Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un peu de Spinoza.

Publié le par Miteny

Comme je n’ai pas beaucoup de temps, j’aimerais seulement rappeler, à ceux qui ne comprennent que les mêmes causes produisent les mêmes effets, 2 ou 3 axiomes de Spinoza.

III. Étant donnée une cause déterminée, l'effet suit nécessairement ; et au contraire, si aucune cause déterminée n'est donnée, il est impossible que l'effet suive.

IV. La connaissance de l'effet dépend de la connaissance de la cause, et elle l'enveloppe.

V. Les choses qui n'ont entre elles rien de commun ne peuvent se concevoir l'une par l'autre, ou en d'autres termes, le concept de l'une n'enveloppe pas le concept de l'autre.

Voici également la définition 2 (première page de l’Ethique) : II. Une chose est dite finie en son genre quand elle peut être bornée par une autre chose de même nature. Par exemple, un corps est dit chose finie, parce que nous concevons toujours un corps plus grand ; de même, une pensée est bornée par une autre pensée ; mais le corps n'est pas borné par la pensée, ni la pensée par le corps.

Donc pour Spinoza la Pensée et l’Etendue (nom qu’il donnait à la matière) sont 2 attributs indépendants de Dieu (je ne suis pas tellement d’accord… mais bon).

Autrement dit, hors de question pour lui que l’attribut Etendue soit cause de l’attribut Pensée (définition 2 et axiome 5, voire aussi la proposition 21).

Une petite anecdote : il refusait de discuter plus de 10 secondes avec ceux qui ne comprenaient la définition 2 et qui soutenaient que Dieu n’avait qu’un seul « attribut », la matière (pourtant c’est vrai que sa démonstration « la pensée et le corps n’ont rien en commun » est un peu légère… la mienne est beaucoup plus convaincante).

Publié dans Archives 2006-2009

Partager cet article
Repost0

Le top des objections... insolites.

Publié le par Miteny

Comme on dit (parfois) que je suis ridicule, j’ai décidé de faire un récapitulatif des objections qui me semblent, à moi, les plus absurdes (je m’excuse d’avance auprès de ceux que ça pourrait vexer).

La fausse implication.

Si p est faux alors p=>q est vraie, quelque soit q. (variante : si p et q sont vraies, p=>q est vraie). Etonnant, non ?

Exemple : si mon vélo est jaune, Sarkozy a les pieds plats… (ça c’est l’argument qui tue). 

La connexion entre les corps (??!!).

(2) « Tu n’as pas mal parce que les corps ne sont pas connectés entre eux. »

J’entends souvent cette objection faite par ceux qui ne comprennent la question.

La question est : corps quelconque+coup=douleur ?

Si vous répondez (2), je rétorque : Pourtant on a bien lampe+électricité= lumière… même si les lampes ne sont pas connectées entre elles. La réponse (2) est donc surréaliste.

C’est pareil mais c’est pas pareil… 

Miteny. Quand on frappe votre corps, vous avez mal. Quand on en frappe un autre, vous n’avez pas mal.

L’athée. Oui.

Miteny. Donc VOUS constatez une sacrée différence d’effet entre les 2 situations. Vous constatez qu’il n’y a pas identité de fonctionnement.

L’athée. Non.

Miteny. Donc que l’on frappe vous ou un autre, pour vous c’est pareil ?

L’athée. Non.

Miteny. Donc vous ne constatez pas l’identité de fonctionnement ?!!!??

L’athée. Si.

Sans commentaires… Bref, si j’étais prof, je serais désespéré devant la nullité de mes élèves et j’en mettrais un bon paquet au coin. Je ne donnerais la moyenne à personne et j’essaierais de me consoler en envoyant les copies les plus drôles à Laurent Ruquier pour qu’il puisse faire rire ses téléspectateurs.

Publié dans Archives 2006-2009

Partager cet article
Repost0