Le Grand Miracle de 2012.

Publié le par Miteny

Les ennemis de cette hyper-évidence qu'est l'insuffisance du corps semblent plus nombreux, plus féroces et plus méchants que ses sympathisants. Ça paraît surréaliste, incroyable, vu la simplicité de la chose...

Comme je l'ai expliqué à de nombreuses reprises, je finis par croire que le monde actuel est sous l'emprise de Satan, sous l'emprise d'une Grande Malédiction, une sorte de volonté irrationnelle et farouche de nier une évidence toute simple qui apporterait joie et bonheur si chacun avouait humblement : « oui, c'est vrai, le corps ne suffit pas ».

Mais puisque Grande Malédiction il y a, il ne me reste qu'à attendre un miracle... un Grand Miracle.

Pourquoi ne pas y croire ?

Il surviendrait pendant les mois suivants la tenue d'un débat médiatisé sur l'évidente insuffisance des causes biologiques, c'est à dire le fonctionnement du corps, à engendrer la conscience de soi.

Je ne sais pas grand chose, moi pauvre hère maltraité par la populace, mais je sais que le monde a besoin de grandes idées transcendantes pour structurer sa politique. Alors quand vous vous apercevrez à quel point on vous a menti sur des évidences basiques, essentielles et fondamentales, les choses commenceront à sérieusement changer. Et cela pourra aller très vite...

Et pourquoi pas en 2012 ?

L'année prochaine sera une année de grands bouleversements. Regardez un peu le monde en train de se révolter. Cela ne s'arrêtera pas aux pays arabes. En outre, auront lieu en 2012 trois grandes élections : en France, en Russie et aux États-Unis... Nous vivons une époque angoissante mais passionnante. Alors oui, il se peut qu'une vieille prophétie se réalise bientôt.

Du coup, je vous propose de m'aider. Sans votre soutien, il ne se passera rien. Tout ce que je vous demande, c'est de faire passer la bonne nouvelle... juste pour voir.

Un petit débat sur l'existence de Dieu, ça ne peut pas faire de mal, non ? Moi je suis sûr que cela pourrait provoquer un changement... une sorte de Grand Miracle comme je l'ai dit.

Ne serait-ce que parce que si un tel débat survenait alors tout le monde constaterait la supériorité de mes arguments très rapidement, en quelques minutes à peine. Ça, je peux vous l'assurer.

Je précise que je ne suis d'aucune religion, et même que ces religions ne m'aiment pas puisque j'apporte une preuve toute simple, une évidence toute bébête qu'ils n'ont jamais su voir. À la limite, on pourrait m'accuser de travailler pour moi. Mais ce ne serait grave que si je voulais tromper les gens. Or je suis sincère.

Je suis un des rares à avoir le sens des réalités, à savoir faire la différence douleur/pas douleur alors aidez moi. Dans ce monde qui tombe en ruine, il ne faut pas rater la moindre chance d'assister à un miracle...

Ici, un article qui résume les objectifs de dieuexiste.com

 

Bien à vous.

Force, honneur et quinte flush aux amis du mitenisme.

 

Post-Scriptum : Je vous donne quand même quelques billes pour m'aider, on ne sait jamais... Une lueur d'intelligence pourrait peut-être traverser vos cerveaux vides de moutons dépressifs.

Mon profil facebook le plus excentrique.

Ma petite vidéo.

S'abonner à la newsletter de ce site.

Une autre idée ??

Publié dans Archives 2010-2011

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S


j'ai commencé à te lire Miteny car ça pouvait m'intéresser. J'suis rapidement passé  aux commentaires. On apprend tjs plus d'un débat opposant 2 bords que d'une thèse subjective.


Bref j'ai dû lire 5 de tes commentaires et mec tu te discrédite complètement. T'y apparaît comme un gamin capricieux et arrogant et j'continuerai clairement pas la lecture de ton blog. Essaie de
te remettre un peu question sérieux. Et si c'est ça qui te pose un problème, ben enlève le coup des 3000 balles.


 



Répondre
M


gnagnagna



R


Donc, les "conditions qui permettent l'existence", c'est d'exister... Woah. Bravo.


 


Pourquoi tu en parles comme de quelque chose de distinct des conditions d'observation si c'est d'une condition d'observation dont tu veux parler...?



Répondre
M


c'était pour essayer de communiquer avec cet abruti de frucuche. Je n'aurais pas du : il y a des choses qu'on ne peut pas faire comprendre à une huitre



R


Je viens de comprendre!


 


"Corps 1 frappé" est la condition qui permet l'existence de Miteny!


 


Il est donc volontairement insupportable, question d'exister plus et plus souvent!


 


Plus sérieusement, c'est quoi l'idée des "conditions qui permettent l'existence"? Il faut observer pour exister? Ou tu veux dire d'autre chose?



Répondre
M


Il faut exister pour observer. Tu ne sais pas ce qu'est exister ?


De toute façon, c'est ça votre tactique de merde : faire semblant de ne comprendre aucun mot (comme ce sale con de frucuche). Très convaincant !



F


Allez, c'est fatigant, ça ne m'amuse plus.


Mais tu fus un bon divertissement, j'ai bien rigolé avec toi.


Salut.



Répondre
M


Ce qu'il y a de bien avec ce débile, c'est qu'on sait qu'il restera toujours un connard. Et encore je suis trop gentil : un animal stupide plutôt, incapable de faire la différence douleur/pas
douleur.



F


si "corps 1 frappé" remplit ces conditions


 


"corps 1 frappé"  seul ne permet pas ton observation.



Répondre
M


On parle des conditions qui permettent mon existence et mon observation.


si "corps 1 frappé" remplit ces conditions alors "corps 2 frappé" devrait les remplir aussi.Car biologiquement et matériellement, ces situations sont strictement équivalentes.


 


Retourne à l'école avant de revenir me polluer avec tes remarques débiles !!



F


Tu dis que les conditions d'observation permettent ton existence.


Ce qui permet ton existence, c'est qu'il fasse une température un peu au-dessus de 0°C, que l'atmosphère terrestre dans laquelle tu évolues contienne un bon dosage d'oxygène, que ton système
immunitaire lutte contre les agressions extérieures, etc.


Doit-on citer tout ça quand on énumère les conditions d'observation ?



Répondre
M


On parle des conditions qui permettent mon existence et mon observation.


si "corps 1 frappé" remplit ces conditions alors "corps 2 frappé" devrait les remplir aussi.Car biologiquement et matériellement, ces situations sont strictement équivalentes.


 


Retourne à l'école avant de revenir me polluer.



T


Dans la réalité, les conditions ne sont pas remplies


 


Tu avoues que les conditions ne sont pas remplies ! Puisque les conditions ne sont pas remplies, tu avoues
donc que ton expérience n'est pas valide ! 


Donc, tu ne peux rien conclure de ton expérience, puisqu'elle ne vaut rien (et elle ne vaut rien puisque les
conditions ne sont pas remplies). 


Tu viens de reconnaître que tu ne peux rien prouver. Merci d'avoir enfin eu cette
honnêté. 


Nous ne savons donc toujours pas si le corps suffit ou non. (C'est ce que je te répètes depuis le
début.) 


 


Les conditions ne sont pas remplies. "Dites moi où je me trompe" ? Voilà, c'est bien là qu'était ton erreur :
tu croyais que les conditions étaient réunies. Tu as perdu, CQFD. Merci de l'avoir reconnu, tu
remontes dans mon estime. 


 Tu me dois
3000 euros. Je pense que Frucuche les mérite au moins autant. 



Répondre
M


Lis ce que j'écris abruti, avant de raconter n'importe quoi (quel con !!)


si "corps 1 frappé" remplit ces conditions alors "corps 2 frappé" devrait les remplir aussi.Car biologiquement et matériellement, ces situations sont strictement équivalentes.


Or ce n'est pas le cas, donc les conditions matérielles NE SONT PAS LES SEULES A PRENDRE EN COMPTE. Achète toi un cerveau, animal stupide.


 


PS : vous pensez obtenir quel résultat en étant le plus con et le plus malhonnête possible ?



F


si "corps 1 frappé" remplit ces conditions alors "corps 2 frappé" devrait les remplir aussi.Car biologiquement et matériellement, ces situations sont strictement équivalentes.


 


Je t'arrête encore parce que là encore c'est faux. En effet, si les conditions d'observation sont les conditions qui TE permettent de réaliser l'observation, alors il faut que ce soient des
conditions s'appliquant SUR TOI (et pas sur n'importe quel corps ou n'importe quel observateur). Il faut définir une intéraction qui existe entre TOI et les objets de l'expérience (incroyable de
devoir répéter cette base des dizaines de fois !). "Le corps 1 est le mien" définit une intéraction entre le corps 1 et TOI : le corps 1 est matériellement nécessaire à produire TA conscience.
Cette relation n'existe pas entre le corps 2 et TOI : le corps 2 n'est pas nécessaire pour produire TA conscience.


Donc les deux situations ont beau être objectivement équivalentes, ce n'est pas pour ça que ce sont des conditions d'observation identiques.



Répondre
M


On parle des conditions qui permettent mon existence et mon observation.


si "corps 1 frappé" remplit ces conditions alors "corps 2 frappé" devrait les remplir aussi.Car biologiquement et matériellement, ces situations sont strictement équivalentes.


 


Retourne à l'école avant de revenir me polluer.



F


On parle des conditions qui permettent mon existence et mon observation.


si "corps 1 frappé" remplit ces conditions


 


Là je t'arrête parce que c'est déjà n'importe quoi.


-Pourquoi dis-tu qu'une condition d'observation doit permettre ton existence ? Ok, je concçois que pour qu'il y ait une observation il faut que tu existes, mais ça c'est quelque chose qu'on
suppose dès le départ.


-En quoi "corps 1 frappé" permet-il ton existence ? Ca n'a aucun sens.


-En quoi "corps 1 frappé" permet-il ton observation ? Il manque une condition, encore, qui est, je le répète, "le corps  est le mien"



Répondre
M


On parle des conditions qui permettent mon existence et mon observation.


si "corps 1 frappé" remplit ces conditions alors "corps 2 frappé" devrait les remplir aussi.Car biologiquement et matériellement, ces situations sont strictement équivalentes.


 


Retourne à l'école avant de revenir me polluer.



T


si "corps 1 frappé" remplit ces conditions alors "corps 2 frappé" devrait les remplir aussi.


 


Bien sûr que non, voyons... Si "corps 1 frappé" est MON corps, alors "corps 2 frappé" ne peut pas être aussi
mon corps ; la condition "le corps frappé est le mien" est remplie dans un cas et pas dans l'autre ! 



Répondre
M


Dans la réalité, les conditions ne sont pas remplies. Mais tu n'as pas compris le sens de ce que j'ai dit.


 


si "corps 1 frappé" remplit ces conditions alors "corps 2 frappé" devrait les remplir aussi.Car biologiquement et matériellement, ces situations sont strictement équivalentes.



F


Bien sûr que si c'est une condition. La preuve, si elle n'est pas réalisée, alors il ne se produit pas "j'observe de la douleur". La définition même de ce qu'est une condition.



Répondre
M


On parle des conditions qui permettent mon existence et mon observation.


si "corps 1 frappé" remplit ces conditions alors "corps 2 frappé" devrait les remplir aussi.Car biologiquement et matériellement, ces situations sont strictement équivalentes.


 


Retourne à l'école avant de revenir me polluer.



F


bah si puisque dès que le corps 1 est frappé, j'ai mal.


 


Seulement si c'est le mien. Si la condition "le corps 1 est le mien" n'est pas remplie, alors je n'ai pas mal. Par conséquent, tu ne peux pas dire que la condition "le corps 1 est le mien"
n'existe pas.


Je ne comprends pas que tu ne comprennes pas.



Répondre
M


Ce n'est pas une condition matérielle, c'est un résultat.


Ce sont des conditions qui permettent mon existence et mon observation.


si "corps 1 frappé" remplit ces conditions alors "corps 2 frappé" devrait les remplir aussi.


 


Ta fuite me conforte dans l'évidence.


Ecoute, tu vas à l'école et tu reviens ensuite. J'ai aucune envie de t'apprendre la logique parce que t'es très con et en plus très malhonnête. J'ai compris qu'on pouvait rien tirer de ton QI de
ver de terre. Alors tu lis bien ce que j'écris et tu réfléchis mais arrête de répéter tout le temps les mêmes conneries.



F


si "corps 1 frappé" remplit ces conditions alors "corps 2 frappé" devrait les remplir aussi.


 


"corps 1 frappé" ne remplit pas les conditions pour que tu observes une douleur. Il faut ajouter une condition : "le corps 1 est ton corps".


Donc, à moins que le corps 2 soit aussi ton corps, tu ne devrais pas observer de douleur quand on remplit la condition "corps 2 frappé".



Répondre
M


bah si puisque dès que le corps 1 est frappé, j'ai mal. Tu racontes n'importe quoi. En fait tu cherches juste la première connerie à dire. Mon pauvre, ta chute sera lourde.


 


Et moi je rirai bien



R


Mais à la fin, je gagne.


 


La vérité vaincra.


 


Tu gagnes rien du tout, sauf si le jeu est de maintenir l'intégrité de ton délire.


 


La vérité n'a que toi à vaincre... malheureusement.



Répondre
M


Rira bien qui rira le dernier, assassin



Y


Non mais ça fait des années qu'on lui dit de croire ce qu'il veut par le biais qu'il le souhaite, qu'on s'en fout.


 


On lui a déjà prouvé un bon nombre de fois que le corps suffisait pour ressentir la douleur (ou autre chose), bref y a d'autre façon beaucoup plus interessante de questionnner l'existence de
Dieu.


En soi, c'etait pas plus con qu'autre chose, sauf que Miteny est clairement un illuminé et pas dans le bon sens, discours réac, agressif avec les personnes (même de son coté ce qui est un
comble),insultant,  imbus au possible bref...le gars joue les martyres a fond la caisse au point que c'est risible, on se croirait au théatre.


Pas être méchant, mais bon si son Dieu est aussi insupportable que Miteny ça promet.


Le ton du bonhomme maintiens le contenu qui est largement discutable, les provocations a répetitions ne sont là au final que pour faire vivre ce blog qui sans le personnage "miteny" aurait vite
trouvé sa fin.


 


 



Répondre
M


Calomnies.


Ce n'est pas du tout discutable : c'est une évidence. Encore faudrait-il que tu aies le courage de te l'avouer...



W


par contre moi personellement je suis d'accord que le corp ne suffit pas a produire de la douleur vu qu'à l'évidence si on frappe un autre je ne ressens rien.


 


je suis d'accord pour la démo



Répondre
M


Merci !


Vraiment il faut me soutenir, car je suis maltraité par une ribambelle d'infâmes mécréants.



W


on appelle ca un debat sans fin.  je me demande ce que sa ferait si vous etiez en face à face :D


 


sûrement un carton. le titre serait ( l'observation ne suffit pas )



Répondre
M


Mais à la fin, je gagne.


 


La vérité vaincra.



T


Les conditions d'observation, c'est à dire les conditions qui me permettent l'observation sont réunies dans le cas 1 (mon corps frappé),


Les conditions matérielles réunies dans le cas 2 (un autre corps frappé) sont équivalentes


 


 


Condition d'observation : Pour que j'observe une douleur, il faut que mon corps soit frappé. (Cas 1, tel qu'il vient d'être défini par Miteny lui-même)


Dans le cas 2, un autre corps est frappé. Comme c'est un autre corps, je ne peux pas observer de douleur. Donc, par définition, les conditions d'observation ne sont pas réunies. 


 


Différence entre cas 1 et cas 2 : le corps est le mien / le corps n'est pas le mien. 


Le corps peut être similaire, voire équivalent, mais ce n'est que l'objet de l'observation. La condition qui permet l'observation n'est pas la même (observateur est frappé / l'observateur n'est
pas frappé). 



Répondre
M


"Comme c'est un autre corps, je ne peux pas observer de douleur. Donc, par définition, les conditions d'observation ne sont pas réunies. "


Oui dans la réalité, les conditions d'observation ne sont pas réunies, je sais MERCI !!


Il faut lire avant de me prendre pour un con : c'est un raisonnement abruti. Si on ne prenait en compte que les conditions matérielles, alors les conditions d'observations devraient être
également réunies.


 


TOI LIRE CE QUE MOI ECRIRE.


Ce sont des conditions qui permettent mon existence et mon observation.


si "corps 1 frappé" remplit ces conditions alors "corps 2 frappé" devrait les remplir aussi.Puisque biologiquement c'est pareil et qu'on ne prend en compte que les conditions
biologiques.


 


RRRRRRRRR



F


ce sont les conditions qui lorsqu'elles sont réunies me permettent d'observer.


Ces conditions qui te permettent d'observer sont des forcément des conditions qui te concernent (c'est le sens conditions "sur moi"). Par exemple, pour que je regarde un film au cinéma, il faut
que je sois dans la salle et pas dehors : c'est une condition sur moi. Il ne suffit pas que le film soit projeté sur l'écran, je dois aussi, en tant qu'observateur, satisfaire quelques
conditions.



Répondre
M


Ce sont des conditions qui permettent mon existence et mon observation.


Quoiqu'il en soit tu fuis la question.


si "corps 1 frappé" remplit ces conditions alors "corps 2 frappé" devrait les remplir aussi.


 


Ta fuite me conforte dans l'évidence.


 



F


C'est pareil. Mon corps est biologiquement un corps quelconque.


Et alors ? On parle de ce que TU observes, non ? On veut les conditions qui TE permettent de réaliser l'observation. Donc on regarde les conditions réunies sur TOI.



Répondre
M


NON. Les conditions qui me permettent l'observation, ce sont les conditions qui lorsqu'elles sont réunies me permettent d'observer. Ce ne sont pas des conditions "sur moi" (ça veut rien dire
d'ailleurs).


 



F


Tu crois que tu me fais peur avec ce genre de remarques ?


 


Ca te met drôlement en pétard, en tout cas.



Répondre
M


En tout cas, j'aimerais pas être à ta place quand tu t'apercevras à quel point t'es stupide et inculte.



F


Faut le voir pour le croire. je suis sûr que tu n'as pas 1/100 de ma culture


 


Rien qu'en sciences, en philo, et en épistémologie, t'as de sacrées lacunes.



Répondre
M


C'est toi la lacune, crétin. Tu connais rien à rien



F


Je ne vois pas pourquoi si "le corps 1 frappé" suffit alors "corps 2 frappé" ne suffirait pas.


Parce que la première condition n'est pas "le corps 1 frappé", mais, comme tu viens de le dire, "mon corps frappé", c'est à dire une condition qui concerne ton corps, et donc toi, l'observateur.
"Corps 2 frappé" ne concerne plus ton corps, donc pas toi, donc ce n'est pas une condition qui te permet l'observation.



Répondre
M


C'est pareil. Mon corps est biologiquement un corps quelconque.


 


Ensuite, pas de réponse, évidemment. Ce débile profond se croit malin parce qu'il fuit le sujet !!


Mon pauvre, tu vas tomber de haut



F


Refus de dialoguer car trouillard


 


Quelle que soit ma réponse tu répéteras toujours la même chose, quand bien même j'aurais prouvé mille fois que cette chose est fausse ou sans intérêt. La seule réponse que tu attends de moi c'est
"oui Miteny, tu as raison, ton raisonnement est implacable, comme tu es beau et intelligent, quel génie tu es ! Ta sagesse resplendissante est un phare pour l'Humanité. Moi misérable
vermisseau je ne suis même pas digne de décrotter le dessous de tes chaussures." Mais faut pas rêver : t'es un débile inculte, ça n'arrivera jamais.



Répondre
M


Pauv'type. Un débile inculte ?? Faut le voir pour le croire. je suis sûr que tu n'as pas 1/100 de ma culture, sale con.


Non seulement t'es inculte, mais qu'est que t'es con mon pauvre !!


 


Tu crois que tu me fais peur avec ce genre de remarques ?


 


Vermine fasciste !!



F


Les conditions matérielles réunies dans le cas 2 (un autre corps frappé) sont équivalentes


Ca ne suffit pas. Donc tu auras beau répéter ça un million de fois, ça ne prouvera rien.



Répondre
M


bah oui ça suffit puisque "mon corps frappé" suffit. T'es coincé.


Je ne vois pas pourquoi si "le corps 1 frappé" suffit alors "corps 2 frappé" ne suffirait pas.



F


C'est très clair


 


Moi aussi je suis très clair.


Et je t'ai posé une question il me semble : j'ai bien compris ta phrase ?



Répondre
M


Refus de dialoguer car trouillard



F


Les conditions matérielles réunies dans le cas 2 (un autre corps frappé) sont équivalentes


 


Mais juste ces conditions ne représentent pas les mêmes conditions d'observation. Car pas la même condition sur le corps de l'observateur.



Répondre
M


FAUX. Tu mens


 


Les conditions d'observation, c'est à dire les conditions qui me permettent l'observation sont réunies dans le cas 1 (mon corps frappé),


Les conditions matérielles réunies dans le cas 2 (un autre corps frappé) sont équivalentes. Je devrais donc observer une douleur dans ce cas là aussi.


 


C'est très clair mais tu cherches à fuir le sujet.



F


Il n'y a pas que les conditions qui s'appliquent sur lui mais aussi l'existence de son corps (quoi ? l'existence de son corps s'applique sur lui
?) sur lequel (lequel=son corps) sont appliquées ces conditions (donc
des conditions sont appliquées sur son corps).


Donc si je comprends bien, ce qui me permet l'observation, selon toi, c'est que s'applique sur moi l'existence de mon corps (qu'est-ce que ça veut dire ?), et que sur mon corps des conditions soient appliquées. C'est ça ?



Répondre
M


Les conditions d'observation, c'est à dire les conditions qui me permettent l'observation sont réunies dans le cas 1 (mon corps frappé),


Les conditions matérielles réunies dans le cas 2 (un autre corps frappé) sont équivalentes


 


C'est très clair mais tu cherches à fuir le sujet.



F


Tu entretiens la confusion.


 


Mais oui, c'est ça. Je n'ai jamais développé des dizaines de lignes pour exprimer précisément ce que je voulais dire.



Répondre
M


Les conditions d'observation, c'est à dire les conditions qui me permettent l'observation sont réunies dans le cas 1 (mon corps frappé),


Les conditions matérielles réunies dans le cas 2 (un autre corps frappé) sont équivalentes


 


C'est très clair mais tu cherches à fuir le sujet.



F


Il n'y a pas que les conditions qui s'appliquent sur lui mais aussi l'existence de son corps sur lequel sont appliquées ces conditions.


Ta phrase n'a aucun sens.



Répondre
M


N'importe quoi



F


Je fais remarquer que ça fait des mois que je dis que les conditions d'observation sont des condition qui s'appliquent sur l'observateur, et c'est seulement maintenant que Miteny exprime son
désaccord. Mais à part ça il est intègre, à l'écoute, et c'est moi qui suis un menteur...



Répondre
M


Menteur. Tu entretiens la confusion.



F


Mais non !!


 


Alors comment se fait-il que, dans les exemples que j'ai pris, les conditions qui permettent à un observateur de faire l'observation (les conditions d'observation sur lui, donc), s'appliquent sur
lui ?


Désolé, mais si tu ne réfutes pas, je considère que c'est validé.



Répondre
M


Il n'y a pas que les conditions qui s'appliquent sur lui mais aussi l'existence de son corps sur lequel sont appliquées ces conditions. Pourquoi mentir ??



F


On a donc prouvé que les conditions d'observation sont des conditions s'appliquant sur l'observateur.


Tu valides ça, au moins ?



Répondre
M


Mais non !! Bon tu refuses visiblement le dialogue. Rien à foutre d'un débile pareil.



F


Alors exprime-toi clairement.



Répondre
M


 


 


Les conditions d'observation, c'est à dire les conditions qui me permettent l'observation sont réunies dans le cas 1 (mon corps frappé), TU VALIDES


Les conditions matérielles réunies dans le cas 2 (un autre corps frappé) sont équivalentes TU VALIDES 


 


C'est très clair mais tu cherches à fuir le sujet.



F


et qui impliquent aussi l'existence de l'observateur


 


Ma question était : est-ce que tu considères que l'existence de l'observateur est suffisante pour qu'une condition d'observatino soit définie ?


Ton problème, c'est qu'on dirait que tu ne comprends même pas les questions. Et comme d'habitude, tu n'as lu que la première ligne de mon commentaire, faisant comme si le reste n'existait pas.
C'est odieux.



Répondre
M


Je ne vais pas répondre à tes questions débiles, alors que tu refuses de lire ce que j'écris !!


 


En plus, je n'ai pas du tout dit ça. Tu passes ton temps à mentir.



F


C'est une condition qui permet l'observation par un observateur donc dans cette condition, il y a l'existence de l'observateur.


Toi développer. Tu veux dire quoi ? Qu'il suffit que l'observateur existe pour que la condition soit une condition d'observation. Pas assez clair. Ca ressemble à du bottage en touche.


Pourquoi ne rien dire sur mon commentaire précédent, qui montre par des exemples que les conditions d'observation sont des conditions s'exerçant sur l'observateur ?
Pourquoi ne rien dire de ma définition des conditions d'observation : C'est une condition qui permet l'observation; Qu'est-ce qui permet l'observation ?- Une intéraction existant, ou rendue possible, entre l'observateur et les objets de l'expérience. Pourquoi ne rien dire dessus ? Valide ou invalide,
même si tu ne dis pas pourquoi, mais ne fais pas comme si je n'avais rien dit.



Répondre
M


et qui comprennent aussi les conditions d''existence de l'observateur !! T'es vraiment lourd


 


Tu cherches à fuir le sujet.


 


Les conditions d'observation, c'est à dire les conditions qui me permettent l'observation sont réunies dans le cas 1 (mon corps frappé), TU VALIDES


Les conditions matérielles réunies dans le cas 2 (un autre corps frappé) sont équivalentes TU VALIDES 


 


 



F


non c'est pas une condition sur l'observateur.


Ah bon ? Première nouvelle !
Donc selon toi, les conditions d'observation ne concernent pas l'observateur.
Bon, ben on va prendre des exemples, alors :
-les conditions d'observation pour que j'observe la lumière produite par une lampe sont : mon oeil, en bon état de fonctionnement est dans la trajectoire d'au moins un rayon lumineux provenant de la lampe
-les conditions d'observation pour que j'observe le son produit par un tambour sont : mon oreille, en bon état de fonctionnement est dans la trajectoire d'une onde sonore provenant du tambour
etc.


Donc tu vas me dire qu'il n'y a aucune condition sur moi, l'observateur ? Non.
Eh bien pour la douleur c'est la même chose.



Répondre
M


Décidément, il est bien bête; le pauvre.


C'est une condition qui permet l'observation par un observateur donc dans cette condition, il y a l'existence de l'observateur. Toi comprendre ?



F


"Une condition d'observation = une condition qui permet l'observation"


Vous voulez me faire croire que c'est faux !! 


 


Non. (Voir ma définition des conditions d'observation)



Répondre
M


Si (voir tes mensonges ridicules successifs)



F


Une condition d'observation = une condition qui permet l'observation


 


Ce débile profond est incapable d'admettre ça.



Incroyable !! Selon Miteny, je suis incapable de comprendre qu'une condition d'observation est une condition qui permet l'observation 
alors que j'ai justement dit qu'une condition d'observation est une condition sur un observateur qui lui permet l'observation. Juste parce que j'ai rajouté "sur un observateur", il s'imagine que ça inverse le sens !


Ou alors peut-être qu'il s'imagine que c'est contradictoire parce que l'observateur n'aurait rien à voir avec l'observation. Une observation ce serait une chose qui flotte, comme ça, et qui n'a
pas besoin d'observateur...Allez savoir comment ça se passe dans la tête de Miteny.



Répondre
M


non c'est pas une condition sur l'observateur. T'es obligé de déformer et de mentir comme d'hab.



F


Parce qu'à aucun moment celui qui observe la frappe de ce corps n'est cité. On ne sait rien ici de l'observateur. 


"Mon corps frappé" n'est pas une condition d'observation.



Effectivement, mais auparavant, j'avais accordé à Miteny qu'en disant cela on admettait implicitement que l'observateur est celui qui parle et qui dit "je".
Mais si on veut être tout à fait rigoureux, il faut dire :
Les conditions d'observation sont :
-un corps frappé (condition objective)
-je suis l'observateur (définition de l'observateur)
-le corps frappé est le mien (intéraction objet/observateur)


Mais Miteny refuse de prendre cela en compte, sans dire pourquoi. C'est juste que ça ne l'arrange pas, parce qu'après il ne peut plus faire de tour de passe-passe. Ca me fait penser à quand
j'étais gamin : un copain m'avait montré un tour de magie, et j'avais deviné le truc. Il en avait été tellement vexé qu'il a nié que c'était ça, prétendant qu'il n'y avait pas d'explication
(c'était magique), alors qu'après vérification il s'est trouvé que j'avais deviné juste.



Répondre
M


"Une condition d'observation = une condition qui permet l'observation"


Vous voulez me faire croire que c'est faux !!  hallucinant


 


"Mon corps frappé" est une condition qui me permet l'observation. Vous niez ! Vraiment ignoble


En tout cas, ça prouve que vous êtes prêts à raconter n'importe quoi par haine pure. Bien pire que les pires obscurantistes.



F


extraordinairement menteur


 


Ah oui, c'est vrai : tu ne fais jamais de copié-collé ! Ca ne t'est jamais arrivé de ta vie, même. Tu as toujours reformulé tes arguments, évitant toute redondance. De même, tu n'as jamais
insulté personne. Oui, oui, on connaît la chanson, tout le monde ment, tout le monde lance des calomnies, sauf toi, qui es blanc comme neige...



Répondre
M


Extraordinairement menteur et voleur (voir com précédent), oui.



F


non, ce serait trop complexe pour toi


Oui, oui, bien sûr. C'est surtout qu'il n'y a aucune contradiction entre  "c'est une condition qui permet l'observation" et "c'est une condition sur l'observateur qui lui permet de faire
l'observation".


La deuxième, la mienne, étant la même que la tienne en plus précis, en plus rigoureux.



Répondre
M


Non vraiment. J'ai remarqué que ça servait à rien de t'expliquer, même les choses les plus simples. Tu ne peux pas t'en rendre compte, mais t'es vraiment très con.


Et puis non, c'est pas la même ! Bref, refus de l'évidence comme d'hab.


Une condition d'observation = une condition qui permet l'observation


 


Ce débile profond est incapable d'admettre ça. Il le faut le voir pour le croire un connard pareil !!



T


Le pire, c'est l'assertion : "mon corps frappé est une condition qui permet l'observation". 


Ca ne veut rien dire ! 


Parce qu'à aucun moment celui qui observe la frappe de ce corps n'est cité. On ne sait rien ici de l'observateur. 


"Mon corps frappé" n'est pas une condition d'observation. C'est l'objet de l'observation, nuance. 


 


Le système Miteny, consiste avant tout dans la confusion des mots. Comme il ne s'en rend pas compte, il accuse les autres de ne pas comprendre les définitions. 


Ceci n'est pas une insulte, évidemment, c'est un constat. Neutre. 


 



Répondre
M


Qui ME permet d'observer. T'as oublié.


Le système Miteny, c'est la vérité toute simple. Mais vous êtes aveuglés par je ne sais quelle mauvais sort démoniaque, c'est hallucinant à constater.


 


Pour me montrer ce qu'est la douleur, frapper n'importe quel corps ne suffira jamais. QUELLE EVIDENCE !!!



J


Tentons de faire avancer le débat.


Sais tu Miteny qu'il pourrait y avoir un cas, où, frapper ton corps aurait NECESSAIREMENT DEUX
CONSTATS IDENTIQUES par deux têtes l'une A ( Miteny ) l'autre B ( pas Miteny ) , donc deux cerveaux différents, ils ( A et B ) ressentiraient LA MÊME DOULEUR
?


Dans ce cas :


Corps 1 ( tête A ) frappé = > douleur


Corps 1 ( tête B ) frappé = > douleur


Connaissant ton immense culture, je sais que tu as la réponse.


 Conclusion logique d'après moi. Tout corps humain ou animal quel qu'il soit en parfaite santé ressent LA
MÊME SENSATION de douleur lorsque ce même corps est frappé.


D'accord ?


Conclusion logique d'après toi ?


J'attend avec impatience tes remarques et objections sans insultes si possible, merci.


Justicier


 



Répondre
M


Mon pauvre, décidément, t'es grave.


Tu ne peux pas simplement répondre à la question sans écrire un charabia immonde (en rouge en plus) ??



F


JE fais tous les efforts possibles, mais tu ne réponds jamais.



Oh oui, c'est sûr, ça doit demander un max d'efforts de lire la première ligne des commentaires, de ne pas essayer de comprendre ce qu'il veut dire, et d'asséner ad libitum un copié-collé !
Dis voir, tu me prendrais pas pour un con, des fois ?



Répondre
M


Extraordinairement con, extraordinairement menteur



F


Tu peux me dire en quoi "c'est une condition qui permet l'observation" est contradictoire avec "c'est une condition sur l'observateur qui lui permet de faire l'observation" ?


 


La deuxième définition est même mieux que la première, car plus complète.



Répondre
M


non, ce serait trop complexe pour toi. T'es incapable de comprendre même la différence douleur/pas douleur.


T'es même pas capable de comprendre que c'est une condition qui permet l'observation. Même avec un chien, j'aurais une discussion plus enrichissante  !!



F


Mais on ne peut pas dialoguer avec toi, tu ne sais que fuir et mentir.


 


Je ne fais que te rentrer en plein dedans en te disant quelques vérités. Effectivement je parle tout seul : je n'obtiens jamais de réponse, j'ai l'impression de parler à un robot mal programmé.
Pourtant je fais tous les efforts possibles...C'est vraiment un acte de charité que je fais envers toi.



Répondre
M


Non. JE fais tous les efforts possibles, mais tu ne réponds jamais.



F


Comment te faire comprendre qu'une condition d'observation, c'est une condition qui permet l'observation


 


Jamais dit le contraire. Mais ça ne contredit en rien mon propos.


 


Et je dirai même plus : "c'est une condition sur l'observateur qui lui permet de faire l'observation"


 


Mais arriveras-tu à comprendre cette chose très très simple ?



Répondre
M


non, c'est une condition qui permet l'observation. PAR DEFINITION



F


Comment te faire comprendre qu'une condition d'observation, ça concerne un observateur ?



Répondre
M


Comment te faire comprendre qu'une condition d'observation, c'est une condition qui permet l'observation (mon corps frappé dans ce cas là) ??


Hallucinant de bêtise



F


Le fait que tu sois incapable de modifier la formulation de ton raisonnement en fonction des objections qu'on lui oppose montre bien que ta prétendue démonstration ne repose que sur une illusion
due à la confusion entretenu par le choix des termes. Si ta démonstration était vraie, tu pourrais l'exprimer autrement et renouveler à volonté ta manière de présenter le problème, tout en
arrivant toujours à la même conclusion (un peu ce que je fais moi, en fait, dans mes efforts de pédagogues).


P.S. Je te fais remarquer que la fin de mon com précédent était : "Nie cette affirmation ou valide-la, mais ne fais pas comme si je n'avais rien dit". Et toi, t'as fait quoi ensuite ? T'as fait
comme si j'avais rien dit...désespérant.



Répondre
M


Mais on ne peut pas dialoguer avec toi, tu ne sais que fuir et mentir.