Je me déshabille.

Publié le par Miteny

Voilà, aujourd’hui j’ai décidé de me déshabiller (je ne sais pas si c’est une bonne idée : sous les flots d'insultes, je vais sans doute supprimer cette vidéo très vite).

1. Le soleil est une boule de glace.

 

2. N’importe quel corps frappé, cause suffisante d’un peu de douleur (qui fait très mal).
Ce sont deux affirmations archi fausses : je suis sûr que personne ne constate pas plus (1) que (2) ! Et les gens n’arrivent pas à comprendre ça : c’est incroyable ! Même un enfant de 5 ans comprendrait que la bonne réponse est « mon corps frappé cause suffisante ».Vie de merde !

Publié dans Archives 2006-2009

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

vivelavie 18/04/2009 17:09

Voila donc la tete de notre messie ! Je vais meme pas rentrer dans le detail d'une demonstration, au vu de tes reponses je perdrai mon temps (meme si en temps normal j'adore discuter avec mes amis scientifiques on non), et d'ailleurs j'ai d'autres choses à faireNeamoins je ne peux m'empecher de pouffer de rire quand je lis ça:On allume une ampoule: lumiereOn allume une autre ampoule: lumiereDonc une ampoule suffit à produire de la lumiereOn frappe un corps: douleurOn frappe un autres corps: Pas de douleurDonc un corps ne suffit pas à produire de la douleurDeux choses:-Une des premiere base  qu'on apprend en sciences, c'est que si tu veux montrer des paradoxes, il faut prendre soin de comparer des phenomenes qui au minimum utilisent des memes principes physiques...-Une demonstration peu rigoureuse peut amener à des incoherences...Au plaisir,

Miteny 20/04/2009 09:25


C'est à dire? Tu as peur de ma démonstration en fait (comme tout le monde).


Anti salim 17/04/2009 22:49

«Désolé, ceci n'était pas un message publicitaire mais une façon de prévenir: (...)» c'est un (tas de) message publicitaire ET une façon de «prévenir». de prévenir quoi? : «Si vous me considérez comme un indésirable ou souhaitez monter une secte quelconque, ne comptez pas sur moi et voyez mes positions.» «ne comptez pas sur moi»??!!!!!!!!!! mais qui comptait sur toi pauvre con? ... «et voyez mes positions.» ... pour quoi faire??? on veut juste monter une secte quelconque, on s'en tape de ta position de pékin de base! Alors tu vois bien que c'est que de la pub (faux-cul) «Soit vous rectifiez le tir concernant l'orientation de cette communauté, permettant que j'y participe avec mes propres opinions, soit ne me reconnaissez pas comme des vôtres et vous m'excluez.» Yarf!!!!!! Mais tu fais tout comme tu veux mon lapin; soit tu restes, soit tu te casses (mais quel con!: une «communauté» !!! le gars débarque avec ses gros sabots musulmans et demande de rectifier le tir??? Nan mais t'es qui????????????? gros con de métaphilosophe à deux boules. total à côté de la plaque l'évangéliste!)

Anti Salam 17/04/2009 22:12

«Puisse Allah te préserver d'être en paix et à l'abri de ton ennemi!»de mon ennemi ou du dégat de sa lance? ... car il arrive de devoir l'affronter.puisse allah me préserver d'être pleutre donc oui, comme tu dis (lol).

Stephane 17/04/2009 17:15

Pour JalbecJalbec, pourquoi penses-tu que Dieu est mon pot ou que je parle en son nom ? Simplement parce que je n'ai pas écrit "je crois" ou "à mon avis" devant chaque phrase ? Il ne s'agit là que de mon opinion, basée sur ma vision de Dieu...et sur ce que Dieu doit, à mon avis, logiquement être ou attendre de nous. Ce n'est que mon opinion, et le fait de contredire Miteny sur la suffisance du corps n'a rien à voir avec cela.Mais nous dépouiller des Livres révélés, pour autant, quel drame! Comment pourrions nous alors apprendre à nous lire nous-mêmes?Bonjour Salam!C'est que vois-tu, j'estime que pour quiconque s'autorise à explorer très objectivement le contenu de ces livres révélés comme tu dis, il devient clair que même si ces derniers contiennent à n'en pas douter une profonde sagesse inspirée, ils contiennent également de nombreux éléments qui vont carrément à l'encontre de leur message primordial d'amour et de compassion, et qui trahissent rapidement  leur origine humaine. Je crois que Dieu nous parle de plusieurs façons : dans nos rêves, lorsque nous méditons, par nos intuitions, à travers les évènements de notre vie, et peut-être même par des visions quelques fois pourquoi pas, qui se retrouvent sous forme écrite. Mais le problème, c'est qu'il faut voir sa façon de s'adresser à nous pour ce qu'elle est vraiment : une inspiration, un chuchotement subtil, et pas une formulation explicite dont les moindres détails, dont la moindre virgule serait d'origine divine et ne pourrait être questionnée. Pourquoi c'est comme ça ? Justement parce que comme je l'expliquais dans mon message précédent, si Dieu nous révélait intégralement et explicitement les grandes vérités de l'univers (y compris sur le plan moral), nous serions contraints devant la force de l'évidence d'appliquer cette vérité...mais l'aurions-nous réellement assimilée ? Je ne crois pas, je crois que nous ne serions que des imitateurs...des robots programmés pour faire le bien, sans toutefois comprendre vraiment ce qu'est le bien. Si Dieu se comporte comme un humain à l'égo surdimensionné, et place l'obéissance et la vénération des hommes au-dessus de leur compréhension des choses (façon purement humaine de concevoir Dieu à mon avis, laquelle est présente dans bien des religions et n'as que très rarement été remise en question)..là je comprendrais. Mais Dieu est à mon avis bien au-dessus de tout ça. Aucun père ne souhaite être un objet de vénération pour ses enfants. Il veut simplement être aimé de ces derniers..et de surcroit, pas en leur forçant la main. Eh bien je crois que c'est la même chose pour Dieu et c'est pourquoi bien des mythes, tels que le péché originel, la chute des anges, l'enfer comme lieu de souffrance éternelle, la nécessité de la crainte de Dieu, etc, ne tiennent absolument pas la route. Toutes ces choses sont à mon avis d'origine humaine, et se retrouvent pourtant dans les écrits inspirés. D'où ma prudence vis-à-vis tout ce que l'on affirme être entièrement divin. Certaines personnes et certains textes semblent effectivement démontrer une connexion plus directe avec les grandes vérités de l'univers, et peuvent du coup devenir des catalyseurs pour guider la masse dans la bonne voie, mais l'histoire nous enseigne que la prudence est de mise, car sans une compréhension objective de ses sources orales ou écrites, on peut facilement se retrouver à commettre au nom de Dieu les pires atrocités.À bientôt

nobody 17/04/2009 16:14

nobody 17/04/2009 15:52

Salam Abdal-Haqq al-Faranji 17/04/2009 14:14

Merci d'être contre moi, anti-salam,Ce qui me permettra d'être allégé du poid d'être inclue dans cette communauté sans valeur, tournant sur elle-même sans savoir pourquoi.Au moins au Hajj, ils savent pourquoi ils le font.Puisque tu t'appelles anti-paix, alors pour te dire au revoir, répondant en toute politesse à ton souhait:Puisse Allah te préserver d'être en paix et à l'abri de ton ennemi!lol!

Miteny 17/04/2009 14:19


De quelle communauté tu parles?


Anti Salam 17/04/2009 11:07

ça va la grève Miteny?tu pourra poster des photos au jour le jour pour qu'on constate la déchéance?Merci.(après je pourrais réaliser une anim qu'on se remattra en bouffant des Kébabs au porc bio élévés avec amour)Salam, tu veux pas faire une grève aussi?

Miteny 17/04/2009 14:18


Vous vous avez mal quand je me cogne et moi je grossis pendant une grève de la faim.


Anti Salam 17/04/2009 10:43

Alors Salam, ... à la pèche au cons?

Salam Abdal-Haqq al-Faranji 17/04/2009 09:25

Stephane,Il y a du vrai dans ce que tu dis, je ne sais si nous l'entendons au même niveau.Nous sommes des créatures, des formes, des signes, des miracles en action, ceux du Grand Coran, la Mère du Livre, la matrice universelle.Mais nous dépouiller des Livres révélés, pour autant, quel drame! Comment pourrions nous alors apprendre à nous lire nous-mêmes?Que la paix soit sur toi.

MoI 17/04/2009 08:31

Quand miteny acceptera t-il de parler de Dieu ?

la fille du coupeur de joint 17/04/2009 08:15

Ca fait 6 mois que j'etais pas venu, et je suis meme pas largué... En en est toujours au même point !Dieuexiste.com, c'est un peu les feux de l'amour du web.

MoI 17/04/2009 08:08

C'est domage de rester "borné" sur de fausses questions Jalbec.Tout autant que d'essayer de démontrer l'existence de Dieu par la douleur.Comme le fait d'appeler un site "DieuExiste" en meprisant les textes ou les livres, transmettant le message.Un jour, quelqu'un à ecrit sur un mur "le monde a suffisament de religions pour se haïr, mais pas assez pour s'aimer", c'est pt'etre ca ton boulot miteny.bref

Salam+Abdal-Haqq+al-Faranji 17/04/2009 07:49

Ce que je sais, en tout cas, c'est que mon corps n'est pas suffisant pour exister, il n'est pas autosuffisant, il ne se suffit pas à lui-même. Il appartient à un tout, une multiplicité, chacun jouant son rôle tour à tour dans le manège de cette multiplicité aux règles immuables, intengibles et qui nous demeurent voilées. Un équilibre existe, et le mouvement dans l'espace-temps est preuve d'une circonvolution autour du point d'équilibre. Ce que nous faisons, disons, pensons, vivons, souffrons, ce ne sont que des circonvolutions, et nous ne sommes pas le tout.La base de mon attestation de foi, mûrie par l'expérience de mon jugement et de ma rémission, c'est l'Unicité. Ce que j'ai à dire, c'est que Mitany tourne autour, mais il ne l'a pas comprit.Allahu Alim.Paix à tous.

Salam+Abdal-Haqq+al-Faranji 17/04/2009 07:30

C'est tout simplement un faux débat, car il n'est tenu que par pure volonté égotique. La réthorique que l'on rencontre içi n'est que tentative de raison pure, sans affect, mais c'est un rêve et heureusement. Nous ne sommes pas des machines. Des synchronicités existent, nous en sommes conscients.Le débat du corps malade ne nous fera pas le guérir. Toutes théories efficientes sur le plan fonctionnelles sont bonnes à prendre. Elles comportent nécessairement une part de vérité. Notre avis n'a que peu d'intérêt. Je ne suis pas entré dans cette communauté pour me livrer à un concours de prétentions.Communauté qui a perdu le sens de son nom et sa raison d'exister.Il faudrait vous faire un autre nom, sans intérêt auqu'un pour moi: "Pour ou contre le Miténisme?"Je vous laisse.Allez dans la paix.

Jalbec 17/04/2009 07:02

.@ StéphaneL'objectif de Dieu n'est pas que nous obéissions, mais plutôt que nous comprenions...Es-tu vraiment sérieux Stéphane, toi qui ne veut pas admettre la non-suffisance du corps, de faire de tel discours comme si Dieu était ton potte et qu'IL s'était révélé à toi ?  Comment oses-tu parler en SON nom ? Comment sait-il ce qu'IL veut ?  Te rends-tu compte de l'énormité de TA prétention ???.

Jalbec 17/04/2009 06:47

C'est bien beau tes copier/coller Salam mais ici on veut savoir  TON opinion sur la suffisance du corps.  As-tu lu la démonstration de Miteny ?  En espérant que oui vu que c'est son site alors es-tu en accord avec la non-suffisance du corps tel que démontré par Miteny ?

Salam+Abdal-Haqq+al-Faranji 17/04/2009 04:56

Celui qui commence un Livre par la fin Ne connais pas la valeur de l'histoire, Il n'en goûte pas la saveur. Celui qui cesse le Livre avant de l'avoir fini Ne peut savoir pleinement de ce qu'il enseigne, Ne laissant son auteur dévoiler son message. Ainsi, ceux qui ont étudié le Rappel, Epilogue de ce qui a précédé, Et dissèquent ensuite le Livre pour plier à l'épilogue Sont sur la mauvaise voie, Car ils n'ont pas saisi Ni l'Auteur, ni la valeur du Livre. Et ceux qui ont lu le Livre mais ont rejeté le Rappel, L'épilogue écrit pour rendre évident le Livre , Ceux là n'ont pas aimé le Livre et son Auteur, Et ils l'ont rejeté, Parce qu'ils n'ont pas voulu écouter jusqu'à son terme Ce que son Auteur est venu leur révéler, Tirant leurs propres conclusions en êtres inattentifs. Dès lors, ils n'ont pas saisi l'anse solide de la Parole, Ils ne s'y sont pas tenu fermement, Et leurs mains ont glissé de là, Où bien l'ont seulement effleuré. Comment donc pourraient-ils alors juger les sots Qui ont émis leur critique du Livre A l'aune de son seul Rappel? Les gens de l'épilogue Eprouvent la colère, Voulant plier les gens du chapitre Qui ont jugé selon leur ignorance. Ils commencent par la fin, Et ignore les arguments Pour n'avérer que les conclusions. Les gens du chapitre se sont égarés, Voulant attendrir les premiers à leurs passions Et à leurs interprétations personnelles, Eux qui ont laissé le Livre Au moment qui leur a plu.  Ils n'ont pas éprouvé Le dévoilement de l'Auteur Dans l'intimité de sa propre conclusion, Ils n'ont pas saisi Son message. Salam Abdal-Haqq al-Faranjî

Stéphane 17/04/2009 04:07

Je salue ce qui me semble être un rafraichissant courant d'objectivité au sein de l'une des grandes religions de ce monde. Il y a encore du travail à faire à mon avis, mais le passage du dogmatisme à l'ouverture de la pensée ne se fera jamais d'un seul coup. L'humanité progresse par étapes, et il s'agit ici de quelque chose de positif. Je crois par contre que plus nous découvrirons l'essentiel qui nous échappe encore, plus nous serons capables de discerner l'humain derrières toutes ces croyances que l'on attribue encore à Dieu, et plus il sera difficile de parler de religions au sens classique du terme,  avec ses rites, ses préceptes et ses nombreuses dénominations.Nous serons vraiment proches de la vérité, à mon avis, lorsque nous ne parlerons que des valeurs de tolérance, d'amour et de compassion elles-mêmes, sans autre enrobage, artifices ou hiérarchies. Nous serons véritablement semblables à Dieu, lorsque paradoxalement, nous serons convaincus que ces mêmes valeurs sont préférables à toute autre chose, même devant la possibilité qu'il n'existe aucun Dieu, paradis ou enfer. Nous aurons véritablement progressé lorsque ce seront ces valeurs mêmes que nous adorerons et vénèrerons, et pas un personnage quelconque qui incarne ces valeurs.Voilà ce qui sera, selon moi, une spiritualité véritablement saine. Nous serons alors véritablement comme Dieu, car ce dernier EST en lui-même toutes ces choses...il ne manifeste pas ces différentes valeurs et principes pour se conformer à une autorité supérieure et extérieure à lui-même. Ainsi, pour être comme lui, il faut devenir nous aussi toutes ces choses, et cesser de vouloir simplement nous conformer aux attentes d'une force extérieure. L'objectif de Dieu n'est pas que nous obéissions, mais plutôt que nous comprenions. C'est donc en nous-mêmes, dans notre propre expérience, et dans les leçons que nous en tirons, que se trouvent les connaissances sur la véritable identité de Dieu et sur ses véritables attentes. Si vous vous demandez encore pourquoi aucune source orale ou écrite ne semble pouvoir nous livrer une connaissance infaillible à propos de Dieu, eh bien c'est justement pour cela : Dieu ne voulait pas que nous nous contentions de respecter un code moral tout fait qu'il nous aurait livré sur un plateau d'argent et qu'il aurait été impossible de remettre en question (ce qui aurait fait de nous de simples imitateurs), mais il voulait plutôt que nous en découvrions nous-mêmes la logique et la justification, pour devenir éventuellement nous-mêmes ce code (comme Dieu est lui-même toutes ces valeurs). Et pour cela, l'incertitude était nécessaire. 

MoI 17/04/2009 03:43

ReEn tout cas, c'est très interessant de te lire,merci de toutes ces précisions, ++

Salam+Abdal-Haqq+al-Faranji 17/04/2009 03:24

Désolé, ceci n'était pas un message publicitaire mais une façon de prévenir:Si vous me considérez comme un indésirable ou souhaitez monter une secte quelconque, ne comptez pas sur moi et voyez mes positions.Soit vous rectifiez le tir concernant l'orientation de cette communauté, permettant que j'y participe avec mes propres opinions, soit ne me reconnaissez pas comme des vôtres et vous m'excluez.Je ne désire aucun entre-deux.Salamu aleikum

Salam+Abdal-Haqq+al-Faranji 17/04/2009 03:12

"Peux-tu m'expliquer un peu plus ce qu'est le nouvel islam de France. J'ai pu comprendre qu'il ne s'agit pas de remettre en question le coran mais plutôt une tentative d'intégrer le coran du point de vue sociologique.
Ou plus clairement : comment harmoniser notre pratique de l'islam (et non l'islam en lui même) avec notre environnement de vie (la France) ? S'il s'agit bien de tout cela alors ton initiative m'intéresse énormément cependant quelles sont donc tes propositions ou ton avis sur la question et surtout la manière d'aborder tout cela ?"
Jihen

 

 
Très cher Jihen,
  « Il ne s'agit pas de remettre en question le coran mais plutôt une tentative d'intégrer le coran du point de vue sociologique »

Tu dis tout à fait vrai, ce qui exige d’ailleurs une relecture savante de notre religion.

Dans un premier temps, il s’agit de reconnaître dans ce que nous avons reçu comme tradition ce qui relève de la volonté de Dieu et ce qui relève des « facilités » ou dispositions temporelles et locales permettant à l’islam de s’ancrer dans les siècles, et qui correspondent à des caractéristiques culturelles dont nous pouvons nous affranchir sans trahir notre foi et nos commandements.

Il s’agit donc tout d’abord d’une refondation intellectuelle de l’islam, qui nécessite une prise de recul, l’emploi du doute méthodologique qui seul garanti le succès dans un tel travail.

Par exemple, de quoi sommes-nous sûrs, concernant la doctrine de l’islam ?
1.     Il n’y a rien de ce qui est créé qui mérite de recevoir l’adoration car tout ce qui a été créé disparaîtra, seul subsistera la Face de Dieu, qui nous est voilée jusqu’au Jugement et à la Rétribution.
  2.     Les Messagers de Dieu sont Ses élus, des hommes dont Il a jugé bon de Se servir pour dispenser Sa parole et Ses miracles, Sa sagesse et Ses grâces. Il en est ainsi de Seyyidina Muhammad (paix et salut sur lui) et du Messie Jésus fils de Marie (Paix et salut sur eux). 3.     Nous ne devons faire aucune distinction entre Ses Livres, toutes Ses Révélations sont le fruit de Son enseignement, et sont destinés à guider les hommes vers Lui, avec une récompense : la Vie Eternelle en Lui, dans le Jardin de Plaisance (Paradeios, Jinna). 4.     Dieu a donné une Loi aux juifs avec Moïse (sws), Il l’a vivifiée par le Messie Jésus (sws), puis Il a apporté une loi avec Muhammad pour une alliance avec l’humanité. La Loi vient en réponse aux besoins et aux attentes de Son peuple, à une époque précise et en un lieu précis. Si les lois diffèrent dans le temps et l'espace, cela n’altère pas la volonté divine qui ne connaît point de variations, mais cela implique que Dieu pose de nouvelles exigences aux hommes à chaque Messager qu’Il envoie, et ce pour s’orienter vers l’excellence. Ainsi la forme de la Loi est temporaire, puisqu’elle peut être abrogée, corrigée ou revue. Ce qui importe est de convenir à l’esprit de son Message, qui réside dans les préceptes. Sur cette base, Dieu envoie des Rapprochés qui ont pour rôle la revivification de la doctrine, dans la correspondance avec le siècle en cours. Cela jusqu'à la venue du Messie Jésus, le Sceau de la Sainteté. 5.     Les Ecritures ne sont pas là pour nous enseigner le « comment » des miracles, y compris la Création, mais elles sont là pour nous aider à saisir le « pourquoi ». Un certain recours à l’allégorie est présent en bien des façons dans les récits des écritures pour nous aider à saisir par image ce pourquoi, cette valeur des choses. 6.     A côté des écritures, nous disposons de traditions qui les entourent pour mieux les appréhender par l’exemple, telles que le Midrash, les Apocryphes et la Sunna. Ces traditions étant issus de créatures humaines, même prophétiques, elles ne sont pas l’objet d’une perfection infaillible émanant de Dieu, mais elles peuvent nous aider à compléter notre compréhension. Il n’en demeure pas moins qu’elles ne sont pas la Parole de Dieu. La Parole de Dieu prime sur la parole des hommes, même sur celle des élus de Dieu. 7.     Il faut admettre que les Messagers divins n’étaient ni omniscients, ni omnipotents et que la Révélation, pour servir le dessein de Dieu, se met à la portée des hommes, ce qui implique que Dieu peut avoir des désirs plus hauts pour l’humanité mais qu’Il donne aux contemporains de Ses Envoyés un message (annonces, commandements et avertissements) qui demeure à la portée de ces hommes impurs à ramener vers Lui.

VouS 17/04/2009 03:08

YoClair, précis, juste....merci:-)PS : @ Miteny, tu vois que ca peut être cool la religion

Salam+Abdal-Haqq+al-Faranji 17/04/2009 02:50

Les idées sont plus que des idées, ce sont des forces, des puissances, elles sont des formes de manifestation subtiles des attributs divins, donc des axiomes de la vie spirituelle des âmes humaines.
 
L’homme les saisi et les désigne car il dispose de la faculté de parole (contenant la faculté sainte prophétique), il est capable de vivre une révélation du Divin Lui-même, de la Divinité immanente et ultime.
 
C’est le cas des humains en lien harmonique avec la création par la lumière de l’Unicité, vécue intérieurement et établie dans l’âme.
 
Ainsi l’exemple de la posture spirituelle des Prophètes (que la paix soit sur eux) doit être suivi, car c’est l’adoption de cette posture qui nous ouvre à l’Esprit de Sainteté.
 
La finalité de la sunna ne se limite pas à établir un code de conduite et un code moral, mais constitue un enseignement de la posture spirituelle prophétique qui incarne l’essence de la vie humaine accomplie dans sa sagesse ultime ; elle-même tributaire de son lien avec le Sage, l’Unique, Allah, la Divinité dont les attributs nous voilent l’Essence mais nous révèlent les voies.
 
Ainsi le Dîn, c’est la Voie du Prophète (saws). Les Compagnons ont suivi ce dîn et chacun a ainsi fondé une Ecole spirituelle d’enseignement du Dîn selon leurs aptitudes et méditations particulières.
 
L’ensemble de ces voies est appelé la Sunna, mais le temps a fait disparaître des pans entiers de cette sunna en privilégiant la confrontation des approches plutôt que leur accord de fond et le dépôt laissé à chacune.
 
Il n’en subsiste que 5 voies (4 écoles sunnites et une école « alide » ou chiite) ainsi que les préceptes présents dans le Noble Qûr’an. 
 
La préservation de la pureté de la Voie du Prophète (saws) est issue de la fraternité des croyants en une seule et même Umma malgré toute polémique, mais l’œuvre du temps corrompt toute assemblée humaine, ce qui signifie que seule une part des croyants se situe en vérité sur la Voie Prophétique.
 
Cette Voie est revivifiée par les grâces de l’Esprit de Sainteté qui est envoyé par Allah pour susciter non plus des Prophètes mais des Revivificateurs, qui se font ainsi apôtres d’un Prophète en en rappelant la Voie par delà les errances spirituelles de la Umma.
 
Ils maintiennent la subsistance d’une chaîne de transmission d’un héritage, d’une succession au sein d’une lignée d’éclairants, d’exégètes de la face occulte de la Voie, de réformateurs de l’enseignement capables d’en préserver ou d’en restaurer le fond en faisant évoluer les formes dans la direction d’évolution tracée par la lignée prophétique.
 
C’est cette lignée (tiltila) qui constitue le Scellement de la Prophétie en ce monde, car par son intervention inspirée, la Voie demeure en ce bas-monde à qui désire s’y engager, et ce jusqu’au Jour du Jugement.
 
Salam Abdal-Haqq al-Faranjî.

PS: cet article n'est pas issu du même contexte et n'empreinte pas les mêmes termes, de même qu'il ne s'adressait pas au même public. J'espère qu'il conviendra cependant à vous justifier ma religion d'une façon claire, et sans que l'on ait recours à quelque préjugé sur notre supposé obscurantisme.

Que la paix soit sur vous.

Salam+Abdal-Haqq+al-Faranji 17/04/2009 02:43

nous pourrions filer la métaphore en disant des concepts eidétiques que ce sont des Etres de Lumière.  C'est du moins ainsi que les présentent les écritures: transmetteurs d'informations célestes, ils se font connaitre aux hommes et ont en commun leur aspect léger, aérien et lumineux. Parfois, ils sont percus par l'être pensant sous une forme distincte mais qui échappe aux lois matérielles. Cependant, ces êtres nous accompagnent un peu partout, comme s'ils nous faisaient la révérence. On les nomme généralement les Anges.

Rillette et Pinard 17/04/2009 02:17

Une grève de la faim :))))))))))))))))))))))))))))Y a bon!!!..... arf . Ben tu vas nous quitter bientôt alors.Bon. Salut.

Miteny 17/04/2009 10:05


Vous, vous avez mal quand je me cogne, et moi, quand je fais une grève de la faim, je grossis.


MoI 16/04/2009 22:26

YoIls sont toujours aussi forts ces 3 là !!! (@ eux : doit-on en deduire une principe de décalage global perfectionniste ? meme pas lol)@ Miteny : Initule que tu te fasses davantage souffrir avec une greve de la faim, mais bon, il y a pire, evidement

alain+bourrelly 16/04/2009 21:05

De l'ami du post no9. Ca aurait pu être une connaissance mais un coup d'oeil à son site m'a détrompé.

alain+bourrelly 16/04/2009 20:56

nanard, c'est toi ? Sort de ce corps !

Miteny 16/04/2009 21:01


tu parles de qui?


Salam+Abdal-Haqq+al-Faranjî 16/04/2009 19:52

Puisqu'il y a des formes-pensées, y a-t-il des pensées sans forme? Une réalité sans forme?
 
Globalement, nous avons deux types de pensées : des pensées liées à des événements, situations ou personnes, donc ayant une forme comme les visions ou les rêves, et des pensées sans formes, comme lorsque nous manions des idées abstraites, plus abstraites que les mathématiques, qui s’expriment elles aussi par des formes géométriques ou chiffrées, mais plutôt de nature philosophique. Exemple : si je vous dis : qu’est-ce que la pensée ?
 
Nous voyons bien que nous ne pourrions pas décrire la pensée par une forme, une couleur, une odeur, un goût ou un son. La pensée échappe aux sens, c’est donc une notion abstraite. Cela fait-il d’elle pour autant une vue de l’esprit ? Non, car nous serions bien des menteurs si nous prétendions ne pas penser. C’est même notre conscience qui, au début de cette démonstration, nous a permis de démontrer notre réalité !
 
Ainsi, nous avons démontré l’existence d’un Principe Existentiateur et de lois, de paradigmes s’appliquant à toute matière. Il est certain que le Monde Imaginal suit des paradigmes qui lui sont propres, mais qui sont incluses dans les paradigmes de l’Univers, l’univers comportant la possibilité d’engendrer des êtres doués de conscience abstraite et donc d’imagination, celle-ci est donc régulée par des lois universelles.
 
C’est d’ailleurs l’existence de ces paradigmes de la conscience qui a permis à Karl Jung d’avancer sa pratique thérapeutique par l’étude de l’inconscient collectif. C’est aussi l’existence de lois dans la réalité imaginale qui fait que nous pouvons expliquer les rêves, les analyser. Il reste la question des rêves prémonitoires.
 
La réalité imaginale est-elle connectée avec la réalité matérielle au point de pouvoir prévoir la suite des causes et conséquences et retransmettre les informations ainsi obtenues dans l’inconscient collectif, auquel un être pensant pourrait accéder ? Désolé de vous décevoir, mais je ne rentrerais pas dans ce débat, même si la question mérite d’être posée... posez-vous la question !
 
Donc, nous pouvons conclure ceci :
 Il existe des paradigmes par lesquels ce qui n’est pas vivant ne peut être animé par les créatures.
  Les êtres pensants peuvent se trouver devant la conscience d’êtres en pensée. Ces êtres sont appelés communément les djinns. Ils peuvent exister par delà les frontières entre les esprits des êtres pensants, passant de l’un à l’autre ou en plusieurs à la fois, et interagir avec leurs émotions. Ce sont des formes-pensées, appartenant à une réalité imaginale.
  Il existe des pensées sans forme, accessibles par l’abstraction, les idées, et donc une réalité eidétique ou sphère des idées comme le disait Platon. Pures pensées sans forme, que l’homme pourra ensuite décliner dans sa réalité imaginale par des formes-pensée pour les évoquer. On pourrait comparer ces idées à la lumière : elle traverse l’esprit et l’illuminent de conscience, parfois de compréhension, parfois d’intuition.
 
Ces idées sont elles vivantes ?
Chaque idée qui s’exprime dans la pensée humaine semble avoir une vie propre, dans le sens ou elle finit par s’exprimer dans le langage et que le sens des mots évolue au fil du temps, de par la connotation qu’y placent les utilisateurs du mot, ou l’invention de nouvelles résonnances au mot, fruit de l’emploi du langage allusif.
Ainsi la perception du principe « père » a beaucoup évolué. Quand on pensait « père » du temps de Jésus-Christ, nous étions dans une société très patriarcale où le père incarnait l’autorité, une autorité même très rude, une force, une rigueur, une discipline ferme. Lorsque les chrétiens prient le « Notre Père » aujourd’hui, ils se font une idée beaucoup plus contemporaine du « père » : un père plein d’amour, de tendresse, de gentillesse.
 
On peut donc dire que le concept a glissé, qu’il a évolué, changé. Donc, d’une certaine manière, les idées ont une vie dans la réalité eidétique. Des concepts naissent, vivent et parfois meurent. On pourrait parler d’être de pensée sans forme. En comparant les formes pensées avec les flammes agitées d’un feu, car les formes-pensées sont beaucoup plus mouvantes que les concepts qui eux sont plus durablement définis, nous pourrions filer la m&eac

Miteny 16/04/2009 19:55


Intéressant. Et la conclusion est?

Il y a trop d'images en plus!!


Salam+Abdal-Haqq+al-Faranjî 16/04/2009 19:50

Puis-je, par la force de ma volonté, animer ce qui est inanimé ? Je peux lui donner la forme, l’apparence d’un être vivant, mais je ne peux lui donner la vie. Il n’est pas en mon pouvoir donner la vie à une matière dénuée d’organisme. Puis-je créer des organismes minéraux, sur la base des lois inhérente à la matière ? Nous rentrons là dans la question de la robotique.
 
Un robot a-t-il un instinct de survie ? Est-il capable de se reproduire ? Je sais constituer un cerveau artificiel, des nerfs artificiels, des articulations artificielles, etc. Pour autant, le robot est-il vivant ? A-t-il un instinct de survie ? Ressent-il la joie et la peine ? Est-il capable d’indifférence ? A-t-il un ego ?
 
A tout ceci, la science répond inéluctablement « non », même si cela demeure le fantasme de la robotique. Mais notre perception, basée sur notre expérience des choses, qui demeure limitée, peut nous convaincre du contraire : nous pouvons imaginer qu’une peluche, un jouet, une statue soit animée de sa propre vie, nous pouvons être persuadés qu’il y existe une conscience, une conscience de soi (ego), et même imaginer que nous pouvons dialoguer avec cet « être vivant » ! Mais cet être vivant existe-t-il ?
 
L’expérience rationnelle nous montre que non, mais l’expérience sensible peut parfois nous dire le contraire. Ainsi l’enfant dans la semi-obscurité peut voir un monstre dans sa chambre en regardant les formes de sa robe de chambre posée sur sa chaise, ou le tas de ses vêtements dans l’ouverture de son placard, ou même s’imaginer un monstre sous son lit alors qu’il n’y a pas regardé. Ces monstres existent-ils ?
 
Concrètement, non. En imagination, oui. La conscience d’une chose peut exister sans que la chose existe, cette conscience est ainsi une chose dans la conscience d’un être conscient. Elle peut être une chose « vivante », avec une histoire, mais elle demeure une chose pensée, même si elle paraît être une chose pensante pour notre imagination. Une statue est une statue, elle n’a pas conscience d’être une statue, mais elle l’est. La conscience de la statue peut cependant exister, mais dans l’imagination. Ce qui est imaginé est bien imaginé et existe donc, mais dans une Réalité Imaginale.
 
Le fait même que je l’appelle statue est le fruit de l’imagination : ce n’est que de la pierre taillée ! Je l’appelle statue par commodité ! Comment puis-je appeler les êtres vivants imaginés, ceux du monde imaginal ? Ces monstres ou amis imaginaires ? Je peux globalement leur attribuer une forme, plus ou moins précise, et je peux les caractériser par le fait qu’elles m’apparaissent, que je les pense. Nous les appellerons formes-pensées, ou djinn. Ces formes-pensées peuvent être nourries par l’imagination d’un seul, ou par l’imagination de plusieurs. Plusieurs pouvant en avoir une perception différente, cette forme-pensée est-elle unique ou multiple ? Nous savons qu’au plan de la réalité physique, il est possible d’appréhender la même chose de façon différente, de percevoir le même être de façon différente, sans contester que cette chose, que cet être, ait une réalité unique. Exemple: Mickey Mouse! Il n'y en a qu'un, mais il est dessiné et imaginé, rêvé, animé par d'innombrables imaginations! Nous ne pouvons donc pas nier la possibilité que la chose communément imaginée ait une existence unique. Nous pouvons juste convenir qu’elle n’a pas la même forme pour tous, les mêmes attributs.
  Pour nombre d’êtres humains, Dieu se situerait à ce niveau. Nous pouvons donc dire que pour ceux-là, l’idée qu’ils se font de Dieu est en fait un djinn, une représentation en pensée, une forme-pensée. Dieu est-il une forme-pensée ? A ce niveau de raisonnement, nous ne pouvons pas conclure cela, car il faut creuser encore bien des questions avant de dégager l’objet de cette question en lui-même. Ce mot fait en effet irruption ici alors qu’il implique des notions qui n’ont encore ni été démontrées, ni même postulées.En tout cas, il en est ainsi du robot: il n'est pas vivant, mais je peux me l'imaginer. Il n'a pas de conscience propre (ego), mais je peux me l'imaginer. Si je l'ai imaginé, j'admets l'avoir imaginer, donc il y a une conscience imaginale du robot, mais elle n'est pas un ego pour le robot, elle est plutôt un erzats de l'imaginaire. Pourquoi donc est-ce que je parle de réalité imaginale plutôt que de réalité imaginaire? Parce que cette réalité est imaginée, mais elle existe réellement, et la qualifier d'imaginaire pourrait sous-entendre qu'elle n'existe pas. La réalité imaginale existe, elle est réelle, mais elle est une dimension qui ne trouve prise que sur les êtres capables d'imagination, et les choses imaginales peuvent être niées, en s'imaginant qu'elles n'existent pas, en imaginant un monde sans elles. Cependant, dès qu'elles sont imaginées, elles existent, en imagination! Si je les dit imaginaires, je les nie. Si je les dit imaginaux, je les repousse simplement de la dimension physique à la dimension de l'esprit, et plus particulièrement de l'imagination, c'est à dire que ces djinns résultent de moi ou du moins vivent en moi. Ils peuvent se développer assez pour que j'en parle, et ils vivent alors parfois aussi chez les autres, si bien qu'une fois morte chez moi, c'est à dire n'ayant plus d'existence en moi, elle peux vivre chez les autres, indépendemment de moi, même après ma mort. Puisqu'il y a des formes-pensées, y a-t-il des pensées sans forme? Une réalité sans forme?

Salam Abdal-Haqq al-Faranjî 16/04/2009 19:47

Je sais que j’existe, parce que je pense et que je ressens, je suis un esprit et un corps, je ne peux le contester, parce que l’expérience de mon corps et de mon esprit est incontestable, tant elle est permanente et inévitable. Je peux connaître la souffrance et le bien-être, ainsi que l’indifférence. Je suis.
 
Suis-je tout ce qui est ? Il y a-t-il des choses qui existent hors de moi ? Qui pensent hors de moi, ressentent hors de moi ? Je sais par l’expérience que des êtres qui se meuvent en ce monde, se mouvant en parole et en action le font hors de ma volonté, que ma volonté n’y est pour rien, qu’il n’en est pas avec eux comme il en est avec mon corps ou avec mon esprit.
 
Par l’observation, je sais que certains de ces êtres sont « construits » comme moi : leur corps, leur organisme, sans être tout à fait identique au mien y est apparenté et fonctionne comme le mien. Eux aussi soutiennent penser et agir par eux-mêmes et expriment le fait de ressentir les choses, tout comme moi. Comme moi, ils ont conscience d’eux-mêmes : ils savent qu’ils sont. J’ai donc un ego, et eux aussi ont un ego. Il en est ainsi au moins des humains.
 
Par analogie, je peux communiquer à un degré plus sensitif, instinctif et émotionnel avec les animaux, qui eux, ne parlent pas. Il m’est possible de communiquer avec eux. Parfois il m’est possible de m’ en faire obéir après qu’ils aient été dressés, c’est-à-dire qu’ils aient appris à répondre à une demande en offrant ce qui est demandé. Je sais aussi qu’ils apprennent les uns des autres, et même tout seuls, face à la nécessité.
 
Ainsi ils pensent, assez pour ressentir et agir. Les animaux ont donc un ego. Ils sont conscients des besoins de leur corps, ils savent distinguer ce qui leur procure un soulagement et ce qui les fait souffrir, mais ils ne savent pas toujours comprendre comment cela fonctionne, ils ne font que suivre l’appel de leur nature, bien que l’on puisse les forcer quelque peu à adopter des comportements fondés sur l’habitude, non sur l’instinct, grâce au dressage, à l’expérience répétée. Les animaux ont donc un ego, et ils ont conscience du « Ça ».
 
J’observe ensuite le végétal. A-t-il un ego ? Difficile à dire...
Il réagit à son environnement en s’adaptant. Par contre, il ne s’adapte que dans la limite de ce que sa nature lui permet d’accomplir. Il ne semble pas avoir de conscience. Nulle part dans l’arbre il n’est de cerveau qui centralise et étudie les informations recueillies par les sens, et il n’y nulle part dans le végétal quelque chose qui s’apparente à des sens, sauf certaines plantes dont la survie dépends d’une réactivité à l’environnement, comme les plantes carnivores ou les tournesols.
 
Se peut-il que cette plante existe sans avoir d’ego, alors ? C'est-à-dire qu’elle existe sans le réaliser de quelque façon ? Est-il possible d’exister sans avoir conscience d’exister ?
 
Ne puis-je donc respirer sans avoir conscience de respirer ? Puisque je peux respirer sans être conscient de respirer, ma respiration agit hors du champ de ma conscience. Dans ce cas, la plante peut sans doute vivre, croître et mourir hors du champ de sa conscience, comme j’inspire et j’expire sans conscience d’assouvir le besoin naturel de ma nature d’être vivant. ¨
 
Dans ce cas le végétal est, sans pour autant avoir un ego : Il existe sans être capable d’en prendre conscience. Il existe donc un Principe Existentiateur qui ne soit pas la conscience existentielle de la chose qui existe. Je sais que je suis parce que je pense, mais ce n’est pas penser qui fait que je suis. Penser et ressentir ne sont que les moyens de savoir que je suis, ce n’est pas eux qui me font être. Ainsi, pour qu’une chose existe, il ne faut pas nécessairement qu’elle ait un ego.
 
Je ne dois donc pas me demander si elle pense et ressens, mais si il m’est possible de me prouver son existence par un moyen autre. Je peux me prouver qu’une chose existe si je peux la ressentir et l’éprouver, c’est-à-dire tester par des interactions avec ce que je sais être –mon corps, mon esprit, les autres êtres vivants- qu’elle ne peut pas se défiler, qu’elle ne peut pas ne pas être, que ce qui arrive à ce que je sais être est dénué de sens si cette chose là n’existe pas. En postulant ceci, je postule que l’absurde est inacceptable dans ma recherche, que je ne peux l’admettre. Si une chose suit toujours les mêmes règles, c’est non seulement qu’elle existe mais que ces règles existent, même si je ne parviens pas à les démontrer autrement que par la réalité de leur application.
 
Je ne peux accepter l’absurdité comme explication aux sensations ni aux pensées, même si je ne suis pas à même de trouver une explication démontrable en vertu de mes capacités, car je sais que mon ego constitue mes limites, qu’il y a plus que mon ego dans ce qui existe, qu’il y a la possibilité que je ne parvienne pas à savoir tout par moi-même, et qu’il y a la possibilité qu’il existe des choses dont je n’ai pas conscience.

alain+bourrelly 16/04/2009 19:42

Je ne fuis pas et je ne peux pas prouver expérimentalement que tu as tort parce que ton erreur n'est pas expérientale mais dialectique.C'est sur que si tu n'autorise que les raisonnements qui ne marchent pas on ne prouvera jamais que tu te trompes.Et c'est fort pratique pour toi j'en convient aisément.Encore une fois tu n'as pas lu.Tu veux vraiment réfléchir ou tu veux juste que tout le monde t'approuve inconditionnellement ? ça fait secte là.Oppose moi du réel sur mon argumentation dialectique au moins ! c'est là qu'est ton erreur : dans l'utilisation des mots.Penses-tu être aussi infaillible pour t'exprimer que pour raisonner ? L'Être parfait ?

Miteny 16/04/2009 19:53


Tu fuis encore. Tu dois me dire où je me trompe (argent, argent). Donc je demande: ai-je le droit d'essayer d'idientifer les CAUSES (tu comprends ce mot) de la douleur?


alain bourrelly 16/04/2009 19:02

S'il te plait lis ça correctement et ne me dis pas que c'est du charaba aprés l'avoir parcouru en diagonale.C'est trés clair, trés réfléchi, et si c'est faux je veux savoir où.Tu définis toi même l'insuffisance du corps comme étant l'incapacité du corps à ressentir la douleur des autres.Bon. C'est TA définition. Tu peux chercher dans une encyclopédie ça n'existe pas cette formule. Donc elle est bien de toi.D'ailleurs, quand on tape "insuffisance du corps" sur google, on ne trouve que toi (les autres c'est de la médecine, aucun rapport).OK. Donc tu as créé une notion évasive (volontairement ?) qui sert ta cause.Pourquoi évasive ? Parce que dire comme ça "le corps ne suffit pas" peut donner lieux à toutes sortes d'interprétations.Si tu avais voulu être clair et par là même être compris du premier coup, tu aurait sorti directement une formule choc complète ne donnant lieu à aucune interprétation possible du genre :"Le corps ne suffit pas à me faire ressentir la douleur des autres"Seulement là ça fait nettement moins ésotérique n'est-ce pas ?Ensuite pourquoi "qui sert ta cause" ? Et bien tout simplement parce que employer le verbe "suffire" te permet de "déduire" (gros guillemets) qu'il "manque" quelque chose.Or le problème est bien là : il ne manque rien. Le verbe suffire est mal employé !D'ou le sophisme :Tu décide arbitrairement que le corps "devrait" (on ne sait pourquoi) ressentir la douleur de autres.En vertu de ce "devoir" tu en déduit une insuffisance (puisqu'il ne le fait pas) . Ce qui est faux car pour qu'il y ait insuffisance, il faut qu'il y ait nécéssité. Or le corps n'a pas la nécéssité de ressentir la douleur d'autrui, il ne lui manque donc rien et il n'y a pas d'insuffisance.Et on ne peut en déduire ..... que dalle.Ce qui me manque ou qui est insuffisant pour moi, c'est bien quelque chose dont j'ai BESOIN ?Le terme d'insuffisance ou de manque est lié à la nécéssité de quelque chose. Pas de besoin = pas de manque = pas d'insuffisance.LE CORPS N'AYANT PAS BESOIN DE RESSENTIR LA DOULEUR DES AUTRES, IL NE LUI MANQUE RIEN...Fais péter la thune...

Miteny 16/04/2009 19:10


J'ai lu et il n'y a aucun argument.
Si tu veux empocher l'énorme récompense (qui peut aller jusqu'à 6 millions... je vais me vendre, il paraît que je vaux 6 millions), il faut que tu prouves EXPERIMENTALEMENT que le corps est capable
à lui tout seul de produire de la douleur.

ATTENTION, on parle bien de production de douleur, de CAUSES de la douleur. La douleur a bien une cause non?

Réponds au lieu de fuir (le but est de me dire où je me trompe)


nobody 16/04/2009 16:46

Je te trouvai sympa, mais en vidéo t'es encore plus sympa content de voir ton visage c'est bien t'es courageux...................quand à ce que tu dis dans ta vidéo et bien oui, ta constatation est juste, je ne remet pas cela en cause! Seulement elle est incomplète.Tu devrais la poursuivre maintenant en tenant compte de la totalité du phénomène que tu constates et étendre cette conscience à l'ensemble de ce qui se manifeste en tant que conscience universelle à travers tous les constats que les autres formulent. Ainsi cela ouvrira un champ d'investigation plus près de la réalité constaté par toutes les consciences.

Miteny 16/04/2009 16:52


Je constate (comme tout le monde) la non-suffisance du corps. C'est tout. Je me limite à ce message (j'ai trop de défauts pour avoir plus d'ambition).

Et aussi à dire que les autres religions se trompent dans leur interprétation des textes dits sacrés.


Stephane 16/04/2009 16:15

En passant, fais gaffe à ne pas confondre la réception de ta démonstration avec la vie...surtout avec TA vie. Chacun de nous est bien plus que  même son plus grand objectif ou la mission qu'il s'est donnée lui-même. N'oublie pas ça.Ce que nous accomplissons de plus grand et qui nous donne le plus de valeur, c'est parfois les choses auxquelles on ne pense même pas...les petits gestes, les petites marques de sympathie, les services rendus, qui sont souvent insignifiants pour celui qui les manifeste, mais qui peut contribuer à améliorer ou même à changer la vie de celui qui les reçoit. Aider les autres à saisir l'importance de faire enfin taire leur ego, et leur faire comprendre toute la valeur d'une vie basée sur la tolérance, la compassion et l'altruisme...voilà de quoi le monde a vraiment besoin Miteny. Bien plus qu'une preuve logique de l'existence de Dieu, le monde a besoin d'une preuve logique que c'est dans leur propre intérêt de vivre selon les valeurs dont je viens de parler, indépendemment du fait qu'il existe ou non un Dieu et surtout à l'extérieur de toute religion.Le monde doit enfin comprendre que c'est avant tout pour eux, et non pour plaire à une autorité divine extérieure, qu'ils doivent manifester toutes ses qualités d'âmes. Voilà ce qui importe. Ils doivent voir la chose, non comme un dogme religieux, encore et toujours basé sur les attentes d'un Dieu quelconque, mais comme une vérité tout ce qu'il y a de plus scientifique. DES VALEURS JUSTIFIÉES PAR LA LOGIQUE. Voilà ce qui serait révolutionnaire....et nécessaire!!Voilà la cause qu'un homme aussi entêté que toi pourrait tellement bien servir , et qui te donnerait probablement bien davantage un sentiment d'accomplissement. Je t'y encourage fortement, et te suggère un certain détachement face à ta volonté de démontrer que Dieu existe.

Miteny 16/04/2009 16:43


1. On n'a pas à nier une vérité scientifique (le corps ne suffit pas).
2. Ensuite, je ne comprends pas ce que tu veux dire. Je n'ai pas une telle ambition (en plus je n'aime pas la morale). Je me limite à la non suffisance du corps ainsi qu'au petit guide que tu as
vu.

Ensuite, ceux qui sont d'accord avec moi devraient se regrouper pour défendre la vérité. Enfin je pense... peut-être...sûrement!


Stephane 16/04/2009 15:47

Oui, je continue de te trouver sympatique. Y compris dans cette vidéo. Ça contraste avec les COM dans lesquels tu pètes les plombs. Juste pour ton courage, je te laisse un répit pour aujourd'hui.

Miteny 16/04/2009 16:29


Je pense que tu ferais mieux d'avouer la vérité (le corps ne suffit pas).


alain+bourrelly 16/04/2009 13:41

Là je pense que t'as craqué nerveusement....Bois un coup ça ira mieux !Il ne va pas y avoir d'insultes mais on va t'envoyer des gentils bonhommes en blancs pour te protéger contre toi même....Allez reprends toi va... Tout le monde fait des erreurs, l'obstination seule est négative.

Miteny 16/04/2009 13:49


Qu'est ce qu'il y a ? Qu'est ce que j'ai dit?