Misère, misèèèèère !! (épisode 1b).

Publié le par Miteny

 

Le retour de la saga du vendredi !

 

« Allez mesdames, messieurs, ne soyez pas timides; Venez acheter la vérité non pas pour 50 Euros, même pas pour 30 Euros, pas même pour 25 Euros mais pour moins de 20 Euros ! Oui!  Vous ne rêvez pas, c'est bien la réalité, mesdames, messieurs ! Une connexion directe avec Dieu pour moins de 20 Euros !

N'ayez pas peur de vous faire plaisir, n'ayez pas peur de connaître les secrets de l'univers, n'ayez pas peur d'accéder à la vie éternelle pour moins de 20 Euros seulemeeeeeeent ! La résurrection des morts pour le prix d'un DVD. La foi pour le prix d'un sac de pommes de terre. N'hésitez pas une seconde !

...

Mademoiselle ! Mademoiselle ! Un petit livre peut-être?? Pour aider un chômeur. »

 

La jeune fille regarda Miteny d'un air dédaigneux. Elle jeta un coup d'œil méprisant à l'ouvrage que le pauvre homme tentait de vendre si maladroitement puis accéléra le pas. Il faut dire que l'individu n'avait rien d'attirant. Il sentait la sueur et portait une barbe de deux semaines. Ses habits semblaient supplier qu'on les aide à quitter la peau de ce looser et à enfin accéder à cet endroit magique qu'on appelle « machine à laver ».

Miteny eut à peine le temps d'admirer la finesse de la silhouette de celle qui l'avait méprisé. Maintenant être méprisé, il avait l'habitude. Il était si malheureux, mais ça aussi il avait l'habitude.

Il avait du quitter son logement après avoir été viré de son travail suite à la terrible crise qu'était en train de traverser la France. L'euro s'était écroulé, l'Allemagne était sortie de la communauté européenne et en Italie, c'était la guerre civile. Bref, c'était vraiment le bordel.

La situation était ironique quelque part, car tout ce qu'il se passait, il l'avait prévu et écrit dans le livre qu'il vendait maintenant à la sauvette. Il avait acheté tout un stock avec ses dernières économies et, pour donner un sens à sa vie, il abordait les passants en essayant de les détourner de leur quotidien morose avec ce qui était pour lui LA VÉRITÉ.

Mais soyons précis. En fait il n'abordait pas les passants mais les passantes. Il visait en priorité les jolies filles. Un sourire lui donnait le morale pour la journée. Un sourire ponctué d'un « non, merci », ça lui faisait deux jours. Et si la créature de rêve lui prêtait ne serait-ce que quelques secondes d'attention, il était presque heureux pendant un mois. Il faut savoir se contenter de peu quand on est dans la misère.

Tout à coup, il fut pris d'une immense tristesse. Ça lui arrivait souvent. Il avait le sentiment d'avoir raté sa vie. Oui, il le savait, il avait tout raté. Il n'avait même jamais réussi à avoir une copine digne de ce nom. Seule une idée lui permettait de tenir le coup; il voulait voir 2035. Il voulait savoir ce qui allait se passer maintenant que le monde s'écroulait à vitesse grand V. Mais cette idée ne lui permettait pas d'être fort tout le temps; alors il s'assit parterre, baissa la tête et plaça devant ses pieds la pancarte qu'il avait préparé et qui disait « Pour manger, je vends ce livre ».

Pas très convaincant.. mais, que voulez-vous, il n'avait jamais été très doué pour la publicité. Des larmes coulèrent le long de ses joues... Absorbé par la contemplation de son propre malheur, il ne vit pas que des skinheads étaient en train de l'encercler. L'un d'eux lui donna un coup de pied. Miteny sursauta et releva la tête, tout surpris. Aussitôt, il comprit qu'il allait passer un sale quart d'heure...

 

A SUIVRE

Publié dans Archives 2010-2011

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tindaloo 15/02/2013 08:11


On dit "autant pour moi" dans ce cas là


L'académie Française n'est pas tout à fait de
cet avis.
Je cite


----


Au temps pour moi


Il est impossible de savoir précisément quand et comment est apparue l’expression familière au temps pour moi, issue du langage militaire, dans laquelle au temps ! se dit pour commander
la reprise d’un mouvement depuis le début (au temps pour les crosses, etc.). De ce sens de C’est à reprendre, on a pu glisser à l’emploi figuré. On dit Au temps pour moi pour admettre son erreur
– et concéder que l’on va reprendre ou reconsidérer les choses depuis leur début.


L’origine de cette expression n’étant plus comprise, la graphie Autant pour moi est courante aujourd’hui, mais rien ne la justifie.


----


En conclusion, même si la forme "Autant pour moi" est acceptée, la version "Au temps pour moi" est plus légitime.

miteny est un sac à merde 14/02/2013 19:17


 


 


miteny le malsains qui n'a que du mépris pour les autres .


ps : le looser c'est toi  et n'espère pas un jour vivre en
vendant tes torchons !

Miteny 14/02/2013 19:22



T'as pas compris que dans l'extrait, je parlais d'un moi hypothétique situé dans le futur ??


T'es donc si stupide ??



Bernard Pivot 14/02/2013 18:11


13 heures. Elise venait de laver la vaisselle après le déjeuner. Elle s'assit devant l'écran de son ordinateur et, plongeant ses yeux dans le maussade ciel derrière la fenêtre, se mit à penser.
"Le 14 février, une date tant redoutée...". Pendant que certains partageront la joie d'être ensemble, d'autres déploreront la malchance d'être esseulés dans leur triste demeure. Que faire ?


Elle pensait toujours au même homme, non pas parce qu'une tradition était célébrée, mais parce qu'elle n'y pouvait rien. Que faire ? Dans le fond, elle savait. Mais devait-elle le faire ?
Etait-ce bien ? Etait-ce mal ? Elle avait tant souffert d'avoir reçu méchanceté et violence par le passé. De cela il y avait bien des années, et elle n'en était plus touchée. Mais elle ne voulait
pas reproduire la même histoire.
Mitney la pardonnerait-il de s'être montrée le contraire de ce qu'elle voulait ? Et lui ? Que voulait-il ?
Un seul moyen de le découvrir en un jour spécial. Dois-je lui écrire une petite lettre ? Dois-je lui téléphoner ? Le ventre resserré, chamboulé, elle ne parvenait pas à se décider. Elle savait
pour sûr que le fleuve du temps lavait les situations et les montrait plus claires. Et ici, la clarté de la situation s'était manifestée : Elise avait besoin de l'homme de ses pensées. Avec tout
ce que je sais sur lui, et malgré mes vieux principes, je ne peux nier l'évidence, se dit-elle, il faut que ce soit lui.
Elle se saisit d'une feuille de papier bleu ciel et rédigea une lettre. Avant de la glisser dans une enveloppe, elle parfuma le papier avec de l'encens. Des petits détails qu'Elise n'omettait
point.
Elle partit poster la lettre, le coeur affolé.
Sur le chemin du retour, les questions se bousculaient. Me répondra-t-il ? Ma vie est-elle sur le point de changer ? La sienne est-elle sur le point de s'embellir ? Partagerons-nous une vie de
missionnaires ?


S'il me montre de bonnes intentions, il recevra au quintuple ce qu'il aura donné.


De retour chez elle, Elise retoucha légèrement son maquillage, rougissant un peu plus ses lèvres, enfila son élégante gabardine noire, et sortit de son appartement, cartable à la main. Elle avait
une conférence à donner à la faculté des langues. Comme il était de coutume dans son pays, il pleuvait avec légèreté. Elise ouvrit son beau parapluie bleu à dentelles, marchant d'un pas assuré
sous la grisaille de Nantes, chantonnant "Heureux qui comme Ulysse" de l'ami Georges.

Bernard Pivot 14/02/2013 17:54


oups ! Au temps pour moi. C'était "on aurait pu écrire", dans la 2ème ligne.

Miteny 14/02/2013 18:18



On dit "autant pour moi" dans ce cas là



Bernard Pivot :) 14/02/2013 01:42


>>La jeune fille regarda Miteny d'un air dédaigneux.
On pourrait pu écrire :


Elise fixa Miteny d'un air pensif. Elle se demandait ce qui, malgré la bizarrerie de ce jeune homme, attirait ses pensées. Sans bien comprendre pourquoi, elle avait envie d'aider ce gars à vendre
ses livres, à relever la tête dans la vie. Mais elle se posait tant de questions sur lui. Tout ce qu'elle savait de Miteny étaient ses romans, dont elle appréciait le style et les réfléxions sur
la vie et les relations humaines. Elle n'avait pas suspecté autant d'esprit en un seul homme tant qu'elle n'avait pas lu ses livres. Quand elle lui acheta deux livres deux mois auparavant, elle
ne savait pas encore qu'elle allait être à ce point intriguée par sa personnalité. Elle se souvenait avoir humé et échantilloné dans sa mémoire l'odeur de la transpiration de Miteny, alors qu'il
plaçait un autographe à l'intérieur des pages. Elise avait toujours pensé que les hommes devraient rester naturels, avec leurs parties poilues. Le contraire aurait enlevé du charme à la nature,
l'aurait profanée. Rien contre l'instinct et les fonctions hormonales, s'était dit Alice.  Et l'imagination a besoin de tout un univers, par tous les sens. Dirigée vers le jeune Miteny,
l'imagination d'Elise le qualifia de mystérieux, sombre, fragile et fort à la fois. Voilà comment elle le voyait. Elle avait envie de lui parler après l'achat des livres, mais elle se sentait
intimidée. Elle craignait d'attirer l'indifférence du jeune homme. Elle savait qu'elle avait un tout petit coeur bien trop fragile pour supporter un rejet. Alors elle anticipait en se mettant à
l'écart et se montrant froide. Quand elle pensait à lui, elle se demandait pourquoi elle avait l'impression de fuir. Une vérité lui échappait ? La peur d'être blessée, elle qui s'investissait à
fond en toute chose. Avec elle, c'était tout ou c'était rien. C'était se donner entièrement et non partiellement. C'était pour la vie, ou rien du tout. Elle savait que penser à lui c'était penser
à lui pour la vie. Elle en était d'autant plus vulnérable, car elle pouvait être sévèrement blessée si elle se sentait trahie par le mensonge ou la malveillance d'autui. De toute façon, se
disait-elle, il ne s'est jamais intéressé à moi. Jamais ! Alors pourquoi fais-je l'idiote de chimpanzée à penser à lui ? Il n'a jamais été intéressé. Jamais. Mets-toi ça dans le crâne, Elise !
Quand elle arrivait à se persuader qu'elle avait toujours été le cadet des soucis de Miteny, elle passait devant lui avec un air dédaigneux. Lui faisait comme s'il ne l'avait pas vue. Deux mois
que les deux jolis gens n'échangeaient qu'un bref regard à chaque fois qu'ils se croisaient.

Justicier 27/05/2010 15:43



Miteny


"Et ABRUTI TOTAL, je n'ai jamais dit qu'ils étaient incapables d'imaginer n'importe quelle idée, mais que simplement les faits nous disent qu'indubitablement Dieu existe."


Tu sais comprendre de quoi on parle??? "


Bien, si les hommes sont capables d'imaginer l'idée d'un Dieu créateur, pourquoi cela ne serait ce pas LA VERITE, LA REALITE ?


D'après toi ( Miteny ), quels sont simplement les faits qui nous disent "qu'indubitablement Dieu existe" ????


Ta pseudo démo à la mords moi le noeud ???


Tes pseudo prévisions d'Apocalypse ( toutes prévisions d'Apocalypse d'ailleurs )régulièrement démenties DANS LES FAITS ????


Quoi encore ????


Les faits nous disent plutôt que ce sont les hommes qui ont IMAGINE l'idée du Dieu créateur et non
l'inverse.


QUI T'AS CREE S.H. TON PERE ET TA MERE ou Dieu ? Ca c'est LA REALITE. OK


Justicier 


 


 



Miteny 27/05/2010 16:27



1. Les faits nous disent que frapper n'importe quel corps ne suffit pas. Tu l'as toi même avoué.


2. L'apocalypse est là... une période très difficile (tout le monde le dit maintenant, surtout les scientifiques) qui se finira en 2050


 


Double CQFD dans les dents !!



Un éclairé ! 25/05/2010 16:51



Incroyable !!! C'était donc ça !!!


Merci ! Merci ! Tu es un génie !!!


Vive Dieu !



Miteny 25/05/2010 17:07



soutiens mon oeuvre, serviteur... tel est ton devoir



Justicier 25/05/2010 06:53



Poupi


Définition de débile :


 Personne dont le quotient intellectuel est inférieur à 80. Un débile léger, moyen, profond. Synon. arriéré, anormal, imbécile, idiot.


 


Crois tu sincèrement que Miteny a un quotient intellectuel supérieur à 80 ?


 


A moins que celui d'un génie ( selon Miteny ) se situe à 79 ?


 


Justicier



Miteny 25/05/2010 09:26



De la part d'un dégénéré comme toi, tout insulte est quasiment un compliment (parce que qu'est ce que tu peux être stupide, c'est dingue !!)



Justicier 25/05/2010 06:34



D'APRES TOI ( Miteny ), POURQUOI LES HOMMES NE SERAIENT PAS CAPABLES D'AVOIR IMAGINE L'IDEE D'UN DIEU
CREATEUR ?


REPOND, SI T'ES UN HOMME


JUSTICIER



Miteny 25/05/2010 09:25



Ce type est complètement taré; il vient de poster cette question plus de 30 fois.


Et ABRUTI TOTAL, je n'ai jamais dit qu'ils étaient incapables d'imaginer n'importe quelle idée, mais que simplement les faits nous disent qu'indubitablement Dieu existe.


Tu sais comprendre de quoi on parle???



Poupi 24/05/2010 20:21



Je pense pas qu'il soit débile, je pense qu'il est tout à fait conscient de la teneur de ses propos (y compris de leur caractère sophistique et insultant).


Par exemple, il me dit que je ne cherche pas à dialoguer, alors que chacun de mes posts est constitué de questions, ce qui montre bien que je veux l'écouter ! Il en est forcément conscient et
m'insulte donc par gout pour le flammage.



Miteny 24/05/2010 20:59



tes questions sont volontairement hors sujet.


Pour avoir de la lumière, je peux prendre n'importe quelle lampe faite pour produire de la lumière visible. Tu nies alors que c'est très facile à comprendre = foutage de gueule



Justicier 24/05/2010 18:57



T'inquiètes pas Poupi, c'est Miteny qu'est débile


Justicier



Poupi 24/05/2010 10:42



Tu as réussi à m'insulter 3-4 fois en 5 lignes. Je laisse tomber, ton but n'est pas de dialoguer, mais de te défouler.



Miteny 24/05/2010 12:38



oui, oui c'est ça, fuis. c'est lamentable. Parce que tu dialogues toi??


Ecoeurant



Sofyane 24/05/2010 02:11



Salut, Pas mal le texte ,j'ai vraiment pris plaisir a le lire! On attend la suite Incha Allah!



Poupi 23/05/2010 23:09



Tu m'a traité de connard, d'abruti, de haineux, de fuyard et de menteur. Moi je ne t'ai pas lancé une seule insulte. Pourquoi n'essayes-tu pas de dialoguer au lieu de m'insulter à tour de
bras ?


Ce que je veux dire, c'est que pour produire un phénomène (lumière ou douleur), il suffit d'un émetteur (lampe ou corps frappé).


Mais pour constater un phénomène (lumière ou douleur) il faut un émetteur (lampe ou corps frappé) et un organe récepteur (yeux ou ???).


C'est pour cela que je trouve ton raisonnement incomplet, car il ne prend en compte que l'émetteur (corps frappé) mais l'organe récepteur. (j'ai mis des points d'interrogation pour montrer qu'il
est absent de ton raisonnement)


Veux-tu bien essayer de me répondre sans m'insulter, s'ilteplait ?



Miteny 24/05/2010 00:55



pour constater la douleur,  il faut un cerveau en bon état (je dis ça parce qu'on me parle souvent des corps malades alors que c'est complètement hors sujet).


et pour constater la lumière, il faut des yeux en assez bon état.. oui.. et alors !! bordel, et alors !!!!!!!!!!!!!!!!


QUAND vas tu arrêter de te foutre de moi !! Tu veux vraiment que je t'insulte, on dirait. Je te dis que moi j'ai des yeux (10ième fois) et que je constate bien que n'importe quelle lampe suffit
pour la lumière.


Et j'ai aussi tout ce qui faut pour constater la douleur, mais là n'importe quel corps ne suffit pas.


 C'est vraiment très pénible


PS: et en plus je sais comment ça va finir... il va me dire "mais vos corps ne sont pas connectés, c'est ça que tu n'as pas mal". Te fatigue pas, des réponses débiles comme ça, j'en ai lu des
dizaines de milliers et c'est vraiment extraordinairement chiant.


OUI abruti, si MON corps n'est pas frappé, je ne peux pas constater de douleur!!  c'est ce que je n'arrête pas de répéter



Poupi 23/05/2010 19:34



Où t'ai-je menti ? Tu ne serais pas parano ?


Et pour toi, si on constate un phénomène, cela veut-t-il forcément dire qu'il est réel ?


Et pourquoi me juges-tu ?



Miteny 23/05/2010 21:25



Bon arrête de fuir... Pour avoir de la douleur, il ne me suffit pas de frapper n'importe quel corps. Arrête de m'insulter. Je vois bien que tu te moques de moi en faisant semblant de ne pas
comprendre cette évidence.



Poupi 23/05/2010 17:18



Miteny, ne m'insultes pas, s'ilteplait, et ne présuppose pas des mes intentions.


"Pour avoir de la lumière, j'ouvre les yeux ET je peux prendre n'importe quelle lampe. "


Tu vois, nous sommes d'accord.


Ce que je veux dire, c'est que pour la lumière, il faut "objet émetteur" + "organe recepteur" (lampe+yeux).


Dans le cas de la douleur, l'objet émetteur est le corps frappé, mais quel est l'organe recepteur ?


Et pourquoi insultes-tu autant les gens ?



Miteny 23/05/2010 19:08



Je t'insulte parce que tu le mérites. Tu me mens effrontément, volontairement.


Non, on parle simplement de ce qui PRODUIT la lumière, la douleur et n'importe quoi. n'importe quel truc qui existe a une cause.



alain bourrelly 23/05/2010 00:36



PS : et surtout, ici, dans l'histoire de miteny, je ne pense pas qu'il veuille parler des bons gros skins des sixties shootés à Bob Marley... Ni des Bérus ou des LSD des 90's. Il n'a pas dit
"redskins" non plus.


Bref c'est plutôt d'un mouvement politique "pas trés calme" qu'il s'agit ici.



alain bourrelly 23/05/2010 00:20



@anne marie


Je sais bien ce que veut dire skin head littéralement.


Toutefois, le nom se rapporte bel et bien à un "mouvement" de gros boeufs fachos.


Et non, ce n'est pas tous les chauves que l'on appelle comme ça.


 



Poupi 22/05/2010 23:17



Oui Miteny, tu as des yeux. Tu constates bien qu'ils sont nécessaires pour percevoir la lumière non ?


Si ce n'est pas le cas, fermes-les, et tu vas voir, c'est incroyable, tu ne constate plus la lumière... dingue non ?



Miteny 22/05/2010 23:25



mais connard, arrête, je vois que tu te fous de moi.


Pour avoir de la lumière, abruti, j'ouvre les yeux ET je peux prendre n'importe quelle lampe.


je constate que pour avoir de la douleur, il ne suffit vraiment pas de frapper n'importe quel corps.


T'es tellement haineux que tu me fais croire que tu comprends pas ça.. horrible



Poupi 22/05/2010 22:49



Mais justement, la lampe ne suffit pas il faut des yeux aussi...



Miteny 22/05/2010 23:06



quoi? Mais à quoi tu réponds??


Je répète moi j'ai des yeux, et je te dis ce que je constate. Ne fais pas l'imbécile, c'est pénible.



Poupi 22/05/2010 19:57



Mais que vient faire l'analogie avec la lampe ?



Miteny 22/05/2010 21:46



pour expliquer ce que signifie constater qu'un truc suffit



Poupi 22/05/2010 15:06



Pour revenir à ton analogie avec la lumière.


Ton raisonnement, cest:


Lumière=Douleur


Lampe=Corps frappé


C'est ça ?



Miteny 22/05/2010 16:36



pas exactement. Je dis que je constate que pour avoir de la douleur, il ne suffit vraiment pas de frapper n'importe quel corps.


Il est extraordinaire que vous détestiez à ce point cette évidence



Justicier 22/05/2010 11:38



C'est ton histoire Miteny, c'est vraiment dramatique, je te plaint mais c'est pas en essayant de vendre du vent que t'arriveras à survivre.


Moi je ne me sent nullement l'âme d'un skined, mais dans ta tête je dois certainement en être un.


Tu parles de TA VERITE, c'est exactement ce que je n'arrête pas de dire, TA VERITE, c'est pas LA VERITE et encore moins la vérité scientifique OK.


Là on est d'accord....


Justicier



Miteny 22/05/2010 13:55







Anne-Marie 22/05/2010 02:05



Skinhead c'est peau tête, crane rasé, pas vilain facho. Skinhead c'est parfois gros facho, parfois non. skinhead c'est pas forcément QI bas. c'est parfois jeune militant anti-fasciste. sacré
Bourely.



alain bourrelly 22/05/2010 00:15



On sent quand même bien qu'il y aura de la douleur, mais pas pour tout le monde.


Le skin, malgré un QI généralement assez bas, sait toutefois être expert en dépeçage de faux prophète (tiens il y en aurait donc des vrais ? non, non, c'est un effet de style).



Miteny 22/05/2010 00:43



Voilà, c'est bien ! La douleur ne sera pas universelle, pas pour tout le monde, donc on ne peut pas dire que le corps suffit pour tout le monde puisque la douleur ne sera pas pour tout le monde.


En fait, le corps suffit pour personne... Incroyable que vous soyez aussi stupides



Poupi 21/05/2010 19:07



Je suppose que les skins vont te frapper, et tu vas te servir de ta douleur pour leur faire ta démo miraculeuse, et ils vont tomber à genoux en s'exclamant "mais bien sur! le corps ne suffit
pas!" et t'adorer comme leur Messie, c'est ça ?



Miteny 21/05/2010 19:26



Pas du tout. La suite au prochain épisode.



grand guide suprème 21/05/2010 17:54



Si on adapte cette série en film, je peux jouer le skinhead ?



Miteny 21/05/2010 18:23



Tu n'as pas envie de jouer celui qui dit "mais qu'est ce qu'il est bien votre livre !!"  ??