Comment être ridicule avec dieuexiste.com

Publié le par Miteny

La quantité de mauvaise foi déployée pour mettre à mal ma démonstration très simple est impressionnante. Vraiment, je suis très impressionné, bluffé même. Dernier « argument de la mort qui tue » qu’on m’a fourni :

Je sais ce qu’est la douleur mais comme tu ne l’as pas définie, on ne peut pas aller plus loin (c'est-à-dire étudier ses caractéristiques pour savoir si un corps quelconque suffit à sa « production »). WOUAHOU ! (quand je vous dis que ça tue). Incroyable, non ? Dire « je sais ce qu’est la douleur » et « tu ne l’as pas définie » pratiquement dans la même phrase, il faut vraiment être gonflé. La mauvaise foi, c’est un talent, un art. Il y a des écoles et des diplômes pour ça !

Qu’est ce que vous voulez que je fasse. Pour l’instant je ne vois qu’une solution : aller très lentement, comme à l’école maternelle (et je donnerai un autre titre à mon site : comment se ridiculiser avec dieuexiste.com). Quand Jésus disait que les esprits simples (pas simplets !) avaient plus de chances d’accéder au royaume des cieux, il n’avait peut-être pas si tort que ça.

Ma démonstration, un enfant de 6 ans la comprendrait mais un savant renommé mettra des heures, voire des jours, avant d’accepter sa simplicité.

Publié dans Archives 2006-2009

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
ah, tu tombes mal...lol
mais par hasard, il arrive aussi des dire des conneries miteny...
et toi ça t'arrive souvent...
Répondre
M
miteny "C'est normal puisque le corps ne suffit pas, bougre d'ahurie... "c'est normal" n'est pas un argument.."

>>> euh tu fais exprès de te contredire?
Répondre
M

En fait tu comprends jamais rien. Même par hasard. Par exemple au loto, on peut tomber par hasard sur le bon numéro. Bah toi, ça t'arrive jamais... au niveau de l'intelligence en tout cas.


H
gilbert, qui es-tu ? tu passes tes soirées à déterrer de vieux articles où tu places les mêmes commentaires; ou tu fournis plus d'effort sur l'étape 3. Mais tu y reviens toujours, sans cesse. Es-tu un droïde ?
Répondre
M

Encore une bonne question! Décidément, j'ai des adeptes de qualité.


M
tu pars d'un constat simple miteny mais tu en tires une question à laquelle tout le monde te répond en choeur, c'est NORMAL
Répondre
M

C'est normal puisque le corps ne suffit pas, bougre d'ahurie... "c'est normal" n'est pas un argument..


G
Le corps suffit!
Répondre
M
maternelle tu dis?
ok.

dire "tu ne l'as pas définie (la douleur)" exprime la volonté de partir sur des bases communes.
c'est ce que fait l'enfant dans ses apprentissages: rechercher la compréhension en donnant un nom précis pour une chose précise rouge vert bleu rond carré...
quand on arrive à expliquer le "j'ai mal", l'enfant au début comprend sa douleur mais a dû mal à se figurer quand il vous fait mal
ne sachant que sa sensation à lui la dernière fois qu'il a eu mal; il ne met pas de degré autre dans votre douleur, qui peut très bien être plus faible...
bref tout cela pour dire que définir une chose est importante pour se faire comprendre et pas ridicule du tout.

par contre c'est très prétentieux de se sentir supérieur à qqn qui cherche par tous les moyens d'intégrer tes notions pour arriver à un terrain de compréhension qui seul permettra d'alimenter une controverse valide ou amener une validation de tes assertions.

Ce qui rend la plupart de tes interventions stériles, c'est ce refus d'aller vers la pédagogie d'enseignement, si tu veux ...

En fait tu veux que les choses que tu formules s'imposent comme une évidence (en anglais evidence = preuve!!)
mais l'evidence ne suffit pas miteny!!...enfin, pas pour une démonstration.
Pour la foi, c'est autre chose.

Il y a en effet, rien que dans le dictionnaire, parfois des tas de définitions pour chaque mot.
Pour "douleur" j'en trouve 3: sensation pénible à endurer, sentiment pénible, ressentiment.

-ainsi la douleur n'est pas toujours produite par un coup
-un coup ne procure pas toujours de la douleur (oui l'arrachage d'ongle c'est assez probable)
-tout le monde n'est pas en état de ressentir la douleur

ces trois raisons font que ton postulat n'étant pas universel, si la démo tenait là-dessus tout le monde ne pourrait y adhérer

Ensuite, si le postulat sert à démontrer, il ne peut pas servir à tester la démo pour vérifier, c'est une convention expérimentale à laquelle tu dois te plier.

Donc s'entendre sur le concept permet de comprendre le concept.
Que t'importe le mot si personne n'accède à son sens ?
Si tu parles Chinois, et qu'on comprend Hindi...ça ne va forcément pas aller...pourtant ni le Chinois ni l'Hindi ne sont ridicules, puisque près d'un milliard de personnes parlent l'un ou l'autre!!

Donc entendons-nous sur ce qu'est une démonstration, sur ses règles validées par tous, toi y compris.

Si tu es à la fois le cobaye, le docteur en médecine, l'ordre des médecins, et le comité qui délivre le prix nobel, tu comprends que ya un problème de protocole et d'impartialité!!!

Ici nous sommes pris pour des cobayes ("je te tape, tu as mal"), tu nous demandes d'être tes détracteurs...et bien sûr, tu restes le président du comité...mais le docteur n'a pas grand chose de plus à dire que répéter sa thèse, selon une démarche que personne ne valide sur la forme, avant mm de s'atteler au fond.

avoue que c'est dommage!

manuel du petit minimum acceptable (que chacun y rajoute son commentaire, j'en serais ravie):

* définir un protocole expérimental,

-avec groupe témoins (en double aveugle par ex)
-avec une démarche mathématique (façon théorème de Thalès,!!!)
>>>>>>>>>>>>>ici, on part en vrac sans savoir où l'on va, ni comment

* établir les hypothèses validées

-dans un contexte précis (CNTP par ex!!)
-donner une définition précise de chaque terme employé, dico à l'appui au besoin (ou références de "pontes" ayant déjà parcouru ces chemins d'expérimentation par ex)

>>>>>>>>ici il y a des détracteurs sur les termes employés et la non précision des qualités requises pour le choix des participants aux expériences (perception de la douleur, non universelle)

* expliquer l'expérience et ses conditions spécifiques, ainsi que les mesures et les observateurs (l'observateur cobaye partout, ou observateur non cobaye partout, par ex)

>>>>>>>>>>ici il y a litige sur l'observation, en effet dans un cas celui qui observe est celui qui sent indéniablement (hypothèse), et dans l'autre il y a les observateurs qui ne vivent pas la sensation et ne peuvent en juger donc alors que chacun d'entre eux pris isolément peut vivre et ressentir ce que le premier vit et ressent.

* émettre les résultats bruts de toute analyse

* donner une lecture (interprétation formulée)de ces résultats, qui elle peut être validée ou non, sujette ou non à polémique ou discussion fondamentale.
Répondre
M

tiens ma réponse a été supprimée? Bizarre. Sinon je voulais dire que mon protocole de démonstration, même s'il peut te paraître étrange, est tout à fait valable.
Je pars d'un constat simple: la douleur est personnelle.

Réfutes tu cette évidence? (j'en ai marre de répéter des questions auxquelles tu ne veux jamais répondre)

Mauvaise foi!


M
C'est vrai. Mais dire "tu ne l'as pas définie" pour refuser de décrire la douleur, je ne trouve pas ça très bien. C'est hors sujet.
Répondre
M

Incroyable, non ? Dire « je sais ce qu’est la douleur » et « tu ne l’as pas définie » pratiquement dans la même phrase, il faut vraiment être gonflé.


Pas forcément regarde:

Je sais ce qu'est la pensée, mais trouve moi une définition du mot pensée. Il peut y en avoir pleins de différentes ... tu verras comme c'est facile.

Déjà qu'est-ce qu'une définition ? Un ensemble de mots qui remplace un seul mot dans une phrase différente ? Je ne sais pas !

Tu vois que ça se médite, non ?
Répondre