Publication dans la revue "Nature".

Publié le par Miteny

Je me suis engagé auprès du talentueux David à essayer de faire publier ma théorie. C’est pourquoi j’ai commencé à écrire un article sur le sujet (la non suffisance du corps) dont voici une première version. J’ai quand même fait la moue quand j’ai constaté que la plupart des revues proposées par David étaient en anglais. D’ailleurs je n’ai trouvé qu’une version anglaise du célèbre article de Thomas Nagel « What is it like to be a bat ? » J’ai même essayé d’utiliser certaines parties de cette publication, mais j’ai rapidement renoncé : l’anglais, c’est quand même assez gonflant. Alors s’il faut que je traduise mon article en anglais…aie aie aie.
PS : Hier sur Arte, ils parlaient du futur krach alimentaire. Inquiétant. Si ce qu’ils disent est vrai alors nous sommes vraiment au bord d’une crise profonde. Et aujourd’hui, comme par hasard, commence une série sur… l’Apocalypse ! (toujours sur Arte). Or Apocalypse est un terme grec qui signifie révélation. Révélation de la non suffisance du corps. Sans aucun doute. Quoi qu’il en soit, c’est un truc à voir.

PPS : comment dit-on « le corps ne suffit pas » en anglais ? (pour douleur, je sais, c’est « pain »… dans la tête).

Publié dans Archives 2006-2009

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Miky 28/02/2009 21:05

"Je n'ai pas mal. C'est un fait ou c'est rien?"C'est un fait qui te renseigne sur l'état de ton corps, mais aucunement sur la capacité/incapacité des corps en général à produire de la douleur.

Miteny 02/03/2009 10:56


Non. Je peux très bien observer l'état des autres corps. Ce fait "je n'ai pas mal" est donc bien un fait (une réalité) pour moi. Merci. Bref je ne ressens aucune douleur: je ne
constate aucune production de douleur. Oui? 


Miky 27/02/2009 17:36

"Non. Tu ne l'as pas démontré. Tu as fait une analogie foireuse."Non, ce n'est pas foireux. Cf. mon commentaire n°121. ""Tu ne fais que ne constater aucune (production de) douleur quand un autre corps que le tien est frappé." Donc je constate une incapacité (à produire)... et pas une capacité ....... !!!??? " Non, la vérité c'est que tu ne constates rien : ni capacité, ni incapacité. Ca ne te renseigne tout simplement pas sur le sujet.

Miteny 27/02/2009 17:39


Je n'ai pas mal. C'est un fait ou c'est rien?


Miky 26/02/2009 21:24

"Si ce que je constate est aussi réel, alors l'insuffisance du corps est réel."

Sauf que tu ne constates pas l'insuffisance du corps (tu ne constates pas ce qui est exprimé par la phrase (2)).

Tu ne fais que ne constater aucune (production de) douleur quand un autre corps que le tien est frappé (donc la phrase (1)).

Or j'ai déjà démontré (sauf preuve du contraire) que la phrase (1) n'est pas l'équivalent de la phrase (2). Cf. mon commentaire n°119.

Tu ne peux donc pas répliquer à mon commentaire n°127 en posant cette équivalence, puisque c'est précisément ce que je conteste et qu'il s'agit de montrer.

Essaye encore :) Mais attention (je me répète), merci de produire un argument qui ne présuppose pas l'équivalence entre (1) et (2) puisque c'est justement l'hypothèse qui est discuté.

"Toi tu dis que la suffisance du corps est réel. Or personne ne la constate. Tu veux dire que ce que personne ne constate est aussi réel?"

En fait, l'attitude la plus sage est la suspension du jugement relativement à la question de la suffisance/insuffisance du corps. Car on ne constate ni l'une ni l'autre.

Miteny 27/02/2009 10:34


Non. Tu ne l'as pas démontré. Tu as fait une analogie foireuse.

"Tu ne fais que ne constater aucune (production de) douleur quand un autre corps que le tien est frappé."

Donc je constate une incapacité (à produire)... et pas une capacité ....... !!!???


alain bourrelly 25/02/2009 22:27

@Micky

Là, il va te dire que tu es un inquisiteur que tu réduit sa liberté d'expression....
Bref : soit tu le laisse dire des conneries et/ou tu lui dis qu'il a raison, soit tu essaie de raisonner et il te traite de con et/ou d'inquisiteur si tu le bloques trop.

En gros, même quand il a tort il a raison, c'est la logigique Mitenienne

Miky 25/02/2009 21:58

Erreur mon cher, mon commentaire n°119 était une réponse à ta thèse suivant laquelle la phrase (1) = la phrase (2).

Ta réponse au commentaire n°119 était une tentative de réfuter ma réfutation de cette égalité.

Puis jusqu'au commentaire n°127, nous avons essayé chacun notre tour de réfuter la réfutation précédente.

Au commentaire n°127, j'essaye donc de réfuter ta tentative de réfutation de mon commentaire n°126.

On aura dû s'attendre à ce que dans ta réponse à mon commentaire n°127, tu tentes de réfuter mon commentaire n°127.

Or tu ne le fais pas. Tu ressors, identique à elle-même (en variant seulement la formulation), ta thèse de départ comme quoi la phrase (1) = la phrase (2).

Mais cette thèse a été réfutée par mes soins entre les commentaires n°119 à 127. Il ne suffit donc pas de la ressortir de derrière les fagots comme si de rien n'était. Il te faut précisément réfuter mon commentaire n°127, sinon, tu reboucles, comme d'hab, tu tournes en rond... confirmant ainsi mon commentaire n°113 !

Donc merci de t'attacher strictement à réfuter mon commentaire n°127, et ce sans introduire, donc, comme argument, ce qui constitue précisément l'hypothèse qu'on veut tester : si tu veux démontrer le théorème de Pythagore, tu ne peux pas te servir tu théorème de Pythagore, ça me semble évident.

Par conséquent, pour démontrer que la phrase (1) = la phrase (2), tu ne peux pas utiliser cette égalité en question. Est-ce que tu comprends ce que je veux dire ?

Miteny 26/02/2009 10:46


Si ce que je constate est aussi réel, alors l'insuffisance du corps est réel.

Toi tu dis que la suffisance du corps est réel. Or personne ne la constate. Tu veux dire que ce que personne ne constate est aussi réel?


Miky 09/02/2009 15:16

Et sur ce passage de ce non-constat à ta conclusion de non-suffisance du corps, je te renvoie donc à mon commentaire n°119 et aux suivants, qui sont toujours valables.

Miteny 09/02/2009 15:39


Et moi à mes réponses, qui sont toujours valables.. .CQFD


Miky 08/02/2009 14:40

Mais le réel ne se limite pas à ce que tu constates, sommes-nous d'accord ?

Or quand tu dis : "le corps ne suffit pas à produire la douleur", tu entends "le corps de tout le monde" et "la douleur de tout le monde". Or tu n'observes pas la douleur d'autrui (c'est même ce que tu n'arrêtes pas de répéter). Par conséquent, lorsque tu dis : "le corps ne suffit pas à produire la douleur", tu dis "le corps ne suffit pas à produire UNE CERTAINE CHOSE QUE JE NE CONSTATE PAS".

Par suite, cette affirmation porte bien sur le réel en général, et non pas uniquement sur le réel que tu constates.

Miteny 09/02/2009 11:11


Une certaine chose à laquelle je n'ai absolument pas accès, et qui pourtant existe bien. Et qui donc a une cause. Le fonctionnement de cet autre corps uniquement (c'est la théorie
matérialiste).
Or c'est faux puisque ce n'est pas ce que je constate.


Miky 03/02/2009 17:28

Ma remarque est dans le sujet, puisque tu essayes de déduire qqch sur le réel (le corps ne suffit pas à produire la douleur) à partir de ce que tu constates. Or je te montre que ce passage ne va pas de soi.

Miteny 03/02/2009 17:37


Pas sur le réel en général. Mais sur le réel que je constate. Car ce que je constate est aussi réel non?


Miky 03/02/2009 15:08

Oui, mais donc ça ne veut pas dire qu'il n'y a pas eu douleur / production de douleur.

Miteny 03/02/2009 16:48


ta remarque est hors sujet: je parle de ce que je constate,  et je ne constate aucune production de douleur.


Miky 01/02/2009 21:38

Quand je ne constate pas un truc, je suis sûr et certain de ne pas avoir constaté ce truc, ça ne veut pas dire que le truc en question n'existe pas.

Miteny 03/02/2009 14:02


Tout à fait. Mais néanmoins je suis sûr de n'avoir constaté aucune douleur, aucune production de douleur. Oui?


Miky 30/01/2009 17:34

Tu ne constates pas l'absence d'un phénomène, tu constates que tu ne constates pas le phénomène.

Mais revenons à nos moutons : es-tu d'accord que (1) et (2) ne sont pas exactement équivalentes ?

Quand tu ne constates pas un truc, il se peut que tu ais mal observé. Tandis que quand tu constates l'absence d'un truc, c'est plus fort : ça veut dire que le truc en question n'existe pas. Entre (1) et (2), tu fais ce même genre de progression que rien ne justifie.

Miteny 30/01/2009 17:48


Non ces phrases sont équivalentes. La douleur n'existe pas pour moi. Je suis sûr et certain de ne pas avoir mal!


Miky 30/01/2009 00:48

Mais dire que ça ne marche pas (du tout) n'a rien à voir avec (1) non plus. Je répète : (1) n'est pas un constat, c'est une absence de constat (ou si tu préfères : c'est le constat d'une absence de constat)

Ne confond pas les constats avec ce sur quoi les constats portent.

(désolé pour ton invitation sur ton groupe "the body is unsufficient" mais c'est non, puisque je crois que le corps suffit à produire la douleur, et surtout je crois que ta façon de "réfuter" cette affirmation est dans les choux)

Miteny 30/01/2009 10:21


Constater l'absence d'un phénomène, c'est constater quelque chose: c'est un résultat! (donc tu peux signer..)


Miky 29/01/2009 16:23

Mais dans (2) tu parles de "suffisance" alors que dans (1) tu n'en parles pas. Et je répète : (1) est une absence de constat ; tandis que (2) est un constat.

Miteny 29/01/2009 16:29


QUand ça marche pas (du tout), le moins qu'on puisse dire c'est que ça ne suffit pas!


Miky 28/01/2009 18:00

Non, pas davantage (2bis) n'implique de ne pas observer d'ADN du suspect sur les lieux du crime. Le suspect a très bien pu passer sur les lieux du crime avant ce dernier et donc laisser des traces et pourtant être innocent.

De toute façon :
- Même si dans les 2 phrases tu ne constatais aucune production de douleur : et alors ? ce n'est pas ce qui est demandé. Ce qui est demandé c'est d'établir l'équivalence entre les deux phrases.
- Or (jusqu'à preuve du contraire) je t'ai montré que les 2 phrases ne sont pas équivalentes. Et tu m'as dit que si je te démontrais cette inéquivalence tu admettrais qu'il y a une erreur dans ta démonstration. J'attends donc que tu en tires les conséquences. Merci de respecter ta promesse.

Miteny 28/01/2009 18:11


Tu me parles d'ADN dans la première et d'innocence dans la 2ème!
C'est une déduction. Moi dans les deux phrases, je dis exactement la même chose: JE CONSTATE... AUCUNE DOULEUR!
Ta réfutation n'est pas valable. EN fait tu veux m'interdire de dire que je ne constate aucune douleur.. c'est hallucinant!


Miky 28/01/2009 14:54

Je rappelle quelles sont les deux phrases en question :

(1) "QUand je dis ne constater aucune (production de) douleur quand un autre corps que le mien est frappé?"

=> il s'agit d'une absence de constat. Autre exemple d'absence de constat : (1bis) "je ne constate aucune présence d'ADN du suspect sur les lieux du crime".

(2) "JE constate que frapper un corps ne suffit pas à produire de la douleur (je parle de ce que je constate)."

=> Il s'agit d'un constat. Autre exemple de constat : (2bis) "Je constate que le suspect est innocent des crimes qu'on lui impute."

(2bis) est à (1bis) ce que (2) est à (1). Or il est possible que (2bis) soit faux et que (1bis) soit vrai. Par conséquent, il est possible que (2) soit faux et que (1) soit vrai.

Ajoutons à cela que dans (2) et (2bis) le constat n'est pas empirique (directement ou indirectement) : la causalité est une notion abstraite, ce n'est pas qqch que l'on observe directement. Comme la montré Hume, deux événements peuvent se suivre dans le temps et être proche dans l'espace sans que le premier soit la cause du second. Il s'agit donc d'une interprétation qui s'inscrit sur fond de l'intervention d'un élément extra-empirique, purement théorique.

En revanche, dans (1) et (1bis), il s'agit d'une absence de constat relevant directement ou indirectement de l'empirique : sa propre douleur, ou une trace d'ADN sont des choses que l'on peut observer (éventuellement moyennant une instrumentation spécifique pour l'ADN).

Miteny 28/01/2009 17:13


Dans les 2 phrases, je ne constate aucune production de douleur, on est d'accord?


Miky 24/01/2009 18:54

C'est bien là que tu te trompes : en croyant que c'est exactement la même phrase.

Si je te démontre que ce n'est pas la même phrase, seras-tu prêt à admettre qu'il y a une erreur dans ta démonstration ?

Je veux d'abord que tu répondes à cette question avant de continuer, histoire de prévenir toute nouvelle fuite en avant.

Miteny 26/01/2009 10:56


oui


Miky 23/01/2009 15:52

C'est là que tu dérapes !

Miteny 23/01/2009 16:10


Pourtant c'est exactement la même phrase. Je ne dérapais pas la phrase d'avant et là je dérape... Etrange.


Miky 23/01/2009 12:27

non, c'est après que tu dérapes...

Miteny 23/01/2009 14:48



 JE constate que frapper un corps ne suffit pas à produire de la douleur (je parle de ce que je constate).



Miky 23/01/2009 02:59

non, c'est après que tu dérapes...

Miteny 23/01/2009 10:43


1. QUand je dis ne constater aucune (production de) douleur quand un autre corps que le mien est frappé?


Miky 22/01/2009 14:31

Je l'ai très bien compris ! .... mais après, tu dérapes.

Miteny 22/01/2009 16:36


Je dérape parce que je dis que JE ne constate AUCUNE (production de) douleur quand on ne me frappe pas?


Miky 22/01/2009 08:24

Si c'est ton seul et unique argument alors tu peux fermer ton blog car on t'a démontré moultes fois qu'il est faux. C'est d'ailleurs ce que j'ai essayé de faire dans mes commentaires sur ce fil...

C'est pénible de discuter avec toi car toutes les discussions se ressemblent :

_ Miteny : Je n'ai mal que quand un seul corps est frappé. Donc le corps ne suffit pas.
_ Commmentateur : Objection 1.
_ Miteny : Réponse 1
_ Commentateur : Objection 2
_ Miteny : Réponse 2
_ Commentateur : Objection 3
_ Miteny : Laissons tomber l'objection 3 [qui me laisse sans voix] et revenons à quelque chose de plus simple :
Je n'ai mal que quand un seul corps est frappé. Donc le corps ne suffit pas.

!!!!!!!

Y'a quand même de quoi en avoir marre.

Donc sur ce, ciao... tant que tu n'arrêteras pas de boucler sur ce qui a déjà été discuté des tas et des tas de fois...

Miteny 22/01/2009 10:40


Mais tu comprends jamais que je parle de ce que je constate... (ça me fait rire parce qu'à l'oral ça serait un vrai massacre...)


Miky 21/01/2009 19:40

Et voilà... Miteny reboucle... et si je repars sur cette question, alors dans 10 ans, on en sera toujours au même point, retraçant inlassablement les mêmes lignes de discussion qui finissent et repartent toujours de la même manière...

Ca conforte ce que je disais dans mes premiers commentaires sur ce fil :

"Si, je les veux bien [tes 3000 euros]. Mais qu'est-ce que j'y peux si tu t'es obstiné à ne pas me les donner, malgré mes réfutations multiples et imparables ?...
Mets-toi à ma place : à force ça finit par démotiver... [...] j'ai beau essayer de déployer des trésors de pédagogie pour te faire comprendre mes réfutations, à chaque fois c'est pareil : tu ne les comprends pas...

Vraiment, y'a de quoi décourager. Surtout que j'ai pas l'impression de dire des choses super compliquées...
[...] Le problème c'est que ta (tes) phrase(s) je la (les) connais par coeur. En général, ça se passe comme ça : tu avances une phrase avec lequel il est difficile de ne pas être d'accord (du moins parfois, car parfois elle est déjà équivoque et donc ça va dépendre de comment on l'interprète). Puis ensuite tu proposes (avec éventuellement quelques intermédiaires en cours de route), une autre phrase que tu prétends (à force d'auto-persuasion et de glissements sémantico-floutés) exactement équivalente de la 1ère, sauf qu'elle ne l'est pas. Puis tu t'offusques qu'on ne soit pas d'accord avec cette dernière phrase bien qu'on soit d'accord avec la première.

Mais pour que tu ais raison de t'offusquer, il faudrait que la parfaite équivalence entre toutes ces phrases soit montrée. C'est donc ça qu'il faut que tu démontres, c'est ça le nœud du problème.

Et mes réfutations (ainsi que celles d'autres intervenants) ont en partie consisté à montrer la non-équivalence entre toutes ces phrases.

Donc non seulement il faut que tu montres qu'on a tort, mais encore il faut que tu réfutes nos réfutations.

Quand est-ce que tu t'y mets ? "

---

C'est franchement pénible de discuter avec toi. Je reviendrai quand tu auras fait la preuve d'un plus grand désir de tenir compte des arguments de tes interlocuteurs... au lieu de pratiquer cette attitude de fuite typique.

Miteny 21/01/2009 19:58


Je n'ai mal que quand un seul corps est frappé. C'est mon seul et unique argument !! Alors forcément, le but est de montrer qu'il est faux! (étrange ce que tu dis).


Miky 20/01/2009 13:41

"? Je me trompe parce que tu ne sais pas ce qu'est un seul corps? Tu ne sais pas ce qu'est un corps ou tu ne sais pas compter jusqu'à 1?"

Moi ? Je sais très bien ce qu'est un corps et compter jusqu'à 1 (et même un peu plus loin d'ailleurs...).

C'est de toi qu'il est question. Je ne crois pas que tu saches vraiment ce que veux dire "un seul". Puisque à chaque fois que tu te mets à la place de qqn d'autre, c'est d'un autre corps qu'il s'agit. Ce qui en tout fait plusieurs corps, et non pas un seul.

Miteny 20/01/2009 14:05



Faisons plus simple: je dis que moi je ne constate de la production de douleur que lorsqu'un seul corps est frappé. J'ai raison là non?



Miky 20/01/2009 11:13

Bien, tu ne réponds pas à ma question. Je vais donc en tirer les conclusions qui s'imposent...

Bye

Miteny 20/01/2009 11:38


? Je me trompe parce que tu ne sais pas ce qu'est un seul corps? Tu ne sais pas ce qu'est un corps ou tu ne sais pas compter jusqu'à 1?


Cartman 16/01/2009 23:58

Ne nourrissez pas le troll !!
Don't feed the troll !!
Füttert nicht die Trolle !!
Non date da mangiare ai troll !!
No pienso el troll !!

http://fr.wikipedia.org/wiki/Troll_(Internet_et_Usenet)

Miky 16/01/2009 23:41

"C'est ridicule de demander la définition de "un seul corps". Et "une seule lampe", tu comprends pas?"

Pas plus ridicule que de demander si on a mal lorsque tu te cognes :) Bon, donc tu ne veux pas répondre ? Tu t'avoues vaincu ? Tu ne sais pas quel est cet unique corps d'où vient la douleur ?

Miteny 19/01/2009 11:45


" Pas plus ridicule que de demander si on a mal lorsque tu te cognes :) "
Ce n'est vraiment pas de ma faute si vous ête tous idiots..


Miky 16/01/2009 14:59

http://en.wikipedia.org/wiki/Definition#Intension_and_extension

Miteny 16/01/2009 15:08


C'est ridicule de demander la définition de "un seul corps". Et "une seule lampe", tu comprends pas?


Miky 15/01/2009 18:35

Donc je t'écoute : quelle est la DEFINITION EXTENSIONNELLE de "un seul corps" ?

Miteny 15/01/2009 18:39


Extensionnelle??? ...........?


Miky 14/01/2009 14:15

"Ce qui commun à Tartampion et miteny: la douleur ne peut venir que d'un seul corps. C'est évident. Pourquoi? Parce que cette phrase est VRAIE pour tartampion ET miteny (d'où le mot "commun")."

Ce que je voudrais, c'est que tu réfléchisses bien à cette expression "un seul corps" pour comprendre à quelle(s) réalité(s) elle réfère.

Car nous sommes bien d'accord : ce que tu veux montrer concerne la réalité, pas simplement les mots utilisés pour en parler ?

Miteny 14/01/2009 15:44


Oui. La réalité de toutes les personnes.


Marcellin au piment de Cayenne 14/01/2009 14:04

Oui la conscience existe et est personnelle.

Et après, tortue d'eau douce ?????? En quoi cela prouve-t'il que la conscience n'est pas crée par le corps ?????

Tu ne publieras rien à Nature, parce que tu n'as rien envoyé, gros menteur (en tous cas, tu n'avais rien envoyé le 9 Janvier)

Miteny 14/01/2009 14:08


N'importe quoi. Tu refuses la discussion en somme. Aucune de mes questions n'a eu de réponse. Or pour gagner 3000 Euros, il suffit juste de m'indiquer l'erreur de mon raisonnement (par exemple:
c'est en passant de la phrase 2 à la phrase 3 que tu te trompes). Par conséquent tu me dois 100 balles.


Miky 14/01/2009 11:16

"On peut chercher ce qu'il y a de commun dans la réalité de Tartampion ET dans la réalité de miteny, non?"

Tout à fait, mais il y a une manière de procéder... et on revient à nos histoires d'unions et d'intersection...

Tartampion n'a mal qu'au corps de Tartampion.
Miteny n'a mal qu'au corps de Miteny.

Or le corps de Tartampion n'étant pas celui de Miteny, il n'y a rien de commun à ces deux constats... EN TOUTE RIGUEUR j'entends.

Compare avec : Miteny voit la lampe L1 s'allumer. Tartampion voit la lampe L1 s'allumer.

Là il y a bien quelque chose de commun : la lampe L1, qui est bien évidemment identique à elle-même.

Miteny 14/01/2009 13:53


Ce qui commun à Tartampion et miteny: la douleur ne peut venir que d'un seul corps. C'est évident. Pourquoi? Parce que cette phrase est VRAIE pour tartampion ET miteny (d'où le mot "commun").


Miky 14/01/2009 09:48

Donc la réalité de Tartampion ET de Miteny, ce qui fait deux personnes, et non pas une seule comme tu le prétends. Pour que ça ne fasse qu'une personne, il faudrait que ce soit la réalité de Tartampion OU (EXCLUSIF) de Miteny, ce qui interdit par construction toute généralisation.

Miteny 14/01/2009 09:59


On peut chercher ce qu'il y a de commun dans la réalité de Tartampion ET dans la réalité de miteny, non?


Miky 12/01/2009 15:37

Ah, alors d'abord c'était un seul corps, et maintenant c'est aussi une seule personne ! Soit. Alors quelle est cette personne ? Que viennent faire Tartampion et Miteny (qui sont 2) dans cette galère, si maintenant tu me dis qu'on ne parle plus que d'une personne ? S'il n'y a qu'une seule personne et qu'un seul corps alors où est le problème ?

Miteny 12/01/2009 15:44


Je décris la réalité des gens. Donc la réalité de chaque personne? oui?


Miky 10/01/2009 11:48

Un seul corps, c'est un seul, je ne te le fait pas dire. Alors dis-moi quel est cet unique corps d'où vient la douleur perçue par Miteny et Tartampion. J'attends.

Miteny 12/01/2009 10:38


Non. Pas perçue par miteny et tartampion. Perçue par une personne. On cherche à décrire la réalité des gens, ne l'oublie pas.


Miky 09/01/2009 19:18

"Peu importe. Ce qui est important c'est ce que cette phrase soit vraie."

Je te pose cette question pour t'amener à réfléchir sur la signification des termes que tu emploies (et mon point, en l'occurence, c'est que sous l'expression "un seul corps" se cache en fait plusieurs corps : le tiens et celui de Tartampion). J'aimerais donc que tu me répondes, que tu me donnes 3000 euros ou que tu admettes que ta démonstration n'en est pas une.

(toute ressemblance avec des propos ayant été tenus par le webmaster de Dieuexiste.com est purement fortuite :))

J'admets que certaines questions sont indécidables, mais celle-ci n'en fait pas partie. Ou alors il faudrait que tu admettes ne pas savoir quel est ce corps d'où vient la douleur que tu expérimentes quand je t'arrache le bras...

Miteny 09/01/2009 19:35


Un seul corps, c'est un seul !!    ce n'est pas plusieurs! Oui?


Miky 09/01/2009 17:03

"Et lui comme moi n'avons mal que lorsqu'un seul corps est frappé."

Et quel est ce corps ? Le sien ? Le tien ? Un autre ?

Miteny 09/01/2009 17:42


Peu importe. Ce qui est important c'est ce que cette phrase soit vraie. Alors?


Miky 05/01/2009 17:38

"Mais moi je n'ai pas mal!!"

Pourquoi aurais-tu mal ? tu es Tartampion ?

La bonne question à se poser est : remets-tu en question le constat de Tartampion ? Il n'y a pas 36 possibilités :

- soit tu le remets en question, et tu penses donc que Tartampion ment ou se trompe lorsqu'il dit "lorsque mon corps est frappé, de la douleur apparaît au niveau de mon corps"
- soit tu ne le remets pas en question (même si tu ne peux vérifier directement ses dires, tu fais confiance à Tartampion, TU RESPECTES SON POINT DE VUE), et donc tu dois reconnaître que frapper le corps de Tartampion suffit pour obtenir un peu de douleur.

Remets-tu donc oui ou non en question le constat de Tartampion ?

Miteny 06/01/2009 11:01


Ni le sien, ni le mien. Et lui comme moi n'avons mal que lorsqu'un seul corps est frappé. C'est ça le constat de tartempion. Et c'est aussi le mien.


Miky 04/01/2009 15:18

"non.Car s'il suffisait, il suffirait de frapper n'importe quel corps pour obtenir un peu de douleur."

C'est ce qui se passe. Toi-même ne le remet pas en question. Si tu respectes le point de vue de tout le monde, alors tu dois accepter que lorsque Tartampion te dit : "lorsque mon corps est frappé, de la douleur apparaît au niveau de mon corps", il ne ment pas.

Donc frapper le corps de Tartampion suffit pour obtenir un peu de douleur.

(et semblablement pour Archibald, Zoé, Odilon, Anasthasias, Pollux et Zébulon)

Miteny 04/01/2009 19:48


Mais moi je n'ai pas mal!! et je dois le dire car ça fait partie de la réalité. La réalité c'est la réalité des gens... oui ou non?


Miky 03/01/2009 19:05

"et alors?"

Et alors il n'y a donc pas qu'un seul corps qui est associé à la sensation de douleur, qui produit la sensation de douleur ou d'où vient de la douleur (au choix, selon la formulation qui te plaira le plus), mais tous les corps frappés. Donc le corps peut très bien suffire à produire cette sensation de douleur.

Miteny 03/01/2009 21:07


non.Car s'il suffisait, il suffirait de frapper n'importe quel corps pour obtenir un peu de douleur. Mais la réalité est plus subtile que ça.


Miky 02/01/2009 00:39

"chaque personne constate qu'elle n'a mal que quand son corps est frappé."

Ca fait donc plusieurs corps, sauf s'il n'existe qu'une seule personne (ou du moins qu'une seule personne possédant un corps...).

Bonne année :)

Miteny 03/01/2009 18:17


et alors? Dire que frapper un corps quelconque suffit est absurde. Bonne année !


Miky 30/12/2008 22:44

"nul besoin de savoir lequel."

Mais si tout le monde constate qu'un seul corps fait mal, alors tu peux le constater aussi (à moins que tu ne fasses pas partie de tout le monde) donc tu peux me dire c'est lequel.

"union ou intersection ici? ces mots n'ont pas de sens ici. Il s'agit simplement de décrire le constat des gens."

de l'union des gens ou de l'intersection des gens ?

Miteny 31/12/2008 13:28



Je respecte le constat de tout le monde. et chaque personne constate qu'elle n'a mal que quand son corps est frappé. ça me semble évident.



Miky 29/12/2008 22:37

Non, tu embrouilles tout en disant cela :
- un seul corps : lequel ?
- tout le monde : union ou intersection ?
Reprécise STP

Miteny 30/12/2008 13:22



nul besoin de savoir lequel. union ou intersection ici? ces mots n'ont pas de sens ici. Il s'agit simplement de décrire le constat des gens.



Miky 27/12/2008 17:55

"il faut bien prendre au sérieux les réalités de A et de B. Ou alors il faut dire que rien n'est réel et sérieux."

Mais on peut prendre au sérieux les réalités de A et de B autrement que comme tu le fais. En posant par exemple que la douleur apparaît partout (au niveau de tous les corps), mais que tout un chacun ne peut expérimenter que la sienne propre.

Miteny 28/12/2008 15:06


il faut donc dire: la douleur ne peut venir que d'un seul corps. C'est la réalité de tout le monde sur les conditions d'apparition de la douleur. Après le fait que quelqu'un ait mal à chaque fois
qu'un corps est frappé est un autre problème.


Sylvaindepuis1993 25/12/2008 22:18

«A constate: pas de douleur venant de B
B constate: douleur venant de B
comprends tu que ces 2 constats s'opposent»

ils s'opposent pas un pet mon canard!!!!!
ils se complète en fait.

On peut en déduire par exemple que A a pas mal à B ... la belle affaire ...
(tout ce qui est logique est pas mathématique ... tu vois de l'algèbre ou il n'est question «que» de logique. pauvre garçon)

Miteny 26/12/2008 15:09


A et B n'ont mal que quand leur corps est frappé. Bref l'un comme l'autre ils constatent que frapper un corps quelconque ne suffit pas. D'accord?


Miky 25/12/2008 20:37

Mais si tu prends au sérieux des constats qui s'opposent, alors tu aboutis à une contradiction.

Miteny 26/12/2008 15:08


il faut bien prendre au sérieux les réalités de A et de B. Ou alors il faut dire que rien n'est réel et sérieux.


Miky 24/12/2008 00:06

Ça ne change rien...

Miteny 24/12/2008 13:32


A constate: pas de douleur venant de B
B constate: douleur venant de B

comprends tu que ces 2 constats s'opposent? T'as jamais fait de maths?



Miky 23/12/2008 15:38

Constat de A : La douleur vient de A
Constat de B : La douleur vient de B
Constat de C : La douleur vient de C

Donc Constat de A ET Constat de B ET Constat de C = La douleur vient de A ET la douleur vient de B ET la douleur vient de C = La douleur vient de A, B et C.

Miteny 23/12/2008 21:35



le constat de A par exemple: la douleur ne peut venir que de A. tu oublies de préciser ça :)



Miky 19/12/2008 22:36

Le problème n'est pas ce que sont les personnes, mais ce que tu entends par "tout le monde".

Donc c'est une UNION, c'est ça ?

Miteny 22/12/2008 13:46


Ce que constate cette personne ET ce que constate cette personne ET ce que constate cette personne ET ce que constate cette personne....


Miky 19/12/2008 17:12

Non, je ne te l'interdis pas. Je voudrais juste que tu répondes à mes questions. Entre autres (pour la énième édition) : qu'entends-tu par "tout le monde" ? Nous sommes d'accord, je pense, que ce n'est pas l'INTERSECTION de tout le monde. Est-ce l'UNION ? Est-ce autre chose (si oui, je vois pas quoi, et il faudrait donc que tu précises) ?

Bref, ce que je te demande, c'est une définition des termes et expressions que tu emploies.

A mon avis, ton problème disparaîtrait de lui-même si tu réfléchissais sérieusement au sens du langage que tu utilises pour le formuler.

Miteny 19/12/2008 18:35


TOut le monde: toutes les personnes. Sais tu ce qu'est une personne?


Miky 18/12/2008 18:47

Il est important de savoir si tu les UNIES ou si tu les INTERSEQUES. (je t'ai montré que si tu prends l'INTERSECTION de toutes les personnes, il n'y a aucun corps qui fait mal). Pour les lampes c'est pareil...

Pourquoi tourner en rond au lieu de répondre à ma question simple ?

Miteny 18/12/2008 18:58


J'ai répondu. Je veux trouver une vérité universelle. Un truc valable pour tout le monde. Tu m'interdis ça? Réponds. Est-ce que tu m'interdis ça?