Vous le voulez ce pognon ou pas?

Publié le par Miteny

Ce que je répète tout le temps : « La douleur peut être considérée comme étant un phénomène ayant une cause. Tout simplement. Pour chaque personne, (donc pour vous) cette cause n’est pas "n'importe quel corps frappé". Pour vous par exemple, c’est « votre corps frappé ». »
Ça c’est une erreur ???? Quand je dis que je n’ai mal que quand mon corps est frappé, c’est une erreur ??

Quand un corps est frappé, une personne a mal. (1) OUI JE SUIS D’ACCORD.

N’importe quel corps frappé, cause suffisante de la douleur. (2) NON, JE NE SUIS PAS D’ACCORD.

Il vous reste à prouver que (1) équivaut à (2). Or c’est absurde puisque (1) prouve seulement qu’une conscience (même petite) est liée à n’importe quel corps. Ça ne prouve absolument pas que c’est ce corps qui l’a produite à lui tout seul !!!
Puisque moi je prends des risques en proposant 3000 Euros, j’aimerais que vous ayez la décence de reconnaître que j’ai raison à propos de la non-suffisance du corps. Car il faut bien constater que vous n’avez plus d’arguments. N’est-ce pas Stéphane, Jalbec, David, Dr House, Loïc, Julien, Epicure, Gilbert, Audrey, Nathanael, Nicolas, Muriel, Vincent, Curaçao, Cyrano, Adrien, Tonio, Yop, Ariane, Arnaud, Thierry, Bryan, burk, bisounours, Justicier, Trichlo, Steve, Kevin, Alexia, Serge, sylvain, smiley, Antoine, Etc.… ???

Dire que vous avez la capacité de comprendre et vous vous y refusez. Juste par haine de la vérité, par amour de Belzébuth (si vous croyez que vous allez y gagner quelque chose, vous vous fourrez le doigt dans l’œil).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Miteny 01/12/2008 23:53

Que des insultes, pas d'arguments.... un trouillard donc.

Miteny 02/12/2008 10:04


Encore le faux miteny


résumeur du blog 27/11/2008 01:31

maintenant, soit tu vomis des injures pour discréditer plutôt que de relever le défi de la connaissance
soit on discute sainement

tu choisis ta vitrine:
la vérité ou la parade?
commentaire n° : 62 posté par : mamalilou (site web) le: 25/09/2008 19:56:34

C'est pas possible de discuter avec toi: tu raisonnes comme un cochon d'Inde. Or, sur le plan philosophique, aucun cochon d'Inde ne m'a jamais rien apporté .


réponse de : Miteny (site web) le: 25/09/2008 19:58:26
dont acte.
commentaire n° : 63 posté par : mamalilou (site web) le: 25/09/2008 19:59:12

Dr House 25/11/2008 00:52

Je regardais ton bandeau la haut, en 'flash'..

putain, mais a quelle époque tu vis ?
a regarder le truc, on comprend vite ta facon de voir le monde :
c'est la jungle, remplie d'éléphants,
et les hommes portent des haut-de-forme des années 1800.

Vas te faire soigner ! on croirait un dessin de gosses de 6 ans, merdeuuuuu. fais un effort.

Miteny 25/11/2008 14:05


Mais c'est un schéma :)


Dr Hide 25/11/2008 00:50

c'est surréaliste, le nombre de fois ou ce mec nous aura parlé de ce putain d'exemple du:
"si je te frappe, tu as mal ?"

quand je pense que le monsieur c'est permis de dire, au début de sa chevauchée vers la folie, qu'il auraitpu prendre n'importe quel autre exemple, 'dieu ayant tout créé'.

c'est hilarant.

Dieu a tout créé, oui , mais Miteny a tout compris : c'est encore mieux [sic]

Miteny 25/11/2008 13:17


Tiens tu compte du faux miteny ?


gilbert 21/11/2008 21:54

(miteny)
Je crois qu'il faudrait un miracle pour que vous compreniez... un énorme miracle...

...

C'est vrai qu'il faut avouer que le sujet est difficile.

Jalbec à Miteny 18/11/2008 02:45

" Ça c’est une erreur ????

Quand je dis que je n’ai mal que quand mon corps est frappé, c’est une erreur ?? "

-------

C'est évident que tu souffres de la paranoïa. Tu répètes sans cesse cette phrase comme un mantra, t'as jamais songé à devenir moine tibétain ?

Ce n'est pas ce que tu dis qui est une erreur dans TON constat. C'est la façon que tu t'en sers pour étayer ton hypothèse qui n'a pas de légitimité, tu comprends la différence ?

"il neige dehors" - peut être vrai.

"il neige dehors lorsque je prends un bain de soleil à Rio de Janeiro" - il est possible qu'il neige au Yukon lorsque je prends un bain de soleil à Rio de Janeiro donc l'affirmation peut être vraie mais dans ce cas il faut être plus spécifique sinon il est inutile d'utiliser cette phrase qui ne fait qu'apporter de la confusion (re: TON constat).

Miteny 18/11/2008 11:03


Ce que tu ne veux pas comprendre c'est que ce constat signifie tout simplement que frapper n'importe quel corps ne suffit pas à produire de la douleur.

Frapper n'importe quel corps => douleur FAUX
car
chaque personne n'a mal que quand son corps est frappé (un seul, ce n'est pas n'importe lequel)

Faut être idiot et/ou mal intentionné pour ne pas voir le rapport entre ces 2 phrases.


hwkf 17/11/2008 19:57

P.S. 2 : Le premier point de vue que je défend, est défendu à plusieurs reprises ici, est tout à fait exact est suffit à invalider votre démonstration. La Nature suffit à créer la douleur.
Mais la conscience de la douleur, ne peut être expliqué par la Nature en effet.

Miteny 17/11/2008 20:14


Et bien je parlais justement de la conscience de la douleur, de ce que ça fait d'avoir mal.

Donc j'ai raison. Merci.


hwkf 17/11/2008 19:43

Quand un corps est frappé, une personne a mal. (1) OUI JE SUIS D’ACCORD.

N’importe quel corps frappé, cause suffisante de la douleur. (2) NON, JE NE SUIS PAS D’ACCORD.

Si je suis d'accord, mais non je ne suis pas d'accord.

La sensation nociceptive est un arc électrique qui se propage par des processus biochimiques totalement imbuvable (il existe quand même des fadas qui y comprennent quelque chose...) jusqu'à notre (nos ?) neurone(s). Si deux personnes consentantes le veulent, on peut court circuiter le système en plantant une électrode dans une racine nerveuse de la personne 1 (P1 pour les intimes) et la relier à la personne P2. Un bon coup de lance flamme sur la peau de P1, et c'est P2 qui va gueuler comme un cochon qu'on égorge. L'exemple reste un peu théorique, parce que planter une électrode dans un nerf n'est pas anodin (souvenirs de l'interne qui apprend à faire des piqûres ...), et reconnecter le système n'est pas non plus facile. Tout ceci n'aura été de toute façon mené que par la matière que nous donne la Nature.
"En fait, la douleur n’est produite que pour l’individu frappé. Tout le monde ne la ressent pas, seule une personne la ressent..". Cette phrase est vrai, mais elle l'est encore plus en remplaçant "pour l'individu" par "par l'individu".

Un autre exemple, tout simple, que vous et moi faisons. Je tripote mon clavier, un arc électrique se propage jusqu'à la prise USB, remonte voir le processeur, qui dispatche l'info entre l'écran, et le serveur du site qui retient que je viens d'effleurer la touche (avec amour et sensualité, l'effleurement ...).

Ce n'est pas parce que P1 n'est pas connecté à P2 que P2 ne peut pas avoir mal quand P1 se fait torcher. Suffit de les connecter avec la matière.

La question que vous soulevez est plutôt celle de la conscience. Et là, je suis d'accord que vous n'êtes pas d'accord qu'un corps frappé est la cause suffisante de la douleur. Quand on récupère une bonne rafale de décharge électrique de nos neurones préférés, on lui donne un sens, douleur ou sensuel, ou autre. Évidemment, la mémoire joue un rôle, et module ce signal. Mais au final, cette rafale de potentiel est notre rafale à nous, et, au delà du fait de gueuler comme un cochon qu'on égorge (qui est un acte réflexe, on a mal). C'est tout.

Pour mon clavier, que je le branche sur l'USB 1, 2, 28 ou 40/12 de mon ordi, de l'ordi du voisin ou du votre, l'ordi ne ressentira rien et s'arrêtera à l'acte réflexe de dialoguer avec mon écran et le serveur du site.

Réellement, fondamentalement, au delà de tout réflexe ou de tout fait culturel, on a mal. C'est moi qui suit attaqué, c'est moi qui souffre.
Pour en avoir fait l'expérience, et ce n'est pas de gaieté de cœur que je le raconte, je pense m'être déjà approcher de ce qu'un animal peut ressentir dans des situations de détresse. On passe le contexte, pour en arriver à cette sensation d'être absent à soi-même. C'était un ordre impérieux, mais sans mots, impersonnel, et qui domine tout, un ultime instinct de survie, qui te dit de foutre le camp, de foutre le camp à n'importe quel prix, même celui du sang. Je suis convaincu que cette instinct, qui n'était même plus une sensation, était absolument impersonnel, et que chacun le vit de la même façon. On dépasse le cadre des mots, qui limitent et structurent notre pensée et qui fait que chacun auront un récit différent, pour en arriver à un simple arc réflexe. Pour avoir lu, bien plus tard, des récits de survivants du génocide de 1994 au Rwanda, j'ai retrouvé cet idée d'animalisation, d'absence de pensée.

C'est pour cela que toute sensation d'être humain, est unique. Elle renvoie à son être propre. Ce n'est toi qui souffre. C'est moi qui souffre, bref, on a conscience de quelque chose.

Je pense qu'il est important de bien distinguer:
Le petit courant qui se ballade en nous
La conscience de la douleur

N'importe quel animal ayant au moins un neurone, a mal, puisque celui-ci est capable d'envoyer un signal de détresse. Mais tout animal n'a pas la conscience de la douleur.

Bon, je suis obligé d'abréger, j'ai un repas et des obligations pour ce soir.

P.S. : J'ai le droit à mes 3000 euros ? :D

Jalbec à Miteny 17/11/2008 17:55

Oui mais sans succès. De toute façon ce commentaire est très pertinent pour ce topo alors d'autres peuvent l'utiliser également.

Miteny 17/11/2008 18:10



Je répète
Constat :


La douleur peut être considérée comme étant un phénomène ayant une cause. Tout simplement. Pour chaque personne, (donc pour vous) cette cause
n’est pas "n'importe quel corps frappé". Pour vous par exemple, c’est « votre corps frappé ».


Et là est l’erreur qui amène à une impasse.


 


 


Ça c’est une erreur ????


Quand je dis que je n’ai mal que quand mon corps est frappé, c’est une erreur ??



Jalbec à Miteny 17/11/2008 17:24

Alors vu que tu amènes un nouveau topo basé sur le raisonnement que je viens de donner dans le topo « Comment faites-vous pour croire…) je réactualises donc mon commentaire ici avec les corrections qui ont suivies :

Y EN A MARRE - PART II

(pour voir PART I - voir http://www.dieuexiste.com/100-comments-24372619.html commentaire # 108)

Où Miteny a faux dans SON raisonnement (ou comment récupérer 3000 euros).

Certains processus cérébraux sont suffisants pour causer la conscience. Les stimuli externes nous déterminent causalement à avoir des douleurs et ces douleurs déterminent causalement le comportement de douleur.

Mais il est évident que l’on doit avoir certains PRÉSUPPOSÉS valables pour savoir (donc constater) lorsque d’autres personnes éprouvent de la douleur.

Les corps sont causalement semblables et des causes semblables ont toutes les chances de produire des effets semblables. Alors si je reçois un coup de marteau sur les doigts alors, toutes choses étant égales, N’IMPORTE QUEL corps recevant un coup de marteau sur les doigts aura toute les chances d’éprouver le genre de chose que je ressens et de se comporter de la même manière dont je me comporte lorsque je me donne un coup de marteau sur les doigts.

C’est pourquoi l’on est si confiant lorsque l’on attribue des douleurs sur la base de l’observation d’une corrélation entre une entrée de stimulus et une sortie comportementale. On présuppose que les mécanismes causals sous-jacents sont les mêmes.

Mais la science, elle, dans le but de parvenir à un ensemble de vérités qui échappent à nos préférences ou préjugés spécifiques utilise l’objectivité dans ses démonstrations.

La douleur étant subjective l’utiliser tel que le fait Miteny dans SON raisonnement peut mener à des impasses.

Par contre même si la matière traitée est subjective on peut dire que c’est un FAIT OBJECTIF que moi et des gens comme moi, donc n’importe quel gens, ayons des douleurs lorsque notre corps est frappé.

Miteny pose SON constat comme suit :

Constat :
La douleur peut être considérée comme étant un phénomène ayant une cause. Tout simplement. Pour chaque personne, (donc pour vous) cette cause n’est pas "n'importe quel corps frappé". Pour vous par exemple, c’est « votre corps frappé ».

Et là est l’erreur qui amène à une impasse. Il faudrait plutôt exprimer le constat de cette façon pour qu’il soit objectif et scientifiquement acceptable :

« Lorsque mon corps est frappé je ressens de la douleur. La douleur peut être considérée comme étant un phénomène ayant une cause. La douleur est subjective mais par contre il est pertinent de présupposé que les corps sont causalement semblables et des causes semblables ont toutes les chances de produire des effets semblables alors c’est un fait objectif de dire que « N’IMPORTE QUEL corps frappé aura toute les chances d’éprouver le même genre de chose que je ressens. » »

Donc la déduction 1 : l’évènement « n’importe quel corps frappé » est une cause suffisante du phénomène douleur » est une affirmation vraie et n’est plus en contradiction avec le constat.

CONSÉQUENCES :

La réponse à la question : « est-ce que le corps suffit » devient OUI

La question alambiquée : « je me suis donné un coup de marteau sur les doigts, est-ce que tu as mal ? » N’A PLUS SA RAISON D’ETRE

Miss Causalité n’est pas violée et tout le monde il est content sauf Miteny.

Miteny 17/11/2008 17:32


J'ai déjà répondu à ce commentaire.