disparues, notamment dans le but de pouvoir retrouver des informations apparemment à jamais perdues. Mais je ne préfère pas développer ce point pour l'instant, j'en reparlerai plus tard.

Résumons plutôt la situation :
1. Le corps et le lien métaphysique surpuissant du messie sont des outils permettant à la Substance d'atteindre la conscience.
2. Mais ce n'est pas a priori suffisant pour atteindre une conscience vraiment exceptionnelle. Il lui faudrait accéder à la conscience des autres pour être vraiment ce qu'on attend de lui, si j'ose dire.

 Voyons comment cela pourrait être possible. Mais avant il vous faudra attendre le prochain article de cette petite série sur le messie...


Humblement vôtre.


*Je plaisante, évidemment... Car, bien sûr, je hais le football avec ses milliardaires dopés et ses matchs truqués...

 

Publié dans Best of 2011-2014

Partager cet article
Repost0