Madagascar, une autre île de Pâques?

Publié le par Miteny

Un boulot idéal serait d’œuvrer pour la protection de l’environnement à Madagascar. Cette île est en fait, du point de vue de la biodiversité, un vrai petit continent. De très nombreuses espèces végétales mais aussi animales (lémuriens, caméléons de toute sorte, grenouilles multicolores, les mantella…) y survivent encore. Malheureusement ce pays est de plus en plus peuplé. Il subit donc une pression écologique énorme : déforestation, érosion…

Si ça continue, l’avenir de Madagascar ressemblera au passé de l’île de Pâques. C’est triste mais plus de 50 millions de personnes en 2050 (et qui n’ont que le charbon de bois pour vivre) sur une terre qui ne grandit pas… Imaginez le résultat. C’est peut-être de toute façon ce qui nous attend tous. Nous sommes tous des pascuans en puissance. Dommage, j’aime beaucoup les sifakas de Verreaux, les maki, les baleines aussi (il y a beaucoup de mégaptères à Madagascar).

Alors en ce qui concerne mon boulot idéal, il ne me reste que les yeux pour pleurer… à moins qu’une puissance surnaturelle m’offre un porte-voix pour que je puisse clamer haut et fort en malgache : « Envoyez les filles à l’école pour qu’elles aient une bonne raison de ne plus faire 12 enfants et de ne plus alimenter le cercle vicieux de la pauvreté. ». D’ailleurs il faudra que la puissance surnaturelle traduise simultanément parce que moi et le malgache, ce n’est pas encore ça…

Publié dans Archives 2006-2009

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article