500 après Nicolas Copernic.

Publié le par Miteny

Ce Nicolas Copernic, quel homme formidable !
Né le 19 février 1473 à Toruń, Prusse royale, et mort le 24 mai 1543 à Frombork, également en Prusse royale à l'époque, il était chanoine, médecin et astronome. Sa langue de prédilection n'était pas le polonais, mais l'allemand. Je signale à ceux qui souhaiteraient visiter la Pologne qu'il y a d'ailleurs une statue de Nicolas Copernic à Toruń.
Petits rappels historiques : la Prusse royale, ou Prusse occidentale, est le nom donné aux territoires qui furent cédés par l'Ordre teutonique au Royaume de Pologne lors du Traité de Toruń en 1466. La Prusse orientale demeura sous la domination de l'Ordre teutonique après 1466 jusqu'à la fin de ce dernier, qui survint le siècle suivant.
Enfin, sachez que nombreux sont les hommes célèbres à peu près de la génération de Copernic : citons par exemple Léonard de Vinci (1452-1519), François 1er (1494-1457), Soliman le magnifique (1494-1566), Henri VIII (1491-1547), Nostradamus (1503-1566), Martin Luther (1483-1546), Jean Calvin (1509-1564), François Rabelais (148?-1553), Michel Ange (1475-1564), Christophe Colomb (1451-1506), Fernand de Magellan (1480-1521) et tant d'autres...
Gutenberg (1400-1468) est un peu plus ancien, mais son invention, à savoir l'imprimerie bien sûr, a eu une importance déterminante pour cette époque fabuleuse qu'a été la Renaissance et dont toutes ces personnes sont des représentants pour le moins significatifs.

Revenons à l'homme :
En 1491, il devient étudiant à l'Académie de Cracovie où il apprend les mathématiques et l'astronomie, mais aussi la médecine et le droit. Il quitte cette université après trois ou quatre ans, trop tôt pour obtenir un diplôme. Il retourne alors chez son oncle, qui tente de le faire élire chanoine au chapitre de la cathédrale de Frombork. Sans attendre la confirmation de son élection, il se rend en 1496 en Italie où il étudie à l'université de Bologne le droit canonique puis le droit civil, mais aussi la médecine et la philosophie. Il y apprend de plus le grec, qui lui servira grandement pour étudier les sources de la science antique.
À la fin de ses études, en 1503, il quitte définitivement l'Italie et réintègre son diocèse.
Tout au long de ces années, et probablement dès son retour d'Italie, Copernic continue ses recherches en astronomie, et réalise quelques observations des astres depuis la tour de la cathédrale de Frombork. Il était visiblement passionné.
Il se convainc rapidement de la nécessité d'abandonner le modèle d'Univers de Ptolémée au profit d'un système héliocentrique. C'est ainsi qu'il écrit, dès les années 1511-1513, c'est à dire il y a exactement 500 ans, De Hypothesibus Motuum Coelestium a se Contitutis Commentariolus, un court traité qui expose le système héliocentrique et qu'il fait circuler, sous forme manuscrite, auprès de ses amis.
Il écrit plus tard son œuvre principale De Revolutionibus Orbium Coelestium c'est à dire Des révolutions des sphères célestes, achevé vers 1530. Cette œuvre magistrale ne sera publiée, par un imprimeur luthérien de Nuremberg, qu'en 1543, peu de temps avant la mort de Copernic. Elle ne l'aurait jamais été sans l'intervention enthousiaste d'un jeune professeur de mathématiques, George Joachim Rheticus.
Vous le savez sans doute déjà, Nicolas Copernic est célèbre pour cette œuvre, c'est à dire pour avoir développé et défendu la théorie selon laquelle le Soleil se trouve au centre de l'Univers, la Terre tournant autour de lui. Les conséquences de cette théorie sont baptisées « révolution copernicienne ».
Parce que cette révolution changeait profondément les points de vue philosophique et religieux des contemporains de Copernic, elle fut peu écoutée à ses débuts. Exactement comme l'insuffisance du corps aujourd'hui d'ailleurs...
Mais ensuite, une féroce bataille d'universitaires va déclencher la polémique qui aboutira à la condamnation des travaux de Copernic, malgré des efforts pour tenter de trouver un compromis.
Près de cent ans après la parution du livre Des révolutions des sphères célestes, le système de Copernic est finalement condamné, en 1616, même si des gens intelligents, sensibles et raisonnés, comme Galilée, la défendent envers et contre tout. Ce dernier en paiera chèrement les conséquences puisqu'il devra répondre de son ''attitude'' scientifique lors du fameux procès du 22 juin 1633 où il sera condamné par un tribunal ecclésiastique.
Alors certes, Galilée est réhabilité en 1784, mais ce n'est que dans les années 1830 que l'Église accepte définitivement et complètement l'idée que la Terre tourne autour du Soleil.
Que de temps perdu à cause des cons !!

Cette histoire n'est pas sans rappeler mon cas personnel. Si la révolution mitenienne met autant de temps à percer que la révolution copernicienne, j'ai le temps de voir venir, j'ai le temps d'être insulté par les fous, j'ai le temps d' être menacé, voire poursuivi en justice pour « intelligence excessive ».
Ne rigolez pas, c'est bien ce qui me pend au nez : aussi incroyable que cela paraisse, on me reproche de réfléchir.
Étant donc moi-même une victime de la bêtise dont ont souffert Copernic, Galilée, Spinoza, Descartes et tant d'autres avant et après eux, je peux vous affirmer une chose : l'obscurantisme actuel est équivalent à l’obscurantisme du temps de ces messieurs. L'époque n'a pas tellement changé après tout, et un dogmatisme similaire à celui de l'église catholique de la Renaissance règne aujourd'hui.
Dans un reportage sur Galilée vu récemment, j'entendais le commentateur parler de cette époque en disant qu'en ce temps il ne suffisait pas d'avoir raison pour être entendu.
Mais c'est une blague ?? Non mais allo quoi !!
Aujourd'hui c'est bien pire : non seulement il ne suffit pas d'avoir raison pour être entendu, mais il suffit d'avoir raison pour être insulté.
C'est vraiment triste. J'espère juste qu'un jour on me rendra justice comme on a rendu justice à Copernic. Tant pis si c'est dans cent ou deux cents ans. En attendant je vais devoir subir avec philosophie les coups, les réprimandes, les menaces, etc...
D'une manière générale, il est assez étonnant de voir à quel point la science avance lentement, tant elle a à combattre une connerie animale qui fait la loi chez l'immense majorité des représentants de l'espèce simiesque « homo sapiens ». Les choses les plus évidentes n'ont été formalisées que très tard dans l'histoire.
Prenez la gravitation par exemple : lorsqu'on voit tomber les objets vers le sol avec une telle force, il semble évident et immédiat d'en déduire que les masses s'attirent. Il est vrai qu'il fallait auparavant avoir admis que la Terre a une masse finie, mais quand même...
L'humanité a du attendre le dix-septième siècle pour que cette loi soit enfin écrite, soit il y a à peine plus de 300 ans, ce qui n'est rien par rapport au temps qui s'est déroulé depuis l'apparition de la civilisation.
Un autre exemple encore plus flagrant : l'insuffisance du corps est hyper-évidente, mais même encore aujourd'hui, à l'heure où on parle d'aller sur Mars dans des « insectes » comme le dirait Louis de Funès, elle n'est toujours pas comprise. Cela dépasse l'imagination.

 

 

 

Malgré ma tristesse, je souhaite un bon anniversaire à la révolution copernicienne : un demi-millénaire, ça se fête !!

Post-scriptum : si vous voulez en savoir plus sur les génies incompris, je vous conseille le livre de Laurent Lemire Ces savants qui ont eu raison trop tôt. Par exemple y sont évoqués un médecin qui s'est fait insulté parce qu'il conseillait de se laver les mains après l'autopsie d'un cadavre (incroyable mais vrai !!) ou le fameux Georges Lemaître, dont je reparlerai plus tard, qui a eu la mauvaise idée d'avoir raison contre sa communauté religieuse mais aussi contre la communauté scientifique, dominée alors par un Einstein dans la force de l'âge et certain du caractère statique de l'univers.
Pauvre curé belge !
On sait heureusement depuis longtemps qu'il avait raison et qu'Einstein racontait n'importe quoi... Sur ce coup là en tout cas.

Publié dans Archives 2012-2014

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Justicier 27/04/2013 07:46


 


Miteny


"Aujourd'hui c'est bien pire : non seulement il ne suffit
pas d'avoir raison pour être entendu, mais il suffit d'avoir raison pour être insulté."


Peux-t-on savoir sur quoi et en quoi tu as démontré que tu as éventuellement raison ?


 

Miteny 27/04/2013 13:47



Le corps ne suffit pas



candide 26/04/2013 19:04


Bb2 24/04/2013 15:14


Bonjour Miteny,


Avez-vous finalement reçu des félicitations de la Fondation Templeton pour vos travaux démontrant clairement l'existence de Dieu ?


Cordialement,

candide 23/04/2013 20:08





 


dans cent ou deux cents ans   il devait pas y avoir l'apocalypse avant 2050 la révélation de Dieu
 chercher l'erreur !


miteny bon pour l'asile ! mdr !!!

Miteny 23/04/2013 23:32



L'erreur, l'erreur.... J'ai trouvé !!


toi !!! T'en es une belle...



candide 23/04/2013 14:15


Miteny 23/04/2013 18:09



T'es vraiment un abruti.