Dieu est verticale et la religion horizontale.

Publié le par Miteny

Pour dire simplement que, selon moi, Dieu considère toutes les idolâtries du même point de vue. Qu’ils soient musulmans, catholiques, juifs, hindouistes les rites et les actes d’adoration superstitieux sont des horreurs et des abominations. Par contre élever sa conscience et se demander « pourquoi ne suis-je pas quelqu’un d’autre ? », « c’est quoi la justice ? », « est-ce que je suis vraiment libre, est-ce que je décide vraiment de ce que je suis ? », ça c’est le vrai culte, la vraie façon de s’approcher de Dieu et de lui rendre hommage. C’est pourquoi il est très difficile de juger ce que les autres ont vraiment dans le cœur.

Alors se permettre de maudire quelqu’un juste parce qu’il dit du mal de Mahomet, du pape, du Coran, d’Allah, de Dieu c’est NE RIEN COMPRENDRE DU TOUT. Même Jésus disait la même chose : Matthieu 12.31,32. C'est pourquoi je vous dis: Tout péché et tout blasphème sera pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l'Esprit ne sera point pardonné. Quiconque parlera contre le Fils de l'homme, il lui sera pardonné; mais quiconque parlera contre le Saint Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce siècle ni dans le siècle à venir. (Je pense qu’il est inutile de faire une explication de texte).

Question naïve : Mais c’est pour quand, la suppression de ces religions qui blasphèment contre l’Esprit pour servir le dieu païen de la superstition ??

Publié dans Avant 2011-best of

Commenter cet article

Zoroastre 06/05/2011 16:17



Je ne connais pas bien Verlinde, mais si vos travaux se rejoignent, il serait bon que vous tentiez de le contacter : vous avez entendu parler de lui, mais lui n'a peut-être pas entendu parler de
vous. 


Je ne crois pas qu'il serait très difficile de le joindre : malgré sa (relative) notoriété, ce genre de paisibles scientifiques n'a généralement pas de raison de se protéger outre mesure, et est
au contraire ouvert à l'échange théorique, à la correspondance avec d'autres, et bien sûr, aux soutiens. 


Toutefois, ce ne sont là de ma part que des propos en l'air : j'ignore à peu près tout de Verlinde, peut-être est-il un impitoyable paranoïaque. (je plaisante)


Un échange entre vous, et d'autres, serait constructif, et pourrait même aboutir à un changement fondamental de paradigme, délivré des carcans usuels du réductionnisme comme de l'holisme, de
l'opposition/incompatibilité irréductible entre sujet et objet, dans un cadre intégrant entropie et harmonie. 



Miteny 06/05/2011 18:03



Moi j'aimerais juste qu'on m'aide à faire comprendre aux gens (et surtout à ceux qui ont le plus d'influence en science par exemple) l'insuffisance du corps.


On me promet souvent des débats, puis on m'abandonne (la censure)



Zoroastre 06/05/2011 14:43



 


2. La matière peut être conçue comme de l'information, oui. Le clavier que je touche est-il matériel, solide "réellement", ou bien la matière est-elle une illusion de mon esprit, lequel ne fait
que recevoir l'information "aspect solide" / "frontière physique" d'un réel autre ? 


Je me garderai, personnellement, de répondre à cette question. 


Ceci étant dit, si la matière est de l'information, et n'est que information, doit-on en déduire qu'elle est information "sur" quelque chose ? Et ce quelque chose, si c'est la réalité, peut-on
dès lors la connaître vraiment, ou resterons-nous toujours limité à la seule information sur elle que nous pouvons collecter ? 


 


3. Je ne pense pas qu'on ne puisse rien connaître, sans doute me suis-je mal exprimé. Nous pouvons être certains d'un certain nombre de choses, certaines triviales (le soleil brille), d'autres
fondamentale (je pense). Pour autant, cela n'implique pas que l'on puisse tout connaître. 


Nous sommes en quelque sorte dans "l'entre deux" du "on ne peut rien connaître" et "on peut tout connaître". 


Pour ce qui concerne les théories scientifiques, elles décrivent le monde comme la carte du géographe décrit le territoire. Vous m'excuserez cette analogie en forme de lieu commun, mais elle me
semble bien représenter mon propos : la carte n'est pas le territoire, et une théorie n'est pas le réel. Ce qui n'empêchent pas l'une comme l'autre d'être fidèle à ce qu'elles représentent. 



Miteny 06/05/2011 15:53



2. Après il faudrait se plonger dans la théorie de l'information pour en savoir plus. En tout cas, l'hypothèse de Verlinde est la suivante : l'univers est un écran, la réalité est un écran. Et
avec ça, il retrouve tout : la gravitation, la relativité... et arrive même à résoudre des mystères (matière noire, énergie noire).


Bref, son hypothèse est la conséquence directe de l'insuffisance du corps. C'est une validation de ma théorie !!!


 


3. Je ne vois pas le rapport avec la carte et le territoire. La carte représente un territoire, la théorie explique comment ça marche. Pas pareil.



Zoroastre 06/05/2011 12:07



Je peux tenter une définition de l'idéalisme, mais encore une fois, le mieux est de consulter l'article de wikipedia que j'ai mis en lien. 



L’idéalisme est la thèse selon laquelle ma pensée produit le monde extérieur ; ainsi, tout est d’essence spirituelle. 


 



Est-ce vraiment important ? pas spécialement en soi, mais si ça vous intéresse de disuter de philosophie,
d'épistémologie, ou simplement de la nature de la conscience, alors je peux dire que ça m'aiderai à comprendre votre position. 


 


 



Quant à Verlinde, je soutiens encore : pour lui, la matière n'est pas de l'information en soi : la matière est
encodée, sous forme d'information (ce qui n'est pas la même chose, même si la confusion est facile) ; l'Univers tel que nous le connaissons existe bel et bien, tout en étant la traduction
holographique d'un "univers surface", lequel n'est au final qu'un aspect de l'univers, une autre façon de le concevoir.


 



Il me semble encore que l'idée "d'information" n'est pas à prendre au sens de "signication pour un être
conscient". Elle est à prendre dans le même sens que l'information contenu par exemple dans un brin d'ADN, information qui ici code pour des acides aminés puis des protéines, sans pour autant
qu'il y ait besoin d'un être conscient pour "lire" ces informations et appliquer le plan. 



(J'ignore à ce stade si je suis clair dans mon propos, et si vous êtes d'accord ou non)







Cela rejoint encore S. Hawking, pour qui les théories scientifiques ne disent pas (et ne peuvent pas dire) :
"l'Univers est comme ceci, ou comme cela". Les théories ne peuvent jamais que décrire d'une façon ou d'une autre, de façon plus ou moins précise, comment est l'univers. 



Par exemple, la description héliocentrique est plus proche de la vérité que la conception géocentrique, et
Einstein décrivait mieux le réel que Newton... Pour autant, aucune théorie ne peut prétendre être "exacte". 



Du fait de notre propre limitation, nous ne pourrions jamais connaître LA vérité unique, universelle, et
complète. Nous ne pouvons faire que des approximations succesives. (comme pour le nombre Pi ou le nombre d'Or)


 



Qu'en pensez-vous ? 



Miteny 06/05/2011 13:40



 


1. Je ne suis pas idéaliste dans ce sens là alors. Il y a bien un monde extérieur, en dehors de ma pensée.


 


2. Si, la matière est de l'information (je pense que c'est la théorie de Verlinde aussi). Mais qu'est ce que l'information ? Par définition, elle est destinée à un être conscient, non ?


 


3. Là c'est autre chose. Je ne suis pas d'acccord d'ailleurs. certaines théories peuvent être considérées comme exactes. Là, ça ne va pas du tout. Vous confondez plusieurs choses.


ce n'est vraiment pas parce que Einstein décrit mieux le réel que Newton ou qu'on ne connait pas entièrement PI qu'on ne peut rien savoir. Non, non.


 



Zoroastre 06/05/2011 07:39



Par "idéalisme", j'entends simplement la définition qu'en donne cet article de Wikipedia que j'ai mis en lien. 


J'admets qu'il existe plusieurs conceptions idéalistes différentes. 


 


(ça dépend de ce que l'on entend par idéalisme)


Dans quelle acceptation de l'idéalisme vous reconnaissez-vous, dans ce cas ? 


Hegel, Schopenhauer, Kant, Berkeley, Descartes,...  Ou bien autre chose, votre propre conception personnelle ? (que j'aimerais bien que vous détailliez, alors dans ce cas)


 


Quant à Verlinde, il ne me semble pas qu'il soit idéaliste. (au sens philosophique, toujours)



Miteny 06/05/2011 10:16



Ce n'est toujours pas clair. Bref, je ne sais toujours pas si je suis "idéaliste" au sens philosophique du terme. Est-ce vraiment important ?



Zoroastre 05/05/2011 11:57



Je n'avais pas compris Verlinde de cette manière. 


Quant à Calvin, je partage votre opinion. 


De votre côté, il me semble que votre pensée rejoint assez fortement l'idéalisme. 


Sans doute y a-t-il des différences, je suppose, que vous ne manquerez pas de m'indiquer. 



Miteny 05/05/2011 13:57



ça dépend de ce que l'on entend par l'idéalisme.



Zoroastre 05/05/2011 08:28



A la question "pourquoi ne suis-je pas quelqu'un d'autre ?" , je répondrais :


"parce que j'ai une histoire, singulière, différente de chacun des autres hommes, et que c'est elle qui m'a construit."


 


La question de la justice, en revanche, ne peut pas se résoudre en trois mots. C'est, en effet (je suis d'accord) une recherche constante et jamais achevée qui sous-tend (ou devrait sous-tendre)
toute société. Sa définition est toujours tributaire des valeurs morales, qui sont différentes d'une culture à l'autre, voire même d'un individu à l'autre. 


 


Est-on vraiment libre ? Certains ont une conception déterministe, qui impliquerait que l'univers entier, nous y compris, et avec chacune de nos pensée, découle du Big Bang. Le Big Bang aurait
déterminé l'ensemble des paramètres pour former 13,5 milliards d'années plus tard le système solaire tel que nous le connaissons, avec la Terre dans des conditions particulières ayant permis la
vie, laquelle a évolué pour donner naissance à l'espèce humaine, dont chaque individu se construit par son environnement (lui-même dépendant de toutes les conditions antérieures). 


Une telle conception nie le libre arbitre. (et rejoint in fine ce que disait le réformiste Jean Calvin, pour qui tout était déjà écrit / décidé par la Volonté de Dieu). 


 


Il est difficile de s'opposer à cette vision des choses, dans la mesure où chacun de nos choix conscient ne seraient en réalité pas des choix réels, le choix étant en fait prédéterminé par notre
histoire, laquelle dépend de quantité de micro-événements certes impossible à connaître totalement, contingents, mais tous déterminés par des conditions antérieures. (et dont on peut faire
remonter la chaîne causale jusqu'au Big Bang). 


 


Adopter une telle vision est à la fois rationnel... et dangereux ! car cela revient à décliner toute responsabilité de nos actes. Le libre arbitre n'est peut-être qu'une illusion, mais "faire
comme si" il existait réellement est indispensable moralement (et pour le bien-être psychologique, accessoirement). 


 


Qu'en pensez-vous ? 



Miteny 05/05/2011 10:09



Déjà, avant de penser, j'aimerais qu'on arrête de m'insulter parce que je dis une énorme évidence.


Ensuite, il y a une sorte de contradiction dans ce que vous écrivez.


"de quantité de micro-événements certes impossible à connaître totalement"


ça me fait penser aux théories actuellement en vogue en physique. Aujourd'hui on sait de plus en plus que la matière, c'est de l'information. Et Verlinde est en train d'apporter un véritable coup
de pouce à cette intuition.


Autrement dit, ce qu'on ne connait pas... n'existe pas. Si un micro-évènement est inconnaissable, il n'existe pas...


Je ne vais pas m'étendre et développer mais je pense qu'on peut dire que je ne suis pas du tout d'accord avec Calvin qui avait là un raisonnement bien primitif.



gilbert 17/08/2008 20:53

Miteny est suffisant.

Le corps suffit!