Être né quelque part.

Publié le par Miteny

C’est toujours un hasard pour celui qui est né.

Il est rigolo de constater que cette chanson sert souvent à illustrer la lutte contre le racisme et les discriminations. On la chante pour montrer que tous les hommes sont frères (copyright Jésus Christ), qu’il faut arrêter d’haïr les étrangers parce que ce sont aussi des êtres humains. Or c’est aussi pour moi une illustration parfaite de l’existence de Dieu. En effet, comme je l’ai répété mille fois, la conscience, le « moi » ne vient que d’un seul corps. Pourquoi celui-là et pas un autre ? Cela prouve non seulement que le fonctionnement du corps est insuffisant mais aussi qu’il y a quelque chose ou quelqu’un qui décide que nous serons cette personne et pas une autre.

Donc : Tous les hommes sont frères = Dieu existe (remarquez que la plupart des religions ont complètement oubliés ça puisqu’ils préfèrent soutenir le nationalisme… "la bête"). Comprendre cette évidence, c’est monter la première marche de l’escalier qui va au paradis, celui qui se trouve dans les cieux de l’esprit.

Petite remarque : si on dit que « naître quelque part, c’est un hasard », cela signifie bien que la naissance d’un individu (la fabrication d’un corps en quelque sorte) ne suffit pas pour que la conscience (le « moi ») existe... puisqu’il faut en plus « le hasard ». Mais le hasard n’a pas de pouvoir. On ne peut pas considérer que ce soit « la cause en plus » : c’est absurde.

Publié dans Avant 2011-best of

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

gilbert 05/08/2008 21:39

Miteny est suffisant.

Le corps suffit!