Stupides... et lâches en plus?

Publié le par Miteny

Il ne fait aucun doute que vous êtes vraiment très stupides. Affirmer « n’importe quel corps frappé me fait mal », c’est totalement débile. A moins que vous soyez profondément malhonnêtes. Ou les deux. Ou encore pire : que vous soyez comme mamadomi...

Quelques exemples d’arguments ultimes :
Jalbec : « La douleur, je ne sais pas ce qu’est. Je ne sais absolument pas de quoi tu parles ». (Ah ouais ?).

Dr House : « tu n’as pas le droit de dire que tu n’as pas mal quand tu n’as pas mal ». ( ??)

Stéphane : « quand ça ne m’arrange pas, le principe de causalité n’est pas valable. Surtout dans le cas de la douleur : ce n’est pas un phénomène scientifique. Bref, puisque ta conclusion me dérange, ta démonstration est fausse. CQFD ». (Comment peut-on dire ce genre d’âneries après plus de 1000 commentaires ?).

Justicier : « mon corps me suffit » (qu’est ce que c’est bête ce genre de réponse !!).

Donc non seulement vous êtes profondément stupides mais en plus vous êtes lâches. Pourquoi ne faites vous rien pour récupérer vos 3000 Euros ? Qu’est-ce qui se passe ? Vous savez au fond de vous que vous ne comprenez rien, c’est ça ? Après une étude approfondie des réponses des différents internautes, voilà ce que je peux dire des capacités intellectuelles de la populace. Et c’est consternant. Conclusions scientifiques irréfutables après l’expérimentation « dieuexiste.com » :

1 Le corps ne suffit pas.

2. Il y a un sacré paquet d’abrutis sur cette Terre.

Je crois que je devrais faire passer un test d’intelligence avant d’accepter de répondre aux commentaires des internautes. Pour au moins être sûr de la présence d’un cerveau dans la boîte crânienne de mes interlocuteurs…

 

PS : ça fait du bien de se défouler un peu…

Publié dans Archives 2006-2009

Commenter cet article

gilbert 30/11/2008 20:20

(miteny)
Ce qui prouve que je tombe rarement sur des génies. Ce serait même plutôt l'inverse.

Eni 30/11/2008 14:21

Miteny, je te recommande de lire l'art de persuader de Pascal. Peut-être qu'après tu sera capable de construire une démonstration rationnelle.

mamalilou 24/11/2008 23:47

"miss 2 neurones a encore parlé"

>>> c'est quoi ça miteny, encore une marque de la suffisance de ton corps!!? ;)

Pierre 24/11/2008 19:29

Ecoute le cureton, arrête de te masturber le neurone (oui, oui , LE neurone dans ton cas!) et surtout arrête de traiter tes semblables de débiles. Tu étales ton savoir mais la culture c'est comme la confiture! moins on en a, plus on l'étale! Tes propos sont parfois si confus que par moment (je ne suis sans doute pas aller a l'école suffisamment), je me demande ce que tu racontes, mais bon, je vais essayer de ne pas rester à l'unisson et faire simple: Il est évident que le corps ne suffit pas pour au moins deux raisons. La première: je suis bien , je n'ai mal nulle part et sans "coup" extérieur pas de douleur, dans cette optique si je prend un coup de marteau sur un doigt de pied, je te promets: j'ai mal! La douleur résulte là d'une action physique sur un tas de viande qu'on vient d'écraser mais uniquement parce que: je suis vivant! cette meme action dans mon deuxièmement resterait sans effet sur mon corps si j'etais mort. Donc effectivement le corps ne suffit pas. je te rejoints tout à fait dans ce domaine et partage, sans doute, sinon la meme conception de Dieu que toi, une version assez proche.

...Et là j'ai faim alors désolé...je deviens sourd.

Pierre

Miteny 25/11/2008 14:07



A qui tu parles ? Au faux miteny ? (il a réussi son coup celui là).


Gilbert essaie tout simplement de saboter la vérité. Car il sait que le corps ne suffit pas. Sauf qu'il hait la vérité.


Sinon. sur quel doigt de pied? Le doigt de pied de n'importe quel corps? NON? Donc le fonctionnement de n'importe quel corps EN VIE et EN BON ETAT ne suffit pas.



miteny 22/11/2008 12:45

C'est une vérité intersubjective universelle.

Stéphane 12/11/2008 20:59

Autrement dit, quand tu dis que c'est l'observation de l'effet qui est différent selon la position de l'observateur, cela implique que l'effet existe objectivement dans l'absolu, et que notre constat n'est pas en lui-même l'effet. Non ?

Miteny 12/11/2008 21:02


oui


Stéphane 12/11/2008 20:56

"""En fait je suis perdu: je ne comprends pas pourquoi tu dis que je ne croyais pas en l'existence de l'effet en soi. Je pense que je répète sans arrêt que ce qu'on appelle "la réalité en soi" (nouveau terme donc) ne suffit pas."""

Oui mais quand tu parles de réalité en soi, c'est de la cause dont tu parles non ?. Mais moi, c'est de l'existence objective de l'effet lui-même dont je parle. Je parle de l'effet en soi...Tu n'y crois pas à cela il me semble...sinon, à chaque fois que nous t'avons proposé l'argument de similarité des effets dans l'absolu, tu ne t'y serais pas opposé ?

Miteny 12/11/2008 21:00


Des effets subjectifs !! Pas des effets "objectifs" (comme l'hématome ou le cri). ça ne veut rien dire "la douleur dans l'absolu". D'accord?


Stéphane 12/11/2008 20:16

Bon je suis heureux de ton commentaire car il exprime bien mon interrogation. Rappelle-toi que je suis en mode exploration bien plus qu'en mode réfutation.

Tu me dis que ce sont les observations des effets qui diffèrent. Mais dire cela implique l'existence de l'effet en soi, de l'effet dans l'absolu non ? Chose à laquelle tu ne crois pas d'ailleurs.

Donc si la chose en soi n'existe pas, si le concept de noumène n'a pas de fondement comme tu le crois, cela veut dire que l'observation elle-même est l'effet. Et cela veut dire que la situation de l'observateur fait varier l'effet. Non ?

Miteny 12/11/2008 20:41



?? j'ai toujours dit que l'effet était ce qui suivait la cause.
De plus je pense qu'il y a bien une réalité objective, mathématique. Cette réalité est universelle.
En fait je suis perdu: je ne comprends pas pourquoi tu dis que je ne croyais pas en l'existence de l'effet en soi. Je pense que je répète sans arrêt que ce qu'on appelle "la réalité en soi"
(nouveau terme donc) ne suffit pas.
C'est l'existence de l'effet subjectif en soi (de pire en pire :) ) auquel je ne crois pas.



Stéphane 12/11/2008 19:41

Ok, est-ce que j'ai raison de dire que des causes semblables peuvent engendrer des effets (donc des constats) non-identiques, si l'observateur ne les observe pas d'un même point de vue ?

Miteny 12/11/2008 19:52



Ce sont les observations des effets qui peuvent être différentes suivant les conditions d'observation. Mais les causes semblables entraînent des effets semblables. Je ne dois pas bien comprendre
ta question en fait.



Stéphane 12/11/2008 17:02

"""Le problème est que tu fais une distinction entre les effets et les constats qu'il donnent. ça sort d'où?"""

Justement, là je n'en fais pas. Et c'est précisément pourquoi la situation de l'observateur peut faire différer les effets en provenance de causes similaires.

Alors, ta réponse à ma question, c'est non ?

Miteny 12/11/2008 17:53


Ta question sous-entend qu'il n'y a qu'un seul effet à prendre en compte. Bref, il m'est impossible de répondre à ta question étant donné que je ne sais pas quel est le sens que tu mets derrière le
mot "effets" dans ta question. tu oublies volontairement la définition du mot "effet".

Reformules ta question. Par exemple que signifie "des effets extérieurs à l'observateur". ça m'aidera.


Dr House 11/11/2008 08:24

miteny :
"Voilà le seul petit argument que tu proposes. Et il est ridicule. ça a à voir avec moi puisque JE constate que JE n'ai pas mal... OK?

Tu sais très bien que tu es coincé, c'est tout. Sois honnête au moins et avoue le"

____
Je vais te dire, mec.
tu peux te demander tout ce que tu veux et deduire tout ce que tu veux, avec un esprit de taré .

bah oui,par exemple : je constate que quand je mange, les feux tricolores ne passent pas tous au vert !!!!

j'ai le droit hein? c'est mon constat.
j'ai bien le droit de constater ça, quand meme !!!!

....allez, je te laisse encore la ou tu es , @+

Miteny 12/11/2008 10:27


bah oui !! tu as le droit. Tout à fait. Tu peux constater qu'il n'y a aucun lien de cause à effet entre ces évènements.

CQFD !!!


mamadomi 11/11/2008 05:29

miteny "miss 2 neurones a encore parlé"


oui, observateur avec ça!!!

... et on dit "merci madame deux neurones"

Stéphane 11/11/2008 04:49

Ok Miteny, je comprends ce que tu dis, mais je veux que tu me dises si j'ai raison ou non, car la réponse à la question que je te pose doit à mon avis déterminer tout le reste.

Est-ce que oui ou non, j'ai raison de dire que la seule façon pour des effets similaires de donner à un observateur des constats similaires, c'est que ce dernier leur soit extérieur ?

Miteny 12/11/2008 10:23


J'ai répondu je crois. Comprends tu qu'il faille êtr précis et rigoureux? Tu parles d'effets similaires. Donnes moi la définition.
Le problème est que tu fais une distinction entre les effets et les constats qu'il donnent. ça sort d'où?


Stéphane 10/11/2008 22:16

"""Mais c'est pourtant simple. L'effet est ce qui suit la cause !!! VA VOIR LA DEFINITION."""

Oui mais perçu par qui ? Dans la causalité des phenomenes physiques, le sous-entendu, c'est que les effets sont perçus par un observateur indépendant et extérieur. Et c'est ce qui lui permet justement de comparer leur similarité ou leur différence.

Dans ce cas-ci, c'est l'observateur qui est l'effet. C'est déjà une énorme différence, qui me fait demander si on peut appliquer la causalité de la même façon, peu importe si nous étudions des phenomenes objectifs ou subjectifs.

"""POINT 2: Qui juge de la nature des effets??
Pour moi, ce sont les gens. Et pour toi c'est qui ou quoi? Le gros nounours "absolu" peut-être? """

Oui ce sont les gens, mais là, les gens sont eux-mêmes les effet! Alors je te repose la question :

Ai-je tort quand je dis que même quand des effets sont similaires, il faut les observer d'un même point de vue extérieur pour qu'ils apparaissent similaires. Oui ou non ?

Miteny 10/11/2008 22:50


1."Dans ce cas-ci, c'est l'observateur qui est l'effet. " NON. L'effet est ce qui suit la cause. C'est ça l'effet. Alors de dire n'importe quoi. Je répète: l'effet est ce qui suit la cause.
L'effet est ce qui suit la cause. L'effet est ce qui suit la cause.

2. Ensuite le problème est de savoir qui juge de la nature de l'effet. Ce sont les gens, on est d'accord?

3. "Ai-je tort quand je dis que même quand des effets sont similaires, il faut les observer d'un même point de vue extérieur pour qu'ils apparaissent similaires. Oui ou non ?"

Je sais pas, je comprends pas. Tu m'expliques comment on fait pour "observer la douleur d'un point de vue extérieur"?? En regardant un mec souffrir depuis son canapé? NON, C'EST IMPOSSIBLE.

En fait ça veut rien dire cette expression "observer d'un point de vue extérieur"..... ça veut dire quoi ce truc?? Observer seulement ce qui est "objectif"?? Par définition la subjectivité
s'observe "intérieurement" si je puis dire.

Tes arguments sont de plus en plus mauvais. Je croyais que t'avais compris certaines choses, mais en fait t'as rien compris.


Dr House 10/11/2008 19:50

très cher , tu me dis :
"Je me suis planté parce que j'ai constaté que je n'avais pas mal quand un autre corps était frappé? Très drôle. Très très drôle :)
Je n'ai pas beaucoup de soucis à me faire alors... "

tu as des soucis a te faire du coté santé d'esprit.
je te rapelle tout de meme, que l'origine de ce petit fil de discussion concernait le fait que quand un autre que toi est frappé, tu n'es plus le sujet de l'expérience.
Alors, passons le parcours long pour en arriver a cette conclusion.
En clair, on a dérivé jusqu'a cet état de choses:
pour affirmer 'un seul corps fait mal', tu es obligé d'avoir expérimenté que d'autre corps que le tien frappés ne te font rien.

Alors, quel rapport avec le début ?

c'est simple : en constatant que 'dautre corps frappés' ne te font pas mal, tu es sorti du cadre de TON experience, et déduis des choses qui n'ont rien a voir avec toi (mecanique newtonienne : une action, un sujet pour l'action) .
Maintenant, tu peux m'argumenter (ou plutot me 'gnagnater') tout ce que tu veux, ta simple petite remarque :
"Je n'ai pas beaucoup de soucis à me faire alors... "
En dis trop long sur toi.
Tu doutes, tu sais que on raisonnement ne tiens que sur des mots et des 'raccourcis subjectifs'.
Tu n'es pas messie : tu doutes toi meme de tes propres dires.
Tu n'es meme pas aussi grand que Pierre , puisque tu ne sais meme pas renier ta certitude.
Tu es un pauvre type, qui a foutu toutes ses billes dans le meme sac, et qui se le fait voler chaque jours un peu plus.

Allez, personne n'es dupe mais-si!

As tu seulement une idée du nombre de double, triples ou quadruples identités sont sur ton site ?
Tu devrais regarder les IP des (im)posteurs d'un peu plus pret, pour constater que s'il y'a 5 ou 6 intervenants, c'est le maximum lol.

j'ai moi meme 5 identités depuis que je passe te voir.

a bon entendeur ;)

Miteny 10/11/2008 20:29


"c'est simple : en constatant que 'dautre corps frappés' ne te font pas mal, tu es sorti du cadre de TON experience, et déduis des choses qui n'ont rien a voir avec toi (mecanique newtonienne : une
action, un sujet pour l'action) . "

Voilà le seul petit argument que tu proposes. Et il est ridicule. ça a à voir avec moi puisque JE constate que JE n'ai pas mal... OK?

Tu sais très bien que tu es coincé, c'est tout. Sois honnête au moins et avoue le.


Stéphane 10/11/2008 18:55

D'abord, dis moi que j'ai tort quand je dis que même quand des effets sont similaires, il faut les observer d'un même point de vue extérieur pour qu'ils apparaissent similaires. C'est une logique élémentaire que l'observateur ne respecte pas quand il se compare lui-même aux autres.

Ensuite, même le concept d'effet peut possiblement varier selon le type de phenomene. En causalité physique, un effet, c'est un phenomene tel que perçu par l'observateur.

Mais là, l'effet, c'est quoi ? Tu crois qu'on peut garder la même définition ? L'effet, ce n'est plus ici un phenomene tel que perçu par l'observateur....l'effet, c'est l'observateur lui-même! Et tu crois que tout cela n'a aucune incidence sur ce qu'on peut appeller des effets similaires.

Je le répète, je ne remet pas en question la causalité elle-même ni le fait que la conscience y soit soumise, mais je dis que la façon de la concevoir lorsqu'on l'applique à des phenomenes objectifs n'est peut-être pas universelle.

Miteny 10/11/2008 19:07


Mais c'est pourtant simple. L'effet est ce qui suit la cause !!! VA VOIR LA DEFINITION.

Recommençons depuis le début. CORPS FRAPPE=> EFFET...

D'accord? (POINT 1)

POINT 2: Qui juge de la nature des effets??
Pour moi, ce sont les gens. Et pour toi c'est qui ou quoi? Le gros nounours "absolu" peut-être?


Dr House 10/11/2008 18:50

Ok, donc fin de tes arguments, sur ceci :
"Non: je me suis posé la question. Je demande s'il y a un lien. J'ai le droit non?"

Donc, 'tu te demande s'il y'a un lien', mais tu commences par 'non'.

explique moi, tordu, ce que je viens de te démontrer ?

tu es OBLIGE d'avoir constaté qu'en frappant un autre, ton corps n'a pas mal pour pouvoir dire 'un seul corps fait mal'.

fin de la démo. tu t'es planté.

Miteny 10/11/2008 18:58



Je me suis planté parce que j'ai constaté que je n'avais pas mal quand un autre corps était frappé? Très drôle. Très très drôle :)
Je n'ai pas beaucoup de soucis à me faire alors...



Stéphane 10/11/2008 18:08

"""Du délire total. Du n'importe quoi de qualité supérieure. Non mais sérieusement, arrête.

Qui a dit que le principe causal devait s'appliquer seulement aux "effets extérieurs". ça t'arrangerait bien mais c'est complètement absurde."""


Je suis loin de dire que le principe causal ne s'applique qu'aux effets objectifs exterieurs..je dis par contre que le critère que tu utilises pour dire que des effets sont similaires ne peut s'appliquer que quand l'observateur leur est extérieur.

Même quand des effets sont vraiment similaires, il faut que l'observateur les observe du même point extérieur pour les voir de la même façon. Ça c'est une logique aussi élémentaire que le principe causal lui-même, et ce n'est pas le cas ici. Et c'est pourquoi je crois que le phenomene de la conscience n'échappe pas à la causalité, mais que la notion d'"effets similaires" telle qu'on l'applique aux phénomènes objectifs n'est probalement pas universelle.

Miteny 10/11/2008 18:34


"Même quand des effets sont vraiment similaires, il faut que l'observateur les observe du même point extérieur pour les voir de la même façon. Ça c'est une logique aussi élémentaire que le principe
causal lui-même, et ce n'est pas le cas ici."
C'est vraiment du délire total. Ce n'est pas du tout de la logique élémentaire. C'est l'inverse de la logique élémentaire.
En fait tu ne veux pas répondre à mes questions. Tu es donc d'une mauvaise foi énorme. C'est encore plus triste de la part de quelqu'un qui donne des leçons de morale.

Quand on lit ce que tu écris, ça écoeure presque.

"mais que la notion d'"effets similaires" telle qu'on l'applique aux phénomènes objectifs n'est probalement pas universelle"

EN gros tu constates des effets différents mais tu considères que ce constat n'est pas valable (douleur/pas douleur). Mais comme ça te gêne de le dire comme ça (c'est tellement bête), tu maquilles
tes propos avec de belles formules. On dirait un politicien véreux. Tu veux être l'antéchrist c'est ça?

T'en arrives à écrire qu'on a pas le droit "d'observer la douleur". Parce que forcément quand on observe la douleur, c'est qu'on a mal, on est pas "extérieur". Donc ce n'est pas valable selon toi.
AVOUE !!!

DIS LE QUE LA DOULEUR EST PAS ASSEZ REELLE POUR ÊTRE SCIENTIFIQUE selon toi !!


Dr House 10/11/2008 17:23

miteny : "Je constate qu'il n'y aucun lien de cause à effet entre l'autre corps frappé et ma douleur. D'accord?"

Bah non, pas daccord !!!!

pour affirmer 'un seul corps fait mal' ('le mien'), il t'a fallu constater que quand un autre est frappé, tu n'as pas mal.

donc, tu as fait un lien.
tu ne peux pas affirmer 'un seul corps fait mal' si tu n'as jamais vérifié qu'en en frappant un autre, rien ne se passe pour toi.

Miteny 10/11/2008 17:43


Non: je me suis posé la question. Je demande s'il y a un lien. J'ai le droit non?


Dr House 09/11/2008 13:50

plus de nouvelles de notre antechrist favori ?
sniff...

on tourne en rond ici. ca fait des plombes que tout le monde lui repete les memes choses..c'est lassant , a force.

finallement ce blog va retourner d'ou il vient!

mamalilou 09/11/2008 02:54

ta conclusion en post 114 est excellente concise et claire
merci stephane
bon dimanche à toi
oui bon aux autres aussi...lol

Miteny 10/11/2008 10:22


miss 2 neurones a encore parlé


Stéphane 08/11/2008 02:05

"""ARCHI FAUX parce que tu ne peux pas voir la douleur de l'extérieur. Lis le lien sur les qualia."""

Justement! Et pour une bonne raison d'ailleurs : être extérieur à la douleur ou la conscience d'un autre, cela signifie en fait ne pas être cet individu.

Et c'est pourquoi je crois que cette différence de constat (être moi et pas un autre) nous démontre l'identité des effets, mais ne dis rien de la similarité des effets; Car pour cela, comme je l'ai dit, il faudrait être extérieur à tous les effets produits...et ce n'est pas le cas.

Voir des effets similaires nécessite 2 choses : qu'ils soient vraiement similaires, et que l'observateur leur soit extérieur. L'étude de la conscience et des sensations subjectives ne respecte pas cette 2e conditions.

Est-ce justement parce que la conscience viole le principe causal ? Selon moi, c'est un à priori de dire cela. Selon moi, c'est plutôt parce qu'on tente d'utiliser la causalité des phenomenes objectifs pour explique l'origine de phenomenes subjectifs.

Miteny 10/11/2008 10:16


Du délire total. Du n'importe quoi de qualité supérieure. Non mais sérieusement, arrête.

Qui a dit que le principe causal devait s'appliquer seulement aux "effets extérieurs". ça t'arrangerait bien mais c'est complètement absurde.
Pour te prouver que c'est absurde, je te repose encore la même question: quand t'as mal, est-ce que l'effet "AVOIR TRES MAL" est réel ou pas?
S'il est réel, c'est qu'il a une cause. Et s'il est réel, c'est qu'on a le droit de l'observer (!!!!!!!!!)


C'est donc qu'on a le droit de l'observer DE L'INTERIEUR.. Puisque de l'extérieur on voit rien.


OOOKKKAYYYYYY


mamalilou 07/11/2008 23:57

miteny "ARCHI FAUX parce que tu ne peux pas voir la douleur de l'extérieur."

CQFD

ton exemple de la douleur est pourri puisqu'il ne peut être utilisé dans le respect de l'application du principe causal
les conditions d'observation nécessaire n'étant pas établies.

Dr Hide 07/11/2008 19:31

incomprehensible ? mdr. , allez, ne cherche pas a noyer le poisson en faisant le trisomique.

voyons, dans quel cas peut on dire :
Seul mon corps fait mal ?

il n'y a pas 36 hypothèses.
1- tu es seul dans l'univers et donc c'est la chose que tu as constaté : tu n'as pu expérimenter la douleur que dans TA personne.
ou

2- tu as testé suffisament d'autres personnes pour avoir constaté que seul ton corps fait mal.

dans quel cas est tu, Miteny ?

soyons clair, si tu etais dans le premier cas, nous ne serions pas la a discuter avec toi , hein ?

donc tu es dans le deuxieme.
tu es obligé d'avoir constaté qu'en frappant d'autres, TU n'avais pas mal.
donc , dire 'un seul corps fait mal' equivaut a avoir fait le test :
mon corps frappé : j'ai mal
mon corps pas frappé : j'ai pas mal
un autre corps frappé : j'ai pas mal
un autre corps pas frappé : j'ai pas mal.

Affirmer 'un seul corps fait mal' equivaut a faire un lien CAUSE-EFFET pour la douleur, ce lien ayant été fait par l'expérience 'des autres frappés'.
tu ne peux pas affirmer 'un seul corps fait mal' si tu n'as pas constaté que quand un autre que le tien est frappé, tu ne ressens pas de douleur TOI.


tu ne peux pas en sortir

Miteny 10/11/2008 09:57


Je constate qu'il n'y aucun lien de cause à effet entre l'autre corps frappé et ma douleur. D'accord?


Dr Hide 07/11/2008 18:04

miteny :
"Je parle de ce que je constate tous les jours: seul mon corps fait mal (je parle de ce que je constate). Tu l'as toi même confirmé. J'ai le droit de dire que je constate: un seul corps frappé=douleur

Bref, je constate qu'il n'y aucun lien de cause à effet entre la douleur et un autre corps frappé. "

___

tu vois bien que tu es malhonnète ...
je t'ai dit que tu as le droit de dire 'un seul corps fait mal' dans le cadre d'une expérience normale de la vie.
c'est a dire que tu as constaté que quand un autre est frappé, tu n'as pas mal..
dans ce cas, tu peux dire 'un seul corps fait mal'.

mais dans le cadre de notre discussion, NON. tu ne peux pas dire 'un seul corps fait mal' si tu n'as jamais constaté que quand on frappe 'les autres', toi, tu n'as pas mal.

nuance.

Miteny 07/11/2008 18:23


Je ne comprends pas. "un seul corps peut me faire mal". Parfois, je n'ai pas le droit de dire ça? ton discours devient incompréhensible.


Stéphane 07/11/2008 17:26

"""Tu ne peux pas observer une douleur en étant extérieur à elle. OBserver une douleur, c'est avoir mal. Or pour toi, avoir mal ce n'est pas scientifique. Ce n'est pas valable. C'est bien ce que tu dis?"""

Oui tu as raison, je ne peux observer une douleur ou une conscience si j'y suis exterieur, donc si je ne suis pas cette derniere.

Mais je me résume encore pour être certain que tu me comprennes bien.

Selon moi, même quand 2 choses sont similaires, la seule façon de les voir de la même façon, c'est de leur être extérieur.

Pour moi, ce principe est aussi valable que le principe causal, et il pose de sérieuses questions sur la façon dont tu appliques la causalité à nous-mêmes...alors que chaque de nous est l'un des effets étudiés.

Miteny 07/11/2008 17:33


"Selon moi, même quand 2 choses sont similaires, la seule façon de les voir de la même façon, c'est de leur être extérieur. "

ARCHI FAUX parce que tu ne peux pas voir la douleur de l'extérieur. Lis le lien sur les qualia.
Ce que tu écris revient à écrire:
"Selon moi, même quand 2 choses sont similaires, la seule façon de les voir de la même façon, c'est de ne pas les voir. "

Alors relis toi!


Jalbec à TOUS 07/11/2008 15:31

Je rajouterais que la démonstration de Miteny oppose la subjectivité à l’objectivité. En l’argumentant, telle qu’elle est démontrée, on tente de prouver que la subjectivité est objective… pas facile à faire… on frappe vite un mur.

On ne connaît pas la cause du BIG BANG, donc le passage entre l’avant BIG BANG et le BIG BANG mais on peut en déduire et/ou en observer la suite. On ne connaît pas la cause de la VIE, donc le passage entre l’avant VIE et la formation du premier organisme qualifié de VIVANT mais on peut en observer et/ou en déduire la suite.

La VIE semble se servir de l’objectivité pour se développer mais elle-même garde des caractères subjectifs.

Bon tout ça pour dire que je vous demande de faire le point, de rassembler vos idées, de dire ce que vous avez compris sur le raisonnement tel qu’il est avant d’en contester le sens car pour le moment on ne fait que se perdre dans des guerres d’opinions (du moins c’est mon observation).

Je rappelle le raisonnement de Miteny (oubliez le reste) :

« Définition.
Si vous participez à ce jeu sans savoir ce qu’est la douleur intense, je me propose de pratiquer sur vous une petite expérience pratique à l’aide d’un marteau.
La terrible sensation que vous ressentirez une fois que je vous aurai violemment frappé est un
exemple de douleur intense.

Constat :
La douleur (voir définition pour un exemple) peut être considérée comme étant un phénomène
ayant une cause. Tout simplement. Pour chaque personne, (donc pour vous) cette cause n’est
pas "n'importe quel corps frappé". Pour vous par exemple, c’est « votre corps frappé ».

Hypothèse H.
Supposons que le fonctionnement du corps soit une cause suffisante du phénomène douleur.

Déduction 1.
L’hypothèse H signifie que l’affirmation A « l’évènement « n’importe quel corps frappé » est
une cause suffisante du phénomène douleur » est une affirmation vraie.

Déduction 2.
Si A est vraie, A est vraie pour tout le monde, donc pour chaque personne et en particulier pour vous. Nous sommes en contradiction avec le constat. A est donc faux, notamment pour
vous.

Conclusion.
Vous êtes certain que l’hypothèse H est fausse. »

A VOUS LA PAROLE (moi je ne reviens que dans 4 jours""")

Miteny 07/11/2008 17:24


Voilà. Maintenant où est l'erreur de ce raisonnement hyper simple montrant l'hyper évidence. Il y a 30000 Euros à gagner.


Jalbec à TOUS 07/11/2008 08:48

Y en marre de toutes ces discussions qui tournent en rond, je résume ce que j’ai compris jusqu’ici :

1. Le raisonnement de Miteny vaut pour un phénomène subjectif comme la douleur.
2. Le raisonnement de Miteny ne vaut pas pour l’ecchymose qui enclenche la douleur parce que ELLE on peut la constater avec les yeux
3. Donc la SEULE différence entre les deux c’est qu’une est objective (visuelle) et l’autre subjective (donc étant constater seulement par l’observateur qui la ressent)
4. Miteny démontre par sa démonstration alambiquée que le corps ne suffit pas
5. Si on dit que « le corps suffit » ça implique pour lui que si vous frappez un corps tous les autres devraient ressentir de la douleur ce que personne ne peut constater de visu et cela mettrait au banc des accusés le principe de causalité
6. Si on dit que « le corps ne suffit pas » ça implique que son raisonnement est sans faute (selon lui) donc le principe de causalité est sauf et en prime il y a un « autre » phénomène qui entre en jeu et il propose Dieu

Commentaires divers :

· La DOULEUR n’est pas un phénomène ésotérique. Par contre elle n’est pas démontrable et elle ne peut se mesurer que de façon empirique ce qui la rend difficile à conceptualiser. Mais (voir I.A.S.P.) elle est un phénomène relié au fonctionnement du corps dont on peut constater les conséquences très facilement (ex. ecchymose, augmentation rapide des battements de cœur, sueur etc…). La sensation de la douleur n’est pas transmissible par essence d’un corps à l’autre comme le son pourrait être entendu par deux observateurs en même temps mais elle n’est est pas moins très réelle au moment où un corps s’en sert comme moyen de défense (alarme, fuite, retrait etc…).
· Le principe de causalité n’est pas mit en cause dans son raisonnement si vous l’acceptez tel quel, c’est SEULEMENT en disant que le « corps suffit » que cela le met en cause donc inutile de s’y attarder on démontre ainsi le contraire de ce que l’on veut dire.
· Miteny considère que son raisonnement est valable logiquement et il s'objecte ou fuit aussitôt qu’on voudrait lui faire changer un terme. C’est seulement là-dessus qu’il faut s’attarder car si on essaie de comprendre et contredire le sens du raisonnement on tourne et tourne et tourne en rond et les mêmes questions reviennent et reviennent et avec raison parfois.
· Le phénomène subjectif de la douleur, l’opposition de l’observateur avec « n’importe quel observateur» , les deux causes nommées de la douleur (votre corps frappé et le fonctionnement du corps), la généralité de l’hypothèse trop large par rapport au constat ajoutent à la confusion de l’ensemble.

Etes-vous d’accord avec les 6 points ci-haut ? En avez-vous d’autres à ajouter ? Je propose de faire une synthèse le plus concise possible de ce que l’on a constatée jusqu’ici afin d’éviter de voir et revoir les mêmes commentaires car pour Miteny c’est rendu un jeu d’enfant de barboter dans ce jus alambiqué.

Miteny 07/11/2008 10:46


Beau commentaire. Je rajouterai que ce n'est pas confus. La douleur est juste un exemple de phénomène subjectif, personnel.
C'est à dire un effet auquel une seule personne a accès. Les autres n'ont jamais accès à votre douleur, même s'ils peuvent faire l'effort de compatir.

Autrement dit: chaque personne constate AVEC FORCE que la douleur ne vient pas de n'importe quel corps, bien au contraire. La différence entre DOULEUR HORRIBLE et RIEN  est énorme. Pour vous
dire à quel point il est évident que le corps ne suffit pas.


mamalilou 07/11/2008 04:27

que ça fait du bien d'être entendue et comprise au-delà des rugosités de mes tournures de phrases, merci stephane :)
oui notre conscience n'est pas que "nôtre"
et comme tu dis c'est un peu complexe d'aborder ça ici

il est vrai que si j'essaie encore de temps en temps de proposer des voies de correction ou d'ouverture du champ démonstratif de seb, aujourd'hui, je me cantonne le plus clair à la réfutation pure et simple (enfin simple, c'est moi qui le dis, lol!)

tandis que toi tu persévères dans la proposition de démonstration avec des idées intéressantes, attitude positive et courageuse, compte tenu des hostilités usuelles...;)

il est vrai que parmi les premières choses qui frappent (si j'ose dire) tout le monde en arrivant ici,
"pourquoi diable cette idée qu'un autre doivent avoir mal quand on me frappe" et
"quel intérêt, puisque personne ne peux à la fois être cobaye et observateur" et
"d'où sort dieu dans cette causalité indémontrable"
sont les questions les plus posées

puis l'on s'aperçoit des subterfuges de syntaxe et de rhétorique ainsi que des manipulations dans les réponses...
et là pfft la plupart disparaissent...
ce qui se comprend,
la vie est belle à quoi bon se coltiner un cheval qui rue à tout va!!
bisou de la nuit, frère blogonaute en conscience

Stéphane 07/11/2008 03:37

Oui, moi aussi comme tu le sais maintenant, je suis convaincu de l'unité des choses, je crois qu'il n'existe en fait qu'une seule vaste conscience universelle, dont nous ne sommes pas vraiment séparés. Chacun de nous serait donc Dieu, en train d'expérimenter et d'apprendre par l'entremise d'une existence matérielle ou rien n'est facile ou acquis.

Mais je t'avoue que je n'ose pas trop m'aventurer là-dedans. Comme la démonstration de Miteny est basée sur le principe causal, j'essaye d'évaluer si une réfutation basée précisément et uniquement sur l'utilisation de ce même principe peut être élaborée. sinon, c'est trop complexe je trouve.

Miteny 07/11/2008 10:39


En fait la non-suffisance serait la chose la plus simple à comprendre. Ensuite ça se complique.


mamadomi 07/11/2008 02:53

@stephane
...Pour être exacte je m'applique le principe d'empathie
à savoir que c'est ainsi pour la majorité
en faits, comme en compréhension
mais comme tu le sais, j'intègre la notion d'unité
si bien que le registre d'existence qui est le mien ne se fonde pas sur ce qui constitue la logique majoritaire
quand je dis que le corps suffit c'est parce que l'unité veut que je suis
que ce qui est, est
et par conséquent, je vais plus loin que miteny dans la démonstration de dieu puisque je dis que nous sommes dieu, nous sommes les autres, nous sommes la nature, nous sommes tout.
Pour autant nous avons un support propre à notre conscience différenciée qui est le corps, et dont elle se contente le plus clair du temps, de notre/nos vie(e)s corporelle.

Je te le concède, ce n'est pas une perspective facile à appréhender dans le cadre des conditionnements religieux ou athées
Pour autant, cette actualisation, si elle est vécue n'en demeure pas moins inaccessible à la démonstration. Enfin, la démonstration verbale.
Ce en quoi je vis comme impossible la démonstration conceptuelle et verbalisée de Dieu.

***
en outre je réfute toujours le terme de "production" de douleur
la douleur est
ou n'est pas
tel est le concept douleur voulu par les hommes
si vous vous attachez au terme "production" nécessaire à la démonstration je le comprends bien, il faudra soit changer d'exemple, soit trouver uu autre concept à formuler pour déterminer les "effets" considérés tels, de la "cause" considérée telle à savoir le coup/brûlure etc...

euh, ça va? (non parce que l'heure me vaut peut-être quelques détours excessifs...!!)

Stéphane 07/11/2008 02:06

Ok, c'est l'argument que toi et Jalbec avez servi à Miteny si je ne m'abuse...c'est-à-dire que le corps suffit puisqu'il sufit pour chaque personne a produire sa douleur, et sa conscience.

Est-ce que c'est bien cela ?

Miteny 07/11/2008 10:35


Que signifie cette phrase débile?
 "le corps suffit puisqu'il sufit pour chaque personne a produire sa douleur" charabia total


mamadomi 07/11/2008 01:09

:) on y revient!
en effet stephane puisque le corps suffit...à savoir l'effet que ça nous fait d'être soi-même !

Miteny 07/11/2008 10:34



Ah voilà ! la blonde est revenue.



Stéphane 07/11/2008 00:14

Comme la douleur n'a absolument aucun sens indépendemment d'une conscience, puisque c'est justement l'état subjectif d'une conscience...eh bien parler de la douleur, c'est parler de la conscience elle-même, donc de l'obsevarteur lui-même.

C'est pour ça que je n'aime pas la douleur non plus comme exemple. Je travaille directement avec la conscience quand je discute avec Miteny...donc, avec l'observateur lui-même.

Donc, l'effet dont j'ai conscience, c'est MOI, carrément. C'est mon lien avec un seul corps. C'est plus vague que la douleur, oui, mais en même temps, a t-on besoin de mots pour savoir l'effet que ça nous fait d'être soi-même :)

Miteny 07/11/2008 10:33


Apparemment oui, puisque tu ne te rends pas compte que tu n'as qu'un seul corps et que donc un corps produit des effets vraiment particuliers pour toi.
Tu ne te rends pas compte non plus que les autres corps ne font pas du tout ces effets pour toi (tu ne sais même pas si l'autre a été frappé: il est donc particulièrement absurde de dire que le
corps suffit).


mamadomi 07/11/2008 00:03

oui stephane, ça je prends!
ça marche aussi pour moi.

en même temps faut choisir des effets qui soient mesurables...
non je ne parle pas de sous vêtements ("effets")
mais je remets encore en question le choix de la douleur.

Miteny 07/11/2008 10:28



D'accord!
"effets personnels"
en fait quand on lit ça tous les deux, on ne comprend pas du tout la même chose. Il y a donc un vrai fossé entre nous :)



Stéphane 06/11/2008 20:45

Ce que je veux dire Miteny, c'est que selon moi, il n'y a que quand l'observateur est extérieur aux effets qu'il peut voir leur similarité lorsqu'ils sont similaires justement.

Miteny 07/11/2008 10:24


Tu ne peux pas observer une douleur en étant extérieur à elle. OBserver une douleur, c'est avoir mal. Or pour toi, avoir mal ce n'est pas scientifique. Ce n'est pas valable. C'est bien ce que tu
dis?
C'est vraiment n'importe quoi. Pourquoi tu dis pas: c'est quand un observateur n'a pas mal qu'il peut juger de la nature de la douleur!! (quitte à délirer à fond)

En plus, tu fais exprès de ne pas parler des bons effets. Moi je parle des conséquences des coups portés.


Dr Hide 06/11/2008 19:57

miteny :
"cela découle du lien cause-effet 'un autre corps frappé= j'ai pas mal',

MAIS MERDE CE N'EST PAS UN LIEN DE CAUSE A EFFET !! JUstement je dis l'inverse. Je dis qu'il n'y a aucun lien de cause à effet. Je ne sais même pas si ce corps a été frappé !! Merde !

Je réfute donc vos sous-entendus. C'est vous qui affirmez qu'il y a un lien de cause à effet. ET JE REFUTE CA !! TOI COMPRENDRE??
"

___

bien, passons sur le 'toi comprendre' qui en dit long sur tes faiblesse en matière de communication et de messianité (mais ca, on le savait depuis longtemps).

écoute, nabot (oui, je vais parler des mots que toi comprendre aussi) ,

quand tu dis :
"Je dis qu'il n'y a aucun lien de cause à effet. Je ne sais même pas si ce corps a été frappé !!"

tu mets toi meme le doigt dans ta merde, et j'en suis bien content lol.
Explique moi, si tu ne sais meme pas si un autre corps est frappé, comment tu peux affirmer : "un seul corps fait mal" ?

Miteny 06/11/2008 20:03


Je parle de ce que je constate tous les jours: seul mon corps fait mal (je parle de ce que je constate). Tu l'as toi même confirmé. J'ai le droit de dire que je constate: un seul corps
frappé=douleur

Bref, je constate qu'il n'y aucun lien de cause à effet entre la douleur et un autre corps frappé.


Dr Hide 06/11/2008 19:52

miteny dit :
"Exactement. Et c'est pourquoi j'affirme constater qu'il n'y a aucun lien entre "n'importe quel corps frappé" et la douleur.
Je ne sais même pas s'il a été frappé. Comme tu le dis, c'est totalement absurde d'imaginer un tel lien. Il est donc absurde de dire que le corps suffit (phrase qui implique immédiatement un lien de cause à effet entre "n'importe quel corps frappé" et douleur).

___

-> non, mon garcon, "n'importe quel corps frappé" n'est pas LE TIEN en particulier.
-> par contre celle que tu nommes 'la douleur', c'est bel et bien la tienne.

LA TIENNE, et pas celle des autres, puisque ta seule expérience de la douleur , c'est celle que tu as ressentie par ton corps.

donc , tu relie des choses qui n'ont pas de rapport.

ensuite, tu dis :
"Tu commences peut-être à comprendre à quel point il est absurde d'affirmer que le corps suffit."

-> cette phrase n'est pas de moi, et je t'avoue que ca me hérisse le poil a chaque fois que je lis des trucs du genre 'le corps ne suffit pas'.
mais bordel, ne suffit pas 'A QUOI' ?
ne suffit pas 'POUR QUOI FAIRE' ??
serieusement c'est irritant de lire tes phrases dont il manque la fin.
c'est pas très academique lol.
enfin j'ai bien compris ce qui semblait manquer a la fin depuis le temps que je traine sur ton blog, mais c'est enervant quand meme.

pour finir, ton "CQFD " m'a fait bien rire :)

____

Bref, le corps ne suffit , tu as raison ! il faut : une ame, cette ame qui, consciente, est celle qui constate l'effet.

rien de nouveau sous le soleil, bienvenue dans subjectivland.

Miteny 06/11/2008 19:59


"tu relie des choses qui n'ont pas de rapport"
Non, c'est vous qui reliez ces choses qui n'ont aucun rapport. Je suis obligé de reprendre ce lien que vous faites pour montrer que c'est absurde. Ces choses n'ont aucun rapport. La douleur est
personnelle.
Je n'aurai jamais accès qu'à ma douleur. Pas à celle des autres. Pourquoi tu me parles de celles des autres? Tu voies que c'est toi qui veux faire un lien entre des choses qui n'ont rien à
voir.

PS: et l'âme elle vient d'où??


david 06/11/2008 19:48

"La douleur n'est-elle pas un exemple frappant de conscience?"

Ok, bah prend l'exemple de la douleur, et démontre que la conscience n'est pas créée par le corps, si c'est ce que tu voulais faire... (parce que c'était ça le sujet)
Moi, je ne prendrais pas cet exemple pour prouver l'inverse... quoi que (faut que je me renseigne un sujet avant)

Miteny 06/11/2008 19:50


Je dis que le fonctionnement d'un corps n'est pas suffisant. Ce n'est pas une cause suffisante de la conscience (exemple de la douleur). D'accord?


Dr Hide 06/11/2008 19:38

miteny : "NON. AU CONTRAIRE !! VOUS, vous dites qu'il y a un lien de cause à effet:

vous dites que le corps suffit.

VOUS, vous dites que corps+coup=douleur

Et moi je trouve ça idiot en affirmant que c'est faux puisqu'il n'y a aucun lien de cause à effet entre "un autre corps est frappé" et le fait que j'ai mal ou pas. Je dis qu'il y aucun rapport, aucun lien. Donc par là, je réfute avec brio votre énoncé débile (corps+coup=douleur) qui sous-entend un lien de cause à effet entre n'importe quel corps et la douleur.

CQFD !"

_____
mais bougre d'idiot tu lis parfois ce qu'on t'écris ou tu fais l'autiste pour t'en sortir encore une fois ?
je viens de t'expliquer précisement et de manière on ne peut plus limpide OU tu te trompes.

quand tu dis 'un seul corps fait mal', cela découle du lien cause-effet 'un autre corps frappé= j'ai pas mal', et ce lien cause-effet, tu as bien été forcé de le faire pour ré-écrire la chose en disant 'un seul corps fait mal'.


Mais ca, tu ne veux rien y entendre , hein salopard.

Miteny 06/11/2008 19:47


cela découle du lien cause-effet 'un autre corps frappé= j'ai pas mal',

MAIS MERDE CE N'EST PAS UN LIEN DE CAUSE A EFFET !! JUstement je dis l'inverse. Je dis qu'il n'y a aucun lien de cause à effet. Je ne sais même pas si ce corps a été frappé !! Merde !

Je réfute donc vos sous-entendus. C'est vous qui affirmez qu'il y a un lien de cause à effet. ET JE REFUTE CA !! TOI COMPRENDRE??


Dr Hide 06/11/2008 19:31

Dailleurs, poussons un peu plus loin.
qu'est ce qui te permet de dire que tu n'as pas mal quand un autre est frappé ?
pour le savoir, tu es obligé d'etre TEMOIN du coup porté sur l'autre.
a partir de ce moment la, tu te dis 'je n'ai pas mal, et il est frappé...'
Donc, ton constat 'je n'ai pas mal quand un autre corps est frappé' tiens seulement au fait que tu as été témoin du coup porté.
en effet, si tu ne sais pas QUAND le coup est porté , tu es incapable de déduire 'je n'ai pas mal' (c'est elementaire..)

->hors, très cher, dans le cas de ton expérience personelle, il n'y a aucun doute .
en effet, tu sais très bien et forcement si tu es frappé ou pas. tu es ton propre témoin ( tu es conscient , quoi !!! )
donc, tu ne peux t'en tenir qu'a :
si on me frappe, j'ai mal.
si on ne me frappe pas, je n'ai pas mal.

ce sont les seules certitudes que tu peux avoir.
je ne dis pas que 'quand un autre est frappé, je n'ai pas mal' est faux.
simplement, c'est une erreur d'interpretation , pour les motifs que je viens d'expliquer : tu ne peux conclure cette chose qu'en etant témoin du coup sur d'autres.
pour simplifier, si je t'enferme dans une piece parfaitement isolée, tu es incapable de dire 'je n'ai pas mal quand d'autres sont frappés', puisque tu n'as plus le point de vue spectateur qui t'es nécéssaire a conclure cette chose.

preuve s'il est nécéssaire, que tes déductions sont subjectives et erronées.

Miteny 06/11/2008 19:41


Exactement. Et c'est pourquoi j'affirme constater qu'il n'y a aucun lien entre "n'importe quel corps frappé" et la douleur.
Je ne sais même pas s'il a été frappé. Comme tu le dis, c'est totalement absurde d'imaginer un tel lien. Il est donc absurde de dire que le corps suffit (phrase qui implique immédiatement un lien
de cause à effet entre "n'importe quel corps frappé" et douleur).

Tu commences peut-être à comprendre à quel point il est absurde d'affirmer que le corps suffit.

CQFD


Stéphane 06/11/2008 19:24

N'empêche Miteny que je trouve parfaitement contre-intuitif de dire qu'un observateur qui est lui-même l'effet devrait avoir un constat identique en provenance d'une autre source, MÊME si elle produit quelque chose de même nature que lui.

Il me semble que selon toute logique, c'est impossible. Et si on s'attend à cela, c'est qu'on se place encore dans l'optique d'un observateur qui totalement indépendant à tous les effets observés.

Miteny 06/11/2008 19:37


Mais j'ai jamais dit ça !! AU CONTRAIRE c'est vous qui dites ça. Et c'est idiot. Raisonne un peu logiquement. C'est vous qui dites que les effets sont les mêmes. C'est pas moi.

J'ai jamais dit qu'un observateur devrait avoir mal à l'autre corps. Je dis que ce n'est pas le cas. Je dis que c'est absurde d'affirmer une telle chose.

C'est vous, oui VOUS, qui dites que le corps suffit. C'est vous qui dites que les effets sont les mêmes. Vous ne rendez pas compte du caractère surprenant de la conscience et après on ose m'accuser
de dire qu'il serait logique qu'un observateur ait mal à un autre corps que le sien.

C'est faux, j'ai jamais dit ça !! Mensonge et calomnie. AU CONTRAIRE !

...Je crois que je suis bon pour les discours maintenant. Je commence à me prendre pour Barack Obama. Yes, we can !


Dr Hide 06/11/2008 19:23

miteny dit :
"tu as fait l'erreur de constater la chose suivante : "quand un autre corps est frappé, je n'ai pas mal".

Elle est bien bonne celle là !! Dire ça c'est une erreur alors? Je ne dis pas qu'il y a une relation de cause à effet, je dis simplement que je n'ai pas mal.. C'est fou.
"

--->
ah non, mon garcon. tu dis bel et bien qu'il y'a un lien cause effet ,puisque tu dis 'je n'ai pas mal' quand 'un autre corps est frappé'.

la ou t'es malin (ou dans l'erreur) , c'est que tu l'as masqué, en transformant ta conclusion en 'je n'ai mal que quand mon corps est frappé'.
mais ce qui t'a fait dire cette phrase est bel et bien, a la base, un lien cause/effet , et il est erroné (sur la base de ce que j'ai expliqué, newton etc).

eh oui.....

Miteny 06/11/2008 19:30


NON. AU CONTRAIRE !! VOUS, vous dites qu'il y a un lien de cause à effet:

vous dites que le corps suffit.

 VOUS, vous dites que corps+coup=douleur

Et moi je trouve ça idiot en affirmant que c'est faux puisqu'il n'y a aucun lien de cause à effet entre "un autre corps est frappé" et le fait que j'ai mal ou pas. Je dis qu'il y aucun
rapport, aucun lien. Donc par là, je réfute avec brio votre énoncé débile (corps+coup=douleur) qui sous-entend un lien de cause à effet entre n'importe quel corps et la douleur.

CQFD !

Je devrais écrire des discours (yes we can, yes we can!)


Stéphane 06/11/2008 19:18

Jalbec, c'est que je veux amener Miteny a comprendre mon point qui est, je l'avoue, subtil. J'ai essayé déjà d'autres stratégies, et ça n'a pas marché.

Mais également, et je l'ai avoué à plusieurs reprises sur ce blog, je n'ai aucune certitude quant à mes propres arguments. J'évalue les fondements de ces derniers en même temps que j'argumente avec lui...voilà pourquoi je ne suis pas plus raide! Ce serait stupide de ma part alors que je suis moi-même dans le doute. tu comprends ?

Est-ce que j'ai raison d'être dans le doute ? ça c'est une autre histoire!

Miteny 06/11/2008 19:21


Douter de la non-suffisance du corps, à mon avis, c'est de la folie.


Dr Hide 06/11/2008 18:29

miteny , tu dis :
____
Le ballon, en regardant les autres ballons, va constater que n'importe quel ballon shooté va s'envoler. Aucun problème.
1-un seul corps frappé sur des milliards = douleur

Voilà. Tu as confirmé que j'avais le droit de dire que je constate ça. Je constate donc une sorte de miracle puisque je constate qu'un corps, qui n'a rien d'extraordinaire, fait une chose que tous les autres corps sur terre ne font jamais. D'accord?
______


ton problème, c'est de trouver ça extraordinaire.
ca reste extraordinaire tant que tu n'auras pas admis que seul l'objet de l'expérience est concerné.
hors, je le repète pour la 10000ième fois, quand un autre corps que le tien est frappé, tu as fait l'erreur de constater la chose suivante :
"quand un autre corps est frappé, je n'ai pas mal".
la vraie constatation est :
"quand mon corps n'est pas frappé, je n'ai pas mal".

a partir de la, il n'y a plus rien d'extraordinaire :
c'est la pure vérification par toi meme d'une chose connue depuis que newton a fixé les regles mécaniques qui régissent les corps physiques.

Donc, je le repète, tu viens juste de redécouvrir que nous sommes des etres conscients - rien de nouveau sous le soleil

Miteny 06/11/2008 19:19


tu as fait l'erreur de constater la chose suivante : "quand un autre corps est frappé, je n'ai pas mal".

Elle est bien bonne celle là !! Dire ça c'est une erreur alors? Je ne dis pas qu'il y a une relation de cause à effet, je dis simplement que je n'ai pas mal.. C'est fou.

En tout cas, tu as confirmé que j'avais le droit de dire que je constatais qu'un et un seul corps faisait un truc bien particulier quand il était frappé (un truc unique). Oui?


Alain 2 ans 06/11/2008 14:09

... au sens qu'elle parasite, qu'elle fait brouillard, qu'elle fait masse en un «art» qui vise (par soucis stricte de pragmatisme) à l'épure.
...

Miteny 06/11/2008 14:55


Plus tu rajeunis, moins je comprends ce que tu dis.


Alain 3 ans 06/11/2008 14:06

Ici, la question n'a tout simplement AUCUN intérèt. Elle est donc nuisible.

Alain 4 ans 06/11/2008 14:03

bien sur que tu as le droit !!!
regarde : moi j'ai le droit de me couper les bras ... mais si pour plus que tout je compte devenir tennisman je suis JUSTE simplement mal barré (cqfd).* ;))))))

*: la question ici de droit est une question de mort. seule compte (sur ce terrain) la question de pragmatisme.

Alain 5 ans. 06/11/2008 13:42

miteny:
«(...) C’est comme si je posais la question « pourquoi suis-je moi et pas un autre ? »

Et toi tu réponds : mais parce que tu es toi et pas un autre. Alors c’est normal que tu sois toi et pas un autre.»

... béh oui, c'est comme. ... et c'est une chose naturelle étant donné que la question n'a «pas lieu d'être» (au sens stricte qu'elle n'appelle pas de réponse ... mis pour «pas de réponse à elle même» car on peut, surement(? :) répondre à côté et tirer quelqu'enseignement) ... elle n'est le résultat que de l'association jaugée logique de termes ... et ne peut servir comme une infinité d'autres que pour mesurer 1:la (disons en vitesse) «difficulté du langage» et, 2: l'étendue du mystère.

... l'effet de verbe, c'est ton gros gros problème.

Miteny 06/11/2008 13:56


Non. J'ai le droit de poser les questions que je veux. Or stéphane considère que la seule réponse valable c'est la question elle-même... mais sans le point d'interrogation.

Ce n'est pas fair-play.


stf 06/11/2008 12:56

A = N'importe quel corps frappé
B = douleur produite

1ére partie de ta demo , tu te positionnes en 'observateur' et en meme temps en 'un element qui vit le test'

tu énuméres ce qui suit

de la douleur apparait pour moi , j'ai mal
de la douleur apparait pour X, X a mal

Tu en déduis

A implique B ( N'importe quel corps frappé --> douleur produite)

2éme partie du test

La tu n'ai plus "observateur", tu es juste un "un element qui vit le test"

et forcemment , tu n'as plus A implique B, puisqu'il faut que le corps soit le tien


Vois tu ton pb de raisonnement ?

Sois tu es observateur jusqu'au bout , soit pas , mais tu ne peux pas jongler avec ta position quand ca t'arrange

Miteny 06/11/2008 13:53


Je ne jongle pas, je reste toujours à ma place. Désolé. Je reste à ma place, dans ma peau et de là où je suis, j'observe. Je ne peux changer "de peau" (si j'ose dire) et c'est la raison pour
laquelle je ne parlerai toujours que de ce que je constate.

C'est à dire: je n'ai mal que quand mon corps est frappé.

Je n'arrête pas de répéter ça !! je ne jongle pas.