L'Afrique, ses frontières et cette connerie d'identité nationale.

Publié le par Miteny

L’Afrique est découpée en pays formés par les colons (français, anglais, portugais) qui ne correspondent même pas aux ethnies existantes. Ainsi il arrive souvent qu’un peuple soit divisé entre 2, 3 ou 4 nations africaines. Pourtant on leur demande à tous d’aimer leur pays, de s’identifier à une nation qui ne correspond à rien, ou tout au moins à pas grand-chose. C’est absurde et c’est d’autant plus grave que de nos jours (et depuis très longtemps) l’identité de chacun d’entre nous doit d’abord se forger en fonction du pays dans lequel on naît. C’est idiot mais on n’a pas le choix !

Il y a une sorte de consensus général : on doit d’abord se sentir français, anglais, américain, togolais ou bouthanais avant d’éventuellement comprendre qu’on est avant tout un être humain voire un fils de Dieu (mais là il ne faudrait tout de même pas trop en demander). Le paroxysme de cette absurdité, c’est l’armée : dans l’armée, si tu blesses volontairement un camarade (pour un motif quelconque), c’est un crime lâche mais si tu assassines des centaines de femmes et d’enfants (du soit disant camp des méchants, évidemment) c’est une preuve de bravoure !!

Le plus fort c’est que 99 fois sur 100 les soldats disent se battre pour la liberté, l’humanité… Voilà un bel exemple d’endoctrinement sectaire : servir jusqu’à la mort une cause irrationnelle et stupide pour une organisation gangrénée par le culte de la personnalité (l’Etat).

Publié dans Archives 2006-2009

Commenter cet article

Roland 29/10/2006 22:50

Sur le paradoxe de l'idéologie qui fait que tuer un homme marié et père de famillle qui ne vous a rien fait et qui porte un autre uniforme c'est bien à partir du moment où les pliticians et les maréchaus planqués vous ont ordonné de le faire c'est bien, tandis qu'en tuer un dans d'autres circonstances c'est un crime, il y a une excellent romant d'Erich-Maria Remarque (sans doute son meilleur); il s'apelle "Après" et commence le jour du onze novembre. Je ne vous raconte pas la suite.Mais j'en conseille la lecture, c'est de l'excelente litterature, et c'est très fort.

lechil 30/08/2006 21:21

"...l’identité de chacun d’entre nous doit d’abord se forger en fonction du pays dans lequel on naît."
Pourquoi utiliser le verbe "devoir" dans cette phrase ?! L'identité de chacun PEUT se forger en fonction du pays, mais je ne vois pas en quoi cela serait une obligation.
"C’est idiot mais on n’a pas le choix !" !!?
Bein, si! Qu'est-ce qui empêcherait ce choix ? Faut m'expliquer là.

christel 30/08/2006 17:23

Merci de ta visite, bonne soirée , christel